Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/19 : Compte-tenu des conditions climatiques le Conseil Régional a suspendu les transports scolaires ce mardi soir dans le secteur de Thiviers (Dordogne). Les parents doivent venir chercher leurs enfants dans les établissements scolaires.

22/01/19 : La Dordogne est en alerte jaune neige et verglas ce mardi jusqu'à 18 h. Des chutes de neige sont possibles dès le début de matinée à l'est de l'axe Nontron et Sarlat. Suivez les évolutions météorologiques sur les sites de Météo France, Info route.

22/01/19 : La Rochelle : une réunion publique de présentation du projet de protection contre les submersions marines du quartier de Port-Neuf se tient mardi 22 janvier à 18h30 à la Maison de quartier de Port Neuf, Place de l’île-de-France.

21/01/19 : Dans un propos à France 3 Vincent Feltesse, ancien président de la Communauté urbaine de Bordeaux et membre de la minorité municipale, indique qu'il a signifié à Olivier Faure son départ du PS :J'ai besoin de continuer à produire, le PS empêche ça." 

21/01/19 : Construction de la retenue d'eau de Caussade. La préfète du 47 a fait apposer des scellés sur les engins de chantier. Par arrêté du 14 décembre 2018, les travaux de construction de cette retenue d’eau est suspendue et se poursuivent illégalement.

21/01/19 : Pour éviter les débordements des manifestations des gilets jaunes à Bordeaux, l'association des commerçants à décidé de décaler la braderie, organisée traditionnellement du jeudi au samedi. Elle se tiendra donc du mercredi 6 au vendredi 8 février.

21/01/19 : Ce mercredi 23 janvier, le service V3 (vélos en libre-service) de Bordeaux Métropole change de système d’exploitation pour un plus moderne. Une coupure totale du service aura donc lieu de 8h00 à 9h00 avec une réouverture progressive des stations.

20/01/19 : Pour la première fois depuis le début du mouvement, les gilets jaunes de Dordogne ont organisé samedi à l’occasion de l’acte X, un rassemblement départemental à Bergerac. Environ 1400 personnes ont défilé dans les rues de la sous préfecture.

19/01/19 : Nouvelles violences et affrontements avec incendies de véhicules en fin d'après-midi à Bordeaux: la manifestation GJ a dégénéré, les casseurs sont entrés en action et les forces de l'ordre ont dû recourir aux véhicules blindés

18/01/19 : Bordeaux: l'opération de parking gratuit place des Quinconces reconduite ce dimanche et étendue à demain samedi et jusqu’à la fin des soldes : environ 400 places de stationnement libre de 9h30 à 20h chaque samedi et dimanche jusqu'aux 16 et 17 février

18/01/19 : Le nouveau service de location de vélos de l'agglomération du Grand Périgueux s'appellera "Périvélo". 400 deux-roues (à assistance électrique, pliants, vélos classiques) seront progressivement mis à disposition pour les usagers à partir du printemps.

17/01/19 : Rochefort (17) : la tête d'affiche de la programmation du festival Stéréoparc vient de tomber. Il s'agit du groupe Offenbach, qui jouera le 20 juillet.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/01/19 | Une délégation Régionale pour l'UNICEM

    Lire

    La plus grande région de la filière a enfin son syndicat! L'Union Nationale des Industries de Carrières et Matériaux de Construction (UNICEM) Nouvelle-Aquitaine vient de naître de la fusion des trois syndicats des anciennes régions. Patrice Gazzarin, ex-président de l'UNICEM Aquitaine, a été élu à la tête du syndicat. En 2017, l'UNICEM représentait sur le territoire néo-aquitain, plus de 4 300 emplois directs, pour 345 entreprises et plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires.

  • 22/01/19 | Le Crédit Agricole engagé pour l'artisanat

    Lire

    Faciliter la préparation et la réalisation des travaux des clients Girondins. Tel est le but du partenariat qui vient de naître entre le Crédit Agricole d'Aquitaine et One Artisan. Créé en 2014, One Artisan est un service d'apporteur d'affaires pour les professionnels du bâtiment mais aussi de recommandation d'artisan pour les particuliers. Grâce à ce partenariat, les clients du Crédit Agricole pourront bénéficier, s'ils le souhaitent, d'une solution de financement pour leurs travaux.

  • 22/01/19 | Limoges a du cœur !

    Lire

    La préfecture limousine vient d'être récompensée pour sa lutte contre l'arrêt cardiaque. En effet, la Fondation AJILA a remis le Label 2019 "Ma Commune a du Cœur" à la Ville de Limoges pour saluer sa politique de lutte et de formation face à l'arrêt cardiaque. Depuis 2011, la Ville s'est engagée dans une campagne de déploiement de défibrillateurs automatisés sur son territoire. Les limougeauds ont ainsi 37 défibrillateurs mis à leur disposition dans plusieurs lieux public.

  • 22/01/19 | Région : quatre appels à projets (re)lancés

    Lire

    2019 sous le signe de la coopération européenne et internationale ! Le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine lance, ou relance, des appels à projets sur ce thème. Ainsi, le lien avec la Communauté autonome d'Aragon (Espagne) sur l'éducation et la formation est renouvelé. La Région soutient également le développement solidaire et Éducation à la Citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) à travers deux projets. Le dernier projet concerne le renforcement des échanges avec le Québec.

  • 22/01/19 | Poursuite de sa croissance à l'export pour le Cognac

    Lire

    Le cognac confirme son développement sur ses marchés en 2018, avec des expéditions en croissance de plus de 3% en volume et près de 2% en valeur. Au total, 204,2 millions de bouteilles ont été expédiées, pour un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros. Les Etats-Unis restent les plus gros consommateurs (87,4 millions de bouteilles), tandis que le développement d'un nouveau marché vers le Moyen-Orient se confirme, avec 5,6% de croissance et 60 millions de bouteilles exportées.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Julie et Mathieu : du vaste Monde jusqu'à Lussac-Saint Emilion

15/05/2018 | D'abord bien connaître la vigne en la travaillant et produire les meilleurs raisins.

Julie Rapet et Mathieu Mercier

C'est une de ces belles histoires qui est née, en 2011, sur les bancs de l'ENITA, la grande école d'ingénieurs devenue Bordeaux Sciences Agro, lorsque Julie Rapet et Mathieu Mercier se sont connus et reconnus. Aujourd'hui, main dans la main, ils n'ont pas loin à aller, quittant la belle demeure en réfection à Lussac, en Gironde, pour s'attaquer à l'ébourgeonnage. La propriété viticole dont ils avaient rêvé qu'il ont choisie dans « une appellation porteuse » selon le mot de Julie, est attenante à leur demeure du château de la Grande Clotte : 7ha 50 dont 6ha 50 de rouge et un de blanc

C'est en aoùt 2015 que le jeune couple, au cœur de ses vacances, visite la propriété qui fut confiée en fermage dans les années 90 à un certain Michel Rolland. Le lieu, le terroir argilo-calcaire, l'existence d'un matériel sur l'exploitation, d'un chai, les convainquent que c'est bien là qu'ils vont se lancer dans la production d'un grand vin. Il faut dire que la viticulture leur est tout sauf inconnue. L'un et l'autre ont leur diplôme d'oenologue et, comme plein de jeunes de cette génération qui ont la trentaine aujourd'hui, ils sont d'abord partis à la découverte du vaste monde et, en l'occurrence, celui de la viticulture. Et pour commencer en « manageant » l'une des belles propriétés du groupe Taillan au Canada, le vignoble « Osoyoos Larose », de 32 hectares, en Colombie britannique dans l' « Okanagan Valley », non loin de Vancouver. Cette expérience se prolongera par le Chili pour Mathieu puis la Californie en Napa Valley pour le couple. L'un et l'autre de nos jeunes viticulteurs ont gardé de ces années passées, et de leur engagement, un lien essentiel au sein du groupe Taillan puisqu'ils continuent à y collaborer, tout en avançant dans le développement de la propriété. Mathieu travaille à 80% dans une mission de direction technique auprès de six propriétés de la rive droite, avec un emploi du temps aménagé et Julie, elle, à mi-temps. L'un et l'autre, aujourd'hui, sont gérants de la SCEA, Société civile d'exploitation agricole, de la Grande Clotte, succédant à Mme Danièle Rolland qui a occupé ce poste de 2005 à 2016. Et ils ont bénéficié, pour ce rachat des parts sociales de la société, de l'aide de M.Mercier père, viticulteur en Cognaçais. La demeure de la Grande Clotte et les alentours ont été acquis par le couple qui a emprunté 200.000 euos.

L'achat des terres viticoles à la Safer Aquitaine Atlantique a été réalisé selon le dispositif bien connu du portage du foncier, par le biais de région et département, et un remboursement étalé sur une période de cinq ans. Julie, de son coté a bénéficié de la DJA, la Dotation Jeunes Agriculteurs à hauteur de 15 000 euros. Le tandem doit faire face, ainsi, à un challenge relevé mais il l'aborde avec la certitude de pouvoir créer des vins de grande qualité. D'ailleurs, ils ont eu la joie de vinifier une « très belle année 2016 «  selon le mot de Julie. Des débouchés au négoce dans la continuité de l'exploitation Rolland, une présence progressive dans les salons et un peu d'exportation...au Canada., les perspectives ne manquent pas de ce coté là, mais on comprend que nos deux œnologues nourrissent la plus belle ambition. Hélas le gel a frappé à 95% le vignoble en avril 2017.

Le bio dans deux ou trois ans

Pas de quoi décourager l'envie d'améliorer le potentiel de production : ainsi, l'an passé, une plantation de cépage malbec (68 ares) est venue compléter un encépagement fait de 90% de merlot et 10% de cabernet franc. Quant à la perle rare, c'est un Bordeaux blanc, en ces terroirs de Lussac Saint Emilion ; elle est le fruit, sur un hectare, du triptyque Sauvignon blanc et gris (60%) Sémillon (30%) Muscadelle (10%) qui vaut le détour.

Julie et Mathieu se préparent par ailleurs au passage au bio. « Nous pensons commencer la conversion dans les deux ou trois ans mais pour le moment nous travaillons en très très raisonnée et n'utilisons que du cuivre et du soufre associés à des stimulateurs de défense de la plante » précise Julie. Un choix qui semble à leurs yeux de l'ordre de l'évidence mais qu'il faut aborder en s'y préparant avec méthode, ce dont nos deux viticulteurs déjà expérimentés ne doutent pas.

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : Julie Rapet

Partager sur Facebook
Vu par vous
3672
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr