Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

20/02/20 : C'était une figure de la presse française: Jean Daniel le fondateur du Nouvel Observateur s'est éteint ce 19 février à 99 ans. Ce natif d'Algérie, comme Camus, fut aussi un des témoins exigeants de la renaissance du parti socialiste dans les années 70.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

19/02/20 : Municipales: la liste "Changer!" présente son programme pour Villenave d'Ornon autour de Patrick Bouillot et Florence Rialland ce samedi 22 février, à 10h, salle Jacques Brel

18/02/20 : Présence annoncée de Benoît Biteau député européen EELV et agriculteur en Charente-Maritime à la réunion, ce jeudi 20 février à 19h30, de la liste "Villenave écologique, solidaire et citoyenne" à l'auditorium de Sourreil.

18/02/20 : Dans le cadre des Conférences Montaigne organisées par l'Université bordelaise du même nom, Noël Mamère interviendra ce jeudi 20 février (Amphi B - 18h) sur le thème de "L’écologie, le paradigme politique du XXIe siècle".

18/02/20 : La FDSEA 64 a renouvelé son bureau: Franck Laborde, céréalier, secrétaire général de l’AGPM et éleveur de canards à Préchacq-Navarrenx en est le nouveau président, remplaçant Bernard Layre, devenu l'an dernier Président de la Chambre d'agriculture 64

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/20 | Le périgourdin André Barbé, président de l'association régionale des grands acteurs du tourisme

    Lire

    André Barbé, directeur Général de la Semitour, gestionnaire de sites touristiques en Dordogne devient président de l'Association régionale des grands acteurs du tourisme. Il succède à Jean-Michel Brunet (PDG de DéfiPlanet-86)) qui reste vice-président de l’association. Créée en 2013, l’ARGAT rassemble 44 grands sites touristiques de Nouvelle-Aquitaine qui partagent l’attachement à la richesse du territoire régional et la même volonté de promouvoir leurs destinations auprès de tous les publics.

  • 21/02/20 | Cas de rage en Charente-Maritime

    Lire

    Suite à la découverte d’un cas de rage sur la commune de Saint-Martin-de-Ré chez un chien provenant d’Espagne il y a quelques jours, les personnes et les chiens ayant pu être en contact ont été identifiés. Elles ont été prises en charge et les chiens ont été mis sous surveillance vétérinaire. Toutefois, des personnes ou des animaux ayant été en contact peuvent subsister. L’arrêté préfectoral pris le 14 février dernier, restreint encore sur la commune les mouvements des chiens et des chats. Les autorités municipales ont également renforcées les mesures vis-à-vis des animaux trouvés errants.

  • 21/02/20 | 528 000 euros pour les quartiers prioritaires d'Angoulême

    Lire

    Les ministères de l’Éducation nationale et de la Ville et du Logement ont dévoilé les enveloppes budgétaires accordées aux 80 « cités éducatives » de France. Parmi elles, les quartiers de Bel-Air-Grand-Font et de Basseau-Grande-Garenne d'Angoulême qui bénéficieront de 176 000 euros par an sur trois ans, entre 2020 et 2022. Ces secteurs sont déjà reconnus « quartiers de reconquête républicaine » et le financement accordé vise à améliorer la qualité de l'enseignement scolaire.

  • 21/02/20 | Le 11e concours français de la harpe s'invite à Limoges

    Lire

    Une centaine de harpistes internationaux est attendue à Limoges du vendredi 28 février au dimanche 1er mars pour la 11e édition du concours national de la harpe. Organisé en partenariat avec le conseil municipal et le conservatoire de la ville, le concours aura lieu à l'auditorium du conservatoire et dans la salle Louis Longequeue de la mairie. La harpiste lauréate internationale Mélanie Laurent y tiendra un récital le vendredi dès 20h. L'entrée est libre et gratuite sur les trois jours. Programme complet : programme-concours-harpe

  • 21/02/20 | Le Poitou en force au Salon International de l’Agriculture à Paris

    Lire

    C’est la troisième fois que la marque Poitou participe au Salon International de l’Agriculture qui a lieu cette année à Paris du 22 février au 1er mars. Les Départements de la Vienne et des Deux-Sèvres ont prévu pour cette nouvelle édition un stand de 71m2 regroupant une quinzaine de producteurs tout au long de la semaine. Une immersion totale en pays poitevin avec des shows culinaires, des ventes de produits locaux et la promotion touristique de cette belle région.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | La Région renouvelle le dispositif d'aides au développement de l'agriculture bio

02/05/2017 | En région, les enveloppes des crédits européens d'aide au développement de la bio sont déjà consommées. Mais un nouveau dispositif doté de 28M€ vient prendre le relais.

Jean-Pierre Raynaud, Alain Rouset , et Jérôme Orvain

Le bio a le vent en poupe dans le panier des consommateurs : +21% en 2015, +30% en 2016, +35% sur le début 2017... Un succès bien compris, qui se traduit aussi dans les champs : entre 2014 et 2016, la Nouvelle-Aquitaine a connu une hausse de 20% des surfaces converties à l'agriculture biologique. « C'est plus qu'un succès ! », se satisfait le Président de la Région. A tel point que les enveloppes européennes du fonds FEADER dédiées au développement du bio et gérées par la Région, ne pourront pas tenir les 5 ans initialement prévus (2015-2020). Pour poursuivre le soutien à cet élan biologique, la Région a donc fait quelques arbitrages sur les lignes du fonds européen et a mobilisé des crédits régionaux, pour mettre en place un nouveau dispositif lisible avant le15 mai, date limite des déclarations PAC pour les agriculteurs.

« Avec plus de 200 000 ha soit 5% de la surface agricole, 4800 producteurs et 1500 entreprises de production et de transformation labellisés bio, la Nouvelle-Aquitaine est au premier rang sur les filières bio en fruits, poulets , céréales, viande bovine, viticulture, ovins et caprins ». De quoi faire la fierté d'Alain Rousset qui ne tient pas à ce que l'engouement tant des consommateurs que des agriculteurs ne s'essouffle. « C'est une agriculture plus rémunératrice et plus respectueuse de l'environnement », deux bonnes raisons au moins pour continuer à soutenir cette dynamique.
Les trois ex-régions avaient pourtant vu grand, puisque la somme des trois enveloppes régionales dédiées à la conversion et au maintien de l'agriculture biologique était de 85M€ pour la période 2015-2020, soit 15% des mesures destinées à l'agriculture. Mais au regard du nombre important de contractualisations sur les 2 premières années du programme, ajouté à  l'absence de de plafond de ces aides et leur versement en 5 ans : ces 85M € sont d'ores et déjà entièrement programmées à être distribués.

Un arbitrage et une rallonge
Afin de poursuivre l'aide à la bio de manière lisible pour les agriculteurs (qui doivent par ailleurs déposer leur déclaration PAC dans la limite du 15 mai), un arbitrage a été fait au sein des aides des 3 programmes opérationnels de chacune des ex-régions afin de « redéployer des lignes non consommées vers l'aide au développement de la bio ». Mais pas de coupe rase par ailleurs, assure le Président du Conseil régional; « l'idée est de mieux prendre en compte la dynamique de chacune des lignes.  Sur l'aide à la méthanisation par exemple la consommation est moins importante que prévue, ce qui permet de s'adapter.»
Au total, se sont donc 19 M€ de crédits FEADER qui sont ainsi redéployés afin de financer de nouvelles contractualisations en conversion ou en maintien en agriculture bio sur les années 2017-2020. A cela s'ajoute une mobilisation de 9M€ sur 3 ans sur les crédits de la Région, soit au total une nouvelle enveloppe de 28 M€, sur laquelle désormais les aides sont plafonnées. Concrètement, les conversions en agriculture bio sont plafonnées à 18 000€/an pendant 5 ans, mais peuvent être majorées de 3 000 €/an pour les nouveaux installés. Quant aux aides au maintien en agriculture bio le plafond est posé à 10 000 €/an pour les 100% bio, et 1500 € pour les autres.
« Pour autant, ajoutent le Président Rousset et Jean-Pierre Raynaud, son Vice-Président en charge de l'agriculture, il reste un point d'interrogation sur les engagements financiers de l'Etat. Il étaient très forts avec Stéphane Le Foll, qui en 2016 au regard du nombre important de conversions avait concédé une rallonge budgétaire de 11 M€ pour financer le soutien à l'Agriculture Biologique et aux Mesures Agro Environnementales. Mais on ne peut pas préjuger de ce que fera le prochain Gouvernement. Cela dit, ici la région fait son job en réorganisant le FEADER, mais l'Etat a aussi son rôle à tenir. »

Un "Plan Ambition Bio" en préparation
A l'occasion de cette conférence de presse Alain Rousset et Jérôme Orvain, Conseiller régional délégué à l'agroécologie et agriculture biologique, ont également évoquer la présentation prochaine d'un « Plan Ambition Bio » en assemblée plénière. Travaillé en concertation avec la profession agricole, les consommateurs et les entreprises agroalimentaires, ce plan a pour vocation de poser « un cadre financier priorisé et solide » pour soutenir le développement de la bio en conformité avec les attentes des consommateurs soucieux de qualité et d'environnement et des agriculteurs, soucieux vivre de leur travail. Outre ce nouveau dispositif sur les aides aux agriculteurs, ce plan reviendra par exemple, sur l'accompagnement à la structuration des filières, sur l'aide aux investissements des industries agroalimentaires, l'aide aux structures d'animation et de conseils, le développement du bio dans les cantines des lycées, dans la restauration hors domiciles ou bien encore sur les marchés locaux.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
94915
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr