Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/09/20 | L’hôpital de La Rochelle active son plan blanc

    Lire

    Le Groupe hospitalier Littoral Atlantique, qui regroupe les établissements de La Rochelle/Ré/Aunis, Rochefort et Marennes/Oléron, a activé mardi le niveau 1 de son plan blanc. Le nombre de patient Covid-19 est passé de 4 à 8 cette semaine, dont un en réanimation. Si le nombre de cas à l'échelle du Département reste faible (taux d'incidence <50 pour 100 000 habitants), le service réanimation est déjà sous tension, avec 2 places disponibles. Une unité spéciale Covid sera mise en place début octobre.

  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

  • 25/09/20 | Angoulême : vers un festival de la BD en deux temps

    Lire

    Au vu du contexte sanitaire, les organisateurs du FIBD s'orientent vers un festival en deux temps. Un premier temps, une version modifiée avec des événements à Angoulême et hors les murs sur les dates initiales du 28 au 3& janvier), "répondant aux contingences en vigueur imposées par la pandémie". Un deuxième temps en présentiel à Angoulême, à la période printemps-été, pour rassembler plus de monde. Le contenu du projet sera présenté dans les prochaines semaines.

  • 25/09/20 | Nouvelle-Aquitaine : le don entre particuliers boosté par la crise sanitaire

    Lire

    L'application de dons bordelaise Geev a réalisé un classement des régions les plus actives en matières de dons entre particuliers. « Si le don a le vent en poupe ces dernières années, il a connu un essor particulier pendant la crise sanitaire », affirme la société. Ainsi, la société a dénombré les dons par régions entre février et juillet. La Nouvelle-Aquitaine est quatrième du classement "dons d'objets" avec 126 000 dons, derrière l'Île de France (458 000), les Hauts de France (171 000) et l'Auvergne-Rhône Alpes (143 000).

  • 24/09/20 | Covid-19: après les premiers tests, l'UPPA reste vigilante

    Lire

    Dans la matinée du mardi 22 septembre 2020, le Laboratoire Bio-Pyrénées a réalisé sur le campus de Pau une campagne de 200 tests de dépistage à la Covid-19 auprès des étudiants. Celle-ci a révélé 6 cas positifs à la Covid-19 sur les 107 prélévements nasopharyngés analysés par PCR, soit 5,6 % des étudiants testés. Un résultat qui incite l'Université "à rester vigilante" au regard de la moyenne au niveau nationale du taux de positivité (6.2 % au 23/09/20 à 14h) et des moyennes départementales publiées le 17/09/20 : Pyrénées-Atlantiques (4.2%), Landes (4.8 %) et Hautes-Pyrénées (3.1%).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | La Charente-Maritime signe enfin sa première charte agricole

24/12/2019 | Après des mois de réflexion, la chambre d’agriculture de Charente-Maritime a signé sa première charte le 20 décembre

Les onze représentants de fédérations et organismes signataires de la charte de la

Elle devrait rentrer en application au 1er janvier 2020, si passe d’ici là le décret sur la protection des riverains vis-à-vis des produits phytosanitaires. Voulues par le ministère de l’agriculture dans le cadre de la loi Egalim (lire nos éditions précédentes), les chartes agricoles locales ont pour objectif principal de pacifier les relations entre les agriculteurs et les « néo-ruraux », qui ne voient pas toujours d’un bon œil l’activité paysanne de leur voisinage. Les plaintes et procédures judiciaires contre les agriculteurs qui se multiplient en sont la traduction la plus visible, à l’image du retentissant procès en 2019 pour nuisance sonore contre un coq nommé Maurice, sur l’île d’Oléron.

Mais le pire n’est peut-être pas dans cette hausse des cas juridiques. « On en arrive à des violences verbales et physiques contre les agriculteurs », se  désole le président de la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime Luc Servant, également conscient que le monde agricole doit veiller au respect du voisinage. « Par exemple, un champ en friche n’a pas a être transformé en terrain de quad. Une terre, même sans culture, n’est pas une aire de jeu », rappelle Luc Servant, qui a vu passer de drôles de cas de conflits de voisinage. Dans sa commune de Saint-Jean-de-Liversay, au nord de La Rochelle, Denis Petit, qui représente l’association des maires de Charente-Maritime dans cette charte, est également régulièrement interpellés par ses administrés : « Ce que je constate, c’est que chacun doit balayer devant sa porte ! ». Elus et représentants du monde agricole espèrent que cette charte permettra d’entamer un dialogue entre paysans et riverains. Des instances « d’arbitrage » composées d’élus et de représentants agricoles vont être créées pour faire de la gestion de conflits entre particuliers et agriculteurs.

La nécessité d'un dialogue

Partant du principe que l’être humain rejette et blâme ce qu’il ne connaît pas, la charte inclue un volet « communication ». « Il y a une volonté d’aller vers le citoyen pour lui faire connaître l’agriculture », poursuit Luc Servant, « On constate que souvent les gens ne savent pas ce qui se passe à côté de chez eux, ils ne connaissent pas l’activité agricole. Il serait bon de leur expliquer que, par exemple, si en octobre ils voient un tracteur dans un champ, il y a de grandes chances pour que l’agriculteur soit en train de semer du blé ». Les signataires de la charte s’engagent donc à multiplier les opérations de pédagogie auprès du grand public : portes ouvertes d’exploitations et de coopératives, randonnées pédagogiques, réunions d’informations, publications sur les réseaux sociaux… Des marchés de producteurs thématisés ou des salons comme Balade à la Ferme en font également partie. La charte invite également les agriculteurs à expliquer leur activité aux maires de leur commune en fonction des saisons, et à trouver ensemble une forme de compromis dans la planification des travaux agricoles, entre les besoins qu’impose la temporalité agricole et le respect de la tranquillité des riverains.

Un engagement moral non contractuel  

Au-delà de cet aspect communication, la charte engage ses signataires à « utiliser un matériel régulièrement entretenu et réglé de façon conforme » afin de réduire les dérives des intrants (pulvérisateurs, buses, etc.) ; de privilégier les produits ayant le moins d’impact sur la santé et l’environnement ; d’éviter autant que faire se peut les abords des établissements accueillant un public vulnérables (écoles, maisons de retraite) ; adapter les horaires de traitement en fonction des conditions climatiques (vent, pluie), en privilégiant des applications tôt le matin ou en soirée, voire de nuit. Les agriculteurs sont également invités à se faire suivre par la plateforme de l’Anses « phytopharmacovigilance ». Mais Yvette Thomas, la présidente de la fédération des coopératives du 17, prévient : "Ca ne veut pas dire qu'on se passera totalement des phyto. C'est impossible de faire totalement sans". Et de rappeler que la charte n'a aucune valeur contractuelle et n'engage que la bonne volonté de ses signataires.

Une implication citoyenne

De leur côté, les maires et présidents de communautés de communes s’engagent à limiter la consommation de foncier agricole ; à traiter à prendre en compte les circulations agricoles lors des aménagements de voirie ; à intégrer des haies brise-vent ou brise-vue entre zone urbaine et zone agricole, ainsi que des voies vertes. Les élus devront également faire preuve d’impartialité dans les arbitrages entre agriculteurs et riverains, et respecter les activités agricoles autorisées par la loi. Les citoyens sont engagés de fait à respecter un certain nombre de règles de l’ordre du bon sens, comme le respect de la propriété privé, des cultures, de l’accès aux parcelles et de la circulation des engins agricoles. Les communes membres de l’association des maires de Charente-Maritime (elles le sont toutes dans le département) recevront un exemplaire de la charte via le bulletin mensuel aux adhérents. Et celle-ci sera affichée sur les panneaux municipaux à l’intention des citoyens.

La filière viticole reste en retrait

Pour l’instant, la charte signée le 20 décembre ne compte qu’onze signataires, mais est appelée à être paraphée par le plus grand nombre. L’Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC), le Comité National du Pineau des Charentes et le Syndicat des Producteurs et de Promotion des Vins de Pays Charentais, qui ont participé ces derniers mois aux réunions d’élaboration de la charte, se sont finalement mis en retrait de l’initiative, jugeant la charte insatisfaisante sur ses engagements phyto. La filière regrette également le côté très général de la charte, sans l’inclusion d’un volet spécifiquement viticole. « La concertation reste ouverte à tous et la charte appelée à être enrichie », rappelle Luc Servant.

 

Les 11 signataires :  La Chambre d’agriculture 17, l’Association des maires de France 17, la FNSEA17, Les Jeunes Agriculteurs 17, la Coordination rurale, la fédération des coopératives, le négoce agricole Centre-Atlantique (La Naca), les CUMA du centre-ouest, la MSA, les Entrepreneurs des Territoires et le groupement de développement agricole (GDA) d'Aunis.

Rappel de l'historique du projet 

Ce que dit la loi Egalim

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
12173
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr