15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Interview : Gérard Cherrier, producteur d'asperges vertes dans le Lot-et-Garonne : Sortir de l'exploitation...

27/05/2011 |

Les asperges vertes de Gérard Cherrier

Producteur de tabac et de maïs à la retraite, Gérard Cherrier a depuis recentré son activité sur quelques serres de fleurs vivaces et surtout sur son hectare d'asperge verte à Anzex, près de Casteljaloux. Un produit difficile d'accès pour le consommateur mais qu'il a appris à défendre et à vendre avec passion en sept ans de marché. Parallèlement, il est aussi président de la fête de l'asperge de Fargues-sur-Ourbises (47) où se regroupent « 3000 à 4000 visiteurs » chaque mois d'avril. Un ambassadeur idéal en quelque sorte mais aussi un partisan comblé de la vente directe « du producteur au consommateur ».

@qui! - Depuis quand faites-vous les marchés ?
Gérard Cherrier -
On fait les marchés depuis sept ans à peu près. Avant, on passait par une coopérative, surtout pour l'asperge. On s'est aperçu qu'on ne faisait pas la loi et que c'était eux qui imposaient leur prix. Alors on a décidé, petit à petit, de vendre directement du producteur au consommateur.

@! - A partir de quel moment vous avez commencé à rentrer dans vos frais ?
G.C. -
C'était pas vraiment une question de frais, il fallait surtout expliquer le produit au consommateur pour le vendre. Il a fallu qu'on leur explique que c'était vraiment une variété spécifique et de quelle manière on la cultivait. Les gens pensaient que l'asperge verte, c'était de la blanche qu'on laissait pousser. L'asperge blanche représente toujours 80% du marché mais maintenant il y a une nouvelle tendance. Avec tous les livres de cuisine et ce que l'on voit à la télévision, on mange beaucoup plus d'asperge verte maintenant qu'il y a dix ans.

@! - Et depuis, plus rien via les coopératives ?
G.C. -
Non, absolument rien. On travaille encore un petit peu avec le Super U de Lavardac. Mais par contre, la personne qui s'en occupe est un patron. Donc on a affaire directement à lui. Je lui présente un produit de qualité et c'est moi qui impose mon prix. Bon, ils n'en prennent pas des quantités incroyables. Quand on voit des grandes surfaces, on se dit qu'ils vont prendre des volumes importants. Mais en définitive, ils préfèrent prendre peu et renouveler pour avoir toujours un produit frais et de qualité.Madame Cherrier participe à la vente au marché

@! - Quels sont les avantages de la vente directe ?
G.C. - L'avantage, c'est le prix. On n'a plus de main d'œuvre, ni de frais pour l'emballage. Et puis, il n'y a pas d'intermédiaire. Ce qui fait que le consommateur est ravi du prix par rapport à la grande surface. En plus, on a le contact avec le consommateur qui nous pose souvent beaucoup de questions.

@! - Qu'est-ce que vous pensez des producteurs qui passent encore par le réseau habituel ?
G.C. -
Ils sont pas maîtres de leur produit. Ils ont comme un collier étrangleur en restant tributaires des grandes surfaces. Nous, on préfère avoir une production moindre pour pouvoir imposer notre prix. Mais la majorité des exploitants est obligée de passer par la grande distribution parce qu'ils produisent en gros volume. Il ne faut pas oublier que les trois quarts des gens font leurs courses en grande surface. Il y a plus de marchés locaux maintenant, mais le problème c'est qu'il faudrait vraiment différencier à 100% les producteurs des simples revendeurs.

@! - Vous avez déjà conseillé à d'autres agriculteurs de faire les marchés ?
G.C. -
C'est assez personnel. Tout le monde ne peut pas faire les marchés non plus. C'est de l'esclavage. Il faut se lever de bonne heure, être organisé, avoir un véhicule, préparer les marchés le soir... C'est toute une organisation. On peut pas le faire à n'importe quelle échelle. A une grosse échelle, c'est impossible. Moi j'ai ma femme avec moi. Tout seul, je ne pourrais pas le faire. Il faut avoir le contact humain, c'est très important aussi. Pouvoir discuter avec les gens, plaisanter, être sympathique, diplomate... C'est du commerce, il faut pas se voiler la face.

@! - Finalement, vous ne semblez pas avoir de regrets ?
G.C. -
Ha oui ! Ça nous permet de sortir de l'exploitation, de voir du monde, de discuter, d'avoir une autre approche. Si on ne faisait pas ça, on aurait du maïs qu'on irait livrer dans une coopérative. Là c'est complétement différent. On a le plaisir d'avoir ce contact, de pouvoir parler de notre situation et de notre produit. Et ça, c'est très important.

Propos recueillis par Thomas Guillot

Crédit photo : Gérard Cherrier

Partager sur Facebook
Vu par vous
1284
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Asperges vertes | 27/05/2011

Vendre des produits de qualité directement au consommateur, sans intermédiaire, c'est la clé de la réussite.
Tout le monde y gagne !
Bravo pour cette interview.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
La délégation d'éleveurs chiliens a visite le centre d'insémination de Verneuil sur Vienne Agriculture | 13/12/2017

L'élevage ovin haut de gamme du Limousin intéresse le Chili

Les exploitations en bovins peinent le plus a trouver des repreneurs Agriculture | 12/12/2017

La transmission agricole en Charente-Maritime, une problématique à résoudre d'urgence

Christian Pèes Président du groupe coopératif Euralis et son directeur général Pierre Couderc Agriculture | 12/12/2017

Euralis renoue avec la rentabilité

Patrick Neaume et Patrick Grizou Agriculture | 12/12/2017

« Aujourd’hui, nous devons remodeler le modèle de notre entreprise » Patrick Grizou président de Terres du Sud

Francis Massé, président de la Fondation Pour une Agriculture Durable entouré des lauréats Agriculture | 10/12/2017

La Fondation Pour une Agriculture Durable fête ses lauréats

Dominique Simoneau Agriculture | 08/12/2017

« Ce label incitera d’autres établissements à se joindre à l’aventure du bio » Dominique Simoneau, maire de Gentioux-Pigerolles

Les chiffres clés de l'agriculture biologique Agriculture | 07/12/2017

Agriculture biologique : importer pour faire face à la demande ?

Forum 100 Territoire Bio Engagé Agriculture | 07/12/2017

« Les collectivités ont un rôle à jouer dans la valorisation de l’agriculture biologique » Philippe Lassalle Saint-Jean président d’Interbio Nvelle-Aquitaine

Le bien être animal est l'une des préoccupations de l'association Zéro clivages Agriculture | 07/12/2017

Des agriculteurs périgourdins créent une association pour produire mieux

Philippe Carré, Directeur général du Groupe Coopératif Maïsadour et Michel Prugue, Président du Groupe coopératif Maïsadour Agriculture | 06/12/2017

Maïsadour à nouveau dans le vert

Salon régional de l'Agriculture d'Aquitaine, du 18 au 26 mai 2013 Agriculture | 29/11/2017

Coulisses et prémices du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine 2018

Michel Caillol, constructeur des Cabi Box, Jonathan Lalondrelle éleveur et Eric Pourcel, Responsable développement Euralis Agriculture | 23/11/2017

Pour Euralis tout est bon dans le poulet Label

Hubert Cazalis directeur de la technopole Agrinove Agriculture | 17/11/2017

« Nous voulons faire avancer l’agriculture du Lot-et-Garonne, l’agriculture du XXIème siècle » Hubert Cazalis, directeur de la technopole Agrinove

Frédéric Piron directeur de la DDCSPP Agriculture | 17/11/2017

Grippe aviaire en Dordogne : nouvelles mesures et vigilance accrue

Nettoyage des cages de transport au sein du site biosécurité de Mugron Agriculture | 11/11/2017

Biosécurité: un dispositif de 100 mesures pour Maïsadour