aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

28/04/17 : Dans le cadre du «Mai de la Photo», le Musée de Gajac de Villeneuve/Lot met à l'honneur le photographe d’après-guerre, Jean Dieuzaide. Artisan, globe-trotter et publicitaire, il explora divers domaines de la photo et fut primé de nombreuses fois.

27/04/17 : Charente-Maritime : le chômage a augmenté de +0,3% en 12 mois, portant à 56 550 le nombre de demandeurs d'emploi. L'augmentation est plus importante du côté des demandeurs en catégorie A (aucune activité) avec +1,4% entre février et mars.

24/04/17 : A La Rochelle, Macron arrive en tête avec 29,09%, devant Mélenchon (24,33%), Fillon (18,80%) et Le Pen (12%). Sur 50 905 inscrits, 73,86% se sont exprimés

24/04/17 : Résultats définitifs Villenave d'Ornon : EM 28,10%; JLM 26,63%; MLP 15,53; FF 12,04%; BH 8,30%; NDA 4,34%

24/04/17 : Résultats complets à Lormont : JLM 29,58%; EM 22,90%; MLP 19,36%; BH 10,14%; FF 9,46%; NDA 3,27%; PP 1,93%; FA 1,34%; JL 1,32%; NA 0,55%; JC 0,15%

24/04/17 : Résultats définitifs Mérignac : EM 31,03%; JLM 23,39%; FF 15,31%; MLP 12,89%; BH 9,21%; NDA 3,94%; JL 1,46%; PP 1,33%; FA 0,94%; NA 0,45%; JC 0,17%

24/04/17 : Résultats définitifs Saint-Médard-en-Jalles :EM 30,81%; JLM 20,28%; FF 16,35%; MLP 15,34%; BH 7,91%, NDA 4,73%

24/04/17 : A Bayonne, Emmanuel Macron, 25,69%, Jean-Luc Melenchon, 23,11%, François Fillon, 18,03%, Marine Le Pen, 13,50%; Benoît Hamon, 9,42%; Jean Lassale, 3,83%; Nicolas Dupont-Aignan, 3,29%; Philippe Poutou, 1;62%; François Asselineau, 0,94%

24/04/17 : Résultats complets Libourne : EM 24,69%; JLM 20,50%; MLP 20,27%; FF 17,98%; BH 7,88%; NDA 3,97%; JL 1,76%

24/04/17 : A Anglet, dont le maire Claude Olive était soutien de François Fillon, Emmanuel Macron est arrivé en tête 28,50% des voix devant François Fillon, 25% et Jean-Luc Mélenchon avec 18,55%. Marie Le Pen est quatrième avec 18,55%.

24/04/17 : Résultats définitifs Cenon : JLM 31,58%; EM 24,65%; MLP 16,13%; BH 10,28%; FF 8,93%

24/04/17 : Résultats définitifs Pessac : EM : 31.19 % ; JLM : 24.59 % ; FF : 14.81 % ; MLP : 11.45 % ; BH : 9.74 %

24/04/17 : Résultats définitifs Talence : EM : 31.43 % ; JLM : 26.29 % ; FF : 15.00 % ; MLP : 8.70 % ; BH : 11.43 %

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/04/17 | Le conseiller régional Christophe Cathus délégué aux liaisons routières

    Lire

    Le Conseiller régional bergeracois Christophe Cathus devient délégué aux liaisons routières régionales. Les priorités de cette délégation sont ainsi données au maintien d'une qualité de service public répondant aux besoins des usagers, à la poursuite et à l'harmonisation de l'intervention publique régionale mais aussi à l'élaboration d'une convention Ter unique au 1er janvier 2019 et à celle du schéma régional de l'Intermodalité.

  • 29/04/17 | Le maire de Périgueux en appelle aux bénévoles pour le 2e tour

    Lire

    Compte tenu des déclarations faites par les partis traditionnels dont le candidat n’est pas présent au second tour, les sympathisants qui endossent habituellement le rôle d’assesseurs et de scrutateurs ne participeront pas à la tenue des bureaux de vote. Le maire de Périgueux lance un appel à tout électeur de la commune qui voudrait bien assurer cette mission le 7 mai dans l’un des 20 bureaux. Les électeurs tentés par cette expérience sont invités à se faire connaître avant le 3 mai au 05.53.02.82.40.

  • 29/04/17 | Le PS de Dordogne appelle à voter Macron

    Lire

    La Fédération de la Dordogne du Parti Socialiste rappelle " avec gravité que l’abstention et le vote blanc ou nul n’auront d’autre conséquence que d’aggraver le score de la candidate de l’extrême-droite, voire de la porter au pouvoir. Au-delà des divergences existant vis-à-vis du projet porté par le candidat d' "En Marche", il n’y a d’autre attitude responsable que de faire barrage au Front National. C’est pourquoi le PS de la Dordogne appelle sans réserve les Périgourdins à se mobiliser le 7 mai contre la candidate du F.N en votant massivement pour Emmanuel Macron.

  • 26/04/17 | Nouvelle Aquitaine: Le chômage repart à la hausse

    Lire

    Fin mars en Nouvelle-Aquitaine, il y avait 299 700 demandeurs tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) augmentation de 2,2% sur un mois (4870 personnes) et de 1,7% sur 3 mois. France ( +1,2% sur 3 mois de +1,3% sur 1 mois). En un an l'évolution régionale est de - 0,8%; elle est de -0,9% au niveau national. Pôle emploi note qu'entre fin février et fin mars 2017, le nombre de demandeurs qui ont basculé des catégories B et C vers la catégorie A est inhabituellement élevé, ce qui contribue à la hausse du nombre de demandeurs d’emploi dans cette dernière catégorie

  • 26/04/17 | Brigitte Allain, députée EELV du Bergeracois votera Macron

    Lire

    Députée du Bergeracois, je voterai sans hésitation pour Emmanuel Macron au 2e tour des présidentielles et mettrai tout en œuvre pour faire barrage au Front national, dont le projet, source de division, de peur, de racisme et de xénophobie est une menace pour notre pays. Ce vote ne représente pas une adhésion au projet porté par le candidat Macron (...) J'attends d'Emmanuel Macron qu'il prenne en compte, avec humilité, les millions d'électeurs qui ne se reconnaissent pas dans son projet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | La fête des boeufs de Bazas, une tradition vieille de sept siècles

24/02/2017 | Depuis 1283, Bazas accueille la traditionnelle fête des boeufs gras, le jeudi précédent mardi gras. Hier, un boeuf s'est échappé, sans blesser personne.

En cette période de congés scolaires, 7000 personnes ont assisté jeudi à la fête des boeufs gras de Bazas

La ville de Bazas, dans le Sud Gironde, a fêté hier ses bœufs gras. C'est une fête traditionnelle qui se déroule chaque jeudi précédent le mardi gras. Elle met à l'honneur la race bovine bazadaise. Malgré les difficultés économiques de la filière, la manifestation attire toujours autant de monde. Une belle occasion de faire la promotion de cette race rustique aux qualités bouchères exceptionnelles. Hier la fête a été marquée par un incident exceptionnel : un boeuf a rompu sa corde avant d'être présenté au concours et a fendu la foule, sans faire de blessés. Plus de peur que de mal.

Pour cette 734 e édition de la fête des boeufs gras de Bazas, qui a eu lieu hier, dix huit animaux devaient concourir.  Finalement, il y en a eu un peu moins, au moment de la pesée, deux boeufs très excités et donc potentiellement dangereux, n'ont pas été descendus du camion, pour participer au défilé. En fin d'après midi, une bête a rompu sa corde avant d'être présenté au concours et s'est échappé. Il a fallu l'intervention du vétérinaire pour calmer l'animal. Et personne, dans une foule qui comptabilisait, place de la cathédrale, 7000 personnes, n' a été blessé.  Plus de peur que de mal. Malgré cet incident exceptionnel, la tradition était au rendez-vous et cet événement important pour tous les éleveurs de cette race rustique et ancienne.

Les plus beaux spécimens de la race bazadaisePremier défilé en 1283
C'est en 1283 que le premier défilé a lieu dans les rues de Bazas, alors cité d'Aquitaine importante sous le règne du roi d'Angleterre Edouard 1er. Les bouchers ont alors le privilège de faire défiler leurs bœufs. La spécificité de la viande de Bazas est notamment lié à son côté persillé. La tradition se perpétue jusqu'à aujourd'hui, en ajoutant un concours de la plus belle bête. Les plus beaux spécimens se retrouvent à la pesée avant de défiler. Les bœufs parés de leurs couronnes fleuries et leurs rubans colorés marchent alors au son des fifres, des tambours, des groupes folkloriques et des confréries . Et pourtant, dans le contexte économique actuel de l'élevage, cette tradition aurait pu disparaître. Le nombre d'élevages est en diminution. L'organisme de sélection de la race réunit 170 élevages répartis sur les départements de la Gironde, des Landes, du Gers, des Pyrénées-Atlantiques, des Hautes-Pyrénées et de la Haute-Garonne. Ils représentent un cheptel de 4000 têtes."Il faut mininum quatre ans pour faire un boeuf gras. Nous devons consacré du temps à la sélection, à l'élevage de l'animal. C'est beaucoup  de temps et d'investissement dans le contexte général de l'agriculture, mais la fête des boeufs reste un moment important. C'est une vitrine vis à vis du grand public, souligne Richard Bamale, qui présentait deux boeufs pour la première fois. Ce jour là, il y a entre  5 et 8000 personnes dans les rues de la ville. Depuis un an, pour donner un coup de pouce aux éleveurs, une association  de sauvegarde de la tradition des boeufs gras s'est créée. Elle est soutenue par la municipalité avec le versement cette année d'une prime plus importante pour les éleveurs qui participent au concours. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
4380
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr