aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

24/04/17 : La Préfète se rendra au commissariat de police de Périgueux, le 25 avril à 11 h pour une minute de silence en hommage à Xavier Jugelé, assassiné le 20 avril. La minute de silence sera observée à la même heure dans la Cour d'honneur de la Préfecture.

24/04/17 : A La Rochelle, Macron arrive en tête avec 29,09%, devant Mélenchon (24,33%), Fillon (18,80%) et Le Pen (12%). Sur 50 905 inscrits, 73,86% se sont exprimés

24/04/17 : Résultats définitifs Villenave d'Ornon : EM 28,10%; JLM 26,63%; MLP 15,53; FF 12,04%; BH 8,30%; NDA 4,34%

24/04/17 : Résultats complets à Lormont : JLM 29,58%; EM 22,90%; MLP 19,36%; BH 10,14%; FF 9,46%; NDA 3,27%; PP 1,93%; FA 1,34%; JL 1,32%; NA 0,55%; JC 0,15%

24/04/17 : Résultats définitifs Mérignac : EM 31,03%; JLM 23,39%; FF 15,31%; MLP 12,89%; BH 9,21%; NDA 3,94%; JL 1,46%; PP 1,33%; FA 0,94%; NA 0,45%; JC 0,17%

24/04/17 : Résultats définitifs Saint-Médard-en-Jalles :EM 30,81%; JLM 20,28%; FF 16,35%; MLP 15,34%; BH 7,91%, NDA 4,73%

24/04/17 : A Bayonne, Emmanuel Macron, 25,69%, Jean-Luc Melenchon, 23,11%, François Fillon, 18,03%, Marine Le Pen, 13,50%; Benoît Hamon, 9,42%; Jean Lassale, 3,83%; Nicolas Dupont-Aignan, 3,29%; Philippe Poutou, 1;62%; François Asselineau, 0,94%

24/04/17 : Résultats complets Libourne : EM 24,69%; JLM 20,50%; MLP 20,27%; FF 17,98%; BH 7,88%; NDA 3,97%; JL 1,76%

24/04/17 : A Anglet, dont le maire Claude Olive était soutien de François Fillon, Emmanuel Macron est arrivé en tête 28,50% des voix devant François Fillon, 25% et Jean-Luc Mélenchon avec 18,55%. Marie Le Pen est quatrième avec 18,55%.

24/04/17 : Résultats définitifs Cenon : JLM 31,58%; EM 24,65%; MLP 16,13%; BH 10,28%; FF 8,93%

24/04/17 : Résultats définitifs Pessac : EM : 31.19 % ; JLM : 24.59 % ; FF : 14.81 % ; MLP : 11.45 % ; BH : 9.74 %

24/04/17 : Résultats définitifs Talence : EM : 31.43 % ; JLM : 26.29 % ; FF : 15.00 % ; MLP : 8.70 % ; BH : 11.43 %

24/04/17 : Résultats définitifs Pau : Votants 76,05%. Macron 29,95%, Mélenchon 21,95% , Fillon 17,96%, Le Pen 12,01 % , Hamon 8,98%, Lassalle 3,57%, Dupont-Aignan 3,01%, Poutou 1,13%, Asselineau 0,83%, Arthaud 0,44%, Cheminade 0,17%.

24/04/17 : Résultats définitifs Floirac : JLM 30,41%; EM 23,64%; MLP 17,22; BH 10,73%; FF 9,34%

24/04/17 : Résultats définitives Carbon-Blanc : EM 26,77%; JLM 23,60%; MLP 18,75%; FF 11,85%; BH 9,36%; NDA 4,74%; PP 1,89%; JL 1,71%; FA 0,71%; NA 0,41%; JC 0,21%

24/04/17 : Résultats complets à Bègles : JLM 33,63%; EM 26,02%; MLP 12,58%; BH 10,85%; FF8,90%; NDA 2,96%; JL 1,76%; PP 1,63%; FA 0,91%; NA 0,54%; JC 0,22%

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/04/17 | Gironde: un millier d'hectares pourraient être affectés par le gel

    Lire

    Ce chiffre a été évoqué avec les précautions d'usage lors de l'assemblée générale du CIVB ce lundi à Bordeaux. Le gel a en tout cas touché à des degrés divers le bas sauternais, des secteurs du Blayais et de l'entre deux mers et particulièrement dans la nuit du 20 avril. Une certaine inquiétude persiste puisque des températures très basses sont attendues ce milieu et cette fin de semaine alors que la vigne sous l'effet des fortes chaleurs de ce mois d'avril a accéléré son débourrement.

  • 24/04/17 | 'Isabelle Vetois: En Marche en Charente-Maritime

    Lire

    Face aux résultats obtenus par Emmanuel Macron, Isabelle Vétois s'est dit "absolument enthousiaste". "Les Français veulent moderniser la France, on va vers de l'espoir [...] C'est le seul qui peut rassembler une majorité plurielle". Elle a conscience qu'il faudra encore convaincre la vingtaine de pourcentage ayant voté Le Pen dans le département (en particulier dans les petites communes rurales) et préfère retenir le recul du FN dans les quartiers populaires de La Rochelle.

  • 24/04/17 | P-Atlantiques : un front républicain se dessine face au FN

    Lire

    A gauche comme à droite, les voix se succèdent pour faire barrage au second tour au Front National dans les Pyrénées-Atlantiques. Qu'il s'agisse de la sénatrice Frédérique Espagnac, porte-parole de Benoit Hamon, comme des députés PS Martine Lignières-Cassou et David Habib. Une même position est adoptée par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Même si celui-ci entend combattre les mesures d'Emmanuel Macron qui porteraient atteinte aux travailleurs. Nicolas Patriarche, secrétaire départemental LR, soutiendra pour sa part Macron, en souhaitant que ce dernier... s'en souvienne.

  • 24/04/17 | Réaction d'Olivier Falorni, député de la circonscription La Rochelle-Ré

    Lire

    Le député de la 1re circonscription de Charente-Maritime s'est montré satisfait des résultats : "Si je devais résumer cette élection en un mot, je dirais : neuf. La vie politique ne sera plus la même.La gauche et la droite ont implosé. Les Français ont montré une volonté de tout mettre en l'air,de bazarder les anciennes pratiques. Macron comme Le Pen sont trangressifs en ce sens qu'ils refusent d'être de droite ou de gauche[...] Les Français ne veulent plus d'une politique de clivages périmés"

  • 23/04/17 | Pyrénées-Atlantiques : le Modem évoque une "belle espérance"

    Lire

    Comme l'a fait François Bayrou, qui estime que la clé du second tour réside dans le rassemblement, le président Modem du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, Jean-Jacques Lasserre, qualifie de "belle espérance" le résultat obtenu par Emmanuel Macron sur le plan national. Il salue également un projet qui associe "la recherche d'une économie compétitive et un équilibre social sans lequel rien ne peut se construire".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | La FNSEA Nouvelle-Aquitaine se dote d'un nouveau président et poursuit ses combats

07/03/2017 | Le nouveau président du syndicat agricole défend une agriculture plurielle qui répond aux normes environnementales sans négliger le bien être socio-économique des agriculteurs

Henri Biès-Péré, Philippe Moinard, Président FNSEA Nouvelle-Aquiaine et Jean-Pierre Raynaud, VP à l'agriculture Nouvelle-Aquitaine, Bernard Layre, secrétaire général FNSEA Nouvelle-Aquitaine

La FNSEA Nouvelle-Aquitaine s'est réunie en assemblée plénière ce lundi 6 mars à Bordeaux. A cette occasion, Philippe Moinard, agriculteur dans les Deux-Sèvres « en polyculture élevage laitier, production d'oeufs de plein air et méthanisation » et Président de l'ex FRSEA Poitou-Charentes a pris la succession d'Henri Biès-Péré à la tête de la FNSEA grande région. L'occasion aussi d'évoquer les enjeux à venir de ce nouveau mandat, à commencer par les dossiers d'actualité sur les zones défavorisées ou encore les paiements toujours retardés des aides PAC et MAE. Des sujets également abordés lors d'un échange avec le Vice président de la Région en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Raynaud, invité de cette Assemblée générale organisée à Artigues.

Henri Biès-Péré, reste premier vice président du syndicat agricole majoritaire de Nouvelle-Aquitaine, mais après 9 ans à la tête de la FRSEA Aquitaine et 18 mois à la présidence de la FNSEA Nouvelle-Aquitaine, « il est bien aussi de renouveler un peu les têtes », estime-t-il. Un « passage de témoin bien préparé » qui n'est pour autant pas d'une grande nouveauté pour nombre d'agriculteurs de la région. En effet, son successeur, Philippe Moinard, jusque là trésorier de la FNSEA Nouvelle-Aquitaine, a été avant la fusion des régions, Président de l'ex FRSEA Poitou-Charentes pendant 7 ans. Il est par ailleurs vice-président du CESER en charge de la coopération inter-régionale et internationale. Quant à Henri Biès-Péré, il conserve ses responsabilités syndicales nationales en charge des questions foncières à la FNSEA.

"Il nous faut être vigilants sur les sur-normes environnementales"
Elu à la quasi unanimité (une seule abstention), Philippe Moinard est donc déjà en situation confortable dans son nouveau siège pour un mandat de 3 ans. Confortable mais pour autant « pas des plus simples sur le plan économique », avec déjà en tête, les élections au sein des Chambres d'agriculture dans moins de 2 ans. « Il faudra montrer que tout le travail d'accompagnement que l'on fait au sein de la région et des départements a une action bénéfique ».
Développement de la communication numérique, organisation des filières « et bras de fer permanent avec la grande distribution » ou encore, en partage avec les JA, la question de la transmission et de l'installation sont quelques uns des enjeux sur lesquels compte s'impliquer le nouveau Président qui veut plus globalement défendre « une agriculture plurielle permettant de tirer les revenus des agriculteurs vers le haut ». Présent le 3 mars dernier lors de la visite organisée par la Région sur le site du laboratoire agroécologique de Chizé, il partage l'ambition du Conseil régional d'une agriculture innovante "à la condition que tout le monde puisse y avoir accès". Et à ce titre, ce qui préoccupe également Philippe Moinard et avec lui, l'ensemble de la profession agricole, c'est « tout l'aspect réglementaire, et notamment les réglementations environnementales, sur lesquelles il s'agit, en permanence, de rester vigilant. »
Un sujet sur lequel il reçoit l'appui de son prédécesseur et de son nouveau secrétaire général : le béarnais Bernard Layre. « Ce sont des sujets citoyens, mais, que ce soit sur les décrets d'épandage phyto, ou encore la directive nitrate, il ne faut pas sans cesse rajouter des couches réglementaires fondées sur des doctrines environnementalistes. C'est du bon sens paysan que d'être le premier défenseur de l'environnement, il en va de la transmission de nos exploitations à nos enfants. Or avec toutes ces sur-normes, on est parfois à deux doigts de la catastrophe car les autorités ne prennent pas la mesure des impacts de leur décision. »

Colères et inquiétudes sur la redéfinition des zones défavorisées
Autres sujets fortement dénoncés par les syndicalistes ce 6 mars : l'impact de la révision des zones défavorisées, dont la Nouvelle-Aquitaine est la région la plus impactée de France. En la matière le nouveau président de la FNSEA Nouvelle-Aquitaine élève la voix: « Ce sont environ 2000 éleveurs qui sont impactés. Pour eux c'est 5000 à 7000 euros d'aides (compensation du handicap naturel, ndlr) en moins. Ce sont des territoires qui sont laissés pour compte ; si on veut que ces territoires vivent, il faut leur en donner les moyens. Trois ou quatre départements sont très pénalisés ; ça touche les agriculteurs mais aussi, derrière, les outils de transformation... » Une inquiétude que les agriculteurs ont également relayé auprès de Jean-Pierre Raynaud, qui s'est dit très sensibilisé sur ce sujet bien que la Région n'ait ici pas la main. Mais a-t-il assuré, « nous avons entamé plusieurs démarches auprès du Ministère, et travaillons dans un partenariat avec la DRAAF et Les Chambres d'agricultures, pour faire l'écho jusqu'au Ministre. Preuve de la solidarité des  élus de la région, « une motion a même été adoptée en plénière », a-t-il indiqué.
Autre sujet dont se sont fortement inquiétés les membres du Conseil d'administration : les retards de paiements des aides PAC et MAE (Mesure Agro Environementales), et pour cause, pour de nombreux agriculteurs, les aides pour 2015 et 2016 n'ont toujours pas été versées; le tout dans un contexte économique déjà difficile pour l'agriculture. Une situation problématique, parfois "dramatique", qui se cristallise au niveau du service informatique de l'agence de paiement de l'Etat. Une situation qui semble tout autant exaspérer le Vice président de la Région puisqu'elle empêche le paiments de crédits gérés (mais non directement payés) par la région. Là encore en preuve de bonne volonté et de soutien aux agriculteurs, Jean-Pierre Raynaud a rappelé que « la Région a mis du personnel pour aider l'Etat à débloquer les dossiers ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
9857
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr