Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

16/04/19 : Emmanuel Macron au 20 heures ce 16 avril: "Je vous le dis ce soir avec force : nous sommes ce peuple de bâtisseurs. Nous avons tant à reconstruire. Nous rebâtirons Notre-Dame plus belle encore. Je veux que ce soit achevé d'ici cinq années"

16/04/19 : Patrick Bobet, président de Bordeaux métropole, frappé par la tragédie qui touche Paris et les français va demander au Conseil de métropole de participer, par le versement d’une subvention, à l’effort de reconstruction de la cathédrale Notre Dame.

10/04/19 : Les Chambres d’agriculture de Lot-et-Garonne, Haute-Vienne et Vienne, estampillées Coordination rurale, ont créé, le 9 avril, l’Association des Chambres d’agriculture de Nouvelle Aquitaine pour le développement agricole et rural

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/04/19 | Gestion de l'eau : la Charente-Maritime prend ses premières mesures anti-sécheresse

    Lire

    Avec les chaleurs de ces derniers jours, la préfecture de Charente-Maritime a préféré anticiper une éventuelle sécheresse en limitant d'ores et déjà l'usage de l'eau à des fins agricoles, concernant les forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Le bassin du Curé-Sèvre, sur le périmètre de l’OUGC Etablissement Public du Marais Poitevin, passe en alerte de printemps à compter du 22 avril, 8h.

  • 19/04/19 | Châtelaillon-Plage célèbre le cerf-volant ce week-end

    Lire

    C'est un rendez-vous incontournable des amoureux du cerf-volant. Le festival du vent de Chatelaillon-Plage attend ses 70 0000 visiteurs durant ces trois jours de week-end de Pâques. Au programme : démonstrations de cerf-volants, des combats de rokkakus, compétitions, exposition de cerf-volants revisités par des artistes, dont ceux du dessinateur BD américain Scott Hampton, en avant-première en France. Un nouvel espace est dédié aux mobilités, aux nouvelles énergies et à des expériences en 3D.

  • 19/04/19 | Bordeaux : du mouvement à la MÉCA

    Lire

    La Maison de l'Économie Créative en Nouvelle-Aquitaine sera inaugurée le 28 juin prochain. En attendant cette échéance, le site béglais de l'ALCA (Agence Livre, Cinéma et Audiovisuel) Nouvelle-Aquitaine, s'installe à la MÉCA à partir de fin avril. Les équipes de l'ALCA - site de Bègles conservent leurs lignes téléphoniques le temps du déménagement. Les professionnels du livre et de l'audiovisuel pourront s'y rendre sur rendez-vous uniquement.

  • 19/04/19 | Pau : 10 ans de logement solidaire !

    Lire

    L'association paloise Presse Purée fête cette année son dixième anniversaire. Une décennie d'alternatives à la crise du logement des jeunes et de lutte contre l'isolement des personnes âgées. En effet, Presse Purée compose des "duos" ou "trios" de jeunes et de séniors. Ces derniers proposent un hébergement gratuit à des jeunes en échange de services du quotidien (acheter le pain, etc.) et d'une présence rassurante, notamment le soir. En dix ans, Presse Purée a accompagné 350 personnes.

  • 19/04/19 | Le Tour de France des Hôpitaux en Charente-Maritime

    Lire

    Les hôpitaux de La Rochelle et Rochefort seront mis à l'honneur. Dans le cadre du "Tour de France des Hôpitaux" lancé par la promotion Albert Camus de l'École de Directeur ou directrice d'Hôpital, les centre hospitaliers de Rochefort et La Rochelle-Ré-Aunis sont mis en vidéo par des étudiants stagiaires. Ces clips de 140 secondes font partie d'un documentaire réalisé à partir des différents tournages, dévoilé à la fin du Tour de France des Hôpitaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | L'artificialisation : première cause de disparition des terres agricoles dans les Landes

20/04/2012 |

Jean-Michel Anaclet, Prsdt du CT technique Safer Landes, Dominique Granciet, Prsdt Chambre Agriculture Landes, Francis Massé, Prdt SAFER AA, Serge Jourdan, Prsdt Com de Communes du Gabardan

On ne peut plus l'ignorer, le visage de l'agriculture d'Aquitaine et notamment des Landes a bien changé en 10 ans. Et la Conférence du Foncier Rural des Landes organisée par ce 12 mars par la SAFER au siège de Maïsadour (Haut-Mauco) l'a effectivement confirmé grâce à un point départemental sur le recensement général de l'agriculture. Entre 2000 et 2010, la surface agricole landaise, affiche une perte de 10800 ha, soit 5% de sa surface agricole initiale. Au-delà de la notion d'artificialisation des terres dont est victime le département, la question de la perte de cette SAU, pourrait par ailleurs être amplifiée par le « papy-boom » qui touche les agriculteurs en mal de successeurs.

Dans les Landes, la première cause de la perte de la SAU est « l'artificialisation des sols », c'est l'équipe du service statistique de la DRAAF qui le dit. Une artificialisation qui, transforme le plus souvent lessurfaces agricoles, en sols enherbés artificiellement autrement dit en pelouse.La construction de voies de communication ou de parking ou encore de bâtis n'étant que des causes secondaires d'artificialisation.Quant au pourquoi d'une telle artificialisation, c'est du côté de l'attractivité du département qu'on le trouve. En effet, en 10 ans, les Landes comptent 40 000 habitants de plus. Selon l'INSEE, d'ici 2030, il faudra compter avec 80 000 habitants supplémentaires, souligne Jacky Bonneteaux de la DRAAF.Autrement dit, un véritable défi qui selon si l'on est optimiste ou pas, pourrait se traduire par l'artificialisation de l'ordre de 15 000 à 30 000 ha supplémentaires !

"Des élus de plus en plus attentifs à préserver l'espace agricole"
Un chiffre qui n'a pas manqué de faire réagir les grands témoins Jean-Michel Anaclet, Président du Comité technique SAFER des Landes, et Denis Laffargue, représentant des jeunes agriculteurs. « Effarés » ils en appellent chacun aux agriculteurs, élus locaux, et même forestiers à « se prendre par la main pour avoir le moins d'impact possible en termes de surfaces agricoles ». Un appel entendu, assure Vincent Lesperon, représentant de l'association des maires des Landes. « Les élus sont de plus en plus attentifs à préserver cette surface agricole. Nous avons besoin de ruralité et de ruralité avec des agriculteurs »insiste-t-il.
Pour autant, si cette bonne volonté n'a pas été remise en doute coté auditoire, quelques-uns onttenu à attirer l'attention non pas seulement sur la surface qui disparaît mais sur sa valeur agronomique.Si la création d'outils d'aménagement du territoire qui dépassent les limites des PLU et des SCOT pour une gestion plus équilibrée des territoires apparait comme une demande forte, notamment du côté des agriculteurs, quelques-uns dont Dominique Graciet, Président de la Chambre Agriculture des Landes, souhaiteraient aller plus loin : « il faudrait faire entrer dans ces documents de territoire, la valeur agronomique des terrains agricoles ». Objectif : éviter que les bonnes terres, donc les plus rentables pour les agriculteurs, ne leur échappent en raison d'une artificialisation à l'aveugle.

Une convention pour anticiper
Mais le RGA met en avant un second risque pesantsur les terres rurales : la non succession des producteurs et donc à termes, la perte d'une surface agricole devenue friche. Et là encore les chiffres poussent à la réflexion. 28% de la SAU landaise est détenue par des chefs de 55 ans et plus. Parmi eux, seuls 32 % connaissent leur successeur, les autres sont soit dans l'attente d'un repreneur ( 50%), soit, pour 400 d'entre eux, déjà résignés à ce que leur exploitation ne soit pas reprise.
Face à ce constat, la transmission apparaît comme devant êtrenécessairement anticipée. Dans cette idée, une convention a été signée ce 12 mars entre la Chambre d'agriculture, la Safer et la Communauté de Commune du Gabardan destinée à la mise en œuvre d'un travail auprès des exploitants de plus de 50 ans, afin de « les recenser, et d'avoir un suivi sur leur projet de transmission », explique Serge Jourdan Président de la Communauté de Communes.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1864
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr