Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/09/20 | L’hôpital de La Rochelle active son plan blanc

    Lire

    Le Groupe hospitalier Littoral Atlantique, qui regroupe les établissements de La Rochelle/Ré/Aunis, Rochefort et Marennes/Oléron, a activé mardi le niveau 1 de son plan blanc. Le nombre de patient Covid-19 est passé de 4 à 8 cette semaine, dont un en réanimation. Si le nombre de cas à l'échelle du Département reste faible (taux d'incidence <50 pour 100 000 habitants), le service réanimation est déjà sous tension, avec 2 places disponibles. Une unité spéciale Covid sera mise en place début octobre.

  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

  • 25/09/20 | Angoulême : vers un festival de la BD en deux temps

    Lire

    Au vu du contexte sanitaire, les organisateurs du FIBD s'orientent vers un festival en deux temps. Un premier temps, une version modifiée avec des événements à Angoulême et hors les murs sur les dates initiales du 28 au 3& janvier), "répondant aux contingences en vigueur imposées par la pandémie". Un deuxième temps en présentiel à Angoulême, à la période printemps-été, pour rassembler plus de monde. Le contenu du projet sera présenté dans les prochaines semaines.

  • 25/09/20 | Nouvelle-Aquitaine : le don entre particuliers boosté par la crise sanitaire

    Lire

    L'application de dons bordelaise Geev a réalisé un classement des régions les plus actives en matières de dons entre particuliers. « Si le don a le vent en poupe ces dernières années, il a connu un essor particulier pendant la crise sanitaire », affirme la société. Ainsi, la société a dénombré les dons par régions entre février et juillet. La Nouvelle-Aquitaine est quatrième du classement "dons d'objets" avec 126 000 dons, derrière l'Île de France (458 000), les Hauts de France (171 000) et l'Auvergne-Rhône Alpes (143 000).

  • 24/09/20 | Covid-19: après les premiers tests, l'UPPA reste vigilante

    Lire

    Dans la matinée du mardi 22 septembre 2020, le Laboratoire Bio-Pyrénées a réalisé sur le campus de Pau une campagne de 200 tests de dépistage à la Covid-19 auprès des étudiants. Celle-ci a révélé 6 cas positifs à la Covid-19 sur les 107 prélévements nasopharyngés analysés par PCR, soit 5,6 % des étudiants testés. Un résultat qui incite l'Université "à rester vigilante" au regard de la moyenne au niveau nationale du taux de positivité (6.2 % au 23/09/20 à 14h) et des moyennes départementales publiées le 17/09/20 : Pyrénées-Atlantiques (4.2%), Landes (4.8 %) et Hautes-Pyrénées (3.1%).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Agroécologie: l'agroforesterie successionnelle débarque en Nouvelle-Aquitaine !

23/12/2019 | Une formation, sur l'agroforesterie successionnelle, se tient en février en Gironde. Ce n'est rien qu'une nouvelle manière de produire, en phase avec les principes de l'agroécologie.

Exemple d'agroforesterie successionnelle au Brésil

Du 10 au 13 février, une formation d'un nouveau genre débarque en Gironde, plus précisément à la Ferme du Bosquet, à Castets-en-Dorthe. Durant 4 jours entre apprentissage théorique et pratique il y sera question d' « agroforesterie successionnelle »... Co-organisée par Icosystème, une plateforme de formation en agroécologie, et l'association les Agron'hommes, l'objectif ici est bien de contribuer au développement en France, de cette méthode de production, véritable outil de transition agroécologique. Inventée par l'agriculteur chercheur suisse Ernst Gotsch, c'est au Brésil que l'agroforesterie successionnelle s'est le plus développée ; mais elle peut aussi s'épanouir sous nos climats tempérés. Opaline Lysiak, créatrice de l'association des Agron'hommes, « passionnée de pédagogie pour l’agroécologie » et formée à cette nouvelle agriculture au Brésil, nous en détaille les fondamentaux. Plus que convaincue, c'est autour de cette agroforesterie successionnelle qu'elle est elle-même en train de bâtir son projet d'installation.

@qui! : Qu'est ce que l'agroforesterie successionnelle ?
Opaline Lysiak : Pour comprendre ce qu'est l'agroforesterie successionnelle, il faut d'abord garder un principe à l'esprit : « Tout sol appelle la forêt ». Ca signifie qu'un sol sur lequel il n'y a pas d'intervention humaine va naturellement tendre à devenir, ou redevenir une forêt. Quand on fait de l'agriculture et qu'on veut garder un champ de maïs en rotation avec différentes cultures à tendance à s'appauvrir. Or les êtres humains veulent bien manger, avoir des sols fertiles et de qualité et des paysages agréables à regarder et à vivre, avec de l'ombre notamment. L'agroforesterie successionnelle a pour but de créer un système où l'on traduit « la recette de la forêt », pour produire de la nourriture et du bois.
Concrètement, la forêt est composée de plusieurs strates de végétaux, de la plus basse, où il y a peu de lumière, à la plus haute, qui bénéficie à 100% de la lumière du soleil, c'est notamment le cas du chêne qui surplombe l'ensemble. Or ce qu'on observe dans la forêt, on peut le reproduire en tant qu'agriculteur avec par exemple, un système de plantes à ras du sol, puis des framboisiers, des noisetiers, des cerisiers, des peupliers et du chêne... Un système global qui permet ainsi à la fois de produire de la nourriture, et à terme du bois d'oeuvre. Et cela peut s'appliquer tant à un système céréalier, maraîcher, à la vigne ,même si sur cette production les mises en place sont assez récentes, et à l'élevage.

@! : Cette "nouvelle agriculture" peut donc s'adresser à toutes les productions, mais pour l'heure c'est principalement au Brésil et son climat tropical que l'agroforesterie successionnelle s'est développée, le système que vous évoquez peut-il être aussi efficace en France, où le climat est bien différent ?
O.L. : On peut faire de l'agroforesterie successionnelle partout où il y a de la forêt. C'est vrai qu'au Brésil, la climat fait que le système pousse plus vite, jusqu'à 5 fois plus vite que sous nos lattitudes. En France les choses se feront plus lentement, mais c'est simplement une donnée à prendre en compte dans son projet pour pouvoir l'adapter au mieux. En ce qui me concerne, je vais m'installer en Bretagne l'an prochain. Mes premières plantations, des arbres à petits fruits ne me permettront de récolter que dans deux ans, mais j'aurai des poules pondeuses pour pouvoir vivre, et dans 10 ans j'aurais des noix, et dans 30 ans, je pourrai commencer à abattre des arbres, des chênes pour avoir du bois d'oeuvre et assurer l'avenir de mes enfants...

"De l'agroécologie à fond les ballons !"
@! : Il faut donc penser à un système sur le long terme, on est loin des objectifs de rentabilité et productivité immédiate....
O.L. : Le système de l'agriculture syntropique, autre nom de l'agroforesterie successionnelle, qui traduit bien que cette agriculture se définit par la création de complexité (syntropie) plutôt que par la destruction du complexe vers le simple (entropie), est basée en effet sur la succession dans le temps, mais aussi sur l'organisation de l'espace et surtout sur la production de biomasse. Certains arbres, vont être taillés de manière intense pour nourrir le sol et accélèrer la pousse des arbres fruitiers par exemple. Il y a donc des arbres qui vont être dédiés à servir la régénérescence des sols, permettant d'amener plus de fertilité et moins d'entrants, et d'autres seront davantage dédiés à la production. C'est de l'agroécologie à fond les ballons !

@! : Lors de la formation que vous co-organisez en février en Gironde, et à laquelle vous participez en tant que formatrice, outre les agriculteurs intéressés, vous avez tenus à ce que des étudiants soient également présents. Pourquoi ?
O.L:
Je suis passionnée de pédagogie, et notamment dans le domaine de l'agroécologie. A travers l’association les Agron’Hommes je développe des projets pour apprendre l’agroécologie par l’expérience. Le dernier projet en date est l'Ecole d'Agroécologie Voyageuse. Des étudiant vont profitter de leur année de césure pour aller se former en pratique auprès d'agriculteurs dans différents pays et ils vont démarrer leur expérience en agroécologie par cette formation, qui leur donnera une boîte à outils de l'agroforesterie successionnelle. Ils en seront ensuite aussi les ambassadeurs en quelque sorte puisque durant la formation, ils vont réaliser des articles, des photos, des vidéos et jouer les reporters pour revaloriser cette expérience au sein de leur école mais aussi plus globalement pour produire des supports pédagogiques et de communication qui permettront de partager l’expérience à une large échelle.

@!: Concrètement comment sera organisée la formation ?
OL :
Il y aura une première partie en ligne. Une sorte d'échauffement au début de la formation, qui permettra de voyager virtuellement dans certains pays comme le Brésil pour comprendre le contexte dans lequel cette agriculture s'est développée. La formation comprend au total 4 jours en février et 1 jour au printemps, dont la date n'est pas encore fixée. En hiver cela permet de planter les arbres et au printemps de planter les légumes, et de voir comment les arbres se sont implantés. Les journées sont en effet organisées en deux temps : le matin la formation se fait en salle de manière théorique et l'après-midi on passe à la pratique sur une parcelle expérimentale de la ferme du Bosquet qui nous accueille, car d'après moi c'est par l'expérience que l'on apprend le mieux. Je dois aussi préciser qu'à mes côtés, il y aura deux autres formateurs, Felipe Amato et Steven Werner, experts en agroforesterie successionnelle, tous deux formés par son inventeur, Ernst Götsch.

Plus d'infos :
Formation du 10 au 13 Février à Castets en Dorthe (33)
Tarif : 600 euros en cas d'autofinancement mais pour les agriculteurs, un financement possible via VIVEA, le Réseau OPCA-OPACIF ou le FAFSEA.

Laure AMAR au 04 66 61 91 18 - amar@icosysteme.com
Détails : www.icosysteme.com/events/agriculture-syntropique-en-climat-tempere/

Plus d’informations sur le projet Les Agron’Hommes : https://lesagronhommes.com

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Opaline Lisiak

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
11089
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr