Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Interview: Les projets de Philippe Lassalle Saint-Jean, nouveau Président d'Arbio Aquitaine

30/04/2011 |

 Philippe Lassalle Saint-Jean, nouveau Président d'Arbio

Le 14 avril dernier, l'association interprofessionnelle ARBIO Aquitaine a renouvelé son bureau. A cette occasion, Pascal Grizou, le Président sortant ne se représentant pas, c'est Philippe Lassalle Saint-Jean, siropier à Saint-Loubès (Gironde) qui a été élu à sa succession. Aqui a profité de sa première prestation officielle, lors du lancement des travaux sur la marque biologique régionale, pour lui poser trois questions sur ses motivations et ses ambitions pour l'interprofession bio d'Aquitaine.

@qui ! : Avant d'évoquer votre élection à la présidence d'Arbio et en guise de présentation, pouvez vous expliquer aux lecteurs d'Aqui pourquoi, et depuis quand, avoir personnellement fait le choix du bio pour votre entreprise de sirops et jus de fruits ?
Philippe Lassalle Saint-Jean
: Cela fait 15 ans que la Maison Meneau que je dirige est entrée dans une démarche d'agriculture biologique. L'entreprise a 132 ans, et je pense que mon père avant moi faisait déjà des produits biologiques. La différence, c'est qu'il n'y avait pas de label. Dans les premiers pas de notre vie professionnelle, on a fait comme on nous l'avait appris. Mais le marché nous échappait pour une question de prix, c'était bon mais trop cher. Le bio est venu par ma sœur, la première à entrer dans une AMAP qui assurait donc une consommation bio et locale. On lui a emboîté le pas. On s'est fourni chez des producteurs bio, mais on a gardé les recettes et les proportions. Nous avons alors enregistré une progression de 20% : c'était bon et en plus labellisé. La « philosophie » bio a aussi amené un certain nombre d'engagements en matière de commerce équitable avec nos fournisseurs, c'est une dimension à laquelle nous tenons beaucoup. Dans la même logique nous nous efforçons d'améliorer les conditions sociales, en travaillant par exemple sur l'aménagement des postes de travail. Au total en 15 ans, notre production est passée de 1 à 2% en bio à 60 % de bio aujourd'hui.

@! : Pour en revenir à Arbio et à votre récente élection au poste de Président, quels sont vos ambitions et prochains chantiers pour l'interprofession bio d'Aquitaine ?
P. L.S-J :
Mon ambition est celle qui a toujours été portée par Arbio : aller vers une structuration toujours plus forte de la filière entre amont et aval. Par ailleurs, je suis le premier Président à faire du bio majoritairement et du conventionnel. Je souhaite donc aussi pouvoir parvenir à pousser les entreprises qui font du bio à passer majoritairement en bio. Dans les prochains mois, trois grands chantiers attendent Arbio. Le premier d'entre eux commence dès aujourd'hui, c'est l'implication de l'interprofession Bio dans le projet de marque régionale portée par la Région Aquitaine. Autres chantiers au programme, la mise en oeuvre des préconisations de l'audit régional sur la restauration collective, ainsi que la participation active au projet de pôle de conversion du Conseil Régional d'Aquitaine, en vue d'une amélioration du parcours à la conversion vers la bio. Une autre grande ambition, connaître au mieux les besoins des producteurs locaux pour permettre une production bio locale plus importante, afin de pouvoir davantage transformer des produits locaux.

@ ! : Le rapprochement que vous évoquez entre producteurs et transformateurs locaux n'est d'ailleurs pas étranger à la nomination à vos côtés de Benoît Granger, éleveur de bovins bio et responsable de la SCA le Pré Vert à Périgueux, comme premier Vice-président ?
P. L.S-J :
Au sein d'Arbio, j'appartiens au collège des transformateurs. Je voulais donc un Premier Vice-Président qui soit producteur. Il fallait un référent, quelqu'un qui soit très proche du terrain et qui permette que les trois collèges (production, transformation et distribution, ndlr) soient vraiment ensemble dans une relation horizontale. Grâce à un premier Vice-président issu de la production, les producteurs et exploitants doivent pouvoir nous dire quels sont leur besoins localement pour qu'ensuite les transformateurs bio d'Aquitaine puissent s'approvisionner au mieux, et au plus chez eux, et qu'au final les distributeurs aquitains distribuent ainsi un maximum de produits de la filière bio aquitaine. Nous voulons que l'amont produise une économie qui va obligatoirement répondre à un besoin, à savoir celui de transformer et vendre localement à des consommateurs bio de plus en plus nombreux.

Photo : Aqui.fr

Solène  Méric

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
1220
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr