Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

11/12/18 : 70 ans après l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme la Ligue des Droits de l'Homme organise une conférence-débat avec Henri Leclerc pdt d’honneur de la LDH France, le mardi 18 déc à 19h30 à l’Athénée municipal à Bordeaux.

11/12/18 : Vendredi 14 décembre à 20h30, concert de fin d'année de l'Orchestre universitaire de Bordeaux, dans l'amphi 700 de l'Université Bordeaux Montaigne, avec au programme : Wolfgang Amadeus Mozart, Vincenzo Bellini et Antonín Dvořák.

11/12/18 : Ouverture des Halles de Talence ! Après 9 mois de travaux et 18 mois d’élaboration cet équipement a fait peau neuve. Prochainement, il accueillera 16 commerces de bouche dans l’hypercentre.

11/12/18 : 3ème « Partage - Groove for Food », dimanche 16 déc, où 12 des meilleurs DJs bordelais se mobiliseront en faveur des plus démunis de 12 h à 19 h, en se relayant aux platines du restaurant L’Épicerie Bordelaise, 14 rue Ravez.

11/12/18 : Charente-Maritime : à compter du 1er janvier 2019, deux nouvelles communes vont voir le jour : Marennes-Hiers-Brouage et Saint-Hilaire-de-Villefranche (près de St Jean d'Angély). Les nouveaux maires et adjoints seront élus lors des prochaines séances de c

11/12/18 : Les oeuvres de trois artistes amatrices des Beaux-Arts de Grand Poitiers proposent du 12 décembre 2018 au 6 février 2019 l'exposition "A Trois c'est mieux" aux Beaux-Arts de Buxerolles

11/12/18 : Le Président de la République a fait plusieurs annonces importantes. D'abord, l'augmentation du SMIC de 100 euros par mois par le biais de la prime d'activité, dès 2019, avec des heures supplémentaires versées "sans impôts ni charges, dès 2019".

10/12/18 : Enfin, le Président a souligné l'importance d'élargir le débat national qui s'annonce et a exprimé son intention de rencontrer les maires "région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la nation".

10/12/18 : Emmanuel Macron a également précisé qu'il ne reviendrait pas sur l'ISF. "Pendant près de quarante ans, il a existé, vivions-nous mieux pendant cette période ? Les plus riches partaient".

10/12/18 : "Je demanderai à tous les employeurs qui le peuvent de verser une prime de fin d'année, qui n'aura ni impôts ni charges" a poursuivi Emmanuel Macron. Enfin, annulation de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2000 euros par mois.

10/12/18 : Emmanuel Macron s'est adressé aux français ce lundi 10 décembre, en évoquant les gilets jaunes et une "colère profonde, je la ressens comme juste à bien des égards. Il a condamné les violences en marge du mouvement des gilets jaunes.

10/12/18 : Mobilisation mardi matin dès 9h00 aux trois péages autoroutiers du Lot-et-Garonne orchestrée par la Coordination rurale 47 pour protester contre les taxes "Trop de taxes tue l'agriculture et les agriculteurs!" dixit la CR47.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 11/12/18 | L’État à la rencontre des commerçants impactés par les manifestations

    Lire

    Depuis hier, la DIRECCTE se rend chez les commerçants du centre-ville de Bordeaux qui ont subi des dégradations en marge de la manifestation du 8 déc. La délégation a notamment dialogué avec les dirigeants de l’Apple Store et les commerçants de la place Pey-Berland, des cours Victor Hugo et Alsace-et-Lorraine et de la rue Cheverus. Le but étant de connaître leurs besoins immédiats, les informer sur les aides de l’État et étudier les éventuelles demandes d’autorisation d’ouverture exceptionnelle.

  • 11/12/18 | Allocution du Président Macron : Jean-Luc Gleyze mécontent

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, le président du CD 33, estime que les annonces de Président Macron « ne sont pas à la hauteur des attentes exprimées par la population. Après 4 semaines de silence absolu sur un conflit qui a partiellement bloqué notre pays, ce dernier a enfin daigné s’adresser à nos concitoyens. Au-delà du mea culpa attendu, ses annonces, si elles vont dans le bon sens, ne répondent que très partiellement aux revendications légitimes exprimées par les gilets jaunes. »

  • 11/12/18 | Réseau de chaleur: Limoges labellisée pour la 4ème fois

    Lire

    La Ville de Limoges obtient pour la 4ème année consécutive le label « Ecoréseau de chaleur ». Ce prix, décerné par l’association AMORCE, a été remis le 4 décembre à Paris lors de la semaine de la chaleur renouvelable pour ses 2 réseaux de chaleur du Val de l’Aurence, source d’énergie renouvelable (biomasse constituée de plaquettes forestières provenant de la filière bois locale) et de Beaubreuil, source d’énergie de récupération (combustion de déchets).

  • 11/12/18 | Easyjet teste la desserte paloise

    Lire

    Entre le 4 février et le 3 mars 2019, EasyJet reliera Pau à Paris Charles-de-Gaulle à raison de 7 à 10 vols par semaine ( A320 de 186 sièges). Avec 1 à 2 vols par jour, les horaires se veulent adapter aux besoins des clientèles de loisirs et d’affaires, l’aller-retour dans la même journée étant possible les lundis, jeudis et vendredis. « Cette desserte permettra à EasyJet de tester le marché palois. Elle revêt ainsi une grande importance stratégique pour l’attractivité et l’accessibilité de Pau et du Béarn », selon les représentants de l'aéroport. Billets sur le site internet de la compagnie aérienne et en agences de voyages.

  • 10/12/18 | Banques Alimentaires en Gironde, une collecte à la hausse

    Lire

    Pour la 2ème année consécutive, la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde (BABG) enregistre "une belle augmentation" du résultat de la collecte nationale: les 30 novembre, 1er et 2 décembre, la collecte de produits secs progresse de 10,84% avec 409t contre 369 en 2017. Et cela, dans "un contexte difficile de baisse des dons et de mouvements faisant craindre pour l’accès aux magasins" rappelle la BABG. Selon les 300 collecteurs présents dans près de 300 magasins girondins, "les donateurs étaient peut-être moins nombreux mais plus généreux". L'étape du tri (en cours) par près de 1000 bénévoles devrait être achevée à Noël.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | L'artificialisation : première cause de disparition des terres agricoles dans les Landes

20/04/2012 |

Jean-Michel Anaclet, Prsdt du CT technique Safer Landes, Dominique Granciet, Prsdt Chambre Agriculture Landes, Francis Massé, Prdt SAFER AA, Serge Jourdan, Prsdt Com de Communes du Gabardan

On ne peut plus l'ignorer, le visage de l'agriculture d'Aquitaine et notamment des Landes a bien changé en 10 ans. Et la Conférence du Foncier Rural des Landes organisée par ce 12 mars par la SAFER au siège de Maïsadour (Haut-Mauco) l'a effectivement confirmé grâce à un point départemental sur le recensement général de l'agriculture. Entre 2000 et 2010, la surface agricole landaise, affiche une perte de 10800 ha, soit 5% de sa surface agricole initiale. Au-delà de la notion d'artificialisation des terres dont est victime le département, la question de la perte de cette SAU, pourrait par ailleurs être amplifiée par le « papy-boom » qui touche les agriculteurs en mal de successeurs.

Dans les Landes, la première cause de la perte de la SAU est « l'artificialisation des sols », c'est l'équipe du service statistique de la DRAAF qui le dit. Une artificialisation qui, transforme le plus souvent lessurfaces agricoles, en sols enherbés artificiellement autrement dit en pelouse.La construction de voies de communication ou de parking ou encore de bâtis n'étant que des causes secondaires d'artificialisation.Quant au pourquoi d'une telle artificialisation, c'est du côté de l'attractivité du département qu'on le trouve. En effet, en 10 ans, les Landes comptent 40 000 habitants de plus. Selon l'INSEE, d'ici 2030, il faudra compter avec 80 000 habitants supplémentaires, souligne Jacky Bonneteaux de la DRAAF.Autrement dit, un véritable défi qui selon si l'on est optimiste ou pas, pourrait se traduire par l'artificialisation de l'ordre de 15 000 à 30 000 ha supplémentaires !

"Des élus de plus en plus attentifs à préserver l'espace agricole"
Un chiffre qui n'a pas manqué de faire réagir les grands témoins Jean-Michel Anaclet, Président du Comité technique SAFER des Landes, et Denis Laffargue, représentant des jeunes agriculteurs. « Effarés » ils en appellent chacun aux agriculteurs, élus locaux, et même forestiers à « se prendre par la main pour avoir le moins d'impact possible en termes de surfaces agricoles ». Un appel entendu, assure Vincent Lesperon, représentant de l'association des maires des Landes. « Les élus sont de plus en plus attentifs à préserver cette surface agricole. Nous avons besoin de ruralité et de ruralité avec des agriculteurs »insiste-t-il.
Pour autant, si cette bonne volonté n'a pas été remise en doute coté auditoire, quelques-uns onttenu à attirer l'attention non pas seulement sur la surface qui disparaît mais sur sa valeur agronomique.Si la création d'outils d'aménagement du territoire qui dépassent les limites des PLU et des SCOT pour une gestion plus équilibrée des territoires apparait comme une demande forte, notamment du côté des agriculteurs, quelques-uns dont Dominique Graciet, Président de la Chambre Agriculture des Landes, souhaiteraient aller plus loin : « il faudrait faire entrer dans ces documents de territoire, la valeur agronomique des terrains agricoles ». Objectif : éviter que les bonnes terres, donc les plus rentables pour les agriculteurs, ne leur échappent en raison d'une artificialisation à l'aveugle.

Une convention pour anticiper
Mais le RGA met en avant un second risque pesantsur les terres rurales : la non succession des producteurs et donc à termes, la perte d'une surface agricole devenue friche. Et là encore les chiffres poussent à la réflexion. 28% de la SAU landaise est détenue par des chefs de 55 ans et plus. Parmi eux, seuls 32 % connaissent leur successeur, les autres sont soit dans l'attente d'un repreneur ( 50%), soit, pour 400 d'entre eux, déjà résignés à ce que leur exploitation ne soit pas reprise.
Face à ce constat, la transmission apparaît comme devant êtrenécessairement anticipée. Dans cette idée, une convention a été signée ce 12 mars entre la Chambre d'agriculture, la Safer et la Communauté de Commune du Gabardan destinée à la mise en œuvre d'un travail auprès des exploitants de plus de 50 ans, afin de « les recenser, et d'avoir un suivi sur leur projet de transmission », explique Serge Jourdan Président de la Communauté de Communes.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1672
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr