Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/07/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques la tour sud de la cathédrale de Bayonne et la Chapelle des Prébendés, ainsi que le Château de Pau, le couvent des Récollets à Ciboure et l’Espace Jéliote à Oloron vont bénéficier du plan France relance pour leur rénovation

19/07/21 : Face à la montée en puissance du nombre de contaminations au Covid-19 en Charente-Maritime, le préfet a étendu l'obligation du port du masque dans tout espace public pour 45 communes, essentiellement littorales.

16/07/21 : Eté Jeunes est un nouvel agenda en ligne, à destination des jeunes Bordelais. Il permet d'accéder à l'ensemble de l'offre municipale et associative ainsi qu'à toute l'actualité culturelle, sportive et de loisirs proposée cet été à Bordeaux.+ d'info

13/07/21 : Du 15 juillet au vendredi 13 août inclus, l’Hôtel de ville de Poitiers fermera ses portes à 16 h 30 au lieu de 17 h 30. Sur cette période, du lundi au vendredi, l’accueil du public s’effectuera de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

07/07/21 : Pyrénées-Atlantiques - 1 compagnie de CRS, 23 nageurs-sauveteurs CRS, 13 agents de police-secours et de BAC, 4 agents spécialisés dans l’investigation, 8 motards CRS soit 118 policiers vont cet été venir renforcer les forces de sécurité du département

07/07/21 : Saint-Médard-en-Jalles : le centre intercommunal de vaccination Covid 19 restera ouvert tout l’été, grâce à l'implication des 50 agents et 229 professionnels de santé des 6 communes partenaires qui s'y relaient. En 3 mois, 31000 doses ont été injectées

05/07/21 : EthicDrinks, le négoce vert bordelais est lauréat du 1er prix du “Millésime 2021” organisé par l’Adelphe, éco-organisme à but non lucratif axé sur le recyclage des emballages ménagers des entreprises et notamment dans le secteur des Vins et Spiritueux.+ d'info

05/07/21 : Les inscriptions universitaires 2021-2022 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour démarrent, de manière entièrement dématérialisée, mardi 6 juillet pour tous ses campus : Pau, Bayonne, Anglet, Mont-de-Marsan et Tarbes.+ d'info

01/07/21 : Mmes Albenga et Poulet, MM. Patin et Stambolis-Ruhstorfer, enseignants-chercheurs à l’Université Bordeaux Montaigne, ont été nommés membres de l'Institut Universitaire de France. La récompense la qualité scientifique de leurs activités universitaires.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/07/21 | Ouverture des candidatures pour la Semaine de la Diversité 2022

    Lire

    Pour la 6ème édition, la Ville de Bayonne organise du 1er au 8 mars 2022 la Semaine de la Diversité et de l’égalité des droits. Jusqu’au 20 septembre, les associations peuvent déposer leurs propositions sur les thèmes de la lutte contre les discriminations et la promotion de l’égalité ainsi que de la diversité culturelle et de la citoyenneté. Les projets sélectionnés percevront une aide de la ville. Toutes les informations sont disponibles sur le site de la Ville

  • 30/07/21 | A la découverte du bijou régional

    Lire

    Jusqu’au 19 septembre, le Musée Bernard d’Agesci de Niort propose l’exposition « Le bijou régional, une spécialité niortaise, fonctions, types ». Les visiteurs partiront à la découverte de plus de 200 bijoux traditionnels, d’outils et de machines ayant servi à leur fabrication. Autour de l’exposition, le Musée propose également 2 accrochages dans le grand hall : « Trésors d’archéologie : parures et objets de prestige » et « Bijoux contemporains ».

  • 29/07/21 | France Relance : Repeuplement forestier, les entreprises lauréates landaises

    Lire

    Forelite-Evolution à Arue, la SCEA Pépinières Planfor à Uchacq-et-Parentis, Bois de Gascogne à Saint-Eulalie-en-Born, Landes Forêt à Levignac, Planfor SAS à Uchacq-et-Parentis sont les 5 entreprises landaises soutenues dans le cadre du plan France relance pour leurs investissements dans des outils et matériels performants pour la production de plants qui seront utilisés pour le repeuplement forestier. Objectif: permettre plus de compétitivité et de résilience face aux défis climatiques. Au total, un coup de pouce de 386 470 euros.

  • 29/07/21 | La Nature a rendez-vous en Creuse en août

    Lire

    Tout au long du mois d’août, la Réserve Naturelle de l’étang des Landes en Creuse propose aux petits et aux grands des « Rendez-vous Nature ». Le 6 août, les petits pourront observer le plumage des oiseaux, le 11 août, partez à la découverte de la vie des abeilles en devenant le temps d’une journée un apiculteur ou encore devenez explorateur avec 4 épreuves sur le thème des oiseaux le 18 août. Programme et réservation

  • 29/07/21 | Les Crus artisans du Médoc ouvrent leurs portes

    Lire

    Comme chaque année, les Crus artisans du Médoc ouvrent leurs portes au public. Cette année, le rendez-vous est donné du 30 juillet au 1er août pour découvrir ou redécouvrir les vins et leur mode d’élaboration. Le public pourra par exemple pique-niquer au Château Tour Bel Air et se balader au milieu du vignoble Médocain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Agriculture biologique: l'avenir est devant

05/07/2017 | La première assemblée générale d'Interbio Nouvelle-Aquitaine à la fin du mois de juin a été l'occasion de faire le point sur la situation actuelle et le programme de développement à venir.

Le président d'Interbio Nouvelle-Aquitaine Philippe Lassalle Saint-Jean

Pour sa première assemblée générale sous la bannière de la grande région, Interbio Nouvelle-Aquitaine a présenté ses perspectives de développement pour les années à venir. Les mots-clés sont nombreux pour cette filière qui doit composer entre économie, social, environnement. Une filière encore jeune, mais qui évolue très vite, et connaît déjà quelques bouleversements auxquels prêter attention pour suivre un développement permettant de conserver l'esprit initial de ce mode de culture. Le virage doit bien se négocier pour s'inscrire dans une pérennisation de l'agriculture biologique.

Le président d'Interbio Nouvelle-Aquitaine Philippe Lassalle Saint-Jean a tôt fait de résumer l'ensemble des aspects entourant l'agriculture biologique en une phrase résonnant comme une véritable feuille de route : « Il faut continuer à développer des filières bio régionales porteuses de valeurs sociales et environnementales et trouver le bon équilibre économique entre agriculture, production alimentaire, territoires et consommation ».

Le grand intervenant de cette journée de travail était Christian Renault, gérant d'AND International, bureau d'études spécialisé dans l'agro-alimentaire. Celui-ci s'est attaché à dresser l'état des lieux de la filière bio en région et la stratégie de développement à mener pour prolonger et renforcer la dynamique actuelle.

Une dynamique ressentie au quotidien, et qui se traduit dans les chiffres. Du côté de la profession tout d'abord. L'association Interbio Nouvelle-Aquitaine compte désormais deux cents adhérents. De la même façon, la barre des 5000 agriculteurs bio a été dépassée au mois de mai 2017.

Du côté du marché aussi, les signes sont positifs. « On observe une croissance exceptionnelle de la filière bio dans un marché alimentaire global peu dynamique. Entre 2006 et 2016, le marché alimentaire bio des ménages a été multiplié par 3,7 », détaille Christian Renault. En 2015, 25 % de la croissance du marché alimentaire s'explique par la seule hausse de la filière bio. En 2016, ce pourcentage monte à 37 %.

Quel modèle ?Une dynamique encourageante, motivante pour la filière, même si l'expert d'AND International lance très vite un message d'alerte à l'assemblée : « Par le passé, on a parlé de la bio comme d'un mouvement, entouré d'un concept et avec des idées. Mais aujourd'hui, on est plutôt dans une mode, attention à ce que cette mode ne détruise pas le mouvement initial ».

La solution, c'est évidemment dans les idées qu'elle se trouve. Plus les idées seront claires, plus les lignes directrices seront matérialisées et les volontés exprimées clairement, plus le mouvement sera fort pour résister aux effets de mode. Car pour le reste, les perspectives économiques sont très séduisantes.

« Le marché est particulier. La demande y est supérieure à l'offre, les bassins de production diversifiés, les relations amont/aval meilleures, et la ''préférence nationale'' des consommateurs plus clairement exprimée », continue Christian Renault. Le potentiel de développement est donc là pour une région qui est déjà sur le podium français dans cette filière bio.

Ce développement doit impérativement se faire autour de valeurs fortes, au niveau social et environnemental, mais aussi au niveau économique. « Le consommateur est prêt à payer le bio plus cher, mais il ne faut pas d'abus », glisse le conseiller, qui ajoute que le modèle doit garder sa spécificité « de construction collective dans les relations commerciales et la transparence de la chaîne de valeurs ».

CommuniquerPour accompagner ce mouvement auprès des consommateurs finaux, une présentation a été réalisée de la marque Bio Sud Ouest France. Marque créée en 2012 par les ex-conseils régionaux d'Aquitaine et de Midi-Pyrénées, qui peut aujourd'hui s'utiliser pour les deux régions, et qui a été étendue aux frontières de Nouvelle-Aquitaine.

Pour Jérôme Orvain, conseiller régional et délégué agroécologie et agriculture biologique, les objectifs sont multiples : « favoriser la recherche, donner priorité lors de l'accès au foncier, créer un observatoire, encourager la communication et la formation ». Des objectifs rejoignant le pacte régional signé entre la filière et la région.

De plus, à la suite de l'assemblée générale, la « Charte d'engagement des collectivités locales vers une alimentation bio, locale, et de qualité » a été signée entre le président d'Interbio Nouvelle-Aquitaine Philippe Lassalle Saint-Jean et Geneviève Barat, vice-présidente du Conseil Régional en charge de la ruralité.

Charte dont l'objectif est d'augmenter le pourcentage de produits issus de l'agriculture biologique proposés au restaurant collectif du Conseil Régional. « Si cette charte est une anecdote pour montrer l'engagement de la région, elle rappelle surtout la volonté de campagne d'Alain Rousset d'avoir 60 % de produits locaux et 20 % de produits bio dans tous les lycées », explique Geneviève Barat.

Sylvain Desgroppes
Par Sylvain Desgroppes

Crédit Photo : Sylvain Desgroppes

Partager sur Facebook
Vu par vous
10279
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 7 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr