Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/01/19 : Rochefort (17) : la tête d'affiche de la programmation du festival Stéréoparc vient de tomber. Il s'agit du groupe Offenbach, qui jouera le 20 juillet.

17/01/19 : Vendredi 18 janvier, EDF/Dalkia signera un partenariat avec la Ville de Poitiers pour Traversées, l'évènement artistique et culturel du Palais. La signature se fera à 10h en présence du maire de Poitiers et des représentants régionaux d'EDF/Dalkia.

17/01/19 : La Rochelle Université ouvre ses portes samedi 2 février, de 9h30 à 17h. L’accueil de la journée se déroulera au Technoforum (23 avenue Albert Einstein, La Rochelle). avec des stands d’informations de l’Université et de ses partenaires (CROUS, CDIJ, Yélo,

16/01/19 : La Rochelle : la Nuit de la lecture se tient samedi 19 janvier de 14 h à 7 h dimanche à la Médiathèque de Laleu/La Pallice, à la Médiathèque Michel-Crépeau et au Muséum d’Histoire naturelle. Des lectures et des animations variées sont organisées.

16/01/19 : Le lanceur de poids bordelais Jean-Luc Mastromauro a battu le record de France des moins de 50 ans. Il a réalisé 17m19 à Fronton le 13 janvier, améliorant ainsi son propre record de France, établi une semaine plus tôt avec 16m90.

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/01/19 | Eco-Campus : Poitiers exemplaire

    Lire

    L'Université de Poitiers mise en valeur par le ministère de l'Enseignement Supérieur. Dans le cadre d'un séminaire dédié à la valorisation et la vie de campus, le ministère a invité l'Université de Poitiers à présenter son réseau de chaleur. Cette installation a permis une baisse de 500.000 euros de la facture énergétique. L'établissement poitevin est engagé dans une stratégie de développement durable récompensée par l'obtention du label Développement Durable et Responsabilité Sociétale en 2016.

  • 17/01/19 | Gilet jaunes : quel impact sur les commerces girondins ?

    Lire

    Dans une enquête de la Chambre de Commerce et d'Industrie Bordeaux Gironde sur l'évolution de a fréquentation des commerçants girondins sur les samedi du 15 décembre au 5 janvier auprès de 310 d'entre eux, on apprend que 93% des commerçants bordelais ont enregistré une baisse de fréquentation (supérieure à 50% pour plus d'un quart) par rapport à l'an passé et 90% une baisse de leur chiffre d'affaire (supérieure à 50% pour près d'un quart). Sur le reste du département, 69% ont enregistré une baisse de fréquentation et 66% du chiffre d'affaire, avec une Haute Gironde jugée "très fortement impactée".

  • 17/01/19 | Habitat 17 : des actions pour rompre l'isolement des retraités

    Lire

    Afin de rompre l'isolement des personnes âgées, l'association Voisins Solidaires et l'office public Habitat 17 viennent de créer un programme d'actions sur le département, allant du service rendu ponctuel à l'organisation d’événements de voisinage (type fête des voisins), reposant sur un réseau de voisins. 160 seniors isolés de 80 ans et + ont été identifiés. Avec cette action, l'office s'est vu renouveler le label européen du "bailleur social et solidaire", déjà obtenu en 2016 pour trois ans.

  • 17/01/19 | Mérignac : 4e édition de l’opération "Mon sang pour les autres"

    Lire

    Le Rotary Club de Mérignac et l'Association pour le don du sang bénévole de Mérignac s‘unissent au côté de l’Etablissement français du sang (EFS) Nouvelle-Aquitaine en organisant vendredi 18 janvier toute la journée et samedi 19 janvier au matin à la Maison des associations des journées pour donner son sang. Pour ce faire, il suffit d’être majeur et en bonne santé. L’objectif est de mobiliser 180 donneurs lors de cette collecte. Toutes les informations sont à retrouver ici.

  • 17/01/19 | Charente : une nouvelle Maison de Santé en zone rurale

    Lire

    Une nouvelle Maison de Santé sera inaugurée ce samedi à Barbezieux-Saint-Hilaire (23 avenue Charles-Virolleau), sur un territoire en désertification médicale. La MSP de Barbezieux-Saint-Hilaire regroupera 11 professionnels de santé aux fonctions complémentaires : deux médecins, un dermatologue, une sage-femme, deux cabinets d'infirmières, deux ostéopathes, une diététicienne, un psychologue et un réflexologue. Un projet soutenu pat la Région (150 000€) et l'Europe (200 000€).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | L'agriculture bio, nouvel "outil" de territoire pour les collectivités?

27/03/2015 | Collectivités et monde agricole, les bio prônent la solidarité par des projets de territoire durables et imaginatifs... et donnent la preuve par l'exemple

Yves GUIBERT Arboriculteur bio à Saint Léon (47) et son co-gérant

A l'occasion d'une conférence débat organisée par l'association Bio d'Aquitaine ce 26 mars, sur le thème des coopérations entre collectivité et monde agricole, Sylvain Roumeau de la Féderation Nationale d'Agriculture Biologique est venu exposer divers expériences et leviers d’actions innovantes mis en oeuvre par des collectivités pour construire des projets territoriaux durables, tendant notamment au développement de l'agriculture bio. A ses côtés, Daniel Helle du Syndicat mixte de production d'eau potable du bassin rennais, a quant à lui témoigner des réponses imaginées sur son territoire pour reconquérir et protéger la qualité des eaux sur certaines zones de captages en eau potable de la métropole Rennaise.

L'association Bio d'Aquitaine, « créée par et pour les agriculteurs bio », a pour vocation le développement de ce mode de production dans la Région. Et, en la matière, les arguments mis en avant par l'association, à l'image des instances bio au niveau national, sont nombreux : biodiversité, qualité de l'alimentation, respect de l'environnement,... Un ensemble de messages dont les destinataires ne sont plus seulement les consommateurs ou les agriculteurs conventionnels pour les encourager à la conversion, mais désormais aussi, ou de manière plus affirmée en tout cas, les collectivités territoriales.
Et, s'adressant à elles, les acteurs du bio, ici Bio d'Aquitaine et FNAB, ne cherchent pas simplement à les encourager à soutenir l'agriculture bio pour l'agriculture bio, mais préfèrent valoriser les bénéfices en terme de développement territorial que ce mode de production pourrait leur apporter... Bref, les collectivités ne sont plus appelées à voir le bio comme une fin, mais comme un moyen, un outil permettant notamment de participer à la protection, voire l'amélioration de la qualité des eaux sur les bassins de captation... En d'autres termes un intérêt collectif conciliant à la fois production d’eau potable et maintien d'une activité agricole, si possible bio.

De la "guerre"...Pour apporter de l'eau à son moulin, la FNAB a mis en place depuis 2007, avec les Agences de l'eau et des collectivités, des expérimentations pilotes sur 12 territoires au niveau national. Grâce aux retours d'expériences et à l'accompagnement réalisé par la FNAB sur ces projets, Sylvain Roumeau peut ainsi exposer l'existence d'une multitude de leviers d'actions aux mains des collectivités pour favoriser la production bio, au titre désormais de "projets de territoire durable". Parmi les différents outils, il pioche dans la grande enveloppe des documents de planification territoriale, qui d'ailleurs pour la plupart, inclus en amont, un nécessaire dialogue entre les acteurs aux intérêts souvent divergents. Parmi eux, l'agenda 21, les documents d'urbanisme, les Chartes de parcs naturel, les politiques de la ville, les SAGE, le Périmètre de protection de captage,etc... Mais, au delà des outils, ce sont aussi des actions qu'il s'agit de définir et de mettre en œuvre pour que projet territorial se concrétise en réalité de terrain. Autant d'outils, actions et retour d'expérience compilés sur le site www.devlocalbio.org, véritable guide en la matière
Outils et actions dont la condition sine qua non du succès semble d'abord être celle du dialogue, dans des zones, où peut se jouer parfois, une véritable « guerre de l'eau entre producteurs agricole et buveurs d'eau », pour ne pas dire entre campagne et ville, comme en témoigne Daniel Helle du Syndicat Eau du bassin Rennais. Une situation de tension désamorcée par une forte et progressive concertation avec les acteurs (professionnels, élus et habitants) de terrain jusqu'à la création d'un comité de pilotage commun pour un projet de territoire sur le thème eau et agriculture.

... à la solidarité entre producteurs et buveurs d'eauQuant aux actions menées sur certaines zones de captage de la ville de Rennes, elles ont été de deux ordres. « Nous avons d'abord agi sur le foncier et mis en œuvre sur ces zones un certain nombre de Baux Ruraux Environnementaux », permettant d'inclure un cahier des charges bio ou s'en rapprochant, en échange d'un loyer diminué pour l'agriculteur.
Autre actions : la fournitures des restaurations collectives publiques de Rennes, par les productions des agriculteurs situés sur les zones de captage, permettant ainsi l'ouverture d'un nouveau marché pour ces professionnels. Un principe simple mais complexe à réaliser dans les faits en raison de l'interdiction de localisme posée par le Code des Marchés publics.
Cette difficulté a été contournée par une solution innovante : utiliser un Marché public « eau », permettant ainsi de cibler l'achat des denrées alimentaires sur les exploitations situées sur un champ de captation de l'eau potable. En outre, « une incitation financière est mise en œuvre pour les producteurs s'engageant à changer leus modes de production de façon importante». L'objectif étant bien ici, souligne l'intervenant, « de faire progresser les productions sur un certain nombre de critères précis en terme d'impact sur la qualité des eaux. » En d'autres termes, sur ce bassin et par le biais cette action, soutenue par une forte animation sur le terrain, c'est bien désormais de solidarité, et non plus de guerre, qu'il s'agit entre producteurs agricoles et buveurs d'eau.

Sylvain Roumeau de la Féderation Nationale d'Agriculture Biologique et Daniel Helle, Eau du Bassin Rennais

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Bio d'Aquitaine / Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1989
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr