Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

01/04/20 : Covid-19 : le nombre de malades est établi ce mercredi soir à 1845 cas depuis le début de l'épidémie, selon l'ARS. 700 personnes sont hospitalisées; 215 en soins intensifs; 414 sont sorties guéries de l'hôpital. 82 décès sont à déplorer.

01/04/20 : Charente-Maritime : la ville de Marennes et son association de commerçants lancent un appel à manifestation d'intérêt pour créer une boutique en ligne rassemblant les commerçants locaux pour faire de la vente en ligne. Contact:j.girard@gigamotors.fr

01/04/20 : La ville de Périgueux maintient le stationnement gratuit, en voirie et sur le parking Bugeaud, pour toute la période de confinement. Une manière d'inciter les Périgourdins à rester chez eux, mais aussi pour soutenir les commerces restant ouverts.

01/04/20 : La Charente-Maritime se prépare à affronter la "vague" de malades du covid 19 : une quinzaine de centres de consultation temporaire, avec un dispositif sanitaire particulier, seront mis en place entre demain et la fin de semaine (sur rdv uniquement).

31/03/20 : Débuts prometteurs pour la plateforme www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr qui met en relation les producteurs et artisans de l'agro-alimentaire et les consommateurs : plus de 1 000 inscriptions de producteurs et 28 700 de consommateurs.

31/03/20 : Covid-19. Afin de permettre aux habitants de faire leurs courses et aux commerçants de poursuivre leur activité, le maire de Mérignac a obtenu de la préfecture une dérogation de réouverture des marchés sous la forme de drives sécurisés.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/04/20 | Le Bac 2020 en contrôle continu

    Lire

    Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a annoncé ce vendredi que les épreuves finales du baccalauréat 2020 n'auront pas lieu "dans les conditions normales". Les élèves seront évalués sur le contrôle continu, sans épreuves finales. Les élèves de CAP, BEP et BTS sont aussi concernés, et les notes données à distance pendant le confinement ne seront pas comptabilisées dans le contrôle continu. En revanche, l'oral de français pour les élèves de 1ère est maintenu et les épreuves de rattrapages du bac auront lieu "dans les conditions habituelles".

  • 03/04/20 | Deux-Sèvres : 200 tablettes numériques pour les EHPAD

    Lire

    Pour faire face à une situation sociale difficile dans les EHPAD à cause de l'interdiction des visites dans les établissements, le Conseil départemental des Deux-Sèvres distribue dès ce vendredi et jusqu'à lundi prochain 200 tablettes numériques. Ces outils devront permettre aux résidents de garder le contact avec leurs proches en cette période de confinement. L'investissement réalisé par le Département pour l'achat de ces tablettes est de 100 000 euros.

  • 03/04/20 | Cet été, rendez-vous avec le « Le Barbier de Séville » à Sanxay (86)

    Lire

    Depuis 21 ans, les Soirées Lyriques de Sanxay dans la Vienne, 3e festival de chant lyrique de France, proposent chaque été un opéra en plein air, dans les vestiges du théâtre gallo-romain de Sanxay (Vienne). Cet été, les 10, 12 et 14 août, « Le Barbier de Séville » de Rossini sera joué pour la première fois à Sanxay. Cette coproduction Opéra national du Rhin / Opéra de Rouen sera scénographiée et mise en scène par Pierre-Emmanuel Rousseau.

  • 03/04/20 | Les deux résidentes d'un Ehpad bayonnais ont quitté l'hôpital

    Lire

    Les deux résidentes de l'Ehpad Harambillet, qui avaient été testées positives au Covid-19 et hospitalisées, ont regagné l'établissement, respectivement hier 2 avril et aujourd'hui 3 avril. La première, âgée de 86 ans, avait été admise au Centre hospitalier de la Côte basque le 17 mars et la seconde, âgée de 89 ans, le 20 mars. En lien étroit avec l’Agence Régionale de Santé, la Ville de Bayonne et son Centre communal d'action sociale ont mis en place des mesures sanitaires de confinement strictes au sein de cet établissement dès le début de la pandémie.

  • 03/04/20 | Nouveaux renforts de personnels soignants à l'Est

    Lire

    Après un premier départ de personnels soignants dimanche dernier, 18 nouveaux volontaires sont partis le 2 avril pour renforcer les hôpitaux de l'Est de la France. Des médecins anesthésistes réanimateurs et infirmiers anesthésistes de milieux hospitaliers mais aussi des libéraux et des praticiens d'établissements publics et privés. Ils viennent des Landes, de Gironde, du Lot-et-Garonne et de Charente-Maritime, pour renforcer le centre hospitalier et l'hôpital militaire de campagne de Mulhouse pour 4 à 10 jours.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | La Charente-Maritime signe enfin sa première charte agricole

24/12/2019 | Après des mois de réflexion, la chambre d’agriculture de Charente-Maritime a signé sa première charte le 20 décembre

Les onze représentants de fédérations et organismes signataires de la charte de la

Elle devrait rentrer en application au 1er janvier 2020, si passe d’ici là le décret sur la protection des riverains vis-à-vis des produits phytosanitaires. Voulues par le ministère de l’agriculture dans le cadre de la loi Egalim (lire nos éditions précédentes), les chartes agricoles locales ont pour objectif principal de pacifier les relations entre les agriculteurs et les « néo-ruraux », qui ne voient pas toujours d’un bon œil l’activité paysanne de leur voisinage. Les plaintes et procédures judiciaires contre les agriculteurs qui se multiplient en sont la traduction la plus visible, à l’image du retentissant procès en 2019 pour nuisance sonore contre un coq nommé Maurice, sur l’île d’Oléron.

Mais le pire n’est peut-être pas dans cette hausse des cas juridiques. « On en arrive à des violences verbales et physiques contre les agriculteurs », se  désole le président de la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime Luc Servant, également conscient que le monde agricole doit veiller au respect du voisinage. « Par exemple, un champ en friche n’a pas a être transformé en terrain de quad. Une terre, même sans culture, n’est pas une aire de jeu », rappelle Luc Servant, qui a vu passer de drôles de cas de conflits de voisinage. Dans sa commune de Saint-Jean-de-Liversay, au nord de La Rochelle, Denis Petit, qui représente l’association des maires de Charente-Maritime dans cette charte, est également régulièrement interpellés par ses administrés : « Ce que je constate, c’est que chacun doit balayer devant sa porte ! ». Elus et représentants du monde agricole espèrent que cette charte permettra d’entamer un dialogue entre paysans et riverains. Des instances « d’arbitrage » composées d’élus et de représentants agricoles vont être créées pour faire de la gestion de conflits entre particuliers et agriculteurs.

La nécessité d'un dialogue

Partant du principe que l’être humain rejette et blâme ce qu’il ne connaît pas, la charte inclue un volet « communication ». « Il y a une volonté d’aller vers le citoyen pour lui faire connaître l’agriculture », poursuit Luc Servant, « On constate que souvent les gens ne savent pas ce qui se passe à côté de chez eux, ils ne connaissent pas l’activité agricole. Il serait bon de leur expliquer que, par exemple, si en octobre ils voient un tracteur dans un champ, il y a de grandes chances pour que l’agriculteur soit en train de semer du blé ». Les signataires de la charte s’engagent donc à multiplier les opérations de pédagogie auprès du grand public : portes ouvertes d’exploitations et de coopératives, randonnées pédagogiques, réunions d’informations, publications sur les réseaux sociaux… Des marchés de producteurs thématisés ou des salons comme Balade à la Ferme en font également partie. La charte invite également les agriculteurs à expliquer leur activité aux maires de leur commune en fonction des saisons, et à trouver ensemble une forme de compromis dans la planification des travaux agricoles, entre les besoins qu’impose la temporalité agricole et le respect de la tranquillité des riverains.

Un engagement moral non contractuel  

Au-delà de cet aspect communication, la charte engage ses signataires à « utiliser un matériel régulièrement entretenu et réglé de façon conforme » afin de réduire les dérives des intrants (pulvérisateurs, buses, etc.) ; de privilégier les produits ayant le moins d’impact sur la santé et l’environnement ; d’éviter autant que faire se peut les abords des établissements accueillant un public vulnérables (écoles, maisons de retraite) ; adapter les horaires de traitement en fonction des conditions climatiques (vent, pluie), en privilégiant des applications tôt le matin ou en soirée, voire de nuit. Les agriculteurs sont également invités à se faire suivre par la plateforme de l’Anses « phytopharmacovigilance ». Mais Yvette Thomas, la présidente de la fédération des coopératives du 17, prévient : "Ca ne veut pas dire qu'on se passera totalement des phyto. C'est impossible de faire totalement sans". Et de rappeler que la charte n'a aucune valeur contractuelle et n'engage que la bonne volonté de ses signataires.

Une implication citoyenne

De leur côté, les maires et présidents de communautés de communes s’engagent à limiter la consommation de foncier agricole ; à traiter à prendre en compte les circulations agricoles lors des aménagements de voirie ; à intégrer des haies brise-vent ou brise-vue entre zone urbaine et zone agricole, ainsi que des voies vertes. Les élus devront également faire preuve d’impartialité dans les arbitrages entre agriculteurs et riverains, et respecter les activités agricoles autorisées par la loi. Les citoyens sont engagés de fait à respecter un certain nombre de règles de l’ordre du bon sens, comme le respect de la propriété privé, des cultures, de l’accès aux parcelles et de la circulation des engins agricoles. Les communes membres de l’association des maires de Charente-Maritime (elles le sont toutes dans le département) recevront un exemplaire de la charte via le bulletin mensuel aux adhérents. Et celle-ci sera affichée sur les panneaux municipaux à l’intention des citoyens.

La filière viticole reste en retrait

Pour l’instant, la charte signée le 20 décembre ne compte qu’onze signataires, mais est appelée à être paraphée par le plus grand nombre. L’Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC), le Comité National du Pineau des Charentes et le Syndicat des Producteurs et de Promotion des Vins de Pays Charentais, qui ont participé ces derniers mois aux réunions d’élaboration de la charte, se sont finalement mis en retrait de l’initiative, jugeant la charte insatisfaisante sur ses engagements phyto. La filière regrette également le côté très général de la charte, sans l’inclusion d’un volet spécifiquement viticole. « La concertation reste ouverte à tous et la charte appelée à être enrichie », rappelle Luc Servant.

 

Les 11 signataires :  La Chambre d’agriculture 17, l’Association des maires de France 17, la FNSEA17, Les Jeunes Agriculteurs 17, la Coordination rurale, la fédération des coopératives, le négoce agricole Centre-Atlantique (La Naca), les CUMA du centre-ouest, la MSA, les Entrepreneurs des Territoires et le groupement de développement agricole (GDA) d'Aunis.

Rappel de l'historique du projet 

Ce que dit la loi Egalim

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
11123
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
asperges vertes Agriculture | 02/04/2020

En Nouvelle-Aquitaine, les producteurs d'asperges "au jour le jour"

Fraises du Lot-et-Garonne Agriculture | 26/03/2020

Maraîchage : la fraisiculture recrute 2000 saisonniers en Nouvelle-Aquitaine

Légumes BIO Agriculture | 25/03/2020

Covid-19: Une plate-forme pour faire son marché local à domicile

Salon agriculture 2020 Agriculture | 24/03/2020

Nouvelle-Aquitaine : annulé, le salon de l'agriculture se trouve une nouvelle formule

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs Agriculture | 23/03/2020

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs

Marie Mongin à l'aérodrome de Jonzac Agriculture | 23/03/2020

L'aérodrome de Jonzac, un projet de développement économique arbitré par la SAFER de Nouvelle-Aquitaine

Projet Sabatey de la SAFER Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 19/03/2020

Mérignac : le site en déprise a laissé place à 5 projets agricoles périurbains

Alice Lerondel et Yves Lidove Agriculture | 18/03/2020

Installation-transmission : la Corrèze, pays merveilleux pour Alice et Yves

A Macaye, au Pays basque, Céline Jorajuria est arboricultrice qui transforme ses fruits en confiture, compotes, sirop et coulis Agriculture | 11/03/2020

Entre arboriculture et confitures, Céline Jorajuria, savoure les fruits de l'audace et sa liberté

Actuellement 60 000 bovins ont subi le dépistage de la tuberculose bovine en Dordogne Agriculture | 08/03/2020

La Dordogne doit poursuivre ses efforts en matière de lutte contre la tuberculose bovine

Les éleveurs sont venus au SIA de Paris accompagnés de leur bête. Ici, Ibiza, blonde d'Aquitaine, de l'élevage Arsicaud situé à Marans en Charente-Maritime. Agriculture | 04/03/2020

[Vidéos] Rencontre avec des éleveurs néo-aquitains au salon de l’agriculture de Paris

Frédéric Coiffé, chef bordelais, a préparé tout au long du salon de l'agriculture de Paris des produits régionaux de la Nouvelle-Aquitaine. Les visiteurs se sont régalés. Agriculture | 02/03/2020

[Vidéos] Un stand de la Nouvelle-Aquitaine animé au Salon de l’agriculture de Paris

Alain Rousset était en visite sur le Salon de l'agriculture ce mercredi 26 février Agriculture | 27/02/2020

Une école vétérinaire à Limoges d'ici quatre à cinq ans

Distributeurs de produits locaux Agriculture | 26/02/2020

L’humain au centre du programme « Du 47 dans nos assiettes »

Entre 2 500 et 3 000 plaques remportées par l’élevage Pimpin. Agriculture | 25/02/2020

SIA : Le GAEC Pimpin a remporté 41 Prix de Championnat depuis 1951