aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

26/03/17 : Dordogne : le nombre de demandeurs d'emplois sans aucune activité est en baisse au mois de février. 20 900 personnes sans activité sont inscrites à Pole emploi. Cette diminution concerne les moins de 25 ans (-1 %) et les plus de 50 ans (-1,4 %).

26/03/17 : Philippe Poutou, candidat à la présidentielle pour le NPA, tiendra un meeting à Terrassion Lavilledieu, le lundi 3 avril. Il est le deuxième candidat à venir battre la campagne en Dordogne, après Jean-Luc Mélenchon.

26/03/17 : Charente-Maritime : le nombre de demandeurs d'emploi s'établit à 56 720 à la fin février, soit +0,6% d'inscrits en un mois. En revanche, le nombre de demandeurs sans aucune activités (cat.A) a baissé de 5% ces douze derniers mois.

25/03/17 : Charente-Maritme : lors de la session de printemps le 24 mars, les élus du Département ont adopté une motion à l'intention de la Région, concernant leurs inquiétudes vis-à-vis du transfert de la gestion des transports et du sort des salariés.

24/03/17 : La Rochelle : "victime" du succès de son équipe en tête du Top 14 : le stade Marcel-Deflandre affiche complet sur tous ses matchs jusqu'à la fin de saison. Le Stade Rochelais prévoit d'ouvrir 1000 places de plus pour la saison prochaine, dès avril.

21/03/17 : Promotion remarquée pour le marmandais Matthias Fekl qui succède à Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur poussé à la démission par F.Hollande et B.Cazeneuve à la suite des révélations sur l'emploi de ses filles à l'assemblée entre 2009 et 2016

20/03/17 : Le vélo-tourisme de Charente-Maritime a reçu 3 récompenses au salon Destination Nature ce week-end à Paris : la VélOdyssée et la route du Canal des 2 Mers pour les trophées "Itinéraires" et le 1erPrix "Destination Vélo" pour l'ensemble du département

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/03/17 | " Les Républicains" veulent ester contre l'ex Poitou-Charentes

    Lire

    Au nom du groupe LR de la Région, Virginie Calmels, Yves d'Amécourt, Olivier Chartier accompagnés de leurs conseils ont remis au président Alain Rousset un mémoire "aux fins d'engager des procédures judiciaires" eu égard à " la responsabilité de l’exécutif de l’ancienne région Poitou-Charentes ainsi que de toutes autres personnes responsables des graves irrégularités commises." Actions proposées: la saisine du procureur financier près la CRC et le dépôt d’une plainte auprès du procureur de la République en raison des conventions signées sans délégation de signature

  • 27/03/17 | Six représentants des candidats devant le MEF33

    Lire

    Ce sera ce 30 mars, salle Point du Jour-Pierre Tachou, 44 rue Joseph Brunet à Bordeaux (Bacalan) à 19h00. A l'invitation du Mouvement Européen et des Jeunes Européens de bordeaux 6 représentants de candidats présenteront les grandes lignes de leur programme européen et débattront ensuite entre eux et l'assistance. Il y aura là Yves d'Amécourt (LR), Tanguy Bernard (En Marche), Stéphane Saubusse (EELV), Alain Vergniault (UDI), Fabien Robert (Modem), Cyril Fonrose (PS) . L'actualité récente: Versailles, Livre Blanc de la Commission, Rome nourriront cet échange

  • 26/03/17 | Légère hausse du chômage en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Le nombre de demandeurs d'emplois a augmenté en Nouvelle-Aquitaine de +0,5% entre janvier et février, avec 500 470 inscrits, toutes catégories confondues, soit +1,1% en un an. La Gironde enregistre le plus grand nombre de chômeurs, avec 147 880 chômeurs, soit une hausse de +2,6% en un an. La Creuse enregistre le plus forte baisse d'inscriptions, avec -2,6%. Le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a baissé en Corrèze (-8%), Charente (-6,6%) et Charente-Maritime (-5%) en 12 mois.

  • 21/03/17 | Ford: deux groupes de travail

    Lire

    Le comité de suivi du site Ford Aquitaine Industries (FAI) de Blanquefort réuni en préfecture en présence de la direction, des représentants du personnel et des collectivités a fait un point d’étape sur la situation et décidé la création de 2 groupes de travail l'un visant à rechercher des pistes d’améliorations de la compétitivité du site en vue de l’obtention de nouveaux produits, l'autre à aborder la diversification de l’usine vers l’électrification des véhicules. Les activités d'entreprises implantées dans la région et spécialisées dans ce domaine ont été présentées à Ford Europe.

  • 21/03/17 | Le premier ministre salue une rénovation urbaine à Pau

    Lire

    Bernard Cazeneuve, le premier ministre, a été accueilli lundi à Pau pour accompagner le lancement d'un important projet de rénovation urbaine. Celui-ci concerne le quartier populaire de Saragosse où 127 millions d'euros vont être investis sur 8 ans, dont 39 millions accordés par l'Etat. 1448 logements seront requalifiés et 1468 résidentialisés. 258 logements étant créés ainsi que 78 logements sociaux. Bernard Cazeneuve a également salué le dynanisme de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, labellisée I-Site pour ses spécialités dans l'énergie et l'environnement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | La convention de mise à disposition de la Safer est un bon outil pour préserver le foncier agricole

29/11/2016 | A Bertric-Burée, Jean-Pierre Prigul, ne sachant pas trop ce qu'il souhaitait faire de ses terres, a passé une convention de mise à disposition avec la Safer.

Jean Pierre Prigul, à Bertric Burée, a passé une convention de mise à disposition avec la Safer pour 24 ha de terres

Tout propriétaire peut, par convention, mettre à la disposition d'une société d'aménagement foncier et d'établissement rural (Safer), des terres en vue de leur aménagement parcellaire ou de leur mise en valeur agricole, pour autant que cette dernière soit réalisée pat des agriculteurs. C'est ce qu'a fait Jean-Pierre Prigul à Bertric Burée (24). Double actif et maire de la commune, Jean-Pierre Prigul a cessé son activité agricole. Ne souhaitant pas vendre ses terres, il a fait appel à la Safer pour mettre à disposition 24 hectares de ses parcelles à d'autres agriculteurs.

Jusqu'en 2008, Jean-Pierre Prigul est double actif :  sur sa commune de Bertric Burée, dans le Ribéracois, il gère son exploitation de 28 hectares avec comme productions principales : 18 ha de céréales et 10 ha de prairies naturelles et travaille dans une société papetière. "A l'époque, les charges  de l'exploitation étaient trop élevées par rapport aux revenus agricoles. J'avais deux possibilités : l'agrandissement ou l'arrêt de mon activité agricole.  Ne pouvant pas accroître mon exploitation, notamment pour des questions foncières, j'ai opté pour la deuxième option. Que faire des terres agricoles ? Je n'avais aucune envie de vendre. Je voulais surtout me donner le temps de la réflexion, étant très éloigné de l'âge de la retraite. Je suis attaché à cette terre, j'y suis né. Dès que j'ai annoncé l'arrêt de mon activité, plusieurs voisins agriculteurs se sont montrés très intéressés et sont venus me voir. J'ai même subi quelques pressions," explique celui qui est devenu maire en 2014 de cette commune d'un peu plus de 400 habitants.
Jean-Pierre Prigul avait entendu parler des conventions de mise à disposition de la Safer (CMD). Il contacte la Safer Aquitaine Atlantique et décide de lui confier ses terres.
Ces conventions constituent un outil de gestion du foncier agricole, plus souple que les baux ruraux qui ont de nombreuses contraintes. Ce dernières années, elles connaissent un vrai engouement. Ces conventions sont en effet  dérogatoires aux dispositions sur le bail rural. Depuis la loi d'avenir agricole du 13 octobre 2014, la durée maximale des conventions est de six ans, renouvelable une fois, quelle que soit la superficie des immeubles ruraux mis à disposition. Ces baux ont un caractère temporaire et ne sont pas soumis au statut du fermage, sauf concernant le prix.

Un rôle de médiateur pour la Safer

"Je me souviens bien de dossier. Nous sommes dans un secteur, réputé pour être le grenier à céréales et à blé du département de Dordogne. Il reste un certain nombre d'exploitants agricoles en activité, une quinzaine sur la commune de Bertric Burée. La tendance est à l'agrandissement des exploitations pour permettre aux agriculteurs d'améliorer leurs revenus et la viabilité économique.
Dans ce secteur du Nord Ouest de la Dordogne, la pression foncière est forte. De plus, les terres de M. Prigul étaient très bien entretenues, bien conduites  techniquement avec une réelle valeur agronomique. Elles intéressaient beaucoup de monde. Dans ce dossier, notre rôle a été d'accompagner le propriétaire foncier et nous avons joué aussi un rôle de médiateur avec le voisinage. La convention a été signée avec la Safer il y a huit ans. Comme la législation  le permet, elle a été renouvelée il y a deux ans. Elle court encore sur une période de quatre années, détaille Jean Yves Ortavent, conseiller foncier Safer du secteur.  Jean-Pierre Prigul a donc confié à la Safer, 24 hectares de parcellaire ; il en a conservé quatre hectares  ainsi que les bâtiments d'exploitation et la propriété.  Il est toujours exploitant à titre solidaire.  
"Les 24 hectares ont été répartis entre trois agriculteurs. Mon travail a consisté à parvenir à une restructuration parcellaire et un aménagement des exploitations voisines dans la concertation, précise Jean-Yves Ortavent. Les droits PAC dont disposait Jean Pierre Prigul ont été transférés aux trois agriculteurs qui exploitent ses terres désormais. Huit ans après sa signature, Jean-Pierre Prigul est satisfait du dispositif : "Le premier intérêt a été de me donner le temps de la réflexion sans pression. Je ne sais pas encore si je vendrais ou louerais mes terres dans quatre ans,  par l'intermédiaire d'un bail classique." Le propriétaire ne s'occupe de rien, la Safer s'occupe de tout, du suivi. "La garantie du paiement des loyers est assurée par la Safer. C'est une sacrée sécurité, car les impôts fonciers sont dus. Concrètement, je reçois mon chèque une fois dans l'année.  Et j'ai la garantie du maintien de la valeur de mon patrimoine. La convention offre une vraie souplesse, car j'ai pu conserver certaines prérogatives sur mes terres, exemple mes droits de chasse ou encore le droit d'aller ramasser le bois de mes arbres. Nous l'avions prévu dès la signature. " Ce type de convention est bien plus confortable que pour un bail classique pour les deux parties. 

 

 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
4855
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr