Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

  • 15/06/18 | Landes : Suivi des intempéries

    Lire

    Suites aux intempéries dans les Landes, une réunion se tient ce vendredi 15 juin après-midi, sur à l'étude de la réparation des dommages au titre des catastrophes naturelles, en présence du Préfet, des collectivités sinistrées et du Président du département. Ce dernier a par ailleurs indiqué ce jour que le Département, solidaire des agriculteurs et collectivités sinistrés, crée un fonds de solidarité territoriale qui sera mobilisé en particulier sur les voiries communales et intercommunales, en complément de l'Etat. Des crédits supplémentaires seront aussi inscrits pour la réparation des dégâts sur la voirie départementale.

  • 15/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: suivi des intempéries

    Lire

    Le 1er comité de suivi après les intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques s'est tenu ce vendredi. La préfecture dénombre cinquante communes ayant déposé des dossiers de demandes d'indemnisations au titre des catastrophes naturelles. Les 1ères commissions chargées d'examiner ces requêtes se réuniront le 19 juin. Parmi les dégâts, l'effondrement de la D918 rejoignant Gourette, sur 50 m de long et jusqu'à 8 mètres sous la route, sur lequel outre les déplacements quotidiens, devait passer le Tour de France le 27 juillet pour l'arrivée à Laruns. Un chiffrage des travaux est attendu avant toute décision de modification de l'étape.

  • 15/06/18 | Lancement du 1er concours « Campus numérique 47 »

    Lire

    Le Campus Numérique 47 organise la première édition du « Concours Campus Numérique 47 », du vendredi 22 juin au dimanche 24 juin à Agen, sur son site du 156 avenue Jean Jaurès. C’est un concours de création de Start Up numériques qui doit permettre d’installer en Lot-et-Garonne les pépites de demain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | La ressource en eau, une priorité pour les irrigants de Dordogne

24/04/2012 |

Eric Sourbé

Les 700 irrigants de Dordogne étaient conviés à participer à l'assemblée générale de leur association, ce jeudi 2 février, au centre de la communication de Périgueux. L'année 2011, marquée par une sécheresse hors du commun a été au centre des débats. Et ce sont les systèmes d'exploitation qui maîtrisent le mieux la gestion de l'eau qui sont parvenus à tirer leur épingle du jeu. Les autres ont beaucoup souffert et ont vu leurs rendements agricoles chuter fortement. L'association des irrigants de la Dordogne se donne pour objectif de négocier au mieux les volumes pouvant être prélevés et de créer davantage de réserves d'eau sur les bassins déficitaires.

 L'année 2011 a été marquée par une sécheresse hors du commun : le printemps très sec a freiné le développement des céréales, la pousse d'herbe et le débit des cours d'eau. «Les pluies dejuillet, et les températures fraîches ont permis de limiter les dégâts notamment pour les cultures fourragères, mais les systèmes d'exploitation qui ne maîtrisent pas l'eau ont été très fragilisés,» souligne Eric Sourbé, président de l'association des irrigants de la Dordogne, qui compte 700 agriculteurs.Ils étaient réunis en assemblée générale ce jeudi 2 février à Périgueux. Les agriculteurs périgourdins irriguent 32 000 hectares de terres. Au cours de l'année 2011, les irrigants ont du multiplier les réunions sécheresse en préfecture afin d'ajuster les prélèvements et les mesures de restriction. "La situation aurait pu être plus dramatique, poursuit Eric Sourbé, agriculteur au Lardin, les pluies de juillet ont été salvatrices." Les mesures de restriction ont concerné principalement des petits cours d'eau, ce qu'on appelle des petits chevelus : la loue, , l'énéa, la conne.«Nos objectifs de négocier aux mieux les volumes prélevables et de créer des réserves d'eau sur les bassins en déséquilibre. Nous souhaitons maintenir les volumes prélevés à leur niveau actuel sur les bassins non déficitaires : Dordogne, Vézère, Isle, Dronne et Auvézère.

Mobiliser des aidespour créer des stockages en eau
La création de ces réserves d'eau nécessite de mobiliser le maximum d'aides, ce qui ne va pas sans difficulté. Plusieurs obstacles se présentent : disponibilité foncière, espaces agricoles classés en zones humides, Natura 2000, manque de finances. Malgré toutes ces difficultés, 2011 a vu la réalisation des réserves du Bandiat. Il aura fallu douze ans de procédures, 12 mois de travaux et au final 290 000 m3 seront stockés.
Au cours de cette assemblée, les irrigants ont réaffirmé leur détermination dans la poursuite de leurs objectifs, l'accès à la ressource en eau et la maîtrise de la gestion de l'eau faisant partie plus que jamais des priorités.
A partir de 2013, une nouvelle organisation, devrait mettre en place: les premières discussions sont en cours. Il s'agit des futurs organismes uniques. "Ce sont eux, souligne le président Sourbé, qui prendront en charge à l'avenir  la gestion de l'eau , qui décidront des volumes prélevables et des mesures de restriction. Nous souhaitons travailler par bassin." La Chambre d'agriculture de la Dordogne est d'ores et déjà candidate.

Crédit photo : aqui.fr


Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
684
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr