Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/21 : Après avoir été retenue pour devenir centre de préparation aux Jeux Olympiques dans 17 disciplines, la ville de Pau vient également d'être adoubée pour 3 nouvelles disciplines : le skateboard, le basketball 3*3 et le breakdance.

20/10/21 : Après un arrêt forcé en mars 2020 en raison de la crise sanitaire, Chalair annonce la reprise de la ligne Bordeaux-Montpellier à partir du lundi 15 novembre 2021, à raison de 4 fréquences hebdomadaires

19/10/21 : Pau Béarn Pyrénées Mobilités et ses Partenaires Engagés lancent la 3ème campagne d’Aide à l’achat Vélos, dont l'offre est doublée cette année. Cette 3ème session d’instruction des demandes aura lieu du lundi 1er novembre au mardi 30 novembre 2021.

15/10/21 : Saint-Médard en Jalles poursuit sa concertation sur son futur "Plan vélo et autres mobilités actives" pour déterminer les actions à prévoir en terme d'aménagement, d'éducation, de prévention ou de promotion. Rdv le 18 octobre et le 3 novembre+ d'info

15/10/21 : Rencontres, animations, spectacle, exposition, ciné-débats, atelier, handisport... Du 2 au 16 novembre, la 8ème édition de la Quinzaine de l'Egalité et la Diversité débarque à Bordeaux et dans la métropole. Une fois encore le programme sera riche !+ d'info

15/10/21 : Talence organise samedi 16 octobre de 10h à 19h, une journée consacrée aux sports, mis à l’honneur avec une "Journée olympique" et la "course des 5 et 10 km" : un grand rendez-vous sportif afin de préparer les JO de Paris 2024 et soutenir nos athlètes+ d'info

07/10/21 : À partir du 17 décembre, Volotea proposera une nouvelle ligne au départ de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à destination de l’aéroport de Lille 2 fois par semaine en décembre et en janvier puis 6 fois par semaine à partir d’avril 2022.

07/10/21 : Dans le cadre des travaux de la déviation du Taillan-Médoc, la section à 2x2 voies de la RD 1215E1, route à grand trafic, sera réduite à 1 voie dans le sens Bordeaux-Le Verdon, du 11/10 au 11/11 et dans le sens Le Verdon-Bordeaux, du 18 au 19 octobre

05/10/21 : L'Etat et la Région ont sélectionné 17 nouveaux lauréats au fonds d’accélération des investissements industriels dans le cadre du plan France Relance. Ces 17 projets représentent 6 M€ de subventions sur un total pour l'heure de 63 M€ et 126 lauréats.+ d'info

05/10/21 : Au 31 juillet 2021, l’État a investi au titre de son plan France Relance 2,75 Mds € en Nouvelle-Aquitaine dont 770 M€ pour le volet transition écologique, 924 M€ pour le volet compétitivité et plus d’1Md pour le volet cohésion sociale et territoriale

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/10/21 | Un mois dédié à Jean Lacouture

    Lire

    Jean Lacouture, hommes de lettres régional et ancien journaliste disparu en juillet 2015, aurait fêté ses 100 ans le 9 juin dernier. A l'occasion de cet anniversaire, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de lui consacrer le mois de novembre. Ainsi le « Mois Lacouture » sera ponctué de débats, rencontres ainsi que d'une exposition au sein de l'Hôtel de Région. Tout le programme est à découvrir le site de la Région Nouvelle-Aquitaine

  • 28/10/21 | Le Concours des Saveurs revient

    Lire

    L'Agence de l'Alimentation de Nouvelle-Aquitaine et le Département des Deux-Sèvres organisent ce jeudi une nouvelle session du Concours des Saveurs Nouvelle-Aquitaine à Celles-sur-Belle. Ce Concours permet de récompenser les meilleurs produits et recettes dans 28 catégories, mettant en lumière le savoir-faire des producteurs et artisans locaux. Pour cette nouvelle session 250 produits sont proposés par 70 producteurs et artisans.

  • 28/10/21 | U2P à Brive : de la fabrication de pain à sa distribution automatique

    Lire

    Initialement U2P en Corrèze fabrique des pains en gros volume à destination des collectivités et restaurants d'entreprises. Avec la crise sanitaire et les fermetures dues au confinement, la société a décidé de tourner sa production vers la fabrication de pain pour un parc de machines de distribution automatique de baguettes, conditionnées sous atmosphère protectrice, sur Brive. La société vient d'acquérir des équipements afin de répondre à cette demande grandissante et ainsi produire de nouvelles gammes de produits.

  • 28/10/21 | Limoges : Les 1000 visages de la Covid-19

    Lire

    Ce soir à 19h, l'Université de Limoges organise à la BFM une conférence sur le thème : « COVID-19 : L'ennemi invisible aux mille visages ». Cette conférence permet à tous de mieux comprendre les représentations en jeu dans la crise sanitaire que ce soit de l'image scientifique aux configurations émotionnelles. Cette conférence s'inscrit dans le cycle de conférences grand public interactives mis en place par l'Université.

  • 27/10/21 | Tolkien se tisse à Aubusson

    Lire

    La Cité internationale de la tapisserie d'Aubusson en Creuse a signé un partenariat afin de réaliser en 4 ans une série exclusive de 14 tapisseries et 2 tapis à partir de l'oeuvre graphique originale de J.R.R Tolkien. Le 22 octobre, elle a dévoilé la 12ème œuvre et la 1ère issue du livre du Seigneur des Anneaux : « Moria Gate ». D'environ 8m2, elle a nécessité plus de 1000h de travail.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | La Dordogne doit poursuivre ses efforts en matière de lutte contre la tuberculose bovine

08/03/2020 | Dix-huit cas de tuberculose bovine ont été détectés en Dordogne, alors que l'an passé 19 foyers avaient été repérés sur l'ensemble de la campagne de dépistage.

1

Le comité départemental de pilotage de surveillance de la tuberculose bovine s'est réuni en milieu de semaine pour faire le point. Alors que les services vétérinaires, les éleveurs pouvaient espérer une diminution du nombre de foyers l'an passé, grâce aux mesures mises en place, le nombre de bovins infectés atteint le chiffre de 18 alors, que nous ne sommes qu'à la moitié de la campagne de dépistage. L'an dernier, la Dordogne avait enregistré 19 cas sur l'ensemble de l'année. Le département demeure le plus touché de Nouvelle Aquitaine mais les professionnels ne veulent pas baisser les bras.

En 2018, 31 foyers infectieux de tuberculose bovine dont vingt actifs avaient été comptabilisés en Dordogne. L'an dernier, 19 cas avaient été recensés. Les résultats avaient été jugés encourageants par les Services de l'Etat. Malheureusement, le nombre de foyers avec 18 cas recensés à ce jour, semble repartir à la hausse. Le comité départemental de pilotage et de surveillance, qui réunit les services de l'état, les vétérinaires, les chasseurs, les éleveurs, et les agents de l'office national de la Biodiversité s'est réuni en milieu de semaine, pour faire le point de la situation. Pour mémoire, depuis 2018, le plan d'action de la Dordogne (classé en zone 3 de surveillance ) repose sur une détection plus efficace : prophylaxie réalisée sur des animaux âgés 18 mois au lieu de 24 mois. Seuls deux départements ont adopté cette pratique, la Dordogne sur la totalité de son territoire et Les Landes dans les zones les plus touchées. La prévention a été renforcée, notamment par la mise en place des mesures de bio sécurité : protection des batiments, clôtures, protection des points d'eau, modification dans les pratiques d'élevage. Actuellement, les troupeaux du Périgord sont actuellement soumis à une inspection. Les quelque 130 000 bovins de plus de 18 mois du département doivent se plier à des tests pour savoir s'ils sont porteurs de la tuberculose bovine : actuellement la moitié du cheptel a été dépistée. 

La Dordogne, département le plus touché

"Nous sommes actuellement à mi campagne, et nous espérions de meilleurs résultats. Il va falloir poursuivre nos efforts, tous ensemble. Nous sommes le département le plus touché de la Nouvelle Aquitaine, les Pyrénées-Atlantiques enregistrent à ce jour 11 foyers, indique Frédéric Piron, directeur départemental de la cohésion sociale et de la protection des populations. Les foyers de tuberculose se concentrent majoritairement en Nouvelle-Aquitaine, qui regroupe à l'heure actuelle 36 foyers sur les 41 détectés en France. La moitié de ceux-ci se trouvent en Dordogne. Un des points de vigilance, est qu'à ce stade de la campagne, dans la moitié des cas, il s'agit de cheptels déjà au moins une fois contaminé par le passé; la première contamination peut remonter en 2004, 2005 ou bien plus tard, 2017 voire 2018. Pour éviter cette récidive, le cheval de bataille de Frédéric Piron,  c'est de "s'assurer de la bonne application de la biosécurité". "Il est indispensable que deux cheptels voisins ne se rencontrent pas, la double clôture est obligatoire, le partage de points d'eau est interdit. Nous devons être particulièrement vigilants sur  l’assainissement qui  doit être rigoureux avec des mesures de maîtrise du risque de diffusion de la maladie,"   précise Frédéric Piron. Un travail a aussi été engagé  sur la faune sauvage avec notamment les campagnes de piégeage de blaireaux ou l'augmentation des plans de chasse, sur le sanglier notamment. Pour Nicolas Robert, éleveur et président du Groupement de défense sanitaire départemental,  il est assez logique que le nombre de foyers soit en augmentation. Aujourd'hui, on cherche sur 100 % des animaux, on est passé de 24 mois à 18 mois, pour le premier dépistage. On cherche plus en profondeur, il est donc assez normal que l'on trouve de nouveaux cas." 

Une expérimentation inédite avec la Safer

Pour éviter une contamination de la maladie de museau à museau, la Dordogne a souhaité aller plus loin. « Depuis plusieurs mois, nous travaillons à une expérimentation avec la Safer Nouvelle-Aquitaine qui consiste à procéder à un échange parcellaire entre éleveurs pour réduire les risque de contamination. Cette expérimentation qui est une première nationale va pouvoir débuter début avril, précise Franck Martin, chef de service Santé et Protections Animales à la DDCSPP. Cette expérience débute sur trois communes de Dordogne, Miallet, Saint- Saud Lacoussière et Saint- Jory-de Challais, le secteur le plus touché. Une réunion d'information est prévue le 3 avril à Saint Saud Lacoussière. L'idée est de débuter avec des éleveurs volontaires, car en matière de foncier il y a beaucoup d'affectif. La Safer devrait prendre en charge les démarches administratives et notariales. Cette expérimentation sera suivie de près en Nouvelle-Aquitaine, région la plus touchée.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Archives Claude Hélène Yvard

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
22923
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr