Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/11/19 : Charente-Maritime : selon le journal officiel du 7/11, le nouveau préfet Nicolas Basselier, ex préfet de l'Aisne, prendra ses fonctions le 25/11. Il succède à F.Rigoulet-Roze, devenu directeur de cabinet du ministre de la Cohésion des territoires.

13/11/19 : Niort : le festival des films sur smartphone Takavoir lance un appel à candidature pour sa prochaine édition, qui se tiendra les 27 et 28 mars 2020. Les candidats doivent livrer leur film de 3 min max avant le 16 février prochain sur takavoir.fr

13/11/19 : Niort : 32 entreprises ont participé en septembre dernier au Challenge de la mobilité, soit 713 salariés du territoire. 44% ont opté pour le vélo, 12% le bus, 15% le covoiturage, 8% la marche, 8% le train. La remise des prix s'est tenue hier soir.

13/11/19 : Deux-Sèvres : Le salon des professionnels de la filière caprine Caprinov' dont la dernière édition s'est tenue en novembre 2018, reviendra du 25 et 26 novembre 2020 au parc des Expositions de Niort.

13/11/19 : Après plusieurs passages au Festival Musicalarue, Miossec revient à Luxey (40) dans le cadre intimiste de la salle de spectacles “Les Cigales“, samedi 30 novembre à 20h30. Le Brestois viendra présenter son onzième opus "Les Rescapés".

12/11/19 : Les gendarmes et la Guardia civil sont arrivés en nombre au péage de Biriatou en raison de l'opération escargot lancée par Tsunami Democra-tic, le mouvement indépendantiste catalan, relayé localement par Bizi! et Aitzina bloquant la frontière à 18h30

12/11/19 : Charente : un groupe d’étudiants en BTS SAM de CCI Charente Formation, mène un projet sur la gestion citoyenne des déchets depuis 1 an et organisent une journée environnementale ce mercredi A 15h30 au Campus CCI, à l'ex CIFOP de L’Isle d’Espagnac.

08/11/19 : La liquidation judiciaire de la SNEM, société éditrice du quotidien l'Echo, diffusé sur 5 départements, a été confirmée cet vendredi par le Tribunal de commerce de Limoges. Les 42 salariés du journal recevront prochainement leur lettre de licenciement.

08/11/19 : Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Didier Guillaume se rendra ce samedi au salon de l'agriculture basque, Lurrama qui a ouvert ses portes ce matin. Il y rencontrera ses organisateurs et I. Berhocoirigoin, le président? et les exposants

08/11/19 : Dordogne : Dans le cadre du Grenelle des violences conjugales, la préfecture propose le jeudi 14 novembre, à 17 h h à la mairie de Montrem, une rencontre ouverte à tous sur le thème de la prise en charge des violences conjugales en milieu rural.

07/11/19 : Beynac : Samedi 16 novembre, à 10 heures, un rassemblement citoyen sur les allées de Tourny à Périgueux est organisé pour soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural.

06/11/19 : Petr Drulák, ambassadeur de Tchéquie en France, sera présent à la Maison de l'Europe à Bordeaux le 14 novembre à 19h pour une conférence autour de l'après Révolution de Velours. L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/11/19 | Keolis Bordeaux a un nouveau Directeur général

    Lire

    Eric Moinier a été nommé le 1er novembre Directeur Général de Kéolis Bordeaux. Il succède à Hervé Lefèvre qui a rejoint la SNCF, en vue de sa nomination au poste de directeur régional Nouvelle-Aquitaine à compter de janvier 2020. Agé de 46 ans, Eric Moinier, était depuis 2016, Directeur Général de la filière indienne de Kéolis en charge du lancement puis de l’exploitation du nouveau réseau de métro automatique. A Bordeaux, il aura pour mission de diriger l’exploitation du réseau TBM.

  • 13/11/19 | Les vins de Corrèze conservent leur AOC

    Lire

    En 2014, le Conseil d’État avait interdit la mention « vin paillé » sur les bouteilles de vins corréziennes à la demande de la société de viticulture du Jura. En 2017, les Corréziens avaient contre-attaquer en constituant une AOC de nouveau contestée. Le Conseil d’État vient de rejeter la requête et les vins de Corrèze conservent donc leur AOC !

  • 13/11/19 | Tennis: Llodra, Forget, Clément et bien d'autres font le show à Bordeaux

    Lire

    Michaël Llodra et Lionel Roux, 2 anciens joueurs de tennis professionnels, organisent les 6 et 7 décembre prochains le Bordeaux Mica Challenge, une exhibition de tennis réunissant autour d'eux d'autres grands noms du tennis français: Mansour Bahrami, Arnaud Clément, Guy Forget, Nicolas Mahut et Lucas Pouille. "Quelques sportifs de haut-niveau pas maladroits raquette en main" devraient aussi se joindre à eux, ajoute Mickaël Llodra, soucieux de conserver un peu de suspense... Le rdv est donné au grand public au Palais des sports pour une proximité assurée. Réservations en ligne .

  • 13/11/19 | Beynac :l'association Défendre l'intérêt général en Dordogne interpelle le préfet

    Lire

    Dans une lettre, l'association Défendre l'Intérêt Général en Dordogne a demandé au préfet si la manifestation du 16/11 avait été déclarée et si oui, si sa localisation près de la préfecture, ne posait pas un problème au regard de l'éthique politique. Elle lui aussi demandé qu'elle était la position de l'État qui, selon elle, devrait faire respecter l'État de droit et empêcher les pressions sur la justice. Elle tente toujours d'obtenir une réponse sur l'utilisation du port de l'écharpe tricolore dans de tels rassemblements.

  • 13/11/19 | Beynac : un rassemblement le 16 novembre pour réclamer la reprise des travaux

    Lire

    Le président du Département de la Dordogne, Germinal Peiro, les maires de Périgueux, Bergerac, Nontron et Sarlat, les présidents du Grand Périgueux et de la Communauté bergeracoise, le sénateur PS Claude Bérit-Debat, les patrons des chambres consulaires, une majorité de décideurs économiques appellent les Périgourdins à se joindre au « rassemblement citoyen » organisé le 16 novembre à 10 h, sur les allées Tourny à Périgueux, pour «soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Agriculture régionale: les ambitions partagées de la FNSEA Nouvelle-Aquitaine et de la Région

27/08/2019 | Alain Rousset était l'invité de la FNSEA pour sa rentrée syndicale. L'occasion d'échanger dans la sérénité sur des sujets d'actualité et les enjeux de l'agriculture régionale.

Rentrée syndicale de la FNSEA Nouvelle-Aquitaine 2019 à Bardos (64) en présence d'Alain Rousset

C'est un rendez-vous désormais bien calé dans les agendas. A chaque rentrée syndicale, la FNSEA Nouvelle-Aquitaine, et son président Philippe Moinard, invitent en deux occasions Alain Rousset et le Préfet de région, au sein d'une exploitation agricole pour évoquer l'actualité agricole régionale. Ce mardi 27 août à Bardos au Pays basque sur l'élevage ovins lait et vaches allaitantes de Patricia et Hervé Dagorret, c'était au tour d' Alain Rousset, de rencontrer les principaux représentants du syndicat agricole majoritaire. Des échanges marquant un accord global entre le politique et syndicalistes avec comme fil rouge de leurs échanges : l'évolution du modèle agricole dans le contexte du réchauffement climatique.

« Nous pouvons dire que sur le fond, nous sommes d'accord à 90%. Les 10 % restant touchent pour l'essentiel à des questions de formes ou de formulations », concluait en fin de rencontre Bernard Layre, président de la FDSEA 64 et secrétaire général du syndicat à l'échelon régional. C'est d'ailleurs bien à l'initiative de celui-ci, la FNSEA Nouvelle-Aquitaine, qu'était organisée ce mardi 27 août la rencontre entre ses membres et le Président du Conseil régional Alain Rousset.
Un président de Région constatant pour sa part aussi « l'accord global » existant entre eux. Une concordance de vue portant sur « la nécessité de faire évoluer l'agriculture, notamment au regard du changement climatique », pointe Philippe Moinard, président de la FNSEA Nouvelle-Aquitaine.

Transition agricole: "ne pas avancer dans le brouillard"
Au-delà de la prise de conscience partagée de mettre en œuvre « de nouvelles méthodes de production et de travail », la difficulté de la transition? et une necessaire progressivité à cette transition, est aussi dans les esprits de part et et d'autre. « En agriculture, on travaille sur le monde du vivant en permanence, ça demande des adaptations et des évolutions qui sont nécessairement moins rapides que dans d'autres secteurs », pointe le président du syndicat.
« Savoir dans quel délai et comment on accompagne les acteurs pour que ce changement de modèle agricole puisse se faire », est bien un des soucis partagés par Alain Rousset, qui souligne opportunément que « la Nouvelle-Aquitaine est une des régions qui finance le plus le monde agricole ».
En exemple, il cite le fonds de garantie Alter’NA mis en place par la région pour permettre aux agriculteurs d'accéder plus facilement à des prêts bancaires pour réaliser leur projets allant dans le sens de cette transition agricoles. « D'une manière globale souligne-t-il tout est construit avec le monde agricole, pour ne pas avancer dans le brouillard », même s'il concède l'existence perpétuelle de « petites tensions sur tel ou tel sujet ».

Rentrée syndicale FNSEA Nouvelle-Aquitaine 2019 sur l'exploitation de Patricia Dagorret (Bardos- 64) ici entourée de Ph. Moinard, A.Rousset et B.Layre


"Il y a une necessité à maîtriser la gestion de l'eau"
En lien aussi avec le changement climatique, le dossier de l'eau, qui a cruellement fait défaut cette année sur de très nombreux secteurs de la grande région, ne fait semble-t-il pas partie des sujets tendus, car là aussi ce mardi, l'heure était à la concordance.
Pour Philippe Moinard, tout comme Alain Rousset, qui insiste sur la condition concomitante du changement de modèle agricole, « il y a une nécessité à maîtriser la gestion de l'eau. Il faut faire des stocks l'hiver pour une réutilisation de ces réserves l'été. C'est ce qui permettra la diversité des cultures, indispensable à une biodiversité de qualité ».
Soulignant que « la France dispose de la seconde ressource en eau renouvelable d'Europe (après la Norvège) pour un taux de mobilisation de 15% qui est un des plus faibles », le syndicat appelle à « lever les freins réglementaires et financiers à la création de retenues d'eau, de simplifier les démarches administratives, et d'assurer un traitement beaucoup plus rapide des dossiers ».

Restauration collective, "la Région doit être un exemple"
Mais qui dit changement de modèle agricole inclus aussi les demandes de la société et de ses consommateurs quant à une agriculture de proximité et de qualité sanitaire et nutritionnelle. « Nous connaissons les demandes de nos concitoyens mais nous ne savons pas comment y répondre seuls. Il faut restructurer des réseaux de distribution de proximité, notamment en terme de restauration collective », pointe Philippe Moinard. « Le tout sans négliger la rémunération équitable du producteur ».
En la matière la Région , tout comme les autres collectivités locales ont un rôle d'exemplarité à tenir estime son syndicat qui plaide pour que « les pouvoirs publics, gestionnaires de cette restauration collective, doivent a minima imposer à leur fournisseurs de s'approvisionner en produits 100% français. »
A l'heure actuelle les Etats Généraux de l'Alimentation imposent au moins 50% de produits locaux ou de qualité dans les cantines, un chiffre que la Région Nouvelle-Aquitaine, propose de monter à 80%...

Enfin, au sortir de la rencontre, le président de la FNSEA Nouvelle-Aquitaine, rappelait également qu'en tant que « seul syndicat représentatif des employeurs du secteur agricole, nous avons beaucoup insisté surla question de l'emploi, tant sur l'apprentissage, que sur la reconnaissance du métier et la valorisation de notre travail. Le revenu étant le seul moteur de l'évolution de l'agriculture ».


L'info en plus : Sur le dossier départemental de l'ours, Alain Rousset a du provoquer quelques crispations dans l'assistance principalement basco-béarnaise, n'y allant pas par quatre chemins pour évoquer le sujet. « L'ours, ce n'est pas mon problème. Mon problème par contre sur le sujet de la prédation, ce sont les loups. Les dégâts ne sont pas comparables avec ceux qui pourraient être causés par deux ours qui se baladent dans la montagne. Sur le loup, il y a une véritable réflexion à avoir ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
5345
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr