aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

08/02/16 : Le prochain spectacle "son et brioches", à vivre en famille, proposé par l'orchestre de Pau Pays de Béarn sera présenté au cours du week-end des 13 et 14 février. Il s'agira de "La tête dans le sac", d'après le livre de Marjorie Pourchet.+ d'info

06/02/16 : Gargantua et le Petit chaperon rouge font l'objet de deux projets théâtraux présentés en février et en avril par les scènes Espaces Pluriels et Agora, à Pau. Ils sont proposés par le comédien et metteur en scène José Mellano et par Joël Pommerat+ d'info

06/02/16 : Le grand cross de Pau Reverdy, première étape du challenge européen de cross country qu'est la Crystal Cup, se disputera le dimanche 7 février sur l'hippodrome du Pont Long, à Pau. Il constitue la course la plus spectaculaire du meeting d'hiver.+ d'info

05/02/16 : A630: en raison des travaux de mise à 2X3 voies la rocade intérieure sera fermée à la circulation entre l’échangeur 12 (Beutre) et l’échangeur 9 (Magudas), lundi 8 et mardi 9 février 2016 de 21h00 à 6h00.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 08/02/16 | A Biarritz, le Palais propose une Saint-Valentin impériale

    Lire

    Ce week-end,l’Hôtel du Palais propose un forfait Saint-­Valentin avec une nuitée à célébrer au champagne, le petit-­déjeuner buffet et la possibilité de découvrir le nouveau brunch "Napoléon & Eugénie" ainsi qu'un dîner quatre plats aux chandelles élaboré par le chef étoilé Jean-Marie Gautier sur fond d'animation musicale. Dans ce forfait (500 euros pour deux), le palace propose également l’accès au spa. La clientèle extérieure peut aussi réserver pour le dîner et le brunch Renseignements :0559410064 et hotel-­du-palais.com  

  • 08/02/16 | Virginie Calmels les bus et les TER...

    Lire

    Virginie Calmels présidente du groupe LR/CPNT au conseil régional s'en prend très vivement à Alain Rousset qui a "demandé à l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (ARAFER) l’interdiction ou la limitation de 4 lignes d’autocars. ouvertes dans le cadre de la loi Macron: Poitiers-Niort, Brive-la-Gaillarde-Périgueux, Limoges-Brive et Mont-de-Marsan-Pau. La concurrence a cela de bon qu’elle met en lumière les échecs de la politique régionale des transports. Tous les usagers savent pertinemment que les lignes dont la Région a demandé l’interdiction ou la limitation comptent parmi les liaisons où le service TER est le plus déficient"

  • 08/02/16 | Un groupe PRG au sein du Conseil Régional d'APLC

    Lire

    Ils sont quatre élus radicaux de gauche de la Grande région qui, après avoir pris part à la victoire d'Alain Rousset, ont décidé de constituer un groupe autonome "disposant de moyens politiques nécessaires afin d'exprimer leur sensibilité républicaine et laïque à l'intérieur d'une majorité loyale mais diverse": en l'occurrence, Benoît Biteau, Soraya Ammouche-Milhiet, Régine Marchand, Francis Wilsius. Ils seront accompagnés dans la mission qu'ils s'assignent par Yannick Boutot, leur secrétaire général.

  • 07/02/16 | VTC: Une association bordelaise

    Lire

    Les sociétés bordelaises de VTC et de transport public de personnes viennent de créer de l’association « la MAISON du TRANSPORT » "afin de se regrouper autour d’objectifs communs afin de défendre un marché libre et ouvert, propice au développement. Ses membres souhaitent mettre rapidement en place un dialogue avec les pouvoirs publics, préfecture et mairie de Bordeaux, visant à favoriser l’usage et les services de Voitures de Transport avec Chauffeur pour les visites touristiques régionales, les mises à disposition et les déplacements interurbains évangélisés par les plates formes de mise en relation de type UBER.

  • 06/02/16 | Les batailles lycéennes d'oeufs et de farine interdites à Pau

    Lire

    Trop c'est trop. Les batailles d'œufs et de farine qui opposent chaque année les élèves des lycées Saint-Cricq et Barthou ont été interdites par François Bayrou, le maire de Pau, ainsi que les tirs de pétards qui les accompagnent. Cela, après que des passants, des commerces et des policiers aient reçu des projectiles. La Police nationale a fait savoir qu'elle infligera une contravention de 11 € à toute personne qui ne respectera pas l'arrêté. Les parents des auteurs mineurs devront par ailleurs indemniser les victimes pour les dégâts subis.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | La forêt au cœur de la session de la Chambre régionale d’agriculture

21/11/2012 | Agriculture et sylviculture affichent leur ambition commune, à travers le Plan Pluriannuel Régional de Développement Forestier.

Réùi Petit (INRA), Hervé Durand (DRAAF), Dominique Graciet ( CRAA), Marie-Françoise Lecaillon (SGAR), Bruno Laffon (CRPF), Yves Lesgourgues

Pour sa dernière session du mandat, la Chambre Régionale d’Agriculture d’Aquitaine a été marquée par la signature du Plan Pluriannuel Régional de Développement Forestier (PPRDF) entre la Chambre Régionale d’Agriculture d’Aquitaine et le Centre régional de la Propriété Forestière (CRPF) d’Aquitaine. Un évènement qui a placé la forêt Aquitaine et ses enjeux au cœur des échanges de l’après-midi de cette session, organisée tout exprès sur le Campus INRA de la recherche forestière de Cestas Pierroton. De nombreuses personnalités du monde agricole et forestier y ont assisté.

Le PPRDF, construit en partenariat entre les organismes agricoles et forestiers sous l’impulsion de l’Etat, a pour objectif de permettre une meilleure mobilisation des bois sous-exploités en Aquitaine, grâce  à une animation renforcée de la chambre régionale d’Agriculture. Un travail qui marque, selon Bruno Lafon, Président du CRPF, le renouveau d’une «unité pas toujours facile » entre agriculteurs et forestiers souvent concurrents sur le terrain du foncier.
Pourtant souligne, Dominique Graciet du point de vue économique et social pour le territoire les points de concordances sont nombreux. « Forêt et agriculture représentent à elles deux pratiquement  90% du territoire Aquitain », souligne-t-il. En la matière les deux hommes semblent bien convaincus que l’union fait la force quand «l’acte de production, des agriculteurs et des sylviculteurs, n’est pas complètement récompensé à sa juste valeur ».

Les Landes de Gascogne : "une priorité"
Quant au PPRDF, «le premier pas des actions à mener ensemble» selon les deux présidents, il vise notamment à mieux mobiliser les bois des massifs Adour-Pyrénées, Dordogne-Garonne, et des Landes de Gascogne qui peine à se remettre des tempêtes de 1999 et 2009. Un massif dont la reconstitution reste d’ailleurs «la priorité» affirmée des acteurs de terrain, professionnels et Etat.
Yves Lesgourgues Ingénieur en chef des ponts, des eaux et des forêts et tout jeune retraité de son poste de Directeur du CRPF, s’est appliqué à dresser un état des lieux précis du massif. Suites aux tempêtes et leurs conséquences sanitaires, le massif des Landes de Gascogne ne compte désormais en volume sur pied que pour environ la moitié de ce qu’il représentait avant 1999…

Une difficulté qui se double d'une crise économique qui n’épargne pas les industriels de la filière bois dont beaucoup sont affaiblis. Des difficultés qui ont eu pour conséquences la mise en œuvre de nombreux groupes de réflexions, initiatives et programmes de recherche dont témoigne pour partie le Centre Cestas Pierroton, récemment doublement labellisé Equipex et labex au titre du grand emprunt.

"Sécuriser les sylviculteurs"
Pour l’ancien directeur du CRPF, si toutes les réflexions stratégiques et recherches scientifiques en cours sont indispensables à l’avenir du massif, Il faut d’abord «sécuriser les sylviculteurs dans leur démarche de reboisement ». Une sécurité qu’il n’estime pas acquise aujourd’hui car toujours soumise à l’annualité des lois de finance qui conditionnent le déblocage par l’Etat des crédits nécessaires. «Une insécurité qui pourrait décourager les sylviculteurs» précise-t-il.
Un risque qui s’additionne à de nombreux autres: «incendies, aux risques phytosanitaires, au risque climatique, aux réglementations écologistes trop lourdes…».  
Autant de situations face auxquelles, le massif landais et ceux qui y travaillent doivent «gagner en flexibilité pour mieux s’y adapter». Mais la flexibilité, «c’est aussi savoir s’adapter aux débouchés, quitte justement à une certaines prise de risques». C’est pourquoi, il se prononce pour une contractualisation entre industriels et sylviculteur, et estime que «l’assurance de la forêt est fondamentale ». «On ne peut pas demander à quelqu’un de s’engager sur 30 ou 40 dans un massif forestier, sans couvrir un minimum ses risques!».


 Enfin, il lui paraît indispensable de «réévaluer le prix des forêts tant au niveau du foncier, des bois et des services environnementaux » soulignant son étonnement d'avoir constaté tout au long de sa carrière que « le prix des terrains de la forêt en Aquitaine est un des moins chers du monde». Pour Yves Lesgourgues, « c’est en revalorisant ces trois éléments que l’on pourra rendre espoir aux sylviculteurs ». Un vœu qu’il espère pouvoir se voir réaliser grâce à la future loi d’orientation forestière annoncée par le Gouvernement.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
96
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 11 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires