Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/09/20 | Plus de 5 millions d’euros pour les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Lors de la Commission Permanente du 25 septembre, le Département des Pyrénées-Atlantiques a attribué plus de 5 millions d’euros de subventions à 63 projets. Parmi les projets soutenus, 1 147 000 euros sont en faveur de la promotion de la langue basque, 447 436 euros en soutien aux acteurs de la culture dans le cadre de la crise sanitaire. Le Département s’engage aussi au travers d’une délibération à la préservation et la restructuration de la forêt de Chiberta fortement touché lors de l’incendie.

  • 26/09/20 | La Charente s’engage contre la fermeture de Verallia

    Lire

    Lors de sa commission permanente du 25 septembre, les élus du Département de la Charente ont voté une motion contre la fermeture de Verallia. A l’heure où cette fermeture entraîne la suppression de 80 emplois Ils souhaitent que "tout puisse être mis en œuvre pour préserver le bassin d’emploi de Cognac, et notamment que le plan de restructuration porté au niveau national préserve l’unité des acteurs du tissu économique local". De plus, le Département s’engage à être présent aux côtés des salariés et des élus pour faire face à cette annonce.

  • 26/09/20 | Le festival du film court d'Angoulême ce week-end

    Lire

    Le festival international du film court d'Angoulême revient du 25 au 27 septembre inclus, dans sa forme habituelle, à la Cité internationale de la bande-dessinée. 17 films en compétition sont à découvrir samedi après-midi. Ceux qui auront été primés seront de nouveau diffusés le dimanche à 18h30. Certains réalisateurs seront là pour échanger. A découvrir également : des courts-métrages à destination des plus jeunes, dont un Wallace et Gromit. Infos: www.filmcourtangouleme.com

  • 25/09/20 | L’hôpital de La Rochelle active son plan blanc

    Lire

    Le Groupe hospitalier Littoral Atlantique, qui regroupe les établissements de La Rochelle/Ré/Aunis, Rochefort et Marennes/Oléron, a activé mardi le niveau 1 de son plan blanc. Le nombre de patient Covid-19 est passé de 4 à 8 cette semaine, dont un en réanimation. Si le nombre de cas à l'échelle du Département reste faible (taux d'incidence <50 pour 100 000 habitants), le service réanimation est déjà sous tension, avec 2 places disponibles. Une unité spéciale Covid sera mise en place début octobre.

  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | L'aérodrome de Jonzac, un projet de développement économique arbitré par la SAFER de Nouvelle-Aquitaine

23/03/2020 | La SAFER de Nouvelle-Aquitaine a été missionnée pour venir en aide à la commune de Jonzac pour son dossier d'agrandissement de la surface de son aérodrome.

Marie Mongin et Olivier Bordas à l'aérodrome de Jonzac

La commune de Jonzac est propriétaire d’un aérodrome à cheval sur les deux agglomérations limitrophes de Clam et St Germain de Lusignan. Afin de créer à l’aérodrome une piste artificialisée, la commune contacte la SAFER en fin d’année 2017, car l’artificialisation de la piste ne peut voir le jour que si l’aérodrome se dote aussi d’une plus large enceinte de sécurité. L’élargissement de la zone sur des terres agricoles voisines est donc inévitable et c’est pour arbitrer les négociations avec les 9 propriétaires et 7 exploitants agricoles que la SAFER va récupérer ce dossier.

« Depuis 3 ans, la commune de Jonzac avait pour projet d’artificialiser la piste d'atterrissage afin d'accueillir des avions plus importants et par tous les temps », rappelle Marie Mongin, la conseillère SAFER chargée de ce dossier.  « Ils avaient un délai assez serré puisqu'il fallait que dans l'année on trouve une solution pour libérer des terrains autour afin d'élargir l'emprise de l'aérodrome. Cela concernait 9 propriétaires et 7 exploitants. On a donc fait un diagnostic foncier pour rencontrer les différents acteurs pour savoir quelle était leur situation et leurs conditions pour rentrer dans une démarche d'échange » témoigne la conseillère SAFER. Une partie des propriétaires a accepté de vendre peu de temps après l’ouverture des discussions, mais le minutage étant assez court il fallait convaincre rapidement la totalité des exploitants.
Certains ont accepté de partir et les autres ont souhaité être compensés en surface à proximité de leurs exploitations avec des parcelles de qualité égale, et disposant des mêmes équipements et installations notamment un réseau d’irrigation. Après cette partie négociation la nécessité pour la SAFER de trouver des terrains s’est faite pressante, « nous avons mis en place plusieurs outils de veille foncière pour saisir les opportunités qui se sont présentées », raconte Marie Mongin. Finalement, la SAFER procède à un échange multilatéral avec les réserves foncières constituées par achat amiable par préemption et par échange. Cet échange a permis d'un peu agrandir et surtout améliorer les îlots d'exploitation des exploitants qui étaient parties prenantes. Le projet d’agrandissement de l’aérodrome pouvait donc commencer.

La collaboration de Jonzac avec la SAFER sur d’autres dossiers

Après le succès de ce dossier et prenant acte de la collaboration réussie avec la SAFER, la commune de Jonzac va continuer de s’appuyer sur l’organisme pour d’autres projets, « à la suite de cela, il nous restait des surfaces et la communauté de communes avait des projets de développement économique avec la création d'une pépinière d'entreprises et d'une caserne de pompiers", explique Marie Mongin. Cette zone industrielle dédiée à l'aéronautique prévue à proximité de l'aérodrome de Jonzac ainsi que la caserne devait permettre de redynamiser ce territoire en déprise et c'est pourquoi la SAFER a réouvert de nouvelles discutions avec les propriétaires. "Nous sommes donc de nouveau rentrés en négociation avec les propriétaires et exploitants après une nouvelle étude foncière. Une partie de cette surface a pu être rattachée au premier échange », se félicite la conseillère SAFER. Un dossier mené à bien pour la SAFER et dont la commune se félicite par l'intermédiaire de la communauté des communes de Haute Saintonge et de son président Claude Belot.

« Je voulais réaliser une opération qui n'était pas simple, car elle mettait en cause tout un territoire et la volonté de plusieurs propriétaires autour d'un aérodrome », explique le président de la communauté des communes. « L'idée c'était d'allonger et d'élargir l'emprise de l'aérodrome de Jonzac de façon à en faire la base d'un développement économique plus affirmé. Le dialogue avec les exploitants a été un dialogue de qualité, même s’il est vrai qu'il a fallu acheter certains terrains plus chers que le cours du foncier, mais tout ce processus rentrait dans un projet de développement économique et ne représentait donc pas une somme vertigineuse », rassure Claude Belot. Le projet de développement économique pour la commune de Jonzac et les communes voisines est aujourd’hui une réalité pour les agriculteurs exploitants qui ont eux aussi trouvé un intéret dans ce projet.


« La ville de Jonzac a souhaité récupérer une parcelle que j'exploitais à proximité des termes pour y implanter une caserne de pompiers, des représentants de la commune sont venus nous voir pour nous présenter le projet et nous proposer des solutions pour palier la perte de cette parcelle, à savoir de recevoir en fermage une partie des terres rachetées par la commune de Jonzac. J'exploite mes terres pour y faire des céréales d'hiver et de printemps, et les terres que je récupère seront destinées à la même utilisation », abonde Pierre Fedon, agriculteur "relocalisé" à la suite du projet de caserne. Une solution qui semble le satisfaire puisque les terres qu’il a récupérées sont en fait situées plus près de son lieu d’habitation. Pour les autres exploitants, la situation était différente et les enjeux aussi, « comme je souhaitais m'agrandir grâce au droit de plantation en vigne qui nous est accordé chaque année, il me fallait deux parcelles supplémentaires que j'ai pu acquérir grâce à ce projet », explique Olivier Bordas, viticulteur. Certains des acteurs de ce projet avaient donc un intérêt à laisser la ville de Jonzac acquérir ces terres.

Aujourd’hui, reconnaissant auprès de la SAFER et heureux de cette collaboration, la communauté des communes de la Haute Saintonge et son président Claude Belot souhaitent porter le regard sur l’avenir du projet, « je prends rendez-vous dans quelques années pour voir les entreprises qui se seront installées sur cette zone et je suis certain que nous avons trouvé là un partenariat de réussite ».

Clément  Bordenave
Par Clément Bordenave

Crédit Photo : Nicolas Vidil

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
7291
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr