aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

31/08/16 : La Fédération des producteurs de lait de la Dordogne organise une nouvelle action aujourd'hui de 14 h à 16 h devant l'usine Fromarsac à Marsac- sur- l'Isle, qui appartient au groupe Savencia.

30/08/16 : Traité transatlantique: Matthias Fekl, secrétaire d'état au commerce extérieur ce 30 août à RMC: " Nous sommes à un moment de vérité et de décision. À la fin du mois de septembre, je demanderai au nom de la France l'arrêt des négociations sur le Tafta»

26/08/16 : Eric SUZANNE nommé sous-préfet de Langon, auparavant sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), prendra officiellement ses nouvelles fonctions le 5 septembre en remplacement de Frédéric CARRE, nommé sous-préfet de Saint-Paul (la Réunion).

26/08/16 : Hamel-Francis MEKACHERA, précédemment secrétaire général de la préfecture des Alpes-de-Haute-Provence a été nommé sous-préfet de Libourne en remplacement d’Eric de WISPELAERE, nommé secrétaire général de la préfecture de Mayotte.

26/08/16 : Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, ouvrira les Entretiens d’Inxauseta à Bunus, au Pays basque, ce vendredi 26 août à 13h30 et participera à la table ronde « les enjeux du logement pour le prochain quinquennat ».

25/08/16 : Guillaume Duval rédacteur en chef d'"Alternatives économiques" traitera du TAFTA lors des Escapades républicaines organisées par "les Ateliers de Marianne" le 3 septembre à partir de 9h à Saint-Symphorien lors du compte rendu de mandat de G. Savary

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 30/08/16 | Le président de la FRSEA réagit à l'accord trouvé avec Lactalis

    Lire

    Henri Bies-Péré, président de la FRSEA de la Nouvelle Aquitaine et éleveur laitier dans les Pyrénées Atlantiques, a réagi en fin de matinée, alors qu'il se trouvait en réunion en Dordogne, au sujet de l'accord trouvé avec le groupe Lactalis. "290 euros les mille litres de lait de moyenne jusqu'à la fin de l'année, c'est une avancée. Cet accord va suspendre les actions mais pas les discussions avec les autres transformateurs. Les organisations de producteurs doivent ouvrir des négociations avec les autres groupes. "

  • 29/08/16 | La traversée de St-Pierre de Chignac est interdite jusqu'à vendredi

    Lire

    Les automobilistes qui ont l'habitude de traverser St- Pierre -de-Chignac, à l'est de Périgueux, par la D6089 doivent modifier leur itinéraire. La route est coupée jusqu'au vendredi 2 septembre, du fait de travaux de réfection de chaussée réalisés par le Conseil départemental. Des déviations sont mises en place, pour tous les véhicules , par la D 710 entre Niversac et Les Versannes, la D 6 entre Les Versannes et Rouffignac , et la D 31 entre Rouffignac et Thenon.

  • 29/08/16 | Jean Lassalle : "François Bayrou n'est plus dans le coup"

    Lire

    Candidat à la présidence de la République, le député béarnais Jean Lassalle va lancer son mouvement en octobre prochain. Le parlementaire, qui a quitté le Modem, a estimé sur France Bleu Béarn que François Bayrou, avec lequel il a été très lié, "n'est plus dans le coup" et qu'il "n'est pas l'homme de la situation". Selon lui,"on ne peut plus dire que l'on va rembourser la dette à des gens qui ne peuvent plus payer la première semaine du mois", ni plaider pour une Europe en laquelle les habitants ne croient plus. Jean Lassalle dit disposer pour le moment de 200 parrainages.

  • 26/08/16 | La Fête de l'Arbre : 26 et 27 novembre

    Lire

    Trois mois, encore trois mois, avant la Fête de l'Arbre et des fruits d'antan : le grand rendez vous automnal que le Conservatoire végétal régional de Montesquieu en Lot-et-Garonne donne aux amoureux de la diversité fruitière -7000 visiteurs l'an passé- aura lieu en effet les samedi 26 et dimanche 27 novembre. L'occasion d'y découvrir quelques 500 variétés de fruits, d'en déguster et acquérir quelques uns et de repartir de ce rendez vous avec les arbres issus des pépinières du Conservatoire... de s'informer aussi des techniques de greffage, de plantation, de taille...» (www.conservatoirevegetal.com)

  • 24/08/16 | Luc Grislain nouveau président du GIPSO

    Lire

    Luc Grislain qui succède à Alexandrine Roubière est depuis 1993 Directeur de l'Institut de Pharmacie Industrielle à l'Université de Bordeaux. Son laboratoire spécialisé dans le développement pharmaceutique gère de nombreux projets dans le domaine de la mise au point de médicaments pour des maladies tropicales.Il est également co-fondateur avec le Groupe Bertin Technologies de Bertin Pharma, une spin off de l'Université de Bordeaux, société de R&D dans le domaine Pharmaceutique créée en 1999 et qui emploie à ce jour plus de 130 collaborateurs, dont la moitié est basée en Aquitaine.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | La Confédération paysanne de la Dordogne veut faire entendre sa voix

10/01/2013 | Tête de liste de la Confédération paysanne, Michèle Roux, viticultrice et productrice en lait à Sigoulès, défend une agriculture à taille humaine.

La liste des candidats de la Confédération paysanne

En Dordogne, la campagne pour les élections à la Chambre d'agriculture), où trois listes sont en présence (FDSEA-JA, Coordination rurale-mouvement paysan et Confédération paysanne) bat son plein. Chaque liste multiplie les communiqués, les prises de positions quant à l'avenir de la filière lait, la question cruciale du renouvellement des générations. Michèle Roux viticultrice et productrice en lait, tête de liste de la Confédération paysanne, souhaite faire entendre une voix différente. Elle défend une agriculture à taille humaine, ancrée dans les territoires et la société.

Michèle Roux, tête de liste de la Confédération paysanne en Dordogne, est candidate à la présidence de la Chambre d'agriculture. Jusqu'au 31 janvier, 7000 électeurs sont invités à désigner leurs représentants par correspondance. Michèle Roux est viticultrice et productrice de lait, sur Sigoulès, en Gaec avec son fils et son mari. Il y a trois ans, ils ont fait le choix de convertir leur ferme en bio et de diminuer les quotas. "Notre ferme est à taille humaine et nous permet de tirer un revenu. Nous avons une activité chambre d'hôtes." Elle est adhérente du syndicat depuis son installation, en 2004. 

Lors du scrutin précédent, en 2007, la Confédération paysanne était arrivée en deuxième position avec 26 % des voix et avait obtenu trois élus. "Il y avait quatre listes.  Cette fois, la situation est clarifiée. Notre souhait est de revenir au niveau de 2001, où nous avions obtenu 39 % des suffrages et une représentation au bureau. Il y a six ans, la liste FDSEA -JA l'avait emporté avec 41 % des voix, le plus mauvais score. Le risque majeur de ces élections est l'abstention. Il est réel tant on ressent une lassitude  et un ras le bol dans les campagnes face aux difficultés. D'un autre côté, nous recevons de nombreux jeunes, non issus du milieu agricole, qui ont un projet et qui ne savent pas à qui s'adresser. Avec nos faibles moyens, nos adhésions sont en progression." Jusqu'à la fin du mois, la Confédération paysanne multiplie les cafés de campagne, qui réunissent parfois jusqu'à cinquante personnes. 

L'atout des petites fermes"Notre département a une chance énorme, d'avoir un tissu de fermes relativement dense, avec une SAU moyenne de 28 hectares. Nous devons préserver cet atout. Nous souhaitons privilégier une agriculture à taille humaine. Les petites structures représentent les deux tiers des fermes périgourdines. Malgré leur exclusion progressive des systèmes d’appui technique et financier, les exploitations familiales assurent l'alimentation des populations et sont importantes dans l’économie et le tissu social local. Mais elles disparaissent deux fois plus vite que les autres. Nous disons mieux vaut avoir des voisins que des hectares, explique Michèle Roux. Parmi ses propositions, ce syndicat agricole souhaite que soit mis en place un soutien forfaitaire à l’actif dans le premier pilier de la PAC pour atténuer les inégalités d’accès historique aux aides directes (DPU) et reconnaître la contribution à l’emploi des petites structures et l'instauration d'un système de cotisation sociale et une fiscalité favorables aux petites fermes.

La Confédération paysanne de la Dordogne dénonce le fonctionnement de la chambre d'agriculture actuel, qu'elle juge peu démocratique, et la mulitiplication des services payants. "Le point info installation est géré par le syndicat JA (jeunes agriculteurs), ce n'est pas normal à nos yeux. Les deux tiers des installations se font aujourd'hui hors cadre familial et plus de la moitié sans aide. Nous pronons un accompagnement technique et financier pour tous les nouveaux installés qu'il soit syndiqué ou non." Cette question du renouvellement des générations est cruciale, les trois syndicats sont d'accord sur ce point. Mais  idées et propositions divergent. Citant l'exemple de ce qu'elle appelle "un sabotage récent de l’installation d’un jeune en production de lait et transformation fromagère sur le canton de Thiviers par les responsables FDSEA/JA ", Michèle Roux indique "trois petites fermes, prenant en compte les  dimensions sociale, économique et environnementale valent mieux qu'une. C'est comme cela que nous continuerons à accueillir les nombreux touristes dans notre département qui sont ravis de voir des vaches dans les champs." 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Confédération paysanne Dordogne

Partager sur Facebook
Vu par vous
512
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 33 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr