Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/05/18 : L'Hermione est arrivé hier à Pasaia, au pays basque espagnol, où elle restera jusqu'au 27 mai.

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/05/18 | Contournement de Beynac (24) : 3 nouveaux référés rejetés

    Lire

    Les décisions du tribunal administratif de Bordeaux concernant le contournement de Beynac (Dordogne) se suivent et se ressemblent. À la suite de son audience du 15 mai, il a rejeté, trois nouvelles requêtes contre les arrêtés d’autorisation de travaux de la préfecture et de la commune de Castelnaud-la-Chapelle. Les opposants requérants ont été déboutés et condamnés à verser 500 euros chacun au Conseil départemental et à la commune de Castelnaud-la-Chapelle pour les frais de justice.

  • 25/05/18 | Laura Flessel en visite à La Rochelle

    Lire

    La ministre des Sports Laura Flessel est en visite en Charente-Maritime ce vendredi 25 mai pour échanger avec lors du congrès des élus en charge du Sport (ANDES), au sujet de la nouvelle agence du sport. La ministre doit également visiter le Pole France Voile, basé à La Rochelle. Elle remettra la médaille de bronze de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement associatif à M.Ancel, proviseur du Lycée Dautet, avant de visiter le bateau du cercle handi rochelais.

  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarrosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Interview: Les projets de Philippe Lassalle Saint-Jean, nouveau Président d'Arbio Aquitaine

30/04/2011 |

 Philippe Lassalle Saint-Jean, nouveau Président d'Arbio

Le 14 avril dernier, l'association interprofessionnelle ARBIO Aquitaine a renouvelé son bureau. A cette occasion, Pascal Grizou, le Président sortant ne se représentant pas, c'est Philippe Lassalle Saint-Jean, siropier à Saint-Loubès (Gironde) qui a été élu à sa succession. Aqui a profité de sa première prestation officielle, lors du lancement des travaux sur la marque biologique régionale, pour lui poser trois questions sur ses motivations et ses ambitions pour l'interprofession bio d'Aquitaine.

@qui ! : Avant d'évoquer votre élection à la présidence d'Arbio et en guise de présentation, pouvez vous expliquer aux lecteurs d'Aqui pourquoi, et depuis quand, avoir personnellement fait le choix du bio pour votre entreprise de sirops et jus de fruits ?
Philippe Lassalle Saint-Jean
: Cela fait 15 ans que la Maison Meneau que je dirige est entrée dans une démarche d'agriculture biologique. L'entreprise a 132 ans, et je pense que mon père avant moi faisait déjà des produits biologiques. La différence, c'est qu'il n'y avait pas de label. Dans les premiers pas de notre vie professionnelle, on a fait comme on nous l'avait appris. Mais le marché nous échappait pour une question de prix, c'était bon mais trop cher. Le bio est venu par ma sœur, la première à entrer dans une AMAP qui assurait donc une consommation bio et locale. On lui a emboîté le pas. On s'est fourni chez des producteurs bio, mais on a gardé les recettes et les proportions. Nous avons alors enregistré une progression de 20% : c'était bon et en plus labellisé. La « philosophie » bio a aussi amené un certain nombre d'engagements en matière de commerce équitable avec nos fournisseurs, c'est une dimension à laquelle nous tenons beaucoup. Dans la même logique nous nous efforçons d'améliorer les conditions sociales, en travaillant par exemple sur l'aménagement des postes de travail. Au total en 15 ans, notre production est passée de 1 à 2% en bio à 60 % de bio aujourd'hui.

@! : Pour en revenir à Arbio et à votre récente élection au poste de Président, quels sont vos ambitions et prochains chantiers pour l'interprofession bio d'Aquitaine ?
P. L.S-J :
Mon ambition est celle qui a toujours été portée par Arbio : aller vers une structuration toujours plus forte de la filière entre amont et aval. Par ailleurs, je suis le premier Président à faire du bio majoritairement et du conventionnel. Je souhaite donc aussi pouvoir parvenir à pousser les entreprises qui font du bio à passer majoritairement en bio. Dans les prochains mois, trois grands chantiers attendent Arbio. Le premier d'entre eux commence dès aujourd'hui, c'est l'implication de l'interprofession Bio dans le projet de marque régionale portée par la Région Aquitaine. Autres chantiers au programme, la mise en oeuvre des préconisations de l'audit régional sur la restauration collective, ainsi que la participation active au projet de pôle de conversion du Conseil Régional d'Aquitaine, en vue d'une amélioration du parcours à la conversion vers la bio. Une autre grande ambition, connaître au mieux les besoins des producteurs locaux pour permettre une production bio locale plus importante, afin de pouvoir davantage transformer des produits locaux.

@ ! : Le rapprochement que vous évoquez entre producteurs et transformateurs locaux n'est d'ailleurs pas étranger à la nomination à vos côtés de Benoît Granger, éleveur de bovins bio et responsable de la SCA le Pré Vert à Périgueux, comme premier Vice-président ?
P. L.S-J :
Au sein d'Arbio, j'appartiens au collège des transformateurs. Je voulais donc un Premier Vice-Président qui soit producteur. Il fallait un référent, quelqu'un qui soit très proche du terrain et qui permette que les trois collèges (production, transformation et distribution, ndlr) soient vraiment ensemble dans une relation horizontale. Grâce à un premier Vice-président issu de la production, les producteurs et exploitants doivent pouvoir nous dire quels sont leur besoins localement pour qu'ensuite les transformateurs bio d'Aquitaine puissent s'approvisionner au mieux, et au plus chez eux, et qu'au final les distributeurs aquitains distribuent ainsi un maximum de produits de la filière bio aquitaine. Nous voulons que l'amont produise une économie qui va obligatoirement répondre à un besoin, à savoir celui de transformer et vendre localement à des consommateurs bio de plus en plus nombreux.

Photo : Aqui.fr

Solène  Méric

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
1141
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr