Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/09/20 : Une nouvelle opération de dépistage gratuit de la COVID-19 est en cours jusqu'au 30 octobre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 à l'Arkéa Arena de Floirac. Cette opération s'adresse uniquement aux personnes prioritaires munies d’un justificatif.

28/09/20 : A Pau, l'édition 2020 de la manifestation culturelle "Les idées mènent le monde" qui aurait du se tenir les 20, 21 et 22 novembre prochains est reportée à 2021. En cause: la situation sanitaire et le bon respect des mesures de lutte contre l'épidémie.

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/09/20 | Les Deux-Sèvres renforce leur engagement dans la protection de l’enfance

    Lire

    Le Département des Deux-Sèvres vient de contractualiser avec l’État et l’ARS pour la période 2020-2022 afin de garantir les mêmes chances et les mêmes droits à tous les enfants. Pour cela, ils vont travailler sur les axes suivants : agir le plus précocement possible pour répondre aux besoins des enfants et de leurs familles ; sécuriser le parcours des enfants protégés et donner aux enfants protégés les moyens d’agir.

  • 29/09/20 | En Nouvelle-Aquitaine, la Nuit du Droit invite François Mauriac

    Lire

    La Région, l'Ecole des avocats, l'Ordre des avocats et la Conférence du Barreau de Bordeaux s'associent pour fêter la Nuit du Droit ce jeudi 1er octobre. Une Nuit pour le grand public qui marquera les 50 ans de la mort de François Mauriac, en présentiel à l'Hôtel de Région à Bordeaux, et en retransmission simultanée aux Maisons de la Région à Poitiers et à Limoges et sur le site de la Région. A 18h: le procès fictif d'Henriette Canaby, qui inspira le roman Thérèse Desqueyroux, par des élèves avocats, et à 20h30, une table-ronde « Du fait divers au roman : regards croisés sur une œuvre de François Mauriac ».

  • 29/09/20 | La librairie itinérante des Deux-Sèvres reprend la route

    Lire

    A partir du 30 septembre, les Deux-Sèvriens ont rdv avec Terre de lecture. Organisés par la Médiathèque départementale, ces rendez-vous mettent en lumière les lieux de culture indispensables en milieu rural. « L’objectif est d’élargir les publics fréquentant les bibliothèques, de favoriser le rôle de celle-ci dans l’animation locale et de stimuler les projets collectifs entre bibliothèques », pour Esther Mathiet-Lucas, conseillère départementale en charge de la culture.

  • 29/09/20 | Le Concours des Saveurs de Nouvelle-Aquitaine fait escale à Agen

    Lire

    Le 3 octobre, le Conseil Départemental du Lot-et-Garonne accueille le Concours des Saveurs organisé par l’AANA. Il récompense les meilleurs produits et recettes dans 28 catégories permettant de mettre en lumière le savoir-faire des producteurs locaux. Pour cette session, 200 produits, issus d’une soixantaine de producteurs et artisans, seront jugés par une soixantaine de jurés.

  • 28/09/20 | Dordogne : l'école de Savignac face à un foyer de coronavirus

    Lire

    L’école supérieure de management en hôtellerie-restauration de Savignac-les-Églises, qui accueille 374 élèves, est désormais touchée par l’épidémie du coronavirus. Mercredi 23 septembre, neuf cas ont été dépistés dans la communauté étudiante, puis 30 cas à la date du 28 septembre. La Direction Générale de la CCI Dordogne et la Direction de l’Ecole, en liaison avec l’ARS, ont décidé de passer toutes les formations en distanciel à partir du lundi 28 septembre pour une durée de deux semaines.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Dordogne: La régulation des marchés fonciers au coeur de la réflexion des Safer

26/05/2018 | La préservation du foncier agricole demeure une des préoccupations de la Safer qui alerte sur l'arrivée possible d'investisseurs étrangers en Périgord.

Les intervenants lors de la conférence territoriale de la Safer à Périgueux

La Safer Aquitaine-Atlantique tenait jeudi sa 11e conférence départementale à Périgueux sur le thème : " de la ferme à la firme, trop ou pas assez de régulation foncière". Les Périgourdins restent majoritairement propriétaires sur le marché foncier : ce sont les non agriculteurs qui dominent les acquisitions. Pourtant des inquiétudes apparaissent: le développement des formes sociétaires et l'arrivée possible d'investisseurs étrangers à l'avenir fait craindre une limite de l'action de la Safer, qui joue un rôle de régulateur. La rénovation des outils de régulation pourrait limiter ce phénomène.

En décembre dernier, le Ministre de l’Agriculture annonçait vouloir rénover les outils de régulation du foncier agricole afin de contrer le phénomène d’accaparement des terres agricoles par des investisseurs. Plus récemment, le Président de la République a évoqué la mise en place de « verrous réglementaires » sur les achats de terres agricoles par des étrangers en France. En matière de foncier, il a également souhaité un recentrage du contrôle des structures agricoles sur les seules « opérations qui le justifient », et une redéfinition du rôle des Safer. L'idée est de défendre le modèle agricole familial français, qui fait exception en Europe.
C'est dans ce contexte de préparation de la future loi sur le foncier agricole que la Safer Aquitaine-Atlantique, qui tenait jeudi sa 11e conférence territoriale en Dordogne,  a souhaité orienter ses réflexions.

Progression du marché foncier rural en Dordogne

En Dordogne, en 2017, le marché foncier rural est en progression de 12 % des surfaces mises sur le marché et de + 24 % en valeur. Les Périgourdins restent majoritairement propriétaires du foncier rural  (61 %) mais les non agriculteurs dominent nettement les acquisitions. En 2017, les acquisitions de la Safer représentent 22 % en surface du marché foncier agricole et 15 % en valeur. La très grande majorité des surfaces revendues par la Safer en 2017 a été consacrée au développement de l'agriculture (90 %) en particulier à l'installation (54 %) et à la restructuration agricole (36 %). "La situation de la Dordogne comme en Nouvelle -Aquitaine n'est pas comparable  à certains départements du Nord de la France qui voient arriver des investisseurs étrangers prendre possession des terres agricoles ou viticoles mais l'arrivée de capitaux étrangers, souvent des sociétés, inquiète" souligne Francis Massé, président de la Safer Aquitaine Atlantique. En Dordogne, les étrangers représentent 6 % des achats mais 17 % des valeurs de transactions. "Le problème, c'est lorsqu'il y a des transferts de parts de société, la Safer ne peut intervenir, ni jouer son rôle de préemption. Nous avons un ou deux cas précis en Dordogne, au château de Marzac à Tursac, il existe un projet de maraîchage avec de belles terres en vallée de la Vézère. Cela représente 200 ha dont 100 ha de belles terres agricoles mais la Safer ne peut préempter", explique Stéphanie Gressier, directrice départementale de la Safer Dordogne. L'objectif numéro 1 des Safer est de préserver le foncier agricole tout en favorisant l'installation de jeunes agriculteurs ou en confortant les exploitants en place. Certaines failles juridiques ne permettent pas aux Safer de jouer leur rôle. "Le risque par rapport aux investisseurs non agricoles et étrangers, c'est que l'acquisition des terres ne soit plus liée à l'acte de production avec, à terme, perte de la valeur agronomique des terres, souligne Jean-Philippe Granger, président de la Chambre d'agriculture de la Dordogne. "Il est logique que le cédant qui a travaillé toute sa vie veuille tirer le meilleur partie de son exploitation et on aura beau mettre toutes les régulations possibles, on n'aura pas la main sur les prix, ajoute t-il. Le milieu agricole est favorable à des avancées sur le plan législatif.

Les agriculteurs néo-aquitains favorables à une régulation

Selon une enquête réalisée auprès de 302 agriculteurs de Nouvelle-Aquitaine, 80 % considèrent qu'il faut une régulation du foncier agricole. Les plus jeunes sont davantage favorables à renforcer les outils de régulation foncière, que les agriculteurs proches de la retraite. Parmi les pistes, les plus souvent évoquées, on retrouve le levier de la fiscalité : taxation plus forte des plue-values, fiscalité liée en fonction du projet, s'il s'agit d'une transmission ou d'une installation, le contrôle des structures. "L'idée est bien d'éviter des abus. La terre n'est pas un bien comme les autres. Il ne faut pas l'oublier, surtout que nous avons une chance en France, d'avoir des terres agricoles en bon état et préservées, souligne Sylvie Chevallier, viticultrice et conseillère départementale. Représentant le Département au sein de la Safer Dordogne, elle rappelle que localement des outils de veille pour préserver le foncier agricole ont été instaurés localement. La collectivité a ainsi passé une convention avec la Safer pour Vigi foncier pour que les élus, et notamment les maires, puissent être vigilants et réactifs sur les mises en vente de terres agricoles. En Dordogne, la taxe de défrichement a aussi été supprimée. Aujourd'hui, les collectivités ont pris consience de l'intérêt de préserver les terres agricoles car l'agriculture est davantage considérée par les élus comme une activité économique à part entière." Au niveau local, les plans d'urbanisme demeurent les premiers outils de régulation du  foncier agricole," rappelle Francis Massé.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude -Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
4127
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr