aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

28/04/17 : Dans le cadre du «Mai de la Photo», le Musée de Gajac de Villeneuve/Lot met à l'honneur le photographe d’après-guerre, Jean Dieuzaide. Artisan, globe-trotter et publicitaire, il explora divers domaines de la photo et fut primé de nombreuses fois.

27/04/17 : Charente-Maritime : le chômage a augmenté de +0,3% en 12 mois, portant à 56 550 le nombre de demandeurs d'emploi. L'augmentation est plus importante du côté des demandeurs en catégorie A (aucune activité) avec +1,4% entre février et mars.

24/04/17 : A La Rochelle, Macron arrive en tête avec 29,09%, devant Mélenchon (24,33%), Fillon (18,80%) et Le Pen (12%). Sur 50 905 inscrits, 73,86% se sont exprimés

24/04/17 : Résultats définitifs Villenave d'Ornon : EM 28,10%; JLM 26,63%; MLP 15,53; FF 12,04%; BH 8,30%; NDA 4,34%

24/04/17 : Résultats complets à Lormont : JLM 29,58%; EM 22,90%; MLP 19,36%; BH 10,14%; FF 9,46%; NDA 3,27%; PP 1,93%; FA 1,34%; JL 1,32%; NA 0,55%; JC 0,15%

24/04/17 : Résultats définitifs Mérignac : EM 31,03%; JLM 23,39%; FF 15,31%; MLP 12,89%; BH 9,21%; NDA 3,94%; JL 1,46%; PP 1,33%; FA 0,94%; NA 0,45%; JC 0,17%

24/04/17 : Résultats définitifs Saint-Médard-en-Jalles :EM 30,81%; JLM 20,28%; FF 16,35%; MLP 15,34%; BH 7,91%, NDA 4,73%

24/04/17 : A Bayonne, Emmanuel Macron, 25,69%, Jean-Luc Melenchon, 23,11%, François Fillon, 18,03%, Marine Le Pen, 13,50%; Benoît Hamon, 9,42%; Jean Lassale, 3,83%; Nicolas Dupont-Aignan, 3,29%; Philippe Poutou, 1;62%; François Asselineau, 0,94%

24/04/17 : Résultats complets Libourne : EM 24,69%; JLM 20,50%; MLP 20,27%; FF 17,98%; BH 7,88%; NDA 3,97%; JL 1,76%

24/04/17 : A Anglet, dont le maire Claude Olive était soutien de François Fillon, Emmanuel Macron est arrivé en tête 28,50% des voix devant François Fillon, 25% et Jean-Luc Mélenchon avec 18,55%. Marie Le Pen est quatrième avec 18,55%.

24/04/17 : Résultats définitifs Cenon : JLM 31,58%; EM 24,65%; MLP 16,13%; BH 10,28%; FF 8,93%

24/04/17 : Résultats définitifs Pessac : EM : 31.19 % ; JLM : 24.59 % ; FF : 14.81 % ; MLP : 11.45 % ; BH : 9.74 %

24/04/17 : Résultats définitifs Talence : EM : 31.43 % ; JLM : 26.29 % ; FF : 15.00 % ; MLP : 8.70 % ; BH : 11.43 %

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 29/04/17 | Le conseiller régional Christophe Cathus délégué aux liaisons routières

    Lire

    Le Conseiller régional bergeracois Christophe Cathus devient délégué aux liaisons routières régionales. Les priorités de cette délégation sont ainsi données au maintien d'une qualité de service public répondant aux besoins des usagers, à la poursuite et à l'harmonisation de l'intervention publique régionale mais aussi à l'élaboration d'une convention Ter unique au 1er janvier 2019 et à celle du schéma régional de l'Intermodalité.

  • 29/04/17 | Le maire de Périgueux en appelle aux bénévoles pour le 2e tour

    Lire

    Compte tenu des déclarations faites par les partis traditionnels dont le candidat n’est pas présent au second tour, les sympathisants qui endossent habituellement le rôle d’assesseurs et de scrutateurs ne participeront pas à la tenue des bureaux de vote. Le maire de Périgueux lance un appel à tout électeur de la commune qui voudrait bien assurer cette mission le 7 mai dans l’un des 20 bureaux. Les électeurs tentés par cette expérience sont invités à se faire connaître avant le 3 mai au 05.53.02.82.40.

  • 29/04/17 | Le PS de Dordogne appelle à voter Macron

    Lire

    La Fédération de la Dordogne du Parti Socialiste rappelle " avec gravité que l’abstention et le vote blanc ou nul n’auront d’autre conséquence que d’aggraver le score de la candidate de l’extrême-droite, voire de la porter au pouvoir. Au-delà des divergences existant vis-à-vis du projet porté par le candidat d' "En Marche", il n’y a d’autre attitude responsable que de faire barrage au Front National. C’est pourquoi le PS de la Dordogne appelle sans réserve les Périgourdins à se mobiliser le 7 mai contre la candidate du F.N en votant massivement pour Emmanuel Macron.

  • 26/04/17 | Nouvelle Aquitaine: Le chômage repart à la hausse

    Lire

    Fin mars en Nouvelle-Aquitaine, il y avait 299 700 demandeurs tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) augmentation de 2,2% sur un mois (4870 personnes) et de 1,7% sur 3 mois. France ( +1,2% sur 3 mois de +1,3% sur 1 mois). En un an l'évolution régionale est de - 0,8%; elle est de -0,9% au niveau national. Pôle emploi note qu'entre fin février et fin mars 2017, le nombre de demandeurs qui ont basculé des catégories B et C vers la catégorie A est inhabituellement élevé, ce qui contribue à la hausse du nombre de demandeurs d’emploi dans cette dernière catégorie

  • 26/04/17 | Brigitte Allain, députée EELV du Bergeracois votera Macron

    Lire

    Députée du Bergeracois, je voterai sans hésitation pour Emmanuel Macron au 2e tour des présidentielles et mettrai tout en œuvre pour faire barrage au Front national, dont le projet, source de division, de peur, de racisme et de xénophobie est une menace pour notre pays. Ce vote ne représente pas une adhésion au projet porté par le candidat Macron (...) J'attends d'Emmanuel Macron qu'il prenne en compte, avec humilité, les millions d'électeurs qui ne se reconnaissent pas dans son projet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | La Chambre régionale d'agriculture planche sur la gestion des risques

21/02/2017 | La Chambre d'agriculture régionale a organisé une journée dédiée à la régulation des marchés agricoles et gestion des risques, un défi pour la future PAC.

La FNSEA et  le réseau chambres d'agriculture mènent une réflexion sur la gestion des risques en agriculture.

Sur dix ans, le blé a varié, en prix payé de 100€ en 2009 à plus de 200€ la tonne en 2013, ça fait des grandes variations. À cela s’ajoute un niveau de charge élevé, ça crée des problèmes de trésorerie dès que le prix baisse comme en 2014 et puis ça fragilise fortement les exploitations. Les agriculteurs sont de plus en plus vulnérables et la gestion des risques en agriculture est devenue un enjeu majeur. La chambre d'agriculture régionale a organisé le 14 février une journée de réflexion sur ce thème, dans le cadre des négociations de la future PAC, qui devrait voir le jour en 2021 ou 2022.

Les exploitants agricoles sont dépendants du contexte mondial des marchés. On constate des fluctuations de prix de plus en plus fortes en raison de la fréquence des aléas climatiques et pour des raisons géopolitiques. Cette volatilité des prix, peut impacter les exploitations au niveau de leur revenu, de leur trésorerie et de leur capacité à investir et aussi de la perte d’incitation à produire si les prix sont trop bas. Il existe aussi les crises sanitaires à répétition. "Notre région n'a pas été épargnée ces deux dernières années, sécheresse, crise aviaire, les agriculteurs vivent une situation économique difficile, peuvent de moins en moins investir, vivent une détresse sociale, a indiqué  Dominique Graciet, président de la chambre régionale d'agriculture de la Nouvelle Aquitaine en ouverture d'une journée consacrée à la régulation des marchés agricoles et gestion des risques, qui constitue un défi dans le cadre de la future Politique agricole, qui finalement devrait voir le jour en 2021 ou 2022. Cette journée a eu lieu le 14 février dans les locaux de l'école d'ingénieurs Bordeaux sciences agro. La première conférence débat de la matinée a débuté par l'intervention de Sophie Devienne, enseignante chercheure à AgroParistech et sur l'exemple de la politique agricole américaine, comparée à la politique européenne. Celle ci a largement inspiré la politique agricole européenne qui visait à l’autosuffisance alimentaire de la Communauté à l'origine. La politique agricole américaine se caractérise par une intervention forte et ancienne. "Le soutien des prix et la régulation de l’offre demeurent les principes de base de l’intervention des pouvoirs publics aux États-Unis dans le secteur agricole de 1933 à 1996, rappelle Sophie Devienne. Après l'abandon  de la régulation de l'offre, le libre choix des assolements et découplage du soutien, on assiste depuis 2002, au  retour à un prix d'objectif,  véritable filet de sécurité pour l'agriculture américaine. On a en somme des exploitations familiales de tailles plus importantes qu'en Europe, avec des garanties des prix." 

Négociations de la future PAC

il est intéressant de mieux connaître l'exemple américain, pour mieux appréhender les négociations de la future Politique agricole commune. Celle ci aurait du être prête pour 2020, le calendrier fait que ce sera sans doute pour 2021 ou 2022. La Pac actuelle va être édifiée cette année, à partir de 2018. Il y a des choses qui peuvent être mises en place dès 2018, précise Jean-Marc Renaudeau, président de la commission économie de la chambre régionale et président de la chambre d'agriculture des Deux Sèvres. "L'objectif de cet après midi de réflexion est de faire le point sur le travail mené par le réseau des chambres d'agriculture sur la réforme de la PAC, faire le constat et quelles pistes d'amélioration, notamment sur la gestion des risques.  Joel Limouzin, vice président de la FNSEA, a apporté son éclairage sur la gestion des risques, qui constitue un enjeu majeur. Parmi les pistes évoquées, on trouve l'amélioration de la résilience des exploitations face aux accidents climatiques, sanitaires, économiques  avec la baisse des prix, les formes de mutualisation. "Pour 2016, 2017, on vit dans la région Nouvelle Aquitaine, les trois crises au même moment," précise Jean-Marc Renaudeau. "Un des buts de cette journée était d'apporter tous les éléments aux agriculteurs par rapport aux différents systèmes de protection qui existent aujourd'hui." Parmi les solutions évoquées, l'assurance récolte, le stockage et la gestion de l'eau, le développement de cultures différentes avec l'apport de la recherche et de la génétique, les fonds de mutualisation.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7513
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr