Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/06/21 | "La Maison d'à côté" : coworking, formation et convivialité

    Lire

    La Maison d'à côté est un lieu convivial à La Souterraine, où sont proposées de multiples activités, ouvertes à toute la population dans sa diversité. C'est un espace de travail, mais aussi de détente et de loisirs. Elle accueille professionnels bénévoles et clients dans 3 domaines d'activité : location d'espace, restauration et animation. Son projet désormais est d'offrir des espaces propices au coworking pour des télétravailleurs ou travailleurs nomades, et l'animation d'un espace numérique ouvert à tous et d'ateliers de formation aux bases du numérique.

  • 25/06/21 | Limoges : PCM Trucks se diversifie dans le transport des médicaments

    Lire

    Afin d'assurer sa pérennité et son développement l'entreprise de transport routier de marchandises, PCM Trucks, s'oriente vers le marché de transports de médicaments. Une nouvelle activité qui nécessite des investissements matériels spécifiques dont la réfection complète du sol de l'entrepôt, l'acquisition d'une station de lavage pour nettoyer et désinfecter les véhicules, l'installation de chambres froides pour le stockage des médicaments ainsi que de conteneurs isothermes pour assurer la livraison à une température maîtrisée. Pour relever le défi, la société va bénéficier du soutien de l'Europe.

  • 24/06/21 | Arte Flamenco : El Granaíno remplacé pour la soirée du 2 juillet

    Lire

    Positif à la Covid-19, le chanteur Pedro El Granaíno ne pourra pas se produire sur la scène du festival Arte Flamenco, le vendredi 2 juillet à Mont-de-Marsan. Il sera remplacé par Jesús Méndez, héritier de la dynastie gitane de la famille de la “Paquera de Jerez", et l’un des plus grands noms du cante actuel. Jesús Méndez se produira donc aux côtés d’El Pele avec, en artiste invité, le danseur Farruquito.

  • 24/06/21 | Lot-et-Garonne : un incubateur pour l'ESS

    Lire

    Par le développement d'un incubateur dédié à l'ESS et l'innovation sociale, ATIS propose un accompagnement à la construction de réponses nouvelles à des besoins sociaux peu ou mal couverts. Nomade, il s'appuie sur les lieux ressources dans les territoires ruraux, et multi-partenariaux, en intégrant les acteurs existants de la chaîne. Parmi ses objectifs: susciter la création d'entreprises et activités d'utilité sociale, développer l'envie d'entreprendre, contribuer à résoudre des problématiques sociales et environnementales et proposer un maillage efficient d'accompagnement de porteurs de projet sur le département.

  • 24/06/21 | Lestiac-sur-Garonne, petit Dublin pour un soir

    Lire

    La commune de Lestiac-sur-Garonne (33) accueille, le 3 juillet prochain le Julien Loko Irish Band. Un concert gratuit en plein air à partir de 21 h et une ambiance 100% folk celtique assurée dans le cadre bucolique du village des bords de Garonne. Julien Loko et son quintet proposent standards irish et compositions originales pour une musique dansante et nerveuse, qui transporte dans l'atmosphère enfiévrée des pubs de Dublin! Possibilité de pique-niquer dès 19 heures ou de se restaurer auprès de food-trucks.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | L'annulation de Lurrama 2020, un crève-cœur pour le monde agricole basque

04/11/2020 | Cette ferme géante devait ouvrir dans moins de 10 jours en la halle Iraty de Biarritz. Le confinement a eu raison de ce salon unique.

Lurrama 2020

Saleté de Covid qui allait contraindre ce Lurrama 2020, prévu entre le 12 et le 15 novembre, une édition à son image: sans odeur, sans saveur, distanciée au point de s'éloigner de la Halle Iraty de Biarritz, la ferme éphémère tant attendue du monde agricole du Pays basque. À la place les organisateurs souhaitaient organiser des conférences-débats de Saint-Jean-Pied-de-Port à Itxassou en passant par Biarritz. Finalement le reconfinement conduit à la tenue d'une seule conférence, le 14 novembre, sur le site internet de Lurrama sur le thème "Prenons soin du monde dès aujourd'hui".

 " En raison du nouveau confinement, nous sommes dans l'obligation d'annuler Lurrama 2020. Nous avons pourtant travaillé depuis le mois d'avril pour imaginer des solutions différentes qui s'adaptaient aux préconisations de la sous-préfecture. Nous savions que la 15ème édition serait spéciale, mais nous n'imaginions pas qu'elle ne serait pas ! Les sujets que nous allions aborder sous la thématique "Prenons soin du monde dès aujourd'hui" sont plus que jamais d'actualité, et ce que nous allons vivre dans ce deuxième confinement risque à nouveau de nous montrer que nous n'allons toujours pas dans la bonne direction. Ces débats nous voulons et devons les mener. Les choix que nous faisons aujourd'hui ont des répercussions sur notre avenir."  C'est par ce communiqué que le président de Lurrama, Iñaki Berhocoirigoin et son équipe ont décidé d'informer de l'annulation de la 15e édition.

Lurrama, la superbe vitrine de l'agriculture paysanne basque 

Cette annulation est un véritable crève-cœur pour le monde agricole basque certes. Lurrama, c'était ces gamins des écoles venus assister à la tonte des manech, (notre photo d'archives) mais aussi pour l'ensemble de la population du Pays basque qui se retrouvait en ce Salon agricole, plus simplement en cette ferme éphémère. On gardera en mémoire la saveur de l'an dernier un peu folklo avec la présence du ministre de l'Agriculture Didier Guillaume qui avait fait passer des messages sur sa compréhension de la démarche paysanne basque. En restant taisant... sur sa future candidature avortée à la mairie de Biarritz.


Lurrma aussi c'était chaque année plus de 1000 bénévoles qui participent à Lurrama en comptant tous les postes de travail, plus les chefs et cuisiniers bénévoles, plus les lycéens et enseignants de Garazi et Biarritz qui cuisinent et servent les repas ,plus les lycéens de Garazi et Bayonne qui prêtent main forte à Kanaldude pour diffuser des programmes vidéo....

Lurrama, c'était être sensibilisés au respect de la nature et ces découvertes de producteurs venus des provinces basques et d'un pays invité. C'était ces tables de centaines de convives avec repas thématiques confectionnés par les plus grands chefs du Pays basque mais aussi les élèves des lycées hôteliers de Saint-Jean-Pied-de-Port et Biarritz. Mais par-dessus tout, des conférences-débats montrant que l'on pouvait se tromper de chemin. Une démarche militante.

Lurrama, expression de la Confédération paysanne du Pays basque

C'est en janvier 2005 qu'un groupe de paysans d’ELB (Confédération Paysanne du Pays Basque) donne naissance à Euskal Herriko Laborantza Ganbara (EHLG) dont l’objectif est de promouvoir et développer l'agriculture paysanne au Pays Basque. C'est l’année suivante, que EHLG décide de mettre en place un salon qui deviendra la vitrine de son travail et de celui des paysans et paysannes du Pays Basque, Lurrama. Durant 15 ans, EHLG a lancé de nombreux chantiers sur les suivis des politiques agricoles, la valeur ajoutée sur les fermes, l’installation, la transmission, le développement local, la conception et l'organisation de Lurrama.

Cette année 2020 qui devait célébrer la 15ème édition du salon Lurrama, avec sa crise sanitaire était une année particulière : de nombreux penseurs, scientifiques, citoyens déclarent sans détour l’idée exprimée ici par Dominique Bourg le parrain de l'édition, que « ce qui nous arrive n'est pas sans lien avec la destruction des écosystèmes, et nous conduit vers une planète inhabitable ». Une pensée partagée par EHLG et qu'elle souhaitait réaffirmer à l’occasion de Lurrama 2020: "la nécessité de prendre conscience et d'agir pour une agriculture des territoires qui nourrit sainement les hommes et femmes qui y vivent, tout en respectant les ressources naturelles, la terre, l'eau, la biodiversité".
C'est pourquoi EHLG lance une nouvelle campagne d'appel aux dons pour soutenir son travail en faveur de l'agriculture paysanne, car plus que jamais ce travail doit s'inscrire dans la durée. La thématique de Lurrama 2020 « Prenons soin du monde dès aujourd’hui » était l'occasion pour l'association de présenter entre autres, l'étude qu'elle vient de mener portant sur le système alimentaire depuis la terre nourricière jusqu’à l’assiette au Pays Basque en 2050. "Pour que notre assiette ait du goût en 2050, pour qu'elle soit bonne pour notre santé, pour réussir à produire localement une partie non négligeable de ce qu'elle contiendra, c'est maintenant qu'il faut prendre le bon cap ! Au sein de Lurrama, nous nous inscrivons dans ce courant qui pense que la pandémie et le blocage planétaire que nous vivons découlent de notre manière de vivre sur terre et de notre rapport au vivant. Nous partageons l’analyse que le modèle économique capitaliste qui régit l’ensemble des pays riches et qui s’impose à tous les habitants du monde, nous mène droit au mur", conclut l'association.

Un débat sur internet et un appel aux dons

Annulé donc Lurama 2020 a maintenu malgré tout un rendez-vous, comme une forme un baroud d'honneur, une recommandation: une conférence sur le site internet de Lurrama, samedi 14 novembre à 11 heures. Une vidéo avec les témoignages de de Dominique Bourg, Marc Saint André, Aurélie Trouvé et  Nicolas Girod.

Enfin, à tous ceux qui souhaitent soutenir l'agriculture paysanne, EHLG mène en ce moment une campagne de dons qui lui sera plus que jamais nécessaire (1). En effet, le Salon Lurrama constituait un soutien financier essentiel à la structure pour continuer son travail d'accompagnement des paysans et de promotion de l'agriculture paysanne au Pays basque.

Quant à la présentation de l'assiette 2050, préconisée par EHLG, elle attendra la fin du confinement. Vivement demain.


 (1).-     https://don.ehlgbai.org/campaigns/don-ehlg/

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : DR

Partager sur Facebook
Vu par vous
5564
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
illustration serres Agriculture | 25/06/2021

La Rochelle : 48 heures pour découvrir l’agriculture urbaine

Assemblée générale Safer Nouvelle-Aqutaine le 16 juin 2021 à Bruges Agriculture | 22/06/2021

L'impact contrasté de la crise sanitaire sur le foncier rural et agricole

Benoit Biteau dans son bureau à Le Gua Agriculture | 28/05/2021

Pourquoi le projet de nouvelle PAC ne convient pas aux écologistes

Une unité de méthanisation à Somain, dans le nord de la France Agriculture | 21/05/2021

La méthanisation, des atouts pour le monde agricole

L'élevage laitier souvent montré du doigt a fait beaucoup d'effort pour réduire l'impact carbone Agriculture | 20/05/2021

Un marché du carbone pour les agriculteurs est en train de naître

Capture d'écran du débat sur le bien-être animal du Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 19/05/2021

Bien-être animal : quels exemples en Nouvelle-Aquitaine ?

Débat dans le cadre de la Journée Installaiton - Transmission: Agriculteur, ça s'apprend ? Agriculture | 19/05/2021

Formation et professionnalisation : "donner les clefs pour la meilleure installation possible"

Louis et Alexis avec leurs porcs Agriculture | 17/05/2021

Louis Boutteaud et Alexis Bonnet développent leur ferme rêvée : "un nouveau modèle est possible"

La 4e édition de la Journée Installation Transmission se tiendra le 18 mai à partir de 10h sur agriweb.tv Agriculture | 14/05/2021

Journée Installation Transmission : " Agriculteur, ça s'apprend ? "

Amandine et Emmanuel Cantet se sont reconvertis ensemble à l'élevage caprin et ovin. Une nouvelle aventure professionnelle et familiale Agriculture | 14/05/2021

Amandine et Emmanuel Cantet : La reconversion agricole en couple, "être conscient de ce que l'on fait, y croire et foncer !"

Florian Derboule s’est formé dans eux lycées agricoles, il voulait »aller voir ailleurs » Agriculture | 13/05/2021

Florian Derboule : le bonheur de vivre et travailler sur la terre de son enfance

Maxime Kovalski est éleveur bovin allaitant à Marcillac-la-Croisille en Corrèze, suite à une reconversion Agriculture | 12/05/2021

Maxime Kovalski : Des TP à l’élevage bovin, un rêve de gosse devenu réalité

Rémy Ferret, installé en cultures végétales à Condezaygues en Lot-et-Garonne - La Ferme de Lamothe Agriculture | 11/05/2021

Rémy Ferret : le fils d'éleveur devenu maraîcher

Adeline Métayer 24 ans, viticultrice à Birac en AOC Cognac, cur petite champagne Agriculture | 07/05/2021

Adeline Métayer, viticultrice en AOC Cognac: "Fière d'être jeune, d'être une fille et de faire ce métier !"

L'équipe organisatrice du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine. Au centre le président Dominique Graciet Agriculture | 07/05/2021

Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine: maintenir le dialogue entre le monde agricole et le grand public