Devenez actionnaire d'aqui.fr

21/01/22 : Hermione Académie, la mission formation de l’Association Hermione – La Fayette réunit désormais plusieurs formations: le cycle « Savoir-être, savoir-faire, savoir agir », les séminaires « Esprit d’équipage » et le programme « Engagement citoyen ».+ d'info

21/01/22 : Du 27 janvier au 31 mars, un centre de dépistage du Covid-19 va être installé au pied du Château Diable à Cenon. De 13h à 16h, sur rdv la population pourra réaliser des tests antigéniques. Les rdv doivent être pris sur Doctolib.

20/01/22 : En Dordogne, la disparition de Gaspard Ulliel, hier à l'âge de 37 ans, laisse le souvenir d'un jeune homme charmant et sympathique. L'acteur avait tourné "Jacquou le Croquant" en Dordogne. L'avant-première avait eu lieu à Montignac en janvier 2007.

19/01/22 : Bayonne lance la seconde édition de son budget participatif doté de 300 000 euros. Dès 9 ans, les habitants proposent des projets liés au vivre ensemble et au développement durable. Ils sont sélectionnés et soumis au vote. Puis la Ville réalise!+ d'info

17/01/22 : Le 22 mars, c'est à Cognac en Charente que se tiendra la première cérémonie des nouveaux étoilés du Guide Michelin en région. L'occasion, selon le guide rouge, de mettre en lumière “une ville et un territoire qui témoignent de l’excellence française”.

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

06/01/22 : Pyrénées-Atlantiques - Céline Dumerc, manager générale et ancienne capitaine de l’équipe de France féminine de basket vient d'être nommée Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur au titre de la promotion civile du 1er janvier 2022.

02/01/22 : Coupe de France : Bergerac est en huitièmes de finales de Coupe de France de football. Les Bergeracois ont remporté leur match face à Créteil aux tirs au but (5 à 4). Au tour précédent, ils avaient battu Metz pensionnaire de ligue 1 aux tirs au but.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/01/22 | SNCF Réseau annonce un trafic régional "très perturbé" lundi

    Lire

    Du 23 janvier 19h au 25 janvier 8h, de fortes perturbations sont à prévoir sur le réseau ferroviaire suite à un mouvement social des aiguilleurs de la SNCF en Nouvelle-Aquitaine. Le trafic sera très perturbé lundi au sud de Poitiers. Quelques circulations seront assurées sur la LGV entre Paris et Bordeaux durant la journée de lundi mais aucune au sud de Bordeaux. Le trafic régional sera quant à lui très faible.

  • 21/01/22 | Unités de méthanisation et de méthanation de Lescar: le chantier démarre

    Lire

    Sur le site Cap Ecologia à Lescar, près de Pau, l'ambitieux projet de transformation de l'usine de dépollution des eaux usées en unité de production de ressources énergétiques décarbonées démarre aujourd'hui avec la pose des premières pierres des usines de méthanisation et de méthanation du projet pensé par Suez. Les boues permettront de produire du biométhane, du biochar, du compostage mais aussi indirectement du méthane de synthèse... Objectif a terme de cet équipement: réduire les émissions de CO² de l'agglomération de 550 t/an.

  • 21/01/22 | À Brive, il va y avoir du sport !

    Lire

    Afin de s’immiscer dans l’aventure des Jeux Olympiques de Paris qui se dérouleront en 2024, la ville de Brive et son Agglo ont obtenu les labels « Terre de Jeux 2024 » et « Centre de Préparation aux Jeux ». C’est l’occasion pour la ville corrézienne d’accueillir des délégations et clubs français et étrangers, en plus d’organiser des manifestations sportives importantes comme le meeting national d’Athlétisme qui se déroulera le 12 juin prochain. Plus d’infos sur http://www.brive.fr/

  • 21/01/22 | En Dordogne, les dépenses sociales grimpent

    Lire

    Le débat des orientations budgétaires du Département de la Dordogne a mis en lumière la forte hausse des dépenses sociales. Elles sont en augmentation de 4,5 % par an, soit 11 M€. Ce sont le RSA et le secteur de l'aide sociale à l'enfance qui enregistrent les plus fortes augmentations. L'Etat ne compense pas intégralement. En 2021, les dépenses sociales en Dordogne ont représenté 258 M€. Elles devraient atteindre 273 M€ cette année, soit une progression de 6 %.

  • 20/01/22 | H5N1 : face à sa diffusion, la stratégie de lutte s'intensifie encore

    Lire

    Le ministère de l'agriculture vient d'annoncer « le dépeuplement préventif de toutes les volailles et palmipèdes d’une zone géographique caractérisée par de nombreux foyers est désormais nécessaire au-delà des mesures actuelles visant l’élimination des foyers et le dépeuplement préventif autour des foyers ». 226 communes (39 dans le Gers, 161 dans les Landes et 26 dans les Pyrénées-Atlantiques), sont concernées, soit environ 1,5 million d’animaux, en plus des 1,5 million déjà dépeuplés. Consultée sur ces mesures, c'est « un nouveau traumatisme pour la filière avicole », assure la profession.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | La ceinture maraîchère se renforce autour de Limoges

20/04/2020 |

1

Depuis plus de deux ans, la Communauté urbaine Limoges Métropole a mis en place un Plan alimentaire territorial pour renforcer sa ceinture maraîchère en permettant à des jeunes de s’installer sur un espace de quinze hectares. L’objectif est d’approvisionner les restaurants scolaires en produits frais tout en développant les circuits courts et préservant les terres agricoles. Cette initiative va se poursuivre, ce plan étant renouvelé pour deux ans. L’espace test « Pouss & Bio » situé à Verneuil-sur-Vienne accueille trois maraîchers, impliqués dans un ambitieux programme d’actions ciblé sur la transformation des produits et l’innovation.

La ceinture maraîchère voulue par les élus de Limoges Métropole devrait se muscler dans les mois à venir avec le prolongement, jusqu’en 2022, du Plan Alimentaire Territorial voté en février dernier. Un nouveau programme d’actions a été élaboré dans le but d’atteindre quatre objectifs, conforter le pôle maraîchage de Verneuil-sur-Vienne, favoriser l’accès au foncier pour les porteurs de projets, soutenir l’innovation et l’expérimentation pour répondre aux enjeux d’aujourd’hui et de demain et enfin renforcer l’industrie agro-alimentaire locale en s’appuyant sur une filière forte. Sur une commune qui avait traditionnellement connu une importante activité de maraîchage, un problème démographique se pose. « Deux tiers des maraîchers partiront à la retraite dans les dix ans à venir indique Alain Delhoume, vice-président de Limoges Métropole en charge du cadre de vie, et seulement 10 % de ce que nous consommons est produit sur l’agglomération, d’où l’intérêt de ce plan alimentaire pour avoir des produits naturels de qualité en restauration collective. Il fallait trouver une solution adaptée. Cet espace test permet à des jeunes de mettre le pied à l’étrier. » Le terrain de 15 ha a été acquis en 2018 par Limoges Métropole pour créer ce pôle maraîchage, soit un investissement de 481 000 euros dont 110 000 € pour l'achat du terrain, 150 000 € pour l’outillage mis à disposition et 220 000 € pour les différents travaux de voirie, réseaux et desserte du terrain.

 

 AlaIn Delhoume vice-président de Limoges Métropole en charge du cadre de vie

Six hectares en maraîchage bio

Situé à l’ouest de Limoges, celui-ci intègre un espace test agricole en maraîchage bio d’un hectare, une serre de 500 m², un accès à l’eau et au matériel. Les maraîchers peuvent travailler dans des conditions optimales avec, à leur disposition, trois serres, un tracteur en commun et divers outils tractés, un bungalow pour les repas et le travail administratif, un container frigorifique, des containers individuels de stockage pour entreposer du petit matériel et un tunnel pour stocker le gros matériel agricole et la cuve à fuel. S’il a fallu quelques mois pour attirer des porteurs de projet, ils sont désormais deux à se partager cette parcelle test pour une durée qui varie de un à trois ans afin de valider leur projet grandeur nature avant de voler de leurs propres ailes. Un troisième maraîcher arrivera prochainement, l’espace test affichera alors complet.

Six hectares sont actuellement cultivés, une partie sera utilisée par la suite pour planter des arbres fruitiers et récupérer les eaux pluviales. « Le premier maraîcher livre les restaurants scolaires de Saint-Gence, Nieul et Verneuil et vend sur des marchés locaux précise le vice-président. Le dernier arrivé a fait ses semis voilà quelques semaines. Le but est de multiplier ces espaces tests jusqu’en 2022, il fallait démontrer la pertinence du site, ces jeunes y trouvent leur compte. » Chaque parcelle est louée pour l’euro symbolique, le prix de l’eau est réduit et chacun bénéficie d’un accompagnement par la couveuse d'entreprises BGE Limousin. L’ambition est de dupliquer ce modèle sur d’autres communes proches de Limoges comme, par exemple, à Panazol, Saint-Just-le-Martel ou Le Vigen.

Des débuts prometteurs

Carlos Campos, ex conducteur de travaux, s’est formé au maraîchage grâce à des stages et a obtenu son Brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole, une choix mûrement réfléchi. Partageant son projet avec sa conjointe qui avait travaillé dans l’industrie agroalimentaire, ils franchissent le pas en juillet 2019. Après cette parenthèse, leur ambition est de valoriser leurs légumes en produits prêts à l’emploi, goûteux, sans additifs, ni conservateurs. « Ces dix dernières années, j’ai pris de plus en plus conscience de tous les enjeux écologiques et sociétaux auxquels notre monde est confronté révèle-t-il en 2017, la liquidation judiciaire de l’entreprise qui m’employait fût le déclic pour un changement radical de direction. Je voulais être plus proche de la nature, avoir mon propre projet, être dans le concret. Mes lectures et mes expériences m’ont orienté vers l’agriculture biologique. » Le couple cultive une trentaine de variétés de légumes sur environ 6 000 m² en plein champ et 500 m² sous serre. « L'espace test était un bon compromis à une installation rapide avec moins d'investissements, tout en permettant de développer un réseau commercial assure Carlos. Limoges Métropole a été notre premier contact pour le recrutement, les explications de fonctionnement, elle assure le soutien logistique au quotidien dont la mise à disposition de la serre, du tracteur et des outils. »
Les maraîchers sont épaulés par BGE Limousin qui apporte un soutien administratif, comptable et financier. « Cela nous donne un statut juridique en tant qu'entreprise et BGE nous accompagne en partie pour la commercialisation précise-t-il. La Chambre d'agriculture nous apporte un soutien technique avec son technicien spécialisé en maraîchage AB et une personne est disponible si nous avons besoin de conseils pour la commercialisation et la transformation. » En outre, l'ADEAR les accompagne en organisant des rencontres techniques entre maraîchers qui permettent de créer un réseau local. Au bout de trois ans sur l’espace test, le couple pourra voler de ses propres ailes mais il cherche déjà un terrain de 3 à 5 ha à Nieul où il réside et compte de fidèles clients. La production est écoulée en vente directe, auprès de cantines scolaires et d’un restaurant. « Nous montons en puissance au fur et à mesure de l'augmentation des quantités disponibles qui étaient volontairement faibles au départ et même si c'est encore tôt pour donner une conclusion à cette expérience, nous pouvons déjà dire que c'est un démarrage plus confortable économiquement et humainement du fait des investissements réduits et de tout l'accompagnement proposé autour du projet » conclut Carlos Campos. Nul doute que la période de confinement aura permis au couple de trouver de nouveaux débouchés en circuits courts.

Corinne Merigaud
Par Corinne Merigaud

Crédit Photo : Limoges Métropole

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
9632
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr