Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/08/20 : Depuis hier après-midi, la Gironde est repassée en vigilance jaune pour le risque feux de forêt. Les mesures de restrictions concernant la circulation des véhicules motorisés, les activités ludiques et sportives et les travaux forestiers sont levées.

12/08/20 : A compter de 18h, le département des Landes est placé en vigilance orange aux orages.

11/08/20 : Charente-Maritime : 2000, c'est le nombre de bottes de paille qui vont être disposées un peu partout dans le département sur le trajet du Tour de France. Une quarantaine d'agents de la collectivité sont déployés sur l'opération à partir d'aujourd'hui

11/08/20 : La ministre de l'Ecologie et de la transition écologique Barbara Pompili se rendra à Anglet, suite à l'incendie de la Forêt de Chiberta ce mercredi. Auparavant elle sera passée à Biarritz pour évoquer le ramassage des plastiques dans l'océan.

07/08/20 : Suite au décret du 30 juillet dernier, le préfet des Pyrénées-Atlantiques a décidé de rendre obligatoire le port du masque dans l'espace public dans les communes de Bidart, Espelette, Guéthary et Saint-Jean-Pied-de-Port.

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/08/20 | Clément Chambaud capture les « Nuits d’Estuaire »

    Lire

    Autodidacte passionné, le photographe professionnel Clément Chambaud met en valeur, à la lueur des étoiles, des paysages emblématiques de la Charente-Maritime et de la Gironde, faisant de l’Estuaire de la région et de l’océan Atlantique, ses véritables terrains de jeu. Il révèle au grand jour la beauté cachée dans les nuits les plus sombres de l'été. Suivez sa passion pour la nature, et contemplez le spectacle grandiose qu'offrent les astres. Une belle exposition, à découvrir dans la salle d’exposition du phare de Cordouan depuis le 1er août jusqu’au 1er novembre 2020.

  • 13/08/20 | Campings : une fréquentation en baisse en Poitou-Charentes

    Lire

    La Fédération de l'hôtellerie de plein air a réalisé en juillet une enquête de fréquentation des campings en juillet auprès de ses adhérents. Les taux d’occupation avoisinent les 50%, et 67% en locatif. En comparaison à juillet 2019, c'est une baisse de 20% de la clientèle française et de 50% de la clientèle étrangère. L’île de Ré semble moins touchée alors que les territoires intérieurs - Charente, Deux-Sèvres et Vienne - enregistrent un taux d’occupation de leurs campings plus faible.

  • 12/08/20 | La Région Nouvelle-Aquitaine soutient le Liban

    Lire

    La Région Nouvelle-Aquitaine se mobilise pour venir en aide à la population libanaise face au drame qu’elle est en train de vivre. Lors de la prochaine Commission Permanente, une aide de 100 000 euros va être votée qui sera remise soit aux ONG de la région présentes sur place telles que Pompiers solidaires ou Télécoms sans Frontières, soit elle participera au fonds de solidarité mis en place par les collectivités locales françaises.

  • 12/08/20 | La Rochelle : Olivier Falorni quitte le conseil municipal

    Lire

    Il avait exprimé son souhait de se retirer du conseil municipal, le soir de la séance d'installation de la nouvelle municipalité, le 10 juillet dernier, sans passer à l'acte. Il a finalement officialisé cette annonce ce mardi sur les réseaux sociaux, disant qu'il "ne serait plus conseiller municipal de La Rochelle à compter de ce jour". Le député de la 1re circonscription de Charente-Maritime avait été battu d'un cheveu dans les urnes en juin par le maire sortant Jean-François Fountaine.

  • 12/08/20 | Le ministère de l’Agriculture renforce son soutien aux agriculteurs face à la sécheresse

    Lire

    Face à l’épisode de sécheresse en cours, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, autorise le report de la date limite d’implantation des cultures dérobées valorisées comme surface d'intérêt écologique (SIE) dans certains départements affectés (en Nouvelle-Aquitaine : Creuse, Vienne et Haute-Vienne). Cette mesure vient compléter celles déjà prises ces derniers jours pour soutenir les agriculteurs dans cette période difficile.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | La robotique au service de l'agriculture de demain

06/12/2019 |

Les 3èmes Rencontres régionales de la Recherche, du Développement et de la Formation en Nouvelle-Aquitaine se sont déroulées au Lycée agricole Limoges-les-Vaseix

La 3e édition des Rencontres régionales de la Recherche, du Développement et de la Formation en Nouvelle-Aquitaine s'est déroulée, le 5 décembre, au Lycée Agricole Limoges-les-Vaseix. Les agriculteurs et les lycéens ont pu appréhender les perspectives qu'offre la robotique et au-delà les incidences du numérique sur les exploitations agricoles. Cette journée qui a réuni quelques 200 participants était organisée par les acteurs du Réseau Régional Innovation en agriculture à savoir, la Chambre régionale d’agriculture et le réseau des Chambres d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine, les organismes de recherche et d’enseignement supérieur INRA, IRSTEA et BSA, les instituts techniques ACTA, ACTIA, le pôle de compétitivité Agri Sud-Ouest Innovation, l'établissement de R&D au service des coopérativesOvalie Innovation, des structures de soutien et de valorisation de l’innovation telles qu’Agrinove et l’ADI-NA, la DRAAF et la Région Nouvelle-Aquitaine.

Cette rencontre professionnelle faisait écho aux États Généraux de l’Innovation organisés lors du dernier Salon de l’Agriculture Nouvelle-Aquitaine, où la robotique avait été largement abordée. Cette journée a permis de faire le point sur les perspectives d'utilisation des robots notamment en productions végétales et en élevage. La multiplication de matériels laissent envisager une pénétration importante du marché des agroéquipements. Ces robots remplacent la main d’œuvre sur des tâches répétitives notamment l'alimentation du troupeau, le paillage et le raclage des déjections ou encore se substituent à l’usage d’intrants, en particulier des produits phytosanitaires. Ces nouveaux matériels soulèvent des interrogations sur la gestion des exploitations en terme d'organisation du travail, de relations avec les animaux, de main d’œuvre dans les exploitations… Jean-Luc Menard de l'Institut de l'élevage, a présenté une synthèse des connaissance sur la robotisation dans les bâtiments d'élevage de ruminants, particulièrement l'automatisation de l'alimentation. Ainsi, pour un élevage de bovins lait, quatre postes de travail sont astreignants, l'éleveur consacrant 50% de son temps à la traite, 28% à l'alimentation, 14% à l'entretien des bâtiments et 8% aux soins des veaux. Si les robots de traite sont déjà à un stade de développement avancé, il est encore possible de gagner du temps sur l'alimentation. « C'est le second poste en élevage laitier et le premier pour les autres élevages avec des écarts de 1 à 4 précise-t-il, une offre récente et importante de robots d'alimentation est disponible avec douze constructeurs proposant des solutions différentes pour automatiser la ration fourragère. Les éleveurs interrogés citent, comme premier avantage, le gain de temps, soit une heure par jour en moyenne, qui reste limité par l'approvisionnement de la cuisine où sont stockés fourrages et autres ingrédients de la ration. » La rentabilité d'un tel investissement sera optimale pour des exploitations supérieures à 300 têtes et jusqu'à 800 selon les modèles. « Ces robots sont coûteux mais ils permettent de réduire la pénibilité, de mieux adapter la ration à des lots spécifiques et d'augmenter la fréquence des apports, toutefois il faudra parfois choisir entre robotiser la traite ou l'alimentation. »

Robot Sentinel mis au point par Dussau

Le constructeur Dussau Distribution basé à Pécorade (Landes) a présenté le premier robot de paillage automatique Sentinel doté d'une intelligence artificielle et développé au sein de son bureau d'études Inateco créé en 2009. Christian Dussau consacre 10% de son budget annuel à la R&D soit 5 millions d'euros sur dix ans, il a déposé 38 brevets. « Ce fils d'éleveurs n'a de cesse d'apporter des solutions techniques pour la distribution des litières et la biosécurité signale Florian Laran, responsable technique, le but est d'améliorer le bien-être de l'éleveur, de ses animaux et d'optimiser le temps de travail tout en augmentant de manière significative les performances technico-économiques des exploitations. »

Sorti en 2018, le robot Sentinel permet d'épandre automatiquement tous types de produits (paille, copeaux, sciure, farine, balle de riz,...) en présence des animaux sans bruit ni poussière sur plus de 200 mètres. Il s'adapte à toutes productions (volailles, bovins, porcins, ovins, caprins... Outre la gestion de la litière (détection des zones humides épandage ciblé), il surveille les animaux (état de santé et d'engraissement, évaluation du poids nervosisme), il peut améliorer l'ambiance en mesurant les températures de l'air et de la litière, l'ammoniac, la poussière, la luminosité en incorporant, si besoin, huiles essentielles, asséchants ou désinfectants. Enfin, la pailleuse dispose d'une station d'accueil pour collecter les datadonnées.

Une exploitation robotisée

Le GAEC familial Cottin situé à Séreilhac (Haute-Vienne) a ensuite partagé son expérience en matière de robotisation puisqu'il est équipé de deux robots de traite, d'un robot racleur et, depuis quelques mois, d'un robot distributeur de rations. L'exploitation de 250 ha associe deux productions 110 vaches laitières Prim'Holstein (1,15 million de litres de lait/an) et 75 limousines en système naisseur-engraisseur. Pour ce nouveau robot, l'investissement atteint 180.000 € en incluant l'aménagement de la cuisine et l'accès entre les deux bâtiments qu'il alimente, plus 4.000 € de maintenance par an. « Nous devions changer la mélangeuse et le tracteur soit 100.000 € et nous passions 5 000 € de fioul explique Loïc Cottin, avec ce robot, je suis encore plus éleveur qu'avant. Il permet de mieux cibler les animaux à problèmes grâce à la complémentarité avec le robot de traite. C'est le même logiciel, j'ai des données techniques en quinze minutes, comme l'efficacité de la ration ou le temps de rumination. Le remplissage du robot est automatisé, sans contrainte horaire, nous gagnons une heure de travail par jour et nous avons une meilleure autonomie fourragère et une meilleure rentabilité de la ration avec 300 g de plus de gain moyen quotidien. Le robot ajuste les rations aux besoins des animaux au mètre linéaire. Enfin, nous économisons des concentrés depuis l'introduction de l'enrubannage dactyle luzerne dans les rations des génisses et des vaches taries qu'il n'y avait pas avant. » Il envisage d'améliorer la distribution en rapprochant ses silos et la cantine du robot.

Corinne Merigaud
Par Corinne Merigaud

Crédit Photo : Corinne Mérigaud

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
56086
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr