Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/21 : Après avoir été retenue pour devenir centre de préparation aux Jeux Olympiques dans 17 disciplines, la ville de Pau vient également d'être adoubée pour 3 nouvelles disciplines : le skateboard, le basketball 3*3 et le breakdance.

20/10/21 : Après un arrêt forcé en mars 2020 en raison de la crise sanitaire, Chalair annonce la reprise de la ligne Bordeaux-Montpellier à partir du lundi 15 novembre 2021, à raison de 4 fréquences hebdomadaires

19/10/21 : Pau Béarn Pyrénées Mobilités et ses Partenaires Engagés lancent la 3ème campagne d’Aide à l’achat Vélos, dont l'offre est doublée cette année. Cette 3ème session d’instruction des demandes aura lieu du lundi 1er novembre au mardi 30 novembre 2021.

15/10/21 : Saint-Médard en Jalles poursuit sa concertation sur son futur "Plan vélo et autres mobilités actives" pour déterminer les actions à prévoir en terme d'aménagement, d'éducation, de prévention ou de promotion. Rdv le 18 octobre et le 3 novembre+ d'info

15/10/21 : Rencontres, animations, spectacle, exposition, ciné-débats, atelier, handisport... Du 2 au 16 novembre, la 8ème édition de la Quinzaine de l'Egalité et la Diversité débarque à Bordeaux et dans la métropole. Une fois encore le programme sera riche !+ d'info

15/10/21 : Talence organise samedi 16 octobre de 10h à 19h, une journée consacrée aux sports, mis à l’honneur avec une "Journée olympique" et la "course des 5 et 10 km" : un grand rendez-vous sportif afin de préparer les JO de Paris 2024 et soutenir nos athlètes+ d'info

07/10/21 : À partir du 17 décembre, Volotea proposera une nouvelle ligne au départ de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à destination de l’aéroport de Lille 2 fois par semaine en décembre et en janvier puis 6 fois par semaine à partir d’avril 2022.

07/10/21 : Dans le cadre des travaux de la déviation du Taillan-Médoc, la section à 2x2 voies de la RD 1215E1, route à grand trafic, sera réduite à 1 voie dans le sens Bordeaux-Le Verdon, du 11/10 au 11/11 et dans le sens Le Verdon-Bordeaux, du 18 au 19 octobre

05/10/21 : L'Etat et la Région ont sélectionné 17 nouveaux lauréats au fonds d’accélération des investissements industriels dans le cadre du plan France Relance. Ces 17 projets représentent 6 M€ de subventions sur un total pour l'heure de 63 M€ et 126 lauréats.+ d'info

05/10/21 : Au 31 juillet 2021, l’État a investi au titre de son plan France Relance 2,75 Mds € en Nouvelle-Aquitaine dont 770 M€ pour le volet transition écologique, 924 M€ pour le volet compétitivité et plus d’1Md pour le volet cohésion sociale et territoriale

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/10/21 | Mont-de-Marsan : Une enquête pour accélérer transition écologique

    Lire

    Afin d'associer tous les acteurs du territoire à la transition écologique et de pouvoir mettre en œuvre les actions les plus efficaces, Mont-de-Marsan Agglo a lancé 2 enquêtes publiques. Les habitants et les entreprises ont jusqu'au 15 novembre pour y répondre. Début décembre, après avoir récolter les avis de tous sur les projets et les idées d'actions, plusieurs ateliers de concertation seront organisés afin de co-construire la stratégie de transition écologique. Les enquêtes sont disponibles sur le site de l'agglomération.

  • 25/10/21 | Une ressourcerie à Uzerche

    Lire

    L'association « Aux Pas Perdus » à Uzerche en Corrèze a pour objectif de contribuer à la mise en place d'actions de gestion des déchets en intégrant le réemploi depuis 2017. Les membres de l'association ont décidé de créer une ressourcerie afin de réduire les déchets et leurs coûts de traitement et ainsi développer les filières locales de valorisation. Cette nouvelle activité va permettre de créer 4 emplois. Pour les aider dans cette démarche, la Région a décidé de les soutenir à hauteur de 43 450 €.

  • 25/10/21 | Challenge Positif 2021 c'est parti !

    Lire

    Eurekatech et Grand Angoulême ont lancé le 7 octobre la 2ème édition du Challenge Positif. Ce concours, à la fois local et programme d'apprentissage des techniques de l'entrepreneuriat innovant, ambitionne de détecter et de développer des projets à vertue positive pour le territoire et les habitants. Tout le monde peut déposer jusqu'au 10 novembre un projet innovant sur le site d'Eurekatech. A partir de décembre, les lauréats bénéficieront d'un programme pour apprendre les techniques de l'entrepreneuriat innovant.

  • 22/10/21 | GPSO: pas de concomitance pour Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, mais presque

    Lire

    Guy Kauffman récemment nommé directeur de projet des LGV nouvelles était invité à la session plénière du Département des Landes ce vendredi. Face à la question du phasage des travaux des lignes Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, au sein du GPSO, il a esquissé une réponse: "Le préambule du plan de financement va sans doute proposer que l'on enchaîne les travaux sans poser la pioche entre les 2 lignes. Le préfet coordonnateur a bien compris cette demande unanime des collectivités".

  • 22/10/21 | Bus à haut niveau de service à Périgueux : une expérimentation dès le 25 octobre

    Lire

    Le Grand Périgueux va réaliser des aménagements rue du Président Wilson, place Bugeaud et place Francheville, à Périgueux, pour permettre la circulation de Bus à Haut Niveau de Service (BHNS). Ils feront l’objet d’une expérimentation grandeur nature du 25 octobre au 26 novembre pour en valider la faisabilité avant de les engager. Le dispositif s’appuiera sur une trentaine de postes d’enquête, captant l’origine et la destination des véhicules et 24 points de comptage automatique. Il permettra d’évaluer la répercussion des aménagements envisagés.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | La filière bovine périgourdine débat de son avenir

08/07/2019 | Lors de l'assemblée de la section bovine de la FDSEA de la Dordogne, éleveurs, distributeurs et entreprises ont réfléchi aux perspectives de la filière viande.

1

Dans un contexte de baisse de consommation de viande bovine et de chute de revenus, la section bovine du principal syndicat d'agriculteurs a tenu son assemblée générale. Les Etats généraux de l’alimentation (loi EGAlim) ont été au cœur du débat. Cette assemblée qui a réuni éleveurs, abatteurs et distributeurs a permis d'échanger autour des EGA et des perspectives pour la filière bovine périgourdine. Gilles Gauthier, PDG de Sobéval et président de la fédération des industries et du commerce en gros des viandes estime qu'il y a bien un avenir pérenne pour l'élevage allaitant et la viande de qualité.

L'assemblée de la section bovine de la FDSEA de la Dordogne a été l'occasion de rappeler le contexte dans lequel évolue actuellement la fillière bovine : recul de la consommation de viande, pression des lobbys anti-viande, baisse des ventes en hypermarchés, montée en puissance des circuits courts, baisse des revenus des éleveurs, diminution des cheptels à hauteur de 80 000 vaches sur le territoire français.  "On assiste à une décapitalisation depuis plusieurs années", précise Fabien Joffre, président de la FDSEA de la Dordogne. Pourtant, les éleveurs, distributeurs et industriels présents à cette réunion ont débattu des états généraux de l'alimentation, qui selon Gilles Gauthier, président de la Sobeval a eu "le mérite de mettre tout à plat dans les relations commerciales". Gilles Gauthier a toujours été favorable à une contractualisation avec les éleveurs et des négociations entre producteurs et industriels. La mécanique globale des états généraux de l'alimentation a été rappelée : elle prévoit notamment la contractualisation, l'obligation de réponse de l'acheteur, et une sanction en cas de prix abusivement bas. Le président de la fédération des industries et du commerce en gros des viandes a exprimé sa colère sur les marchés publics notamment dans le dossier d'importation de 1500 tonnes de steaks hachés avariés en provenance de Pologne pour des associations caritative. "L'Etat nous donne des directives bien précises, il faut qu'il commence par les respecter. Ce dossier est une honte et le résultat d'une vraie tricherie." Gilles Gauthier, président de la Fédération des industries et du commerce en gros des viandes n'exclut plus un rapprochement avec Culture viande, présidé par Jean-Paul Bigard, qui regroupe de gros industriels, considérant que les deux organisations rencontrent les mêmes problématiques et qu'il y a désormais la nécessité d'une communication commune. "Il va falloir que nous nous réinventions très vite. On vit une révolution." Gilles Gauthier plaide pour un panel de solutions complémentaires, estimant qu'il y a bien un avenir pérenne pour l'avenir de l'élevage allaitant et la viande de qualité. "Entre l'exportation, la réimplantation des viandes dans les supermarchés, l'investissement dans la restauration, la montée en gamme et le label rouge, tout cela mis bout à bout, doit avoir un effet structurant pour la filière viande française. "Il y a aussi un gros travail à faire sur les marchés publics : les hopitaux, les cantines scolaires, les maisons de retraite ne font pas majoritairement appel à des entreprises françaises ni à de la viande issue des élevages français. 70 % de la viande est importée. Cela passe nécessairement par un assouplissement des démarches administratives pour avoir plus facilement accès à ces marchés."

Une meilleure communication vers le consommateur 

Les éleveurs pestent également contre la signature d'un traité entre l'Union européenne et le Mercosur ( marché commun d'Amérique du sud qui réunit l'Argentine, le Brésil, le Paraguay, l'Uruguay et le Vénézuéla). "Notre crainte est que nous importions des tonnes de viande alors que nous savons qu'elle est produite des conditions déplorables, avec des OGM, des hormones de croissance, alors que notre agriculture est une des plus vertueuses du monde.  75 % des élevages de l'Hexagone bénéficient d'une charte de bonne conduite. Il faut l'expliquer à l'opinion publique en communiquant sur notre métier, indique Michel Larue, éleveur. L'après-midi, à l'issue de cette assemblée, des éleveurs sont allés manifester dans une ambiance bon enfant dans une grande surface de l'agglomération périgourdine  pour sensibiliser les consommateurs sur le sujet. L'opération de sensibilisation a été un succès. 
Au cours de cette réunion, les différents intervenants ont largement débattu des différentes perspectives pour la filière bovine. "Sur le fond, tout le monde s'accorde à dire que chaque élement de la filière doit trouver le moyen d'avoir une juste rémunération qui permette à chacun de vivre décemment, souligne Pierre Delbourg, le PDG de Leclerc Sarlat qui a un rayon traditionnel et un rayon en libre service. Eleveurs, distributeurs et industriels s'accordent aujourd'hui sur un point essentiel : la communication vers le consommateur doit être collective. "Localement, on doit pouvoir travailler ensemble et mettre en lumière les bons exemples", estime le représentant de Leclerc. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5557
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr