Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction dans cette zone

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Jerémy Corbeau opte pour la fraise bio

11/05/2012 | Jérémy Corbeau a opté pour une petite production de fraises et de petits fruits. Sa petite exploitation est certifiée en agriculture biologique.

Jérémy Corbeau espère produire cette année 3 tonnes de fraises

A 29 ans, Jérémy Corbeau a pas mal bourlingué en France et de part le monde. Il y a un peu plus de deux ans, il a eu envie de poser ses valises en Dordogne, ayant eu un véritable coup de coeur pour ce département avec le projet de s'installer en tant qu'agriculteur. Depuis un peu plus d'un an, il produit des fraises, des framboises et des groseilles qu'il vend en direct à des Amap, des restaurants et sur les marchés. Dès le départ, il a opté pour l'agriculture biologique par éthique personnelle.

Depuis quelques jours, ses gariguettes et Ciflorettes commencent à rougir avec le retour du soleil. Ses fraises conduites en bio seront commercialisées par trois AMAP locales et quelques restaurants. Jérémy Corbeau est un jeune agriculteur heureux : son installation correspondait avant tout à un projet de vie. "J'ai mal bougé, j'ai été saisonnier sur la Cote Atlantique, j'ai travaillé pendant trois ans pour une organisation non gouvernementale au Népal. Il y a deux ans, j'ai eu envie de me poser, de construire quelque chose ici en Dordogne. Je voulais devenir mon propre patron."

L'idée de travailler la terre le séduit.  Le jeune homme entame une formation agricole en vue de s'installer avec l'aide de l'association Agro bio Périgord. "Dès le départ, j'avais une idée assez précise : je voulais produire des fraises et des petits fruits et en bio par éthique personnelle." Comme beaucoup de futurs agriculteurs, le jeune homme se heurte au problème d'accès au foncier. Mais sa mère installée sur la commune de Bourrou, au coeur du pays vernois, terre de production traditionnelle de la fraise en Périgord, lui met 2, 5 hectares à disposition. "C'est grâce à elle que j'ai pu concrétiser mon projet. Je n'ai eu à investir dans le matériel et les plants."

10 000 plants de fraises
Un peu plus d'un an après son installation, les 10 000 plants de fraises sont remplis de fruits à maturité. Les cassis, groseillers et framboisiers plantés pendant l'hiver 2010, devrait produire cette année. La première année, Jérémy Corbeau a produit 1, 5 tonne de fraises de différentes variétés : gariguettes et ciflorettes en variétés non remontantes, mara des bois Charlotte, et cirafine en variétés non remontantes. Cette année, il table sur le double entre 500 kilos et une tonne de petits fruits. "Par chance, mes pieds tous en pleine terre ont été épargnés par le gel. La couche de neige a servi de protection avant les jours de grand froid. Ma conduite d'exploitation ne comporte aucun produit chimique, que des engrais naturels. J'ai mis en place un système d'irrigation au goutte à goutte." Le jeune homme n'a pas bénéficié de la Dotation au jeune agriculteur (DJA) car la constitution du dossier lui a paru trop complexe. "Je n'ai pas monté le dossier. De plus, c'est très long. Mon exploitation est certifiée agriculture biologique, un choix personnel. Je perçois  par contre des aides de la région qui correspondent à des aides en investissement en matériels.

Jérémy Corbeau a pas mal de projets, notamment celui de développer les ventes sur les marchés et les restaurants locaux. Travailler avec des grossistes est aussi financièrement intéressant. A partir du mois de juin, il commercialisera ses fruits sur le marché de Périgueux. Pour développer son exploitation et sa production, le jeune agriculteur souhaite bénéficier deux ou trois hectares de terrre supplémentaires soit à l'achat soit à la location sur la commune de Bourrou.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Cl- Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
2347
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
tosser | 25/01/2013

bonjour, je part en parrainage sur une exploitation bio dans le sud des landes.

on va se diversifier en fraise.je voudrais savoir quelles sont les varietes sont les plus résistantes et les plus faciles a concerver. ansi que les calandrier de cultures.merci de me repondre

riwal

Webmestre | 26/01/2013

Bonjour,

je pense qu'il serait préférable que vous vous tourniez vers la Chambre d’agriculture de la Dordogne par exemple http://www.dordogne.chambagri.fr/

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr