Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/07/20 : Philippe Monguillot, le chauffeur de Chronoplus sauvagement agressé dimanche s'en est allé en milieu d'après-midi pour son dernier voyage, entouré de sa famille. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin devrait se rendre à Bayonne ce samedi.

10/07/20 : Les inscriptions aux transports scolaires en Nouvelle-Aquitaine sont ouvertes. N'attendez pas car jusqu'au 20 juillet, les frais de dossier sont offerts. Passée cette date, 15 euros de frais de dossier sont facturés.

10/07/20 : Philippe Buisson, maire de Libourne, a été réélu ce 10 juillet président de la Communauté d'agglomération du Libournais, la CALI, par 71 voix sur 74 votants.

10/07/20 : Florence Jardin, maire de Migné-Auxances (86), vient d’être élue présidente de Grand Poitiers. Elle succède à Alain Claeys à cette fonction. Elle arrive en tête avec 48 voix, devant Claude Eidelstein (26), Jean-Louis Ledeux (8) et 4 bulletins blancs.

09/07/20 : L'inauguration de la Flow vélo, itinéraire cyclable de 294 kilomètres entre Thiviers en Dordogne et L'île d'Aix en Charente- Maritime a eu lieu ce jeudi après midi à Salignac sur-Charente, au Pont du Né, kilomètre zéro de la Charente Maritime.

09/07/20 : Xavier Bonnefont, maire LR d'Angoulême, devient président de l'agglomération de Grand Angoulême en étant élu à la majorité absolue dès le premier tour. Il détrône le socialiste Jean-François Dauré de sept voix.

08/07/20 : Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de Gironde, a été élu ce 8 juillet, à l’unanimité de ses membres, Président du groupe des présidentes et présidents de gauche de l’Assemblée des Départements de France.

08/07/20 : Guillaume Guérin (Les Républicains) est élu président de la communauté urbaine de Limoges avec 47 voix face au socialiste Gaston Chassain.

08/07/20 : Le nouveau ministre délégué chargé des transports Jean-Baptiste Djebarri s'est rendu ce soir à la société Chronoplus de Bayonne où était employé le chauffeur Philippe Monguillot. Deux des agresseurs sont poursuivis pour tentative d'homicide volontaire.

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/07/20 | Caussade (47) : prison ferme pour Franken et Bousquet-Cassagne

    Lire

    Poursuivis pour avoir réalisé sans autorisation la retenue de Caussade (47), Patrick Franken et Serge Bousquet-Cassagne sont condamnés par le tribunal correctionnel d'Agen à 9 et 8 mois de prison ferme assortie de la révocation d'un sursis précédent, soit 22 et 13 mois ferme. S'ajoutent 65 000€ de dommages et intérêts aux associations écologistes partie civile, 32 907 € à Enedis pour la destruction d'un poteau électrique et 2 400 euros de préjudices moral, et enfin une amende, pour la chambre d'agriculture, de 40 000€ dont 20 000€ avec sursis. Les deux hommes ont dit faire appel de cette décision.

  • 10/07/20 | Université de Poitiers : des paniers alimentaires pour les étudiants

    Lire

    L'Université de Poitiers, le Crous et l’Afev organisent la distribution de denrées alimentaires pour les étudiants présents en résidence universitaire et/ou étant inscrits à l’épicerie sociale, et aussi à ceux et celles ayant bénéficié du dispositif d’urgence mis en place par l’université de Poitiers pendant le confinement. Une inscription sur le site de l'université permet de réserver un créneau. Au total, ce sont près de 350 étudiants, qui recevront chaque semaine des colis durant tout l'été de juin à fin août.

  • 10/07/20 | Bordeaux Métropole : un fonds "zéro salarié"

    Lire

    La métropole de Bordeaux et la CCI Bordeaux Gironde ont ouvert ce mercredi 8 juillet, un "fonds Covid Bordeaux Métropole zéro salarié" à destination des commerçants, artisans et entreprises qui ne rentrent pas dans les cases d'un précédent fonds d'urgence de 15 millions d'euros (7,6 millions versés) destiné aux entreprises de un à cinq salariés. Cette aide de 1000 euros sera versée aux "travailleurs indépendants, micro-entrepreneurs ou société commerciale n’employant aucun salarié" justifiant d'une perte de chiffre d'affaires de 40% entre le 1er et le 30 avril.

  • 10/07/20 | En juillet, les littoraux à la fête

    Lire

    Les 17, 18 et 19 juillet prochain se déroulera la seconde édition de la Fête de la Mer et des Littoraux sur l'ensemble des côtes françaises, y compris en Outre-Mer. L'occasion de découvrir les sports nautiques, "le patrimoine maritime local" et de décliner une programmation locale (expositions, conférences, rencontres, ect). La députée LREM du Bassin d'Arcachon, à l'initiative de l'évènement, a annoncé que le navigateur Yvan Bourgnon (également fondateur de Sea Cleaners), serait le parrain de cette édition.

  • 09/07/20 | Cognac : un nouveau directeur du développement à la tête du BNiC

    Lire

    Le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) vient de nommer Raphaël Delpech à la direction générale de l’interprofession en charge du développement, de la protection et de la valorisation de l’appellation Cognac. Sa mission, à compter du 7/09 : piloter le BNiC et mettre en œuvre les orientations stratégiques de la filière. Docteur en droit public, diplômé de l'IEP de Paris et du Kedge de Bordeaux, il a plus de 20 ans d’expérience dans les affaires publiques et la communication.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | L'extraordinaire tour du monde d'Opaline Lysiak et ses Agron'hommes vu par son amie Mathilde

27/08/2018 | Un ver de terre, une année scolaire, douze pays, une enseignante de lycée agricole passionnée par l’agroécologie et avide de rencontres humaines.

Opaline Lysiak et Mathilde Astier

Voici les ingrédients explosifs qui, attrapés sur le coin d’une table au cours d’une conversation en février dernier, m’ont conduite à découvrir le projet Les Agron’hommes. Persuadée que la mise en lumière du travail d’hommes et de femmes initiateurs de solutions, est une des clefs pour une prise de conscience collective des enjeux agricoles, je n’ai pas hésité longtemps. Mon carnet, un stylo et mon appareil photo, et c’est la fleur au fusil, ou devrais-je plutôt dire « la luzerne dans le sac à dos », que je suis allée rejoindre Opaline Lysiak en mai dernier lors de son chapitre « Japon ». Une chance inouïe pour explorer son projet de l’intérieur et mieux témoigner de cette démarche à l’avenir très prometteur.

Opaline sillonne le monde à la rencontre d’hommes et de femmes qui, comme elle, sont passionnés par l’agriculture et ne sont résolument pas décidés à baisser les bras devant les fortes dérives de ces dernières années. En observant par exemple la réussite de l’agroécologie paysanne en Roumanie, ou encore les démarches d’agriculteurs qui restaurent les paysages dégradés par le surpâturage en Afrique du Sud, on peut légitimement se laisser surprendre par l’absurdité de ces dérives. Comment sommes nous parvenus à nous détacher si fortement des principes fondamentaux, voire primaires, de l’agriculture, qui sont l’ancrage des pratiques dans les cycles naturels et le respect de l’être humain qui la produit et surtout qui s’en nourrit ? Nous oublions souvent la véritable valeur de notre alimentation, dont notre santé dépend pourtant, et qui ne nous ferait pas l’honneur de tomber dans notre assiette sans le dur labeur d’hommes et de femmes et sans le maintien d’une terre vivante. De pays en pays, Opaline, met en lumière ces personnes qui se retroussent les manches pour se reconnecter à la nature et aux autres. Elle crée ce fil rouge où il suffit de s’accrocher pour renforcer les lignes. Un réseau qui ne cesse de s’enrichir pour « une mondialisation des idées vers une relocalisation de l’alimentation».

Le bagage d'Opaline...

Opaline partage son amour pour la nature, pour le sol et pour l’humus au fil des exploitations visitées. Planter, désherber, biner, récolter …plonger les mains dans la terre pour sentir la vie qui se déroule sous nos pieds. Avec un ver de terre comme symbole du projet, elle part à la chasse à la fertilité. Quelles sont les différentes stratégies adoptées par les agriculteurs aux quatre coins de la planète pour faire de leur sol une véritable terre nourricière ? Agriculture biologique, agroforesterie, cultures sans labour, agriculture naturelle, agriculture de conservation … Opaline le sait bien, il n’existe pas de recette magique. La gestion holistique décryptée en Australie et en Nouvelle Zélande, souligne cette démarche : il faut savoir observer, écouter, comprendre son environnement pour être capable d’adapter son système agronomique. Le parcours des Agron’hommes n’est pas construit au hasard : il expérimente une diversité de contextes naturels, climatiques, culturels, politiques et sociaux qui entrainent inéluctablement une grande diversité de réflexions chez les agriculteurs. Avec les kilomètres parcourus, le bagage d’Opaline ressemble de plus en plus à une véritable bibliothèque de pratiques qu’elle ne se prive pas de communiquer. Sait-on jamais, cela pourrait insuffler de bonnes idées.

 

Opaline explore de multiples pratiques pédagogiques pour venir enrichir son parcours d’enseignante en lycée agricole : le concept des Folk High School en Pologne et au Danemark, l’éducation intégrale à Auroville en Inde, les différentes approches des lycées agricoles en République Tchèque, à Madagascar ou encore au Japon… Comment enseigner l’agroécologie, certes, mais aussi comment rendre les élèves heureux ? Comment leur transmettre cette passion d’apprendre ? Comment éveiller leur curiosité pour leur donner envie d’aller toujours plus loin ? Il est indispensable de construire l’être humain avant de construire l’agriculteur. En voyageant et en construisant des outils pédagogiques, au fil de ses expériences, Opaline montre à ses élèves que le monde ne s’arrête pas aux portes de leur lycée. L’agriculture est un enjeu mondial qui les concerne tous. Ils ont un rôle à jouer, qui commence d’ailleurs peut être déjà dans les fermes qui les attendent pour des stages aux quatre coins du monde. «  Dis et j’oublie, montre-moi et je retiens, implique-moi et je comprends » 

Une année grisante

Une année grisante qui n’est pas de tout repos. Opaline se retrouve en permanence au cœur d’un cocktail d’émotions sollicitées au gré des rebondissements, des déconvenues, des surprises, des rencontres… Retrouver sa place dans un environnement changeant constamment est une épreuve à part entière qu’elle ne sous-estime pas. Elle sait mettre sur pause. Se reconnecter à la nature. Prendre conscience de tout son corps. Savourer le moment présent. Réveiller ses sens. Et respirer.

Quel plaisir de humer les fèves de café torréfiées, de tourner la manivelle du moulin pour écraser les grains, de regarder l’eau chaude traverser le filtre goutte à goutte… Un rituel sacré dont Opaline ne saurait se passer avant de déguster le précieux breuvage encore fumant. Un rituel qui est universel, tout comme l’épanouissement de tous les agriculteurs de la planète à servir au mieux un même dessein : récolter la lumière pour produire de la nourriture. Un rituel qui redonne un coup de fouet, tout comme l’énergie transmise par ces personnalités inspirantes qui poussent toujours à aller de l’avant. Un rituel qui crée un espace de convivialité privilégié où les idées germent, se combinent, se transforment. Où les opportunités se dévoilent. Où l’on se sent pousser des ailes. C’est en restant à l’écoute et en faisant confiance qu’Opaline a su faire évoluer son projet pour lui donner plus d’ampleur et de pertinence. Au départ focalisé sur la construction d’outils pédagogiques autour de l’agroécologie, il s’est naturellement transformé en réseau d’agriculteurs prêts à accompagner des étudiants pour devenir des « agron’hommes ». D’autres profils sont ensuite venus le renforcer : professeurs, étudiants, journalistes, agriculteurs… citoyens du monde entier… L’engouement se propage. Il est un incroyable carburant à idées. Nous pouvons donc en être sûrs : les ailes d’Opaline n’ont pas fini de pousser.

A lire, mercredi, la première des Chroniques des Agron'hommes avc le reportage d'Opaline Lysiak au Danemark

 Mathilde Astier
Par Mathilde Astier

Crédit Photo : Mathilde Astier

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
13121
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr