Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Interview : Michel Prugue, Président de l'INAO et du groupe Maïsadour: trouver un équilibre subtil entre producteurs et consommateurs.

26/05/2011 |

Michel Prugue Président de l'INAO et du groupe Maîsadour

Comment communiquer pour mettre en valeur les produits dits sous signes de qualité, d'origine, en répondant aux attentes du consommateur qui chaque jour davantage se veulent citoyennes, qui aspirent à connaître la façon de travailler des agriculteurs? Michel Prugue, président du groupe coopératif Maïsadour et président de l'INAO, Institut National de l'Origine et de la Qualité, raisonne "société" mais dans un parallèle permanent avec "marché". Comment réussir ce défi s'il n'existe pas de demande solvable? Et de souligner l'exemple du bio qui peut se développer maintenant que le consommateur suit. Il faut, en réalité, selon Michel Prugue trouver un "subtil équilibre" entre les contraintes économiques des producteurs et transformateurs et les aspirations des consommateurs. De tous ces thèmes au coeur de la réflexion initiée par le Projet Stratégique Agricole Aquitain il sera question lors des Assises de l'origine 2011 ce 31 mai. Un rendez vous de portée internationale à ne pas manquer.(1)

@qui! - Chercher à défendre et promouvoir des produits de qualité comme le sud ouest est capable de le faire tout en répondant aux attentes parfois contradictoires de la société: des aliments sains et de prix abordables: le défi est important... 

Michel Prugue
- Si l'on résume brièvement, c'est souvent derrière les négociations de prix et de volume avec la grande distribution que se dessine l'acte d'achat du consommateur. Le distributeur peut l'influencer par la mise en avant du produit mais, aujourd'hui, on voit que l'impact du débat sociétal sur la façon de produire en respectant les ressources naturelles, sur le bio, est indissociable de l'existence d'un marché. 

A partir du moment où il y a un marché solvable, les entreprises n'ont aucun problème a répondre à ces demandes. Mais une demande sans marché  a peu de chances d'aboutir. Le Bio en est la très belle illustration car pendant longtemps on a parlé du bio mais maintenant que les gens achètent du bio ça ne pose plus de problèmes d'en produire. J'ai connu l'époque où on produisait  du bio ; on en vendait 10%, le reste passait en conventionnel et les producteurs en assumaient la charge...Le producteur, depuis des années, on lui explique qu'il doit produire ce que le marché veut acheter; ce n'est pas aussi  basique. Dans notre région on est très fiers et attachés à nos productions locales traditionnelles. A partir de là on a deux angles d'attaque. Comment faire perdurer ce savoir faire et ces produits qui nous viennent de loin tout en sachant les adapter à des modes de consommation plus modernes? Si on parle du marché local régional, le produit est connu. Quand on l'exporte ce terme est banni  aujourd'hui il faut qu'on réponde à trois niveaux : la sécurité, le plaisir - ça apporte du bien être de la reconnaissance de soi-, l'environnement: "ne faites pas de mal à notre planète". Quand il s'agit de nos produits sous origine ou signe de qualité, on le fait naturellement mais on ne le dit pas de manière explicite. En effet ces produits ont passé le temps, les époques ; ça veut dire que les ressources naturelles sont protégées. C'est dans la nature des choses.

 

@! -  Est ce que vous avez conscience qu'il faut, quand même, communiquer, expliquer  plus que jamais ? Et ce d'autant que les représentations qui sont souvent données de l'agriculture, de la production, peuvent être caricaturales et jeter le trouble dans les esprits ?

M.P. - il faut communiquer beaucoup plus. Mais la difficulté vient de ce que nous avons un message complexe à faire passer. Suivant les périodes et les publics, les supports sont différents; il faut choisir des axes spécifiques. Quand on va s'adresser à des journaux gastronomiques on va parler plaisir et qualité du produits ; dans des journaux agricoles on va parler de la performance économique; quand on va s'adresser,  de manière plus générale, au grand public il va falloir parler de l'empreinte écologique de ces productions. Mais, en fer de lance des trois axes différents, qu'est-ce qui va actionner le moteur de l'acte d'achat ? Nous ne sommes pas des philanthropes: on est là pour valoriser des productions agricoles qui s'adaptent aux besoins de nos sociétés mais doivent en même temps dégager un profit que l'on essaie de répartir - c'est notre cas dans les coopératives - le plus équitablement possible, entre les producteurs, les salariés et les besoins d'investissement pour préparer l'avenir. C'est un subtil équilibre mais ce qui est difficile à vivre ce sont des attaques permanentes des bien pensants qui ne connaissent pas forcément les conditions pédo-climatiques dans lesquelles vivent les agriculteurs et les entreprises, conditions pour lesquelles  le rôle de l'agriculteur est de maîtriser la nature. Maîtriser et non pas agresser ; on nous reproche aujourd'hui de l'agresser. Le "deal" à passer c'est, d'un côté la production ne doit pas être dans une logique d'agression mais de l'autre qu'on nous reconnaisse le droit de maîtriser la nature. Car le métier d'agriculteur, dès son origine, a consisté à la maîtriser.

@! - Un salon  de l'agriculture comme celui qui s'ouvre ce 28 mai  c'est l'occasion pour la profession d'aller à la rencontre de la société urbaine. C'est aussi l'occasion de réfléchir avec les collègues européens à cette question de la qualité des produits. Cette année les « Assises de l'origine » ont l'ambition de traiter de « la régulation au service d'une agriculture durable ». Que faut il réguler ?

M.P. -  La régulation on la vivait, la subissait sans s'en rendre compte....  C'était la Politique Agricole Commune qui, depuis son origine, avait construit un cadre qui permettait une régulation globale : les prix n'étaient jamais ni trop hauts ni trop bas; ils étaient dans un tunnel qui protégeait l'agriculteur mais également le consommateur d'une variabilité des prix, telle qu'on la connaît aujourd'hui. Le ministre de l'agriculture et celui du commerce ont reconnu, publiquement, que nous ne pouvions pas tenir des prix d'alimentation qui ne soient pas en cohérence avec le prix réel des produits agricoles ; c'est quelque chose de nouveau. Le Président de la République avait bâti sa campagne de 2007 sur le pouvoir d'achat mais peut-on détruire la production nationale au nom du pouvoir d'achat ? Ou, est-ce permettre aux  consommateurs d'avoir un juste prix pour son alimentation ?

De nouveaux outils de régulation

Aujourd'hui on est face à de la volatilité ; le ministre de l'agriculture a souhaité que la profession s'organise; un accord a été signé le 3 mai entre producteurs, transformateurs, distributeurs pour qu'il y ait des" clauses de revoyure". Des accords inter-filières se préparent, également, entre monde céréalier et animalier de sorte qu'on puisse trouver des techniques de lissage, non pas pour éviter la hausse ou la baisse des prix mais pour qu'elle soit soutenable, à la fois pour les producteurs et les consommateurs.

Ces outils nouveaux ne sont qu'un palliatif à la destruction des outils européens sous l'ère de Mme Fischer Boel commissaire à l'agriculture; ce sont des outils privés, encouragés en cela par un monde politique qui avait d'ailleurs validé la destruction des outils qui existaient auparavant...

S'agissant des signes d'origine et de qualité nous sommes dans une démarche collective : des producteurs et des opérateurs se regroupent pour développer un produit. Basé sur un cahier des charges et des contrôles indépendants. Au nom de la concurrence, aujourd'hui, il est refusé à ces regroupements d'intérêts particuliers de pouvoir réguler les volumes et les prix sur leurs produits. Le droit de la concurrence l'interdit. Si je suis une entreprise à statut unique les règles de la concurrence, en revanche, ne m'interdisent pas de définir des volumes et des prix. Nous estimons qu'il y a distorsion mais on ne voit pas en quoi permettre à la production de poulet jaune des Landes de s'organiser en son sein, en volume et en prix, cela serait perturbateur pour le consommateur... Dans la mesure, par exemple, où il peut acheter un poulet label rouge venant d'un autre bassin de production. Cependant, les opérateurs du poulet des Landes s'ils s'amusaient... à choisir trop peu de volumes, à des prix trop élevés perdraient des parts de marché. Il faut donc trouver un subtil équilibre entre la réaction du consommateur et la volonté des opérateurs  économiques ; cela permet dans un groupe collectif, d'empêcher qu'il y ait des jeux individuels consistant à trop produire et ainsi à perdre de la valeur.

Lors du colloque sur les outils de régulation on évoquera, par exemple, la question de « la filière vin et des droits de plantation ». Dans une région où la viticulture est essentielle pour notre économie les intervenants vont pouvoir parler des droits de plantation. Imagine-t-on que n'importe qui puisse planter des pieds de vigne sans se soucier de l'état du marché ? La régulation des volumes est importante car la course aux prix entraîne généralement une dégradation de la qualité. Il faut permettre à des produits qui ont accepté de se donner une identité commune le droit de s'organiser face aux marchés. C'est parce que le marché  est organisé qu'il fonctionne.

J.A

 1. "Assises de l'origine 2011: "Signes Officiels de Qualité et d'Origine: des outils de régulation au service d'une agriculture durable" le 31 mai  Parc des Expositions de Bordeaux-Lac (9h30-12h30)

Partager sur Facebook
Vu par vous
530
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr