aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

  • 24/09/16 | Prolongement de l'exposition « Gérard Fromanger annoncez la couleur ! » à Agen

    Lire

    Prolongement jusqu'au dimanche 16 octobre à l'église des Jacobins à Agen. L’artiste sera également présent à Agen les vendredi 14 octobre et samedi matin 15 octobre. Au programme notamment le vendredi 14, à 18h30, la projection du film "En suivant la piste Fromanger", au Studio Ferry. Et le samedi matin 15 octobre, ouverture exceptionnelle des Jacobins de 10h à 12h, car Gérard Fromanger sera présent aux Jacobins pour vous rencontrer et dédicacer les catalogues.

  • 23/09/16 | Solex de compétition à Saint-Léon

    Lire

    Dimanche 25 septembre, un rendez-vous atypique est organisé à Saint-Léon,dans l'Entre-deux-Mers: une course de Solex. Mais attention, ici on ne fait pas vraiment dans le «vintage», la performance doit être au rendez-vous. Le départ est donné à 11 h pour une épreuve d'endurance de 6 h (!!) sur le circuit de 3km concocté par le Saint-Léon Solex Club sur les petites routes de campagne. Les 25 Solex en lice s'affronteront par catégorie : Solex Origine, Origine Améliorée, Prototype et Super Prototype. S'il est parfois difficile de reconnaître «la bicyclette qui roule toute seule», le moteur à l'avant reste un impératif. A découvrir!

  • 22/09/16 | Ligne ferroviaire Pau-Canfranc : l'aide de l'Europe sollicitée

    Lire

    La région Nouvelle Aquitaine et le gouvernement d'Aragon vont déposer le 18 octobre à Bruxelles un dossier de candidature pour un appel à projet européen MIE (mécanisme pour l'interconnexion en Europe). Cela, afin d'amener l'Union européenne à financer en partie la réouverture de la ligne ferroviaire Pau-Canfranc. Le coût de ce chantier est estimé entre 350 et 450 millions d'euros. Selon Alain Rousset, l'Europe pourrait apporter jusqu'à 40% de cette somme. Un courrier a aussi été adressé aux ministres des transports français et espagnols pour souligner l'importance de ce dossier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | L'eau, une question prioritaire pour les agriculteurs aquitains

12/07/2013 | Le préfet de Région et le directeur régional de l'Agriculture étaient ce vendredi les invités de la FRSEA d'Aquitaine sur une exploitation périgourdine.

Le préfet de Région est à allé à la rencontre des agriculteurs en Dordogne

Michel Delpuech, préfet de la région Aquitaine et Hervé Durand, directeur régional de l'Agriculture et de la forêt ont eu l'occasion de débattre des sujets de l'actualité agricole ce vendredi matin avec les représentants régionaux et départementaux de la fédération des exploitants agricoles. La rencontre a eu lieu sur l' exploitation de Sébastien et Hugues Landat à Beaumont- du- Périgord. Cette ferme illustre un grand nombre de sujets qui préoccupent le milieu agricole, notamment l'avenir de l'élevage, la ressource en eau, les contraintes environnementales et les dégâts de gibier.

Ce vendredi matin, l'exploitation de Hugues et Sébastien Landat à Beaumont du Périgord accueillait, à l'invitation du conseil d'administration de la FRSEA d'Aquitaine, Michel Delpuech, le préfet de région, le directeur régional de l'agriculture et de la forêt,  la directrice régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement. Les deux frères Landat exploitent avec leur mère qui partira à la retraite en janvier prochain, une ferme de 130 hectares. A l'origine, l'exploitation avait une production laitière et du tabac qui a été arrêtée en 2005. Aujourd'hui, les deux frères ont une production bovins viande avec un cheptel de 80 vaches limousines et 22 hectares de noyers dont 50 % est en production. "C'est par nécessité économique que nous avons arrêté le lait, en 2010, alors que nous avions la fibre de l'élevage, souligne Hugues Landat. L'analyse économique fait apparaître de bons résultats techniques des ateliers. L'atelier élevage est aux normes et les charges d'amortissement sont relativement faibles pour ce type d'exploitation. Les charges d'approvisionnement connaissent une augmentation forte liée à la hausse des carburants er de l'aliment du bétail. "Le soja est passé de 300 euros la tonne à 550 euros en deux ans. Heureusement, pour le troupeau, l'essentiel de l'alimentation provient de la ferme," précisent les frères Landat.

Ressource en eau et dégâts de gibierMais la famille Landat se heurte à deux soucis majeurs : la maîtrise de la ressource en eau et les dégats de gibier." Les dégâts de gibier sont considérables chez nous. En février, j'ai comptabilisé jusqu'à 37 chevreuils sur une parcelle. La protection contre ces animaux est une charge de travail énorme. Nous sommes contraints de tout clôturer. Je demande une régulation de la faune sauvage," indique Sébastien, photos à l'appui. Les autres départements aquitains ne semblent pas connaître, la Gironde notamment, une situation comparable. "En Dordogne, il reste des points noirs. Je veillerais au respect des plans de chasse afin que ces points noirs soient réglés," a répondu le préfet de la Dordogne, Jacques Billant. 
Le Gaec Landat doit maîtriser sa ressource en eau pour sécuriser ses rendements. Les besoins en irrigation des 22 hectares de vergers de noyers et de 7 hectares de maïs au minimum pour l'ensilage sont de l'ordre de 40 000 m3 annuels. Les exploitants disposent d'une réserve d'une capacité réduite de 2500 m3 alimentée par un affluent de la Couze, le petit chevelu. Ce cours d'eau fait fréquemment l'objet de restrictions de pompage : l'an passé, interdiction totale à partir du 10 juillet. Un projet de création d'un lac d'une capacité de 40 000 m3 a été étudié en 2011. Le projet a reçu un avis défavorable de l'ONEMA, car situé sur une zone humide. Les deux éleveurs ne comprennent pas le refus de leur projet et une réunion de tous les protagonistes devraient avoir lieu prochainement à la sous préfecture de Bergerac. 
Cet exemple périgourdin met en lumière la problématique de la ressource en eau commun à tous les agriculteurs aquitains. Selon les responsables agricoles, l'irrigation est un moyen de pérenniser les exploitations existantes, de dégager un revenu suffisant. La gestion de l'eau en Dordogne constitue un bel exemple régional : les ressources annuelles en eau  sur les département de la Dordogne sont globalement suffisantes pour assurer l'ensemble des besoins. Seuls quelques sous- bassins apparaissent déficitaires en été. Les bassins versants déficitaires représentent un prélèvement de 4,5 millions de m3 dont un besoin de stockage supplémentaire en hiver ou de prélèvement sur les cours d'eau principaux non déficitaires  d'1 million de m3. 

Levée du moratoireLa création de réserves en eau constitue une option interressante à condition d'avoir l'autorisation de les créer et aussi les financements. Au niveau de la région, en raison du moratoire décidé à l'automne, une trentaine de dossiers sont bloqués, selon Michel Delpuech. La FRSEA demande la levée immédiate de ce moratoire sans condition pour les projets finalisés. Dans l'assistance, plusieurs voix dont celle du président de l'association des irrigants de la Dordogne ont dénoncé des soucis relationnels avec l'ONEMA. "Pour les nouvelles filières de l'agriculture que sont la châtaigne, la noix, le maraîchage sur lesquelles il y a des installations, il faut de l'eau". Cette question cruciale de l'eau a soulevé celle des contraintes environnementales souvent fortes et pas toujours bien comprises par les éleveurs. Nous demandons une simplification des normes environnementales, l'arrêt de toute surenchère fiscale et réglementaire. Nous souhaitons une homogénéité dans le traitement des dossiers au niveau régional," souligne Henri Bies Péré, président de la FRSEA et éleveur dans les Pyrénées Atlantiques. Au cours de cette rencontre d'autres questions ont été abordées, notamment celle de l'élevage dans son ensemble avec des arrêts d'activité laitière de plus en plus nombreuses, la baisse des revenus. La recrudescence de la tuberculose bovine qui touche les Pyrénées -Atlantiques et surtout le Nord Dordogne a été également abordée.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
394
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr