Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/07/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques la tour sud de la cathédrale de Bayonne et la Chapelle des Prébendés, ainsi que le Château de Pau, le couvent des Récollets à Ciboure et l’Espace Jéliote à Oloron vont bénéficier du plan France relance pour leur rénovation

19/07/21 : Face à la montée en puissance du nombre de contaminations au Covid-19 en Charente-Maritime, le préfet a étendu l'obligation du port du masque dans tout espace public pour 45 communes, essentiellement littorales.

16/07/21 : Eté Jeunes est un nouvel agenda en ligne, à destination des jeunes Bordelais. Il permet d'accéder à l'ensemble de l'offre municipale et associative ainsi qu'à toute l'actualité culturelle, sportive et de loisirs proposée cet été à Bordeaux.+ d'info

13/07/21 : Du 15 juillet au vendredi 13 août inclus, l’Hôtel de ville de Poitiers fermera ses portes à 16 h 30 au lieu de 17 h 30. Sur cette période, du lundi au vendredi, l’accueil du public s’effectuera de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

07/07/21 : Pyrénées-Atlantiques - 1 compagnie de CRS, 23 nageurs-sauveteurs CRS, 13 agents de police-secours et de BAC, 4 agents spécialisés dans l’investigation, 8 motards CRS soit 118 policiers vont cet été venir renforcer les forces de sécurité du département

07/07/21 : Saint-Médard-en-Jalles : le centre intercommunal de vaccination Covid 19 restera ouvert tout l’été, grâce à l'implication des 50 agents et 229 professionnels de santé des 6 communes partenaires qui s'y relaient. En 3 mois, 31000 doses ont été injectées

05/07/21 : EthicDrinks, le négoce vert bordelais est lauréat du 1er prix du “Millésime 2021” organisé par l’Adelphe, éco-organisme à but non lucratif axé sur le recyclage des emballages ménagers des entreprises et notamment dans le secteur des Vins et Spiritueux.+ d'info

05/07/21 : Les inscriptions universitaires 2021-2022 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour démarrent, de manière entièrement dématérialisée, mardi 6 juillet pour tous ses campus : Pau, Bayonne, Anglet, Mont-de-Marsan et Tarbes.+ d'info

01/07/21 : Mmes Albenga et Poulet, MM. Patin et Stambolis-Ruhstorfer, enseignants-chercheurs à l’Université Bordeaux Montaigne, ont été nommés membres de l'Institut Universitaire de France. La récompense la qualité scientifique de leurs activités universitaires.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/07/21 | L’Université de La Rochelle poursuit sa transition

    Lire

    La Rochelle Université a signé début juillet l’Accord de Grenoble avec l’association étudiante de protection de l’environnement, Uni'Vert LR. Cet accord va accélérer la transition socio-écologique de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche puisqu’il incite l’établissement à agir pour réduire les émissions de gaz à effets de serre, former les apprenants aux enjeux de la transition socio-écologique, à proposer une formation au personnel de l’établissement, à augmenter la participation de la recherche dans l’effort de transition ou encore à suivre et publier son empreinte carbone.

  • 28/07/21 | Visitez les pomiculteurs écoresponsables de Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Les pomiculteurs agréés Vergers écoresponsables se mobilisent à l’occasion de la 11e édition des Vergers ouverts. Ensemble, fin août et septembre, ils donnent rendez-vous aux curieux et aux amateurs de pommes pour leur faire découvrir les coulisses de production du fruit phare des vergers. Cette année, ce sont 35 exploitations, dont une dizaine en Nouvelle-Aquitaine qui ouvrent leurs portes pour quatre week-ends de festivités entre programme riche en découvertes et activités ludiques. Détails et inscriptions : http://lapomme.org/vergers-ecoresponsables/les-vergers-ouverts

  • 28/07/21 | Première édition du Festival du Bonheur à Bordeaux

    Lire

    Du 6 au 8 août, se déroulera rue Malbec à Bordeaux, après deux éditions en ligne, la première édition "en personne" du Festival du Bonheur. Porté par la Brigade du Bonheur, collectif d’artistes bordelais, et en collaboration avec le café culturel Pourquoi Pas ?, cette première édition propose une programmation éclectique et tout public : concerts, théâtre, animations, bingo et même mentalisme ! Pour en savoir plus, sur le programme et les tarifs : https://www.unairdebordeaux.fr/evenements/2021/festival-du-bonheur/

  • 27/07/21 | Le jazz s’invite à Andernos

    Lire

    Le 31 juillet, la Plaine des Sports d’Andernos accueillera 2 concerts de jazz avec Géraldine Laurent Quartet, Emile Parisien et son invité Michel Portal. Suite aux concerts, le jazz se baladera dans le centre-ville durant 3 jours. Les concerts sont gratuits et les billets sont à réserver sur le site de l'Office de Tourisme d'Andernos

  • 27/07/21 | Le label "Espace sans tabac" se déploie

    Lire

    Partout en France, de nouveaux sites continuent à recevoir le label « Espace sans tabac » avec désormais plus de 3 730 espaces labellisés, dont 683 inaugurés en 2020 malgré les confinements. En Gironde par exemple, la ville du Haillan a inauguré 10 espaces dans la commune, dont plusieurs devant les écoles maternelles et primaires. Dans les Pyrénées-Atlantiques la plage du Lac de Saint-Pée-sur-Nivelle est désormais une plage sans tabac, de même que celle de Sanguinet dans le département des Landes, qui voit aussi des espaces labellisés aux abords des écoles maternelles et élémentaires d'Ychoux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | La méthanisation, des atouts pour le monde agricole

21/05/2021 | La méthanisation fait partie des sujets abordés lors des tables rondes du salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine 2021

Une unité de méthanisation à Somain, dans le nord de la France

Apparue au début des années 2000 en Allemagne, la méthanisation a gagné progressivement les campagnes françaises à partir de 2007, convainquant exploitations, industries et collectivités locales de son utilité. La France compte aujourd’hui près d’un millier de sites de méthanisation. Et leur nombre devrait encore doubler d’ici trois à quatre ans, selon les données opérateurs du gaz. Un chiffre sans surprise, quand on sait que l’Etat ambitionne d’atteindre l’introduction de 30% de gaz verts dans le réseau énergétique d’ici 2030, voire 50% d’ici 2050. Méthanisation et agriculture, le sujet a été débattu lors du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine.

Selon la définition de l’Ademe, la méthanisation est « une technologie basée sur la dégradation par des micro-organismes de la matière organique, en conditions contrôlées et en l’absence d’oxygène, donc en milieu anaérobie, contrairement au compostage qui est une réaction aérobie ». Cette dégradation entraine deux réactions chimiques. La première est la création d’un biogaz, « un mélange gazeux saturé en eau, composé d’environ 50 % à 70 % de méthane (CH4), de 20 % à 50 % de gaz carbonique (CO2) et de quelques gaz traces (NH3, N2, H2S) ». Cette énergie renouvelable peut être utilisée sous forme combustible pour la production d’électricité et de chaleur, d’un carburant, ou d’injection dans le réseau de gaz naturel après épuration. Le deuxième effet est la création d’un produit humide appelé digestat, composé de la matière restante de cette décomposition. Riche en matière organique partiellement stabilisée, il peut être utilisé sur les sols comme un compost, après une phase de maturation.

Une double valorisation des déchets biodégradables

Si la méthanisation est utilisée dans le traitement des boues d’épuration urbaines et de certains effluents industriels, elle l’est de plus en plus dans les exploitations agricoles, où elle sert à revaloriser les déchets organiques issus de l’élevage et des cultures.  Les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à plébisciter cette nouvelle technologie, quelque soit leur modèle d’exploitation. Pour la profession, les avantages sont nombreux. Elle permet non seulement une double valorisation de la matière organique, en créant du digestat et du biogaz, mais permet également de faire des économies sur le traitement de ses déchets biodégradables par d’autres filières.
En étant immédiatement pris en charge sur place, ces déchets placés dans un « digesteur » hermétique ne libèrent plus de gaz dans la nature le temps de leur transfert. Les mauvaises odeurs ainsi que l’émission de gaz à effets de serre se trouvent ainsi nettement diminués, puisque tout est contenu dans le méthaniseur. Réutilisé sur l’exploitation ou réinjecté dans le réseau, le gaz produit permet à l’agriculteur de faire des économies d’énergie ou de se tirer un revenu complémentaire intéressant. Et le digestat permet évidemment de se fabriquer une sorte de compost maison à moindre frais.

Les agriculteurs l’ayant adopté n’y voient que des avantages.  En atteste Bertrand Guerin, agriculture à Nojals-et-Clotte en Dordogne, qui a investi 1,5 million d’euros pour monter un site de méthanisation. « Quand j’ai démarré ce projet en 2007, nous étions deux sur l’exploitation, mon frère à mi-temps et moi-même à temps plein, et nous faisions un travail de trois personnes. La production laitière en place et nos vergers encore jeunes à l’époque ne nous permettaient pas d’être plus nombreux », se souvient l’exploitant, venu en témoigner lors des tables-rondes du salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine 2021. Aujourd’hui président de l’association des méthaniseurs de France, il estime avoir suffisamment de recul et d’expérience pour affirmer que, « bien maîtrisée, la méthanisation permet de valoriser les intrants agricoles à plusieurs niveaux, avec un niveau de rémunération intéressant qui permet de payer le travail agricole ».
Il est aujourd’hui convaincu que cette installation lui a permis « de maintenir puis de développer notre élevage, alors que nos voisins autour ont dû arrêter les uns après les autres parce qu’ils n’y arrivaient plus, en termes de production et financièrement. Aujourd’hui nous sommes huit, dont cinq jeunes, qui se forment ou sont en cours d’installation en vue d’une association.»

Concillier production et préservation du climat

Fort des retours d’expériences des quelques précurseurs, d’autres n’hésitent plus à s’engager, séduits à la fois par l’aspect environnemental et l’atout pécuniaire. C’est le cas de Cyrille Genest, qui possède une exploitation de 900 hectares en grandes cultures à Villeréal en Lot-et-Garonne. Avec un investissement total de 11 millions d’euros, il a choisi un raccordement au réseau pour réutiliser le biogaz. « Mon objectif était double : pérenniser à très long terme ma ferme, notamment pour mes enfants. Mais leur laisser un compte en banque bien rempli ne leur servira à rien dans un climat invivable, alors j’avais envie de participer à mon niveau à la lutte contre le réchauffement climatique. En tant que « gros » agriculteur, je me sens encore plus en responsabilité d’agir ». Il s’est déjà investi en ce sens par la protection des sols, avec la mise en place de couverts végétaux. « La méthanisation permet de valoriser le couvert, qui met du temps à montrer ses effets », poursuit-il, « le digestat permet ainsi d’enrichir des sols plus pauvres et moins productifs, plus rapidement, et d’enrichir moins un sol déjà riche ».
Son projet prévoit également de récupérer le CO2 produit par sa ferme. « Le biogaz est un mélange de CO2 et de méthane. Ce dernier est aujourd’hui valorisé par la co-génération, soit par la réinjection dans le réseau de gaz. Le CO2 restant est considéré comme étant propre, car ce sont des émissions liées à la décomposition des végétaux ou du fumier. Il est donc d’ordinaire relâché dans l’atmosphère. Nous, nous allons piéger ce CO2, avec un système encore peu répandu en méthanisation.» Il ne lui reste plus qu’à obtenir l’autorisation de la préfecture… Et l’approbation de certains voisins.

Car si la méthanisation offre des avantages aux agriculteurs, elle n’est encore pas bien acceptée par le voisinage non agricole des exploitations. « Mais c’est souvent par méconnaissance des dispositifs, avec des peurs liées à des croyances », note Bertrand Guérin, qui prône la pédagogie auprès du grand public. Malgré plus d’une décennie de développement de la méthanisation sur le territoire, les banques restent également frileuses. « Même encore aujourd’hui, il faut convaincre les banquiers du bien fondé de vos projets, mais comme pour n’importe quel investissement », constate Bertrand Guerin. Pour les convaincre, il faut bien maîtriser son projet : « La formation est très importante. Elle est nécessaire pour convaincre les banquiers mais aussi pour garantir la réussite global du projet. La plupart des échecs enregistrés ces dix dernières années sont liés à un manque de maîtrise technique.»

Le débat est à voir ou revoir sur Agriweb.tv

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Jeremy Gunther

Partager sur Facebook
Vu par vous
10062
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Les serres de Daniel et Rozenn Agriculture | 20/07/2021

Un incubateur d'agriculteurs sur l'île d'Oleron

Après la noix de l'Isère, la noix du Sud ouest a son interprofession Agriculture | 15/07/2021

Une interprofession noix du Sud Ouest sur les fonds baptismaux

illustration serres Agriculture | 25/06/2021

La Rochelle : 48 heures pour découvrir l’agriculture urbaine

Assemblée générale Safer Nouvelle-Aqutaine le 16 juin 2021 à Bruges Agriculture | 22/06/2021

L'impact contrasté de la crise sanitaire sur le foncier rural et agricole

Benoit Biteau dans son bureau à Le Gua Agriculture | 28/05/2021

Pourquoi le projet de nouvelle PAC ne convient pas aux écologistes

L'élevage laitier souvent montré du doigt a fait beaucoup d'effort pour réduire l'impact carbone Agriculture | 20/05/2021

Un marché du carbone pour les agriculteurs est en train de naître

Capture d'écran du débat sur le bien-être animal du Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 19/05/2021

Bien-être animal : quels exemples en Nouvelle-Aquitaine ?

Débat dans le cadre de la Journée Installaiton - Transmission: Agriculteur, ça s'apprend ? Agriculture | 19/05/2021

Formation et professionnalisation : "donner les clefs pour la meilleure installation possible"

Louis et Alexis avec leurs porcs Agriculture | 17/05/2021

Louis Boutteaud et Alexis Bonnet développent leur ferme rêvée : "un nouveau modèle est possible"

La 4e édition de la Journée Installation Transmission se tiendra le 18 mai à partir de 10h sur agriweb.tv Agriculture | 14/05/2021

Journée Installation Transmission : " Agriculteur, ça s'apprend ? "

Amandine et Emmanuel Cantet se sont reconvertis ensemble à l'élevage caprin et ovin. Une nouvelle aventure professionnelle et familiale Agriculture | 14/05/2021

Amandine et Emmanuel Cantet : La reconversion agricole en couple, "être conscient de ce que l'on fait, y croire et foncer !"

Florian Derboule s’est formé dans eux lycées agricoles, il voulait »aller voir ailleurs » Agriculture | 13/05/2021

Florian Derboule : le bonheur de vivre et travailler sur la terre de son enfance

Maxime Kovalski est éleveur bovin allaitant à Marcillac-la-Croisille en Corrèze, suite à une reconversion Agriculture | 12/05/2021

Maxime Kovalski : Des TP à l’élevage bovin, un rêve de gosse devenu réalité

Rémy Ferret, installé en cultures végétales à Condezaygues en Lot-et-Garonne - La Ferme de Lamothe Agriculture | 11/05/2021

Rémy Ferret : le fils d'éleveur devenu maraîcher

Adeline Métayer 24 ans, viticultrice à Birac en AOC Cognac, cur petite champagne Agriculture | 07/05/2021

Adeline Métayer, viticultrice en AOC Cognac: "Fière d'être jeune, d'être une fille et de faire ce métier !"