Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/09/20 | L’hôpital de La Rochelle active son plan blanc

    Lire

    Le Groupe hospitalier Littoral Atlantique, qui regroupe les établissements de La Rochelle/Ré/Aunis, Rochefort et Marennes/Oléron, a activé mardi le niveau 1 de son plan blanc. Le nombre de patient Covid-19 est passé de 4 à 8 cette semaine, dont un en réanimation. Si le nombre de cas à l'échelle du Département reste faible (taux d'incidence <50 pour 100 000 habitants), le service réanimation est déjà sous tension, avec 2 places disponibles. Une unité spéciale Covid sera mise en place début octobre.

  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

  • 25/09/20 | Angoulême : vers un festival de la BD en deux temps

    Lire

    Au vu du contexte sanitaire, les organisateurs du FIBD s'orientent vers un festival en deux temps. Un premier temps, une version modifiée avec des événements à Angoulême et hors les murs sur les dates initiales du 28 au 3& janvier), "répondant aux contingences en vigueur imposées par la pandémie". Un deuxième temps en présentiel à Angoulême, à la période printemps-été, pour rassembler plus de monde. Le contenu du projet sera présenté dans les prochaines semaines.

  • 25/09/20 | Nouvelle-Aquitaine : le don entre particuliers boosté par la crise sanitaire

    Lire

    L'application de dons bordelaise Geev a réalisé un classement des régions les plus actives en matières de dons entre particuliers. « Si le don a le vent en poupe ces dernières années, il a connu un essor particulier pendant la crise sanitaire », affirme la société. Ainsi, la société a dénombré les dons par régions entre février et juillet. La Nouvelle-Aquitaine est quatrième du classement "dons d'objets" avec 126 000 dons, derrière l'Île de France (458 000), les Hauts de France (171 000) et l'Auvergne-Rhône Alpes (143 000).

  • 24/09/20 | Covid-19: après les premiers tests, l'UPPA reste vigilante

    Lire

    Dans la matinée du mardi 22 septembre 2020, le Laboratoire Bio-Pyrénées a réalisé sur le campus de Pau une campagne de 200 tests de dépistage à la Covid-19 auprès des étudiants. Celle-ci a révélé 6 cas positifs à la Covid-19 sur les 107 prélévements nasopharyngés analysés par PCR, soit 5,6 % des étudiants testés. Un résultat qui incite l'Université "à rester vigilante" au regard de la moyenne au niveau nationale du taux de positivité (6.2 % au 23/09/20 à 14h) et des moyennes départementales publiées le 17/09/20 : Pyrénées-Atlantiques (4.2%), Landes (4.8 %) et Hautes-Pyrénées (3.1%).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | La ceinture maraîchère se renforce autour de Limoges

20/04/2020 |

La serre de 500 m² cultivée par Carlos Campos et sa conjointe

Depuis plus de deux ans, la Communauté urbaine Limoges Métropole a mis en place un Plan alimentaire territorial pour renforcer sa ceinture maraîchère en permettant à des jeunes de s’installer sur un espace de quinze hectares. L’objectif est d’approvisionner les restaurants scolaires en produits frais tout en développant les circuits courts et préservant les terres agricoles. Cette initiative va se poursuivre, ce plan étant renouvelé pour deux ans. L’espace test « Pouss & Bio » situé à Verneuil-sur-Vienne accueille trois maraîchers, impliqués dans un ambitieux programme d’actions ciblé sur la transformation des produits et l’innovation.

La ceinture maraîchère voulue par les élus de Limoges Métropole devrait se muscler dans les mois à venir avec le prolongement, jusqu’en 2022, du Plan Alimentaire Territorial voté en février dernier. Un nouveau programme d’actions a été élaboré dans le but d’atteindre quatre objectifs, conforter le pôle maraîchage de Verneuil-sur-Vienne, favoriser l’accès au foncier pour les porteurs de projets, soutenir l’innovation et l’expérimentation pour répondre aux enjeux d’aujourd’hui et de demain et enfin renforcer l’industrie agro-alimentaire locale en s’appuyant sur une filière forte. Sur une commune qui avait traditionnellement connu une importante activité de maraîchage, un problème démographique se pose. « Deux tiers des maraîchers partiront à la retraite dans les dix ans à venir indique Alain Delhoume, vice-président de Limoges Métropole en charge du cadre de vie, et seulement 10 % de ce que nous consommons est produit sur l’agglomération, d’où l’intérêt de ce plan alimentaire pour avoir des produits naturels de qualité en restauration collective. Il fallait trouver une solution adaptée. Cet espace test permet à des jeunes de mettre le pied à l’étrier. » Le terrain de 15 ha a été acquis en 2018 par Limoges Métropole pour créer ce pôle maraîchage, soit un investissement de 481 000 euros dont 110 000 € pour l'achat du terrain, 150 000 € pour l’outillage mis à disposition et 220 000 € pour les différents travaux de voirie, réseaux et desserte du terrain.

 

 AlaIn Delhoume vice-président de Limoges Métropole en charge du cadre de vie

Six hectares en maraîchage bio

Situé à l’ouest de Limoges, celui-ci intègre un espace test agricole en maraîchage bio d’un hectare, une serre de 500 m², un accès à l’eau et au matériel. Les maraîchers peuvent travailler dans des conditions optimales avec, à leur disposition, trois serres, un tracteur en commun et divers outils tractés, un bungalow pour les repas et le travail administratif, un container frigorifique, des containers individuels de stockage pour entreposer du petit matériel et un tunnel pour stocker le gros matériel agricole et la cuve à fuel. S’il a fallu quelques mois pour attirer des porteurs de projet, ils sont désormais deux à se partager cette parcelle test pour une durée qui varie de un à trois ans afin de valider leur projet grandeur nature avant de voler de leurs propres ailes. Un troisième maraîcher arrivera prochainement, l’espace test affichera alors complet.

Six hectares sont actuellement cultivés, une partie sera utilisée par la suite pour planter des arbres fruitiers et récupérer les eaux pluviales. « Le premier maraîcher livre les restaurants scolaires de Saint-Gence, Nieul et Verneuil et vend sur des marchés locaux précise le vice-président. Le dernier arrivé a fait ses semis voilà quelques semaines. Le but est de multiplier ces espaces tests jusqu’en 2022, il fallait démontrer la pertinence du site, ces jeunes y trouvent leur compte. » Chaque parcelle est louée pour l’euro symbolique, le prix de l’eau est réduit et chacun bénéficie d’un accompagnement par la couveuse d'entreprises BGE Limousin. L’ambition est de dupliquer ce modèle sur d’autres communes proches de Limoges comme, par exemple, à Panazol, Saint-Just-le-Martel ou Le Vigen.

Des débuts prometteurs

Carlos Campos, ex conducteur de travaux, s’est formé au maraîchage grâce à des stages et a obtenu son Brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole, une choix mûrement réfléchi. Partageant son projet avec sa conjointe qui avait travaillé dans l’industrie agroalimentaire, ils franchissent le pas en juillet 2019. Après cette parenthèse, leur ambition est de valoriser leurs légumes en produits prêts à l’emploi, goûteux, sans additifs, ni conservateurs. « Ces dix dernières années, j’ai pris de plus en plus conscience de tous les enjeux écologiques et sociétaux auxquels notre monde est confronté révèle-t-il en 2017, la liquidation judiciaire de l’entreprise qui m’employait fût le déclic pour un changement radical de direction. Je voulais être plus proche de la nature, avoir mon propre projet, être dans le concret. Mes lectures et mes expériences m’ont orienté vers l’agriculture biologique. » Le couple cultive une trentaine de variétés de légumes sur environ 6 000 m² en plein champ et 500 m² sous serre. « L'espace test était un bon compromis à une installation rapide avec moins d'investissements, tout en permettant de développer un réseau commercial assure Carlos. Limoges Métropole a été notre premier contact pour le recrutement, les explications de fonctionnement, elle assure le soutien logistique au quotidien dont la mise à disposition de la serre, du tracteur et des outils. »
Les maraîchers sont épaulés par BGE Limousin qui apporte un soutien administratif, comptable et financier. « Cela nous donne un statut juridique en tant qu'entreprise et BGE nous accompagne en partie pour la commercialisation précise-t-il. La Chambre d'agriculture nous apporte un soutien technique avec son technicien spécialisé en maraîchage AB et une personne est disponible si nous avons besoin de conseils pour la commercialisation et la transformation. » En outre, l'ADEAR les accompagne en organisant des rencontres techniques entre maraîchers qui permettent de créer un réseau local. Au bout de trois ans sur l’espace test, le couple pourra voler de ses propres ailes mais il cherche déjà un terrain de 3 à 5 ha à Nieul où il réside et compte de fidèles clients. La production est écoulée en vente directe, auprès de cantines scolaires et d’un restaurant. « Nous montons en puissance au fur et à mesure de l'augmentation des quantités disponibles qui étaient volontairement faibles au départ et même si c'est encore tôt pour donner une conclusion à cette expérience, nous pouvons déjà dire que c'est un démarrage plus confortable économiquement et humainement du fait des investissements réduits et de tout l'accompagnement proposé autour du projet » conclut Carlos Campos. Nul doute que la période de confinement aura permis au couple de trouver de nouveaux débouchés en circuits courts.

Corinne Merigaud
Par Corinne Merigaud

Crédit Photo : Limoges Métropole

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
5557
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr