Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Suite à la démission d'Edouard Philippe, c'est Jean Castex, haut-fonctionnaire coordonnateur de la stratégie nationale de déconfinement, qui a été nommé Premier Ministre. Charge à lui de former un nouveau Gouvernement.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

03/07/20 : Édouard Philippe a remis la démission de son gouvernement ce vendredi 3 juillet. Démission acceptée par l'Elysée.

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

29/06/20 : La préfecture des Pyrénées-Atlantiques livre ce lundi le taux de participation définitif aux élections municipales et communautaires du 28 juin 2020. Dans le département, il est de 49,48 % contre 66,85 % en 2014.

29/06/20 : Beynac : C'est ce lundi, que le conseil d'état rendra une décision capitale dans l'épineux dossier de la déviation de Beynac en Dordogne. Le conseil d'état pourrait ordonner l'arrêt du projet porté par le Département et la remise en état du site.

29/06/20 : A Saintes (17), l'ancien adjoint au maire Bruno Drapon est devenu maire à la place du maire sortant Jean-Philippe Machon, avec 31,76% des voix. Bruno Drapon s'impose avec environ 230 voix d’avance face à Pierre Dietz.

29/06/20 : A Royan (17), le maire sortant (LR) Patrick Marengo conserve son fauteuil de maire avec 52,21% des voix face au marcheur Thomas Lafarie avec 21,63 %.Le taux de participation, 35,74 %, est sensiblement le même que celui du premier tour (35,25%).

29/06/20 : A Rochefort (17), le maire sortant Hervé Blanché a retrouvé son fauteuil avec 3494 voix (58,86%) contre 2442 pour Rémi Letrou (41,14%). Le taux de participation est de 35,08%.

29/06/20 : Le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray (Bayonne toujours un temps d'avance) proche de la majorité présidentielle, a été réélu avec 51,23% face à la liste de gauche commune Bayonne-Ville ouverte et Demain Bayonne Bihar Baiona, avec 46,19%

28/06/20 : À Pessac, le maire sortant Franck Raynal est réélu de justesse avec 50,57% face au candidat tose et vert Sébastien Saint-Pasteur et son alliance avec Laure Curvale (49,63%).

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/07/20 | Rochefort : la réouverture du pont transbordeur remise aux calendes grecques

    Lire

    Initialement prévue le 4 juillet, la réouverture du pont transbordeur n'aura pas lieu. Complexes, les opérations de réglage du Transbordeur et de sa nacelle constituent un défi technique nécessitant de procéder par étapes. La période de confinement et le retard des travaux n'ont pas permis de mener à bien l’ensemble des mises au point nécessaires au bon fonctionnement du dispositif. Le gestionnaire du pont, l'agglo de Rochefort, se dit dans l'impossibilité de fixer une nouvelle date pour le moment.

  • 03/07/20 | Nouvelle-Aquitaine : des chèques vacances pour les plus modestes

    Lire

    Trois millions d'euros, c'est la somme annoncée par la région Nouvelle-Aquitaine pour contribuer aux chèques vacances "solidarité tourisme" (sur sept millions au total) qui seront distribués à 30 000 foyers, soit environ 100 000 personnes. Le plafond par ménage oscillera entre 100 et 400 euros, pour des bons d'une valeur de 50 à 100 euros à destination prioritaire des ménages modestes (en fonction du quotient familial). Cinq nouveaux départements rejoignent le dispositif : les Landes, le Lot-et-Garonne, la Creuse, la Dordogne et la Haute-Vienne.

  • 03/07/20 | Poitiers parmi les grandes villes où il fait bon étudier

    Lire

    Poitiers de nouveau récompensée pour sa qualité de vie lorsqu'on est étudiant. D'après le site Internet étudiant.figaro.fr, elle se classe 2e grande ville étudiante derrière Angers. Pour établir ce classement, le site s'est basé sur des critères tels que la démographie, l'offre de formation, la vie étudiante, le logement, le cadre de vie... Poitiers recense 27 000 étudiants, dont 4 000 étrangers. En janvier, L'Étudiant la consacrait à la 1replace "des grandes villes où il fait bon étudier."

  • 03/07/20 | Limoges : un questionnaire pour repenser l'aquarium

    Lire

    La Ville de Limoges et l'Association Aquarium du Limousin souhaitent recueillir les attentes du public quant à l'évolution prochaine de l'aquarium de Limoges. C'est avec un questionnaire en ligne à retrouver sur le site de la Ville. Il est à remplir du 1er juillet au 10 septembre prochain et les questions interrogeront notamment la nécessité d'agrandissement de l'aquarium.

  • 02/07/20 | À Pessac, le cinéma latino-américain fait sa clôture

    Lire

    La 37ème édition des Rencontres du cinéma latino-américain, a bien eu lieu virtuellement du 6 mai au 17 juin. De retour en physique suite à la réouverture des cinémas le 22 juin, l'évènement organise sa clôture au travers de deux soirées de projection. La première se tiendra le vendredi 3 juillet à 20h et permettra au public de voir, pour la première fois hors de son pays d'origine, le film brésilien Pureza qui évoque l'esclavage contemporain en Amazonie. La seconde soirée présentera un film argentin, "La Vuelta de San Peron", et aura lieu le 10 juillet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | La chambre d'agriculture de la Dordogne s'inquiète d'une baisse de budget annoncée

06/10/2019 | Réunis en session vendredi 4 octobre, les élus de la chambre d'agriculture de la Dordogne s'inquiètent, d'une réduction de 15 % de la taxe sur le foncier non bâti.

Jacqueline Dubois députée du sarladais et Jean Philippe Granger, président de la chambre d'agriculture de la Dordogne

Les élus de la Chambre d'agriculture ont adopté les derniers ajustements de leur budget 2019 lors de la session du vendredi 4 octobre, marquée par une forte hausse des charges. Principal sujet d'inquiétude, la baisse annoncée de la taxe sur le foncier non-bâti qui pénaliserait les missions d'accompagnement de la chambre consulaire. Cette session fut aussi l'occasion de s'inquiéter du dénigrement et de la stigmatisation perpétuelle dont est victime la profession. La FDSEA et la JA de la Dordogne annoncent une manifestation mardi 8 octobre devant la préfecture de la Dordogne.

Jean-Philippe Granger, président de la chambre d'agriculture de la Dordogne, comme la grande majorité  des collègues, présidents de chambres,  dénoncent de le contenu du projet de Loi de Finances pour 2020 qui pour l'heure comporte une réduction de 15 % et une régionalisation de la TATFNB (taxe sur le foncier non bâti). Cette taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties, sert, entre autres, à financer les missions de service public des chambres d’agriculture. Lors de la session du vendredi 4 octobre, les élus ont procédé aux derniers ajustements du budget, en tenant compte de l'évolution des recettes et des dépenses, et des perspectives d'activité. Le budget qui avoisine les 9,5 millions d'euros est en déficit de 1,4 % : les charges notamment de personnel et de fonctionnement sont en forte hausse, + 345 000 euros, malgré une baisse du nombre d'agents, actuellement de 94,08 salariés équivalents temps plein. "

Un impact de 645 000 euros ?

La future baisse de 15% de la taxe sur le foncier non-bâti menace le budget 2020 et les actions de la Chambre d'agriculture : "nous risquons de perdre 650.000 euros de financement qui servent à accompagner les agriculteurs au quotidien" explique Jean-Philippe Granger. Il dénonce les conséquences désastreuses pour l’accompagnement des agriculteurs et des territoires » d'une telle mesure, estimant ce texte « en totale contradiction avec les projets stratégiques du réseau." Jean Philippe Granger a d'ailleurs interpellé la députée du Sarladais, Jacqueline Dubois, dès son arrivée.  Jacqueline Dubois lui a répondu qu'elle avait co-signé deux amendements à la loi de finance 2020 : "ce n'est pas le moment de baisser les budgets des chambres d'agriculture, puisqu'il faut accompagner les agriculteurs pour le réchauffement climatique et le développement durable." Elle précise qu'elle s'oppose avec plusieurs de ses collègues à une baisse du budget des chambres. . Jean-Philippe Granger lui a aussi rappelé que les 94 salariés de la Chambre sont engagés dans des formations pour la réduction des traitements phytosanitaires, et de rencontrer de tous les agriculteurs qui veulent prendre leur retraite pour assurer le renouvellement des générations, qui reste la priorité. Dans ce contexte, la chambre d'agriculture a construit un nouveau projet stratégique sur trois ans en réaffirmant plusieurs  priorités :que chaque départ soit compensé par une arrivée dans la profession ( c'est actuellement le cas), accompagner en termes de conseils la filière élevage, en grande difficulté en mettant l'accent sur l'innovation et la recherche qui devront être développées au niveau régional, développer la présence sur les réseaux afin de promouvoir l'image du métier d'agriculteur auprès du jeune public, de l'éducation nationale en multipliant les partenariats. 
Les élus de la chambre ont ensuite présenté plusieurs motions pour relayer leurs inquiétudes, sur le photovoltaïque, sur le manque de vétérinaires ruraux qui met en difficulté les éleveurs pour des visites de routine et les urgences, sur la filière bovine. Au cours des débats, il fut aussi largement question du projet de réforme des retraites. Si le monde agricole apparaît majoritairement favorable au système de retraite par points (à l'exception de la Confédération paysanne), il demande le relèvement de la retraite minimum à carrière complète à 85 % du SMIC, pour les chefs d'exploitation retraités actuels et futurs retraités, mais aussi pour les collaborateurs d'exploitation. 

Une manifestation mardi

Entre les restrictions de zones de traitement, les arrêtés anti-phytosanitaires, les recours contre les constructions de bâtiments d'élevage, et les vidéos d'associations comme L-214, les agriculteurs se sentent harcelés par l'agri-bashing". Ils en ont assez et veulent le faire savoir. Le vice-président de la Chambre Fabien Joffre a annoncé l'organisation d'un pique-nique le mardi 8 octobre devant la préfecture. "'L'agri-bashing va crescendo - explique le président de la FDSEA - et nous avons besoin du soutien de l'état. "Nous nous mobiliserons une fois de plus, de manière responsable dans le respect des biens et des personnes. " assurent-ils dans un communiqué. 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
10983
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr