aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/05/16 : Alerte rouge pour le Biarritz Olympique: quand son voisin l'Aviron joue pour la montée, la DNACG, chargée du contrôle de gestion des clubs a décidé de rétrograder Narbonne, Bourgoin et Biarritz en Fédérale. Le club ferait appel face à ce coup fatal.

26/05/16 : Ce matin, prologue à la manifestation de protestation contre la loi El Khomri, une centaine de militants de la CGT ont bloqué le port de Bayonne avant de rejoindre la manifestation pour asphyxier le rond point Saint- Léon, axe stratégique de la ville

24/05/16 : Concerts, spectacles de danse, bal sévillan et toro de fuego figurent, entre autres animations, au programme du festival Flamenco y feria qui se déroulera à Pau du vendredi 24 au dimanche 26 juin+ d'info

21/05/16 : Avec la commune d'Amorots, canton Pays de Bidache, le cap des 100 (sur 158) favorables à l'établissement public de coopération intercommunale unique du Pays basque, EPCI,(contre 33), a été franchi.Le préfet Durand peut en préparer l'arrêté le 31 mai.

17/05/16 : Après, s'être installé à l'hôtel Regina de Biarritz,les dix-sept joueurs en stage de l'équipe de Didier Deschamps sont allés s'oxygéner à Anglet, sa ville voisine, dans la foret de Chiberta où ils ont effectué une virée de une heure à VTT.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 26/05/16 | Chômage ALPC: + 0,4% en avril , France:-0,6%

    Lire

    En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A s'établit à 301 961: +0,4 %/mars (+1 329 ) (- 0,4 % sur 3 mois et + 0,1 % sur un an). France métropolitaine:- 0,6 %/mars - 1,2 % sur trois mois et de 0,6 % sur un an. En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, en avril 2016, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A augmente de 0,4 % pour les moins de 25 ans (–0,2 % sur 3 mois et –6,7 % sur un an), de 0,5 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans (–0,6 % sur 3 mois et –0,3 % sur un an) et de 0,3 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus (–0,1 % sur 3 mois et +5,8 % sur un an).

  • 25/05/16 | Le Ceser de la Région ALPC : oui mais au budget

    Lire

    Le CESER d'ALPC tout en approuvant le projet de budget considère comme essentiel que le Conseil régional conserve son rôle d’animateur du développement économique et social sur son territoire, en maintenant son action auprès du secteur associatif dans les domaines culturels et sportifs. Par ailleurs, "le CESER attire l’attention sur l’annonce par la Région d’une baisse structurelle des dépenses de fonctionnement. Cette stratégie aura des conséquences sur les politiques économiques, sociales et environnementales alors que les dépenses d’intervention sont souvent créatrices de richesse et d’emploi."

  • 25/05/16 | Un prix pour développer la langue occitane

    Lire

    L'Office Public de la Langue Occitane lance le Prix Jan Moreu sur l’innovation linguistique. Celui-ci récompense un projet exemplaire et innovant en termes d'actions, de produits ou services sur le thème de la transmission ou de l’utilisation de la langue occitane (événementiel, produit numérique, action de sollicitation ou sensibilisation de la population, outil pédagogique etc.)La candidature est ouverte aux personnes morales ou physiques majeures. Ce prix est doté d'une récompense pouvant aller jusqu'à 5 000 €. Renseignements sur ofici.occitan@gmail.com

  • 25/05/16 | Le moustique tigre surveillé dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Une surveillance du moustique tigre a été mise en place jusqu'au 30 novembre dans les Pyrénées-Atlantiques qui sont classées au niveau 1 du plan national anti-dissémination des virus du chikungunya, de la dengue et du Zika. Ce niveau signifie que le moustique Aedes albopictus est implanté et actif dans le département. Le plan d'action mis en place par les pouvoirs publics comprend une veille citoyenne permettant à chacun de signaler la présence de ce moustique sur www.signalement-moustique.fr , ainsi qu'une surveillance entomologique et épidémiologique.

  • 25/05/16 | Feu vert pour la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax

    Lire

    La section travaux publics du Conseil d'État a donné ce mercredi son feu vert pour le projet de LGV entre Bordeaux, Toulouse et Dax. Le Secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies, a assuré que le projet allait être déclaré d'utilité publique avant le 8 juin prochain. Plusieurs études seront nécessaires avant que le chantier, qui est pour l'instant estimé à plus de 9 milliards d'euros (360 kilomètres de ligne nouvelle), ne démarre officiellement, pas avant 2020.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | La Confédération paysanne de la Dordogne veut faire entendre sa voix

10/01/2013 | Tête de liste de la Confédération paysanne, Michèle Roux, viticultrice et productrice en lait à Sigoulès, défend une agriculture à taille humaine.

La liste des candidats de la Confédération paysanne

En Dordogne, la campagne pour les élections à la Chambre d'agriculture), où trois listes sont en présence (FDSEA-JA, Coordination rurale-mouvement paysan et Confédération paysanne) bat son plein. Chaque liste multiplie les communiqués, les prises de positions quant à l'avenir de la filière lait, la question cruciale du renouvellement des générations. Michèle Roux viticultrice et productrice en lait, tête de liste de la Confédération paysanne, souhaite faire entendre une voix différente. Elle défend une agriculture à taille humaine, ancrée dans les territoires et la société.

Michèle Roux, tête de liste de la Confédération paysanne en Dordogne, est candidate à la présidence de la Chambre d'agriculture. Jusqu'au 31 janvier, 7000 électeurs sont invités à désigner leurs représentants par correspondance. Michèle Roux est viticultrice et productrice de lait, sur Sigoulès, en Gaec avec son fils et son mari. Il y a trois ans, ils ont fait le choix de convertir leur ferme en bio et de diminuer les quotas. "Notre ferme est à taille humaine et nous permet de tirer un revenu. Nous avons une activité chambre d'hôtes." Elle est adhérente du syndicat depuis son installation, en 2004. 

Lors du scrutin précédent, en 2007, la Confédération paysanne était arrivée en deuxième position avec 26 % des voix et avait obtenu trois élus. "Il y avait quatre listes.  Cette fois, la situation est clarifiée. Notre souhait est de revenir au niveau de 2001, où nous avions obtenu 39 % des suffrages et une représentation au bureau. Il y a six ans, la liste FDSEA -JA l'avait emporté avec 41 % des voix, le plus mauvais score. Le risque majeur de ces élections est l'abstention. Il est réel tant on ressent une lassitude  et un ras le bol dans les campagnes face aux difficultés. D'un autre côté, nous recevons de nombreux jeunes, non issus du milieu agricole, qui ont un projet et qui ne savent pas à qui s'adresser. Avec nos faibles moyens, nos adhésions sont en progression." Jusqu'à la fin du mois, la Confédération paysanne multiplie les cafés de campagne, qui réunissent parfois jusqu'à cinquante personnes. 

L'atout des petites fermes"Notre département a une chance énorme, d'avoir un tissu de fermes relativement dense, avec une SAU moyenne de 28 hectares. Nous devons préserver cet atout. Nous souhaitons privilégier une agriculture à taille humaine. Les petites structures représentent les deux tiers des fermes périgourdines. Malgré leur exclusion progressive des systèmes d’appui technique et financier, les exploitations familiales assurent l'alimentation des populations et sont importantes dans l’économie et le tissu social local. Mais elles disparaissent deux fois plus vite que les autres. Nous disons mieux vaut avoir des voisins que des hectares, explique Michèle Roux. Parmi ses propositions, ce syndicat agricole souhaite que soit mis en place un soutien forfaitaire à l’actif dans le premier pilier de la PAC pour atténuer les inégalités d’accès historique aux aides directes (DPU) et reconnaître la contribution à l’emploi des petites structures et l'instauration d'un système de cotisation sociale et une fiscalité favorables aux petites fermes.

La Confédération paysanne de la Dordogne dénonce le fonctionnement de la chambre d'agriculture actuel, qu'elle juge peu démocratique, et la mulitiplication des services payants. "Le point info installation est géré par le syndicat JA (jeunes agriculteurs), ce n'est pas normal à nos yeux. Les deux tiers des installations se font aujourd'hui hors cadre familial et plus de la moitié sans aide. Nous pronons un accompagnement technique et financier pour tous les nouveaux installés qu'il soit syndiqué ou non." Cette question du renouvellement des générations est cruciale, les trois syndicats sont d'accord sur ce point. Mais  idées et propositions divergent. Citant l'exemple de ce qu'elle appelle "un sabotage récent de l’installation d’un jeune en production de lait et transformation fromagère sur le canton de Thiviers par les responsables FDSEA/JA ", Michèle Roux indique "trois petites fermes, prenant en compte les  dimensions sociale, économique et environnementale valent mieux qu'une. C'est comme cela que nous continuerons à accueillir les nombreux touristes dans notre département qui sont ravis de voir des vaches dans les champs." 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Confédération paysanne Dordogne

Partager sur Facebook
Vu par vous
309
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires