Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Jean-Philippe Granger : "préserver les terres agricoles, une priorité"

02/12/2016 | Pour la chambre d'agriculture de la Dordogne, un des enjeux est de le maintien l'activité agricole en luttant contre les friches. Le point avec Jean-Philippe Granger.

Jean-Philippe Granger, président de la chambre d'agriculture de la Dordogne

Le foncier agricole se fait rare alors que les porteurs de projets agricoles et les agriculteurs actifs ont besoin de cette ressource essentielle à leur activité. Beaucoup de terres partent en friches ou à l'urbanisation. Le foncier disponible doit pouvoir revenir à l'agriculture. Lors des débats sur la loi d'avenir agricole de 2014, la chambre d'agriculture de la Dordogne a fait des propositions, pour faire évoluer le statut du fermage, jugé contraignant, options qui n'ont pas été retenues. Des outils de gestion du foncier ont vu le jour, un partenariat entre la Chambre et la Safer existe.

@qui.fr : Lors du débat sur la loi d'avenir agricole de 2014, la chambre d'agriculture de la Dordogne a travaillé sur le statut du fermage. Quelles évolutions auriez vous souhaité à l'époque
Jean-Philippe Granger - Sur le terrain, il y avait une attente sur les évolutions du statut du fermage, jugé trop contraignant, notamment lorsque le fermier ne peut pas honorer ses échéances ou lorsque le propriétaire, victime d'un coup dur, souhaite vendre ses terres pour  par exemple regagner de la trésorie. Notre souhait était de tendre vers un assouplissement. A l'époque, nous avions proposé d'être département pilote. Malheureusement, les propositiions n'ont pas été suivies. Nous avons mis en place une stratégie commune avec la Safer permettant de localiser et de valoriser les friches agricoles. Ce recensement, réalisé en 2014, a pour objectif le retour en culture de ces parcelles afin de soutenir le développement des exploitations. Notre priorité est de conserver les terres agricoles

@qui.fr : Différents outils de gestion du foncier existent. Que pensez vous des conventions de mise à disposition, proposées par la Safer ?
Jean-Philippe Granger:
  La question du fermage est centrale. Il existe plusieurs types de contrats. Pour chaque propriétaire, il existe un contrat adapté qui doit pouvoir répondre à ses attentes, son projet. Les conventions de mises à disposition constituent une bonne option, pour l'agriculteur propriétaire qui veut prendre le temps de la réflexion par rapport à la transmission de son exploitation. S'engager avec la Safer sur une période de 6 ou 12 ans, peut lui permettre de prendre une décision sans précipitation. Il a la garantie des paiements de loyers. A mon avis, cela peut être une bonne formule pour tester le travail de celui qui exploite les parcelles avant éventuellement de lui louer via un bail classique ou de lui céder.  Le propriétaire peut se rendre compte comment ses terres sont valorisées.  Côté locataire, cela peut être une bonne option pour les exploitations, en vitesse de croisière qui hésitent à investir ou à s'agrandir.  Par contre, l'inconvénient majeur de ce dispositif, concerne l'installation.  Un jeune en phase d'installation a besoin d'un certain nombre d'ha pour conduire son projet. Les terres louées dans le cadre d'une CMD concernant un jeune,  le place dans une situation de précarité. C'est la principale faiblesse.  

@qui.fr : Quel regard portez vous sur ces conventions par rapport à l'objectif prioritaire de lutte contre la déprise agricole.
Jean-Philippe Granger: L
a lutte contre la déprise agricole demeure une de nos priorités. Ces conventions ont eu le mérite de permettre aux organisations agricoles de travailler avec les collectivités.  Je citerai un exemple : certaines parcelles, propriété du Grand Périgueux, situées à proximité de la zone du Pont du Cerf, où les projets sont nombreux, ont été mises à disposition des agriculteurs des alentours pour une durée déterminée, via cet outil. Cela permet de conserver des terres agricoles en attendant que les autres projets aboutissent.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : archives Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
15410
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr