Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

  • 21/06/21 | Départementales : le RN en recul en Charente-Maritime

    Lire

    En 2015, le RN était au 2e tour dans 12 cantons sur les 19 que compte la Charente-Maritime. Le scénario ne se renouvellera pas en 2021, car il est en net recul. Sauf sur le canton de La Tremblade, où la déléguée départementale du RN Séverine Werbrouck se retrouve au coude à coude, avec 31,54% des voix, avec le binôme arrivé en tête, Fabienne Labarrière et Jean Prou (32,18%).

  • 21/06/21 | Départementales en Charente : le président sortant en tête pour le 2e tour

    Lire

    L'ancien président du Département et sénateur, François Bonneau est en tête avec Marie-Henriette Beaugendre, maire de Saint-Saturnin, dans le Val-de-Nouère avec 58,60% des voix. Au deuxième tour ils affronteront Michel Germaneau maire de Linars et Isabelle Moufflet maire de Vindelle (41,40%).

  • 21/06/21 | Elections départementales : coup dur pour Lionel Quillet sur l'île de Ré

    Lire

    Parti favori, le premier vice-président du Département, également président de la Cdc de l'île d'Oléron, Lionel Quillet (LR) se retrouve au 2e tour avec un écart de 435 voix face au maire de Rivedoux Patrice Raffarin et sa colistière, en tête avec 43,50%. Un résultat qui surprend mais n'inquiète pas le président sortant du Département Dominique Bussereau, qui compte sur la bonne position des candidats de droite à Montguillon, Saintes ou encore Saujon pour atteindre 40 élus de droite au 2e tour.

  • 18/06/21 | Tapisserie Manufacture Pinton de Felletin... à Hong Kong !

    Lire

    Spécialisée dans le tissage des tapis, tapisseries et moquettes, la manufacture Pinton dans la Creuse est l’une des entreprises les plus importantes du secteur de la tapisserie d’Aubusson. Afin de se développer, notamment vers l’international elle va construire un nouveau bâtiment moderne et écologique à Felletin et elle va moderniser ses équipements afin d’améliorer sa productivité, sa qualité et sa réactivité. Pour consolider sa présence à l’international elle va également ouvrir une filiale à Hong Kong.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | L'amélioration de la performance, planche de salut de la filière bovin lait ?

10/03/2018 | Dans les Pyrénées-Atlantiques, ils sont une quarantaine d'éleveurs laitiers à avoir participé aux fermes ouvertes organisées dans le cadre de la 1ère Quinzaine de l'élevage Bovin lait

La quinzaine de l'élevage bovin laitier en PA - GAEC Vignes Rousses

Outre un indispensable travail de fond sur la filière, la Chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques tient à « redonner des perspectives aux éleveurs laitiers du département et à les sortir de l'isolement », expliquait en début de semaine Maryvonne Lagaronne, élue au sein de la Chambre consulaire. Pour ce faire, une nouvelle offre de services, Conseil Elevage 64, vise à « aider chaque éleveur à atteindre ses objectifs personnels de performance », à travers un accompagnement, des formations ou encore des événements collectifs. C'est dans cet esprit de lier réussite individuelle et dynamique collective, qu'a été organisée ces jours-ci, la 1ère édition de la Quinzaine de l'élevage laitier. Le principe : des ateliers thématiques au sein de fermes ouvertes particulièrement performantes sur le plan génétique. Ce vendredi 9 mars, le rendez-vous était donné au GAEC Les Vignes Rousses à Jurançon, récompensé au dernier Salon de l'Agriculture à Paris.

Si les volumes produits ont un certain temps réussi à compenser l'érosion des éleveurs, ce n'est désormais plus le cas. « La filière bovin lait du Sud-Ouest est en difficulté par rapport au niveau national. La dernière campagne enregistre une perte de 10% des volumes de production dans le département. », alertait Maryvonne Lagaronne. Un constat évidemment partagé par son Président, Guy Estrade, venu ce vendredi ouvrir la demie-journée technique organisée à Jurançon. « Le contexte général de l'élevage est compliqué, et particulièrement sur la filière laitière. Au-delà des questions liées au prix du lait, il nous faut remettre en avant la filière des Pyrénées-Atlantiques et sa génétique qui ont, toutes deux, du potentiel comme en attestent les élevages de haut niveau du département. » L'élevage dans lequel se tenaient les échanges du jour, est résolument de ceux-là.

Génotypage, embryons ou encore semences sexées
Le GAEC Les Vignes Rousses, compte un cheptel de 90 vaches (Holstein) adultes (et 105 génisses) pour une production annuelle de « 1,2M de litre de lait, soit une production réelle de 900 000 litres livrés à Danone », indique Jean-Luc Bazaillacq, le chef d'exploitation, qui travaille avec 2 salariés : son fils, Jérémy et Damien Jouanthicot. Si les chiffres sont impressionnants, l'éleveur confirme le propos précédent : « Les temps ont été très durs, il faut sans cesse trouver des marges de progrès. » Et la voie résolument choisie par le GAEC est celle de la génétique. La reproduction ici, se fait 100% en insémination artificielle, avec des recours au génotypage, embryons ou encore semences sexées... Un travail génétique réalisé en lien avec la station raciale voisine de Denguin, que le GAEC bien sûr valorise. « Entre les ventes d'embryons, de vaches et autres contrats, ça représente environ 40 000€ par an », indique-t-il avant de vanter les mérites de la station raciale « à portée de main » des éleveurs locaux.
Mais, au-delà des revenus directement liés à la valorisation du travail génétique, celui-ci se traduit logiquement sur la performance du troupeau en lui-même, tant en productivité qu'en qualité du lait. Un chiffre pour exemple : la production moyenne par vache et par an sur le GAEC est de 11 109 kg, avec un « bilan opti qualité parfait, et donc aucun pénalité sur le prix ».

Le GAEC Les vignes rousses à Jurançon (64) parie sur la génétique

" C'est la vache d'une carrière! "
Une qualité des animaux que les éleveurs ont pu observer de près avec une présentation des trois Prim'holstein présentées à Paris, ainsi qu'une jeune Red holstein, dont l'embryon avait été importé du Canada, et qui fait la fierté de Jérémy Bazaillacq. Si celle-ci, baptisée Laika Red, n'a pas participé au Salon cette année, ce n'est sans doute que partie remise. Quant aux trois autres ; Licalice se classe 10e de sa section, Holdchip 5e; quant à Iway, qui a déjà remporté de nombreux concours, elle a vécu sa consécration parisienne avec 3 prix : 1ère de sa catégorie, meilleure pis adulte et réserve championne adulte ! « C'est la vache d'une carrière! Celle qu'on a jamais eue et qu'on mettra sûrement très longtemps à avoir de nouveau», glisse le jeune homme. Cela dit, pour lui, dont la carrière commence, tous les espoirs sont permis : son installation est prévue pour 2018.

Biosécurité, boiterie des troupeaux

Si la génétique apparaît bien comme un outil d'amélioration de la performance des troupeaux, les sujets en la matière sont nombreux. Et c'est bien l'ambition de la chambre d'agriculture que de le démontrer aux éleveurs. A l'occasion de cette matinée, les participants ont ainsi été sensibilisés à d'autres pistes possibles d'amélioration des performances. Parmi elles, notamment, la question de la biosécurité. Un sujet d'autant plus important dans un département particulièrement sensible à la tuberculose bovine... L'occasion aussi de lutter contre quelques préjugés en la matière : si la faune sauvage, sanglier et blaireau en premières lignes, sont souvent pointés du doigt dans la propagation du virus, c'est en réalité, dans 80 à 90% des cas, dans le mouvement des animaux qu'il faut rechercher la cause... » Ce qui n'empêche pas de mettre en œuvre quelques précautions à l'attention du gibier, notamment par la mise à l'abri des points d'eau et d'aliments.
Autre thématique de travail présentée dans la matinée : les boiteries des troupeaux. Elles peuvent être un facteur non seulement de coûts pour un élevage quand il s'agit de les soigner, mais avant aussi de perte de production, pouvant être importantes. Des pertes qui peuvent s'avérer équivalentes à des mammites, traditionnellement perçues comme le premier fléau sur la production dans les élevages laitiers...
Enfin, autre piste également mise en avant : la modernisation des outils de gestion et de pilotage de troupeau, via notamment les outils numériques ou le téléphone, permettant une valorisation des données ou encore un accès plus rapide au résultats des contrôles laitiers.

« Si nous nous attachons à développer le contrôle de performances, c'est que nous l'avons fait sur le bovin viande avec de bons résultats en termes de compétitivité et de revenus. », indique au passage Guy Estrade à la vingtaine d'éleveurs présents. « + 30% de revenu en moyenne sur 5 ans pour ceux qui ont réussi à augmenter la production », selon Maryvonne Lagaronne. Une perspective qui peut en effet redonner du baume au cœur des éleveurs laitiers du département.


A l'issue de cette manifestation, le GAEC Les Vignes Rousses, s'est vu remettre le Prix départemental "Elevage d'Excellence 2018"

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
9342
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Benoit Biteau dans son bureau à Le Gua Agriculture | 28/05/2021

Pourquoi le projet de nouvelle PAC ne convient pas aux écologistes

Une unité de méthanisation à Somain, dans le nord de la France Agriculture | 21/05/2021

La méthanisation, des atouts pour le monde agricole

L'élevage laitier souvent montré du doigt a fait beaucoup d'effort pour réduire l'impact carbone Agriculture | 20/05/2021

Un marché du carbone pour les agriculteurs est en train de naître

Capture d'écran du débat sur le bien-être animal du Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 19/05/2021

Bien-être animal : quels exemples en Nouvelle-Aquitaine ?

Débat dans le cadre de la Journée Installaiton - Transmission: Agriculteur, ça s'apprend ? Agriculture | 19/05/2021

Formation et professionnalisation : "donner les clefs pour la meilleure installation possible"

Louis et Alexis avec leurs porcs Agriculture | 17/05/2021

Louis Boutteaud et Alexis Bonnet développent leur ferme rêvée : "un nouveau modèle est possible"

La 4e édition de la Journée Installation Transmission se tiendra le 18 mai à partir de 10h sur agriweb.tv Agriculture | 14/05/2021

Journée Installation Transmission : " Agriculteur, ça s'apprend ? "

Amandine et Emmanuel Cantet se sont reconvertis ensemble à l'élevage caprin et ovin. Une nouvelle aventure professionnelle et familiale Agriculture | 14/05/2021

Amandine et Emmanuel Cantet : La reconversion agricole en couple, "être conscient de ce que l'on fait, y croire et foncer !"

Florian Derboule s’est formé dans eux lycées agricoles, il voulait »aller voir ailleurs » Agriculture | 13/05/2021

Florian Derboule : le bonheur de vivre et travailler sur la terre de son enfance

Maxime Kovalski est éleveur bovin allaitant à Marcillac-la-Croisille en Corrèze, suite à une reconversion Agriculture | 12/05/2021

Maxime Kovalski : Des TP à l’élevage bovin, un rêve de gosse devenu réalité

Rémy Ferret, installé en cultures végétales à Condezaygues en Lot-et-Garonne - La Ferme de Lamothe Agriculture | 11/05/2021

Rémy Ferret : le fils d'éleveur devenu maraîcher

Adeline Métayer 24 ans, viticultrice à Birac en AOC Cognac, cur petite champagne Agriculture | 07/05/2021

Adeline Métayer, viticultrice en AOC Cognac: "Fière d'être jeune, d'être une fille et de faire ce métier !"

L'équipe organisatrice du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine. Au centre le président Dominique Graciet Agriculture | 07/05/2021

Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine: maintenir le dialogue entre le monde agricole et le grand public

De la gelée royale dans les vergers de Limdor cet été Agriculture | 06/05/2021

De la gelée royale dans les vergers de Limdor cet été

La récolte de Golden du Limousin de Loïc Kammerer sauvée du gel grâce à l'aspersion Agriculture | 28/04/2021

La glace face au gel pour protéger les pommiers