Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/04/21 : Régionales : En Dordogne, la maire socialiste de Périgueux, Delphine Labails a été choisie comme tête de liste départementale avec Christophe Cathus, conseiller régional sortant en charge des transports scolaires et maire de Calès.

16/04/21 : Un centre de vaccination de grande capacité va ouvrir ses portes au Parc des Expositions de Poitiers le 20 avril prochain.

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 07/05/21 | Le SunSka Festival annulé, mais remplacé

    Lire

    L'organisation du festival s'est « résignée » à annuler le SunSka, initialement prévu du 6 au 8 août prochains. « Nous rêvions juste de liberté » avance la direction du festival, qui a préféré annuler, ne sachant pas quels dispositifs sanitaires seront en vigueur au mois d'août. Afin de garder le lien avec son public, le festival se transformera en « Été SunSka », comme en 2020 : tous les jeudis à partir du 8 juillet, un évènement se déroulera au Domaine de Nodris, dans le Médoc, et le Festival organisera des concerts gratuits le long de la côte Atlantique.

  • 07/05/21 | Lavavaix-les-Mines (23) : un potager pour nourrir les écoliers

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-Mines en Creuse va créer un potager en permaculture qui fournira la cantine scolaire. Ce projet s’inscrit dans l’appel à manifestation d’intérêt du Cluster Ruralité qui a été lancé fin 2020 avec pour ambition de soutenir et d’accompagner les initiatives d’intérêt général issues du monde rural. La commune, grâce à cela, va bénéficier d’une aide de 50 000 euros.

  • 07/05/21 | Le Concours des Saveurs cherche des dégustateurs

    Lire

    Chaque année lors du Concours des Saveurs plus de 100 produits sont dégustés à l’aveugle afin de récompenser les meilleurs produits et recettes de la Région. Pour cette année 2021, la prochaine session aura lieu le 21 mai à Tulle. Elle recherche des jurés pour déguster différents produits comme les huiles de noix du Périgord AOP, les jus et confitures ou encore les vins de Corrèze et les vins Charentais IGP notamment. Pour s'inscrire.

  • 07/05/21 | Charente: la boucherie devient ambulante

    Lire

    La commune de Lignières-Sonneville en Charente accueille depuis 1950 une boucherie-charcuterie qui compte une boutique et un local de production. Elle souhaite désormais proposer ses produits dans les communes dépourvues de boucherie-charcuterie. Elle va donc se doter d’un camion-magasin pour répondre à la demande en forte croissance. Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de les aider à acquérir ce bien.

  • 06/05/21 | Nouvelle forme de transport d'utilité sociale à Mourenx

    Lire

    L’Atelier Chantier d’Insertion CIEL réalise sur le bassin de Lacq des travaux d’utilité sociale à destination des acteurs locaux du bassin de Lacq au travers de plusieurs supports d’insertion. L’association met en place un projet de micro-transport d’utilité sociale pour permettre le déplacement des personnes en insertion. Dans un transport micro-collectif (8 personnes) ou individuel (4 personnes), les bénéficiaires pourront se déplacer jusqu'à 50km autour de Mourenx où se situe le garage social de la structure en charge de l’entretien et de la réparation des véhicules.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | La coopération agricole, un soutien de choix lors de l'installation des jeunes agriculteurs

20/05/2020 | Ce mercredi 20 mai avait lieu la 3ème édition de la journée Installation-transmission dans le cadre de la Semaine de l'Agriculture diffusée sur l'Agriweb tv !

Journée Installation-Transmission 2020

La journée Installation-Transmission, c’est le rendez-vous habituel des jeunes agriculteurs récemment installés qui présentent leurs projets lors du Salon de l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Cette 3e édition n’ayant pas pu se tenir physiquement, c’est en ligne que s’est déroulée cette matinée de débat dans le cadre de la Semaine de l’Agriculture de Nouvelle-Aquitaine 100% digitale. Lors de cette demi-journée du 20 mai, 4 jeunes agriculteurs néo-aquitains venus d’horizons bien différents et dont aqui.fr a présenté le parcours se sont succédé avec des projets très variés.

« C’est une satisfaction que de maintenir cette journée de transmission des valeurs essentielles de l’agriculture » se félicite Dominique Graciet, président du Salon de l’Agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Le contexte particulier qui oblige à dématérialiser cette journée de débat et aussi celui qui pousse de nombreuses personnes extérieures au monde agricole à reconsidérer le rôle de l’agriculture. Cette prise de conscience se ressent d’ailleurs dans les profils des jeunes qui s’installent puisque pour beaucoup ils ne sont pas issus du monde agricole et s’installent hors cadre familial. Un renouvellement des acteurs du monde agricole nécessaire puisque le nombre de départs à la retraite est toujours supérieur au nombre d’installation comme le rappelle Jean-Pierre Raynaud, vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge de l’agriculture. Ce dernier souhaite aussi rappeler l’engagement de la région pour promouvoir l’installation grâce à des dispositifs comme l’aide à l’installation qui représente un budget de 17 millions d’euros.

Selon Julien Rouger, Secrétaire général Jeunes Agriculteurs Nouvelle-Aquitaine, la coopération tient un rôle primordial dans ce renouveau des acteurs du monde agricole, « il y a un réel besoin de communiquer autour de l’installation pour donner envie de s’installer notamment en mettant en lumière des jeunes qui ont réussi » assure-t-il. Le travail en réseau au sein des coopératives peut devenir une rampe de lancement idéale pour les jeunes agriculteurs désireux de s’installer.

La coopération, un argument en faveur de l’installation

C’est aussi l’avis de Denis Baro, président de la coopération agricole Nouvelle-Aquitaine, « il y a en Nouvelle-Aquitaine près de 270 coopératives et cela représente un chiffre d’affaires total de près de 11 milliards d’euros sur toute la filière agricole et agroalimentaire », explique Denis Baro. Ce poids économique important peut devenir un gage de sécurité pour les jeunes agriculteurs qui s’engagent dans des coopératives, mais il revient aussi d’accompagner ces nouveaux agriculteurs notamment en les informant au préalable des possibilités qui s’offrent à eux, « on travaille en amont pour informer les futurs agriculteurs grâce entre autres à des rencontres et des forums » détaille Denis Baro. Au-delà de l’aspect informel de ces relations, la confiance mutuelle entre les coopératives et les jeunes agriculteurs est favorable aux deux parties. La coopérative profite du regard neuf et revigorant du jeune agriculteur souvent porteur de nouvelles pratiques innovantes et bénéfiques et de son côté le jeune peut se nourrir des enseignements de ses collègues plus âgés. De cette relation peut naitre l’agriculture de demain, celle qui s’engage dans la transition écologique et sociale et qui n’hésite pas à se remettre en question perpétuellement. Les changements peuvent d’ailleurs se profiler rapidement puisque les jeunes agriculteurs s’impliquent de plus en plus dans la gouvernance de la coopérative: « sur notre coopérative, nous avons 3 jeunes agriculteurs au conseil d’administration, ce qui montre bien l’engagement de ces jeunes », affirme Denis Baro. 

Parmi ces jeunes qui s’engagent, on peut citer Thibault Tauzia, représentant du groupe de jeunes constitué au sein de la coopérative Maïsadour. L’agriculteur de 26 ans, installé depuis 3 ans et demi à Campagne (24) en polyculture et élevage, n’était pas destiné dans un premier temps au monde de l’agriculture puisqu’il a d’abord fait des études de droit et de commerce. Quand il décide de s’installer, la coopérative lui a permis de diversifier sa production avec du maïs semence. En plus des nouvelles opportunités de production, la coopérative lui assure une stabilité financière appréciable pour un agriculteur fraichement installé. Les prix fixes et les contrats passés grâce à la coopérative rassurent l’exploitant et s’il devait faire face à des coups durs les techniciens de Maïsadour seraient là pour lui prêter mainforte. S’impliquer auprès d’une coopérative locale permet aussi de donner du sens à leur travail, « intégrer Maïsadour ça m’a permis de me sentir intégrer au territoire et de trouver ma place dans la société en me sentant utile, ça permet de contraster un peu avec l’agri bashing qui peut parfois nous faire douter de nous » témoigne Thibault Tauzia.

Julien Biteau à l’inverse de Thibault a tout de suite compris qu’il serait agriculteur. Petit fils d’agriculteur dont le père n’a pas pu reprendre l’exploitation malgré sa volonté de devenir exploitant, Julien lui ne changera pas d’avis. Le nouvel agriculteur a donc profité d’un départ en retraite pour s’associer durant son apprentissage à ses patrons en rachetant les parts du nouveau retraité. A 22 ans, le jeune agriculteur de Charente-Maritime s’est lancé dans l’agriculture avant tout par amour pour l’élevage et les animaux. Cette installation hors cadre familial s’est faite avec le soutien de la coopérative Terre Atlantique, « j’ai eu l’opportunité de m’installer durant mon BTS donc je ne m’étais pas encore confronté au terrain, heureusement j’ai eu le soutien de la coopérative qui m’a proposé l’aide d’un technicien, mais aussi une aide financière avec un plan d’accompagnement sur 5 ans », raconte Julien. Ce choix, Julien Biteau ne le regrette pas aujourd’hui et au contraire il encourage ceux qui peuvent être encore un peu réticents à se lancer, « quand on est jeune, il faut franchir le pas, même si le parcours est semé d’embuches » encourage-t-il. Les obstacles qui peuvent se dresser sur la route de ces jeunes entrepreneurs agricole peuvent d’ailleurs être contournés avec l’aide des chambres d’agriculture qui proposent à la fois du conseil et un accompagnement financier.

Des partenaires privilégiés pour les jeunes agriculteurs

Les chambres d’agriculture ne sont pas les seuls organismes à proposer un accompagnement aux futurs agriculteurs. Du côté de la SAFER on propose un accès facilité au foncier agricole pour les jeunes agriculteurs. Christophe Villier viticulteur en Gironde a profité de l’aide de la SAFER de Nouvelle-Aquitaine pour trouver un complément à sa parcelle de 5 ha de vignes. Il est alors devenu l’acquéreur en portage pour 5 ans d’un complément de 4 ha de vignes. La SAFER agit tout au long de l’année en faveur de l’installation de nouveaux agriculteurs et mise sur l’implication des jeunes qu’ils encouragent par des dispositifs de soutien. Philippe Tuzelet, directeur de la SAFER Nouvelle-Aquitaine, rappelle d’ailleurs que « la SAFER Nouvelle-Aquitaine stocke actuellement 800 ha en attendant de trouver de jeunes agriculteurs pour une reprise ». Dans le même temps, la SAFER propose aussi une aide de 1500 euros pour les frais notariés.

Le Crédit Agricole Aquitaine, banque coopérative est aussi en première ligne aux côté des entrepreneurs agricoles aquitains puisque selon Ludovic Charbonnier, en charge de l'important dossier des installations, 81 % d'entre elles en Nouvelle-Aquitaine sont financées par le Crédit Agricole.  Des installations qui répondent à des critères agroécologiques dans 73 % des cas et Ludovic tient aussi à rappeler la féminisation de plus en plus importante de la part des nouveaux exploitants avec 25 % de dotations jeunes agriculteurs qui sont proposés à des agricultrices.

C’est d’ailleurs une jeune agricultrice qui prend la parole pour clôturer ses débats. Angélique Chabrely s’est reconvertie à la suite d’une licence AES qui la destinait plutôt aux métiers de l’administration. Après avoir finalement choisi un poste d’hôtesse de caisse, Angélique décide après sa grossesse de racheter les parts de son beau-père parti à la retraite et propose sur sa nouvelle exploitation un élevage de volaille en vente directe en plus des bovins et des ovins. L’éleveuse a choisi d’adhérer à la CUMA (Coopératives d'Utilisation de Matériel Agricole) de St-Paul. Un choix qu’elle justifie par le coût financier des outils nécessaires à son exploitation. Angélique Chabrely est aujourd’hui satisfaite par son travail dans la coopérative, « c’est un secteur ou l’on se connait tous donc il est très facile de travailler dans le respect mutuel », confie Angélique.

Travailler ensemble pour mieux pérenniser les installations et la transmission du savoir-faire agricole c’est l’un des enjeux majeurs de l’agriculture de demain qui va devoir compenser les départs à la retraite par de nouvelles installations. Chaque année, il y a environ 1 900 nouvelles installations en Nouvelle-Aquitaine selon la Chambre d’agriculture. Un chiffre qui devra augmenter pour compenser le nombre de départs à la retraite. Jean-Baptiste Cazalé, secrétaire général adjoint Jeunes Agriculteurs Nouvelle-Aquitaine tient malgré tout à rappeler que le contexte actuel peut être favorable à de nouvelles installations, notamment en donnant envie à des jeunes de se lancer grâce à la nouvelle image de l’agriculture nourricière acquise durant le confinement.

 

Clément  Bordenave
Par Clément Bordenave

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
11374
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 11 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr