Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/03/19 : Un séisme de magnitude 4,9 s'est produit ce matin peu avant 11h dans le secteur de Montendre. Il aurait été ressenti dans un rayon de 200 km, à Bordeaux et à Angoulême notamment.

20/03/19 : A Périgueux, la journée de l'audition se concrétise ce mercredi 20 mars, par le spectacle "yes ouie can", au Sans réserve à partir de 18 h 30. Cette soirée est organisée par le service de santé au travail. Gratuit dans la mesure des places disponibles.

19/03/19 : Dordogne : Ce 19 mars, l'appel à la grève des organisations syndicales CGT, FO et FSU, a été suivi par un petit millier de personnes à Périgueux qui revendiquent une hausse du SMIC, la réindexation des pensions et de retraites sur le coût de la vie.

19/03/19 : Jean-Frédéric Laurent, économiste de formation et spécialiste du transport maritime international est depuis le 13 mars dernier, le nouveau Président du Directoire du Grand Port Maritime de Bordeaux.

18/03/19 : Le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement est nommé préfet de police de Paris en remplacement de Michel Delpuech, après les violences sur les Champs-Élysées.

17/03/19 : Grande America : les "boues" observées par l'association Sea Shepherd hier à Hourtin en Gironde, ne sont en fait qu'un phénomène naturel de décomposions de déchets organiques bien connus des habitants, et non du mazout, relate ce matin la préfecture.

16/03/19 : Naufrage du Grande America : l'association Sea Shepherd rapporte que des plages de Gironde auraient été touchées. La préfecture maritime ne confirme pas et demande de "ne pas se fier aux photos alarmiste", et promet des prélèvements sur zone.

15/03/19 : Naufrage du Grande America : une nappe d’hydrocarbures d’une longueur de 4.5 km et d’une largeur de 500 mètres, d’aspect compact, a été observée à proximité de la zone de naufrage, à environ 175 nautiques (environ 325 km) des côtes françaises.

12/03/19 : Prévoyant une trentaine de recrutements en 2019, la Sobeval, spécialisée dans le veau de boucherie, organise un forum pour l’emploi, le 20 mars de 13 h à 17 h dans ses locaux de Boulazac (Dordogne). Un test par simulation sera proposé par Pôle emploi.

12/03/19 : En Lot-et-Garonne, la semaine prochaine, inauguration des sites multi-opérateurs d'accès à l'internet mobile à Hautefage La Tour, Massels, Thézac. Les communes de Frespech et Auradou sont également concernées par la couverture de ces nouveaux sites.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/03/19 | Prix Aéronautique et Espace : les sélections approchent !

    Lire

    C'est la 17° édition du Prix Aéronautique et Espace Nouvelle-Aquitaine. Ce dernier est à destination des collégiens et lycéens et tient à développer l'intérêt des jeunes vis-à-vis de cette industrie. Deux sélections sont organisées en Gironde, et pour la première fois, 20 collégiens de l'Entre-deux-Mers y participeront à Pellegrue le 21 mars prochain. Une deuxième sélection girondine est organisée le 28 mars pour les établissements bordelais. La finale aura lieu le 16 mai à Bordeaux.

  • 20/03/19 | Lot-et-Garonne : un débat sur l'Europe

    Lire

    "L'Europe sociale : rêve ou réalité"? Tel est l'objet de la conférence-débat organisée le 21 mars prochain à 18h30 dans le théâtre Comœdia à Marmande. Le maire de Marmande Daniel Benquet, Marie-Josée Fleury (responsable des affaires européennes CFDT) et Francesca Breuil, membre du réseau de conférencier TEAM Europe échangeront sur l'Europe sociale. La rencontre sera animée par Didier Delanis, Président de la Maison de l'Europe Lot-et-Garonne.

  • 20/03/19 | Escale du livre : deux lauréats dévoilés

    Lire

    Le salon du livre de Bordeaux se tiendra du 5 au 7 avril prochains. En attendant, les lauréats du Prix des lecteurs et du Prix des lecteurs Lycéens de l'Escale du Livre 2019 ont été dévoilés. Julia Kerninon, auteure de "Ma Dévotion" (ed. Rouergue), a été plébiscitée par les lecteurs de plusieurs médiathèques girondines. Les élèves de trois lycées bordelais ont récompensé "Frère d'âme" (ed. Seuil) de David Diop. Les visiteurs pourront rencontrer les deux lauréats pendant l'Escale du Livre.

  • 20/03/19 | Solidarité : St-Médard-en-Jalles engagée pour Haïti

    Lire

    La Nuit de l'eau 2019 a lieu le vendredi 22 mars à l'espace aquatique Hastignan de Saint-Médard-en-Jalles de 19h à 23h. La soirée solidaire est organisée par la Ville, l'ASSM Natation et Gymnastique et l'ASAP Subaquatique. Les bénéfices de la Nuit de l'eau 2019 seront versés à l'UNICEF au profit d'un programme d'accès à l'eau potable et à l'assainissement pour les enfants d'Haïti.

  • 20/03/19 | A Boulazac (24), une conférence sur le numérique et ses influences

    Lire

    A l’occasion de la 30e édition des Semaines d’Information sur la Santé Mentale, Le Grand Périgueux, l'hôpital, l’Union Nationale de Familles et Amis de Personnes malades et/ou Handicapées Psychiques organisent une rencontre baptisée « Le Numérique, ses influences sur notre quotidien » le 22 mars à la médiathèque de l'Agora de Boulazac à partir de 17 h. Le but est de répondre aux interrogations des parents et des adolescents sur les bienfaits et les risques potentiels du numérique dans notre quotidien.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | L’installation progressive, le choix de la ferme du Bois du Treuil (17)

03/05/2018 | A Saint-Saturnin-du-Bois, Antoine Tiercelin et Julien Ceyral se sont installés à un an d’intervalle après un stage parrainage

Julien Ceyral et Antoine Tiercelin devant le four à bois de leur boulangerie paysanne

A Saint-Saturnin-du-Bois, dans le nord est de la Charente-Maritime, Antoine Tiercelin et Julien Ceyral se sont installés à un an d’intervalle à la ferme du Bois du Treuil, suite à un stage-parrainage de plusieurs mois au sein de l’entreprise. Une volonté de Jean-Marie Marchand, agriculteur et propriétaire de la ferme du Bois du Treuil, une exploitation céréalière convertie en bio depuis vingt ans et à la boulangerie paysanne depuis une décennie.

 « Arrivé à deux ans de la retraite, Jean-Marie voulait transmettre sa ferme pour éviter que ses terres ne soient dédiées à l’agrandissement des autres. Et pour cela, il avait besoin de travailler avec des gens dans le même état d’esprit que lui », se souvient Antoine Tiercelin, 30 ans. Avec l’évolution de la ferme, le nombre plus important de tâches nécessitait également de travailler à plusieurs. En plus de la culture des 110 hectares de céréales, dont un peu plus de la moitié part à la coopérative bio de Saint-Jean-d’Angély, il faut également compter la transformation en farine et en pain, deux fois par semaine, sans oublier les livraisons aux magasins bio du secteur, les ventes à la ferme et sur les marchés, deux fois par semaine à Niort et à Surgères.

Après une première expérience d’association malheureuse, suite au burn-out d’un premier candidat à la reprise, Jean-Marie s’est mis en recherche d’un nouveau jeune en stage parrainage, par l’intermédiaire du Point Accueil Transmission (PAT) de la Chambre d’Agriculture. Mais c’est le hasard des rencontres qui lui a finalement amené Antoine.

Après un bac pro, un BTS agricole et une longue expérience en tant que salarié dans diverses fermes de  la région Centre, Antoine s’est lancé dans un tour de France à vélo avec sa compagne Lucie. Durant plusieurs mois, ils ont sillonné plusieurs régions de ferme en ferme, en vue de trouver un département et une exploitation où s’installer. Saint-Saturnin fut un coup de coeur. « Ca été avant tout pour la relation humaine, car on avait également trouvé une ferme en Dordogne qui nous plaisait beaucoup, mais on n’avait moins accroché avec l’exploitant. Ici, on a trouvé la bienveillance et les valeurs de Jean-Marie », explique Lucie, qui épaule son compagnon dans son projet sans faire partie de l’exploitation. De son côté Antoine a été également séduit par l’aspect transformation de la matière première : « Le pain est un chouette produit, la matière est agréable à travailler même si ça reste très physique, et c’est vraiment gratifiant de faire son propre produit fini ». Avec un apport personnel de 60 000 €, Antoine s’est installé officiellement début décembre 2017, quelques semaines avant le départ de Jean-Marie pour la retraite.

Etre associé se travaille

Avant de partir, Jean-Marie a pris soin d’engager un deuxième stage-parrainage, trouvé cette fois-ci via le PAT : Julien Ceyral, 21 ans. « J’avais déjà vu l’annonce sur le site internet en février 2016 lorsque j’avais commencé mes recherches durant mon BTS en production végétale, et j’aimais bien le concept de la ferme », raconte cet adepte de l’agronome Claude Bourguignon, « et puis, elle a disparu, ce qui devait correspondre à l’arrivée d’Antoine. Lorsqu’elle est apparue de nouveau fin 2016, j’ai sauté dessus ! » Julien a commencé à la ferme début 2017 pour un stage parrainage de neuf mois.

Les deux garçons s’entendent très vite, mais comme pour un couple, être associé se travaille. « Sur les conseils de Jean-Marie, nous avons fait appel à un médiateur de l’Afocg (l'Association pour la Formation à la Gestion), qui nous a aidé à poser chacun ce que nous voulions faire, ce que nous ne voulions pas, et à mettre en place des outils pour communiquer. Ca nous a permis de trouver nos places respectives sur cette exploitation qui fait appelle à une dizaine de métiers différents», explique Antoine.

Le parrainage, plus simple que le salariat

Aujourd’hui, aucun des deux ne regrette son parcours vers l’installation. « Le stage parrainage est plus simple que le salariat à bien des égards. Déjà financièrement, il est plus intéressant pour l’exploitant puisque nous percevons soit une indemnité de Pole emploi soit une aide de l’Etat », explique Julien. « Côté pratique, il permet de découvrir le travail progressivement, de se rendre compte si ça correspond aux attentes de chacun et d’apprendre à se connaître mutuellement sans pression, puisque chacune des deux parties peut mettre un terme au stage quand il veut. Côté administratif, ça permet également de prendre le temps de monter son dossier « parcours installation », de l’étude de faisabilité aux demandes d’aides, pour aller vers les banques ensuite. »

Convaincus par la formule, les deux jeunes associés ont signé dernièrement un nouveau contrat en stage parrainage en vue d’installer une troisième personne sur leur exploitation. « Le stage parrainage peut se faire entre 3 et 12 mois. On lui a demandé qu’il en fasse 9, le temps d’une saison de culture complète, afin qu’il voit tous les aspects des tâches qu’on peut rencontrer sur l’exploitation. Ca permet aussi de laisser le temps aux personnalités de se dévoiler. »

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : La Ferme du Bois du Treuil

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
8303
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr