Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/07/18 | Accidentologie dans le Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Depuis le début de l’année 2018, 9 personnes ont perdu la vie sur les routes du département des Pyrénées-Atlantiques (contre 21 sur la même période en 2017). 369 accidents de la route (contre 387 à la même période en 2017), "principalement dus à des défauts de comportement du conducteur ou de maîtrise du véhicule" selon la Préfecture départementale, ont causé 428 blessés dont 133 blessés hospitalisés.

  • 20/07/18 | La métropole observe les étoiles

    Lire

    Si vous êtes un amateur de constellations, sachez qu'une nouvelle "Nuit des étoiles" se tiendra les 3, 4 et 5 août dans le cadre de l'été métropolitain entre la plaine des Biges (Saint-Médard), le parc des sports et de loisirs Colette-Besson (Martignas) et la forêt du Bourgailh (Pessac). De nombreuses animations sont au programme : observations, conférences d'astronomie, visite guidée du planétarium ou ballades nocturnes en forêt. Pour tout renseignement sur les horaires des différents rendez-vous, contactez l'association Ecosite du Bourgailh au 05 56 15 32 11.

  • 20/07/18 | Nouvelle-Aquitaine - Itasy: 10 ans de coopération fructueuse

    Lire

    La Région Nouvelle-Aquitaine est lauréate de l’appel à projets «Alimentation et Agriculture Durable» du ministère des Affaires étrangères pour sa coopération avec l’ONG Agrisud International à Madagascar. « La coopération décentralisée mise en place par la Nouvelle-Aquitaine dans la région d'Itasy a permis à cette dernière de se doter d’un centre régional de formation professionnelle agricole, de développer les infrastructures d'eau et d'assainissement ou de soutenir ses filières porteuses en matière de tourisme» détaille Isabelle Boudineau, vice-présidente en charge de l’International.

  • 19/07/18 | Le PS girondin réagit au ralliement de F. Cartron à LREM

    Lire

    Réaction du secrétariat fédéral du PS de la Gironde après la démission de Françoise Cartron du groupe socialiste et républicain au Sénat pour rejoindre celui de la majorité présidentielle: "Ce choix n’est pas une surprise. Mme Cartron qui avait annoncé son départ du PS local dès le 15 septembre tout en restant attachée au groupe parlementaire national, n’a jamais caché sa proximité avec les idées du Chef de l’Etat. Nous regrettons cependant que cette décision intervienne alors qu’il n’y a plus de doutes possibles sur le caractère droitier de la politique menée par la République en Marche."

  • 19/07/18 | La Vigne arrive en ville

    Lire

    Les vignerons du réseau Bienvenue à la Ferme vous donne rendez-vous les 8 et 9 septembre prochains au Jardin Public de Bordeaux pour la 3ème édition de Vign’en Ville. Le temps du week-end, vous pourrez vous mettre dans la peau d’un viticulteur à travers un itinéraire pédagogique et gourmand le long d’un parcours de 8 espaces thématiques et de nombreux ateliers accessibles au plus grand nombre. Pour clore ce parcours dans une ambiance festive un déjeuner fermier est organisé par la Belle Marguerite, le truck des produits fermiers d'ici.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | La Coop Cerno, un opérateur sur le marché de la noix qui compte

17/06/2018 | Les fondateurs de la coopérative Coop Cerno, installée à Cénac (24) ont fêté cette semaine les 35 ans de leur coopérative qui réunit près de 500 producteurs.

Francis Landat, ancien président de la coop cerno et Fabien Joffre font découvrir l'entreprise à la préfète

La noix est l'une des rares productions qui ne connait pas la crise, malgré le gel de l'an passé. Illustration avec la coopérative Coop Cerno, installée à Cénac et-Saint Julien et qui vient de fêter ses 35 ans. Cette entreprise compte aujourd'hui avec ses filiales une cinquantaine de salariés pour un chiffre d'affaires de 36 millions d'euros (2017) dont 80 % sont réalisés à l'export. La coop Cerno récolte actuellement 3500 tonnes de noix chaque année, ce qui représente près de 30 % de la production départementale. Le bio représente 25 % et connait une forte progression des surfaces.

Cette semaine, la coopérative Coop cerno était à la fête à l'occasion de son 35e anniversaire. Yves Sardan, Francis Landat et Fabien Joffre, les trois présidents successifs ont fêté cette réussite jeudi autour de la préfète, du président du conseil départemental, des administrateurs et salariés. Cette aventure, qui est avant tout humaine, a débuté avec la grosse récolte de 1982. Il restait entre 40 et 60 tonnes de noix invendues aux producteurs. Au printemps 1983, neuf agriculteurs souhaitaient valoriser ce surplus. A l'époque, la noix n'intéressait pas grand monde et se vendait très mal. Les négociants n'en voulaient pas. Ils décident en juin 1983 de créer la coopérative avec un capital de 7500 francs.
En 35 ans, la coop Cerno est devenue une belle entreprise de près de 50 salariés pour un chiffre d'affaires de 36 millions d'euros. La direction table sur un chiffre d'affaires  pour 2018, de 38 millions d'euros dont 80 % sont destinés aux marchés étrangers. Coop cerno récolte actuellement 3 500 tonnes de noix chaque année, ce qui represente près de 30% de la production départementale dont 1 500 tonnes qui peuvent prétendre à l’Appellation d'origine contrôlée "noix du Périgord", créée en 2002. 

Forte demande du marché

Aujourd'hui, c'est une production principale pour de nombreuses exploitations du Sarladais qui se sont peu à peu spécialisées, grâce à un prix d'achat au producteur d'environ 3 euros par kilo. La plus-value de l'AOC est minime (environ 2 centimes du kilo) mais elle protégera les producteurs périgourdins en cas de crise. Actuellement, le marché est dopé par une forte demande, notamment des pays du Sud de l'Europe. Sur 500 producteurs que compte la coopérative, 85 % sont périgourdins. Les surfaces en bio représentent 25 % du total et enregistrent une forte progression grâce aux aides au conversion. Engagée  dans la démarche bio depuis 1997, Coop Cerno est le leader national de la noix bio. Le groupe s'articule autour de trois unités : une usine dédiée à la noix en coques à Cénac, une usine dédiée au cerneaux à Cénac et une unité de cassage de noix en Moldavie.  Depuis l'origine, Coop Cerno participe à la relance et au développement de la filière noix en Périgord noir et plus largement dans le Sud Ouest de la France. Plus de 80% des noix de Coop-Cerno sont exportées, notamment vers l'Espagne, le Portugal, l'Italie et l'Allemagne. Ce sont des pays gros consommateurs de noix. En Sarladais, bon nombre d'agriculteurs ont abandonné le tabac au profit des vergers de noyers avec la variété Franquette ou granjean. De nouvelles variétés apparaissent, plus productives, comme la Fernor, une création de l'Inra de Bordeaux. 

La Coop cerno est spécialiste européen du cerneauSpécialiste du cerneau

 La filiale Cerno SAS commercialise près de 3000 tonnes de  noix sèche issue des producteurs adhérents et expédie 4000 tonnes de cerneaux de noix dont une partie est importée. "Au fil des ans, nous avons acquis un véritable savoir-faire sur le cerneau. C'est devenu un métier spécifique.  Nous sommes devenus le premier faiseur du cerneau européen. La demande du marché est en forte croissance. Nos clients sont l'industrie agroalimentaire, des grossistes, des acteurs de la patisserie industrielle. On travaille à la demande du client industriel. Ce sont des gros marchés. On ne peut pas se louper," explique Jean-Pierre Tuneau, le directeur général qui fut le premier salarié.  Il cherche à diversifier ses approvisionnements Les perspectives sont bonnes : la noix est un produit végétal à la mode, riche en oméga 3. Le groupe espère dépasser 4000 tonnes de collecte d'ici quelques années. Chaque année, de nouvelles plantations viennent s'ajouter aux anciennes, mais il faut attendre en moyenne 7 à 8 ans pour que les nouveaux vergers entrent en production.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Yvard Claude-Hélène

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
8093
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr