Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/20 | Sénatoriales en Gironde : des confirmations et une première pour EELV

    Lire

    Le résultat des élections sénatoriales en Gironde vient de tomber. Cinq des six sortants ont été élus. Ainsi Nathalie Delattre(MR), Laurence Harribey(PS), Florance Lassarade (LR), Alain Cazabonne (MoDem), Hervé Gillé (PS) retrouveront donc la chambre haute. C'est Monique De Marco, l'écologiste ex Vice-Présidente du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine qui hérite du sixième siège. C'est la première fois qu'un sénateur écologiste est élu en Gironde.

  • 27/09/20 | Sénatoriales en Haute-Vienne: le sortant sanctionné au profit du PS

    Lire

    Carton plein en Haute-Vienne pour les deux candidats PS Isabelle Briquet, ex maire du Palais sur Vienne, et Christian Redon Sarrazy, maire de Meuzac, qui sont élus au deuxième tour avec respectivement 480 voix et 408 voix. Le maire de Limoges Emile Roger Lombertie (LR) échoue avec 380 voix. Quant au sortant Jean-Marc Gabouty (DVC), il ne totalise que 232 voix...

  • 27/09/20 | Dans les Deux-Sèvres, la droite reste au Sénat

    Lire

    Dans les Deux-Sèvres, le sénateur sortant Philippe Mouiller(LR) est arrivé en tête au premier tour avec 753 voix sur 1101 voix exprimées (il en fallait 551 pour être élu). À l'occasion du second tour, c'est l'actuel président du Conseil départemental Gilbert Favreau (LR) qui a été choisi par les grands électeurs, avec 424 voix, soit 39 voix de plus que son adversaire socialiste Nathalie Lanzi.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Creuse, la gauche conserve ses 2 sièges

    Lire

    Ce 27 septembre, les grands électeurs creusois n'ont pas fait durer les suspens pour le sénateur sortant socialiste, et ancien président du Conseil départemental Jean-Jacques Lozach, assuré de sa réélectio, d'une courte tête, dès le 1er tour avec 50.74% des voix. Il aura fallu en passer par le second tour pour finalement voir l'autre sénateur sortant Eric Jensannetas également reconduit pour un nouveau mandat avec 43,5% des voix.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Charente: le PS ne réussit pas son pari

    Lire

    C'était joué dés le premier tour pour la sénatrice socialiste Michèle Bonnefoy, qui, raflant 60,5% des voix repart ce 27 septembre pour un 3ème mandat. Suite à la défection de l'autre sénateur sortant PS Michel Boutant, c'est finalement le candidat François Bonneau, divers droite, qui s'est imposé (50,4% des voix) et occupera désormais le second fauteuil de sénateur du département, qui voit de ce point de vue là son équilibre politique bousculé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Mérignac : le site en déprise a laissé place à 5 projets agricoles périurbains

19/03/2020 | Un terrain de 86 ha situé à Mérignac accueille cinq agriculteurs installés par la SAFER dans le cadre du projet Sabatey, initié en 2013.

Projet Sabatey de la SAFER Nouvelle-Aquitaine

Le chemin de Sabatey à Mérignac, était un espace en déprise qui reprend vie petit à petit depuis 2013 grâce à l’action conjointe de la SAFER et de la mairie de Mérignac. A cette époque, la SAFER montre un intérêt pour l’acquisition d’un ensemble de prés et de bois d’un total de 86 ha devant devenir « le Projet Sabatey ». 7 ans plus tard, cinq agriculteurs se sont installés sur cette surface et une partie a été vendue à Dassault pour sa compensation écologique suite à une extension de ses locaux à Mérignac. Des projets qui rentrent parfaitement dans les missions et valeurs de la SAFER qui privilégie l’agriculture et les projets environnementaux, tout en valorisant l’économie locale.

« Je me suis lancé dans ce projet de maraîchage parce que j’avais besoin de donner du sens à mon travail » explique François Driot, maraicher de 32 ans à la ferme du Mas foret. D’abord formé au droit, François se décide en janvier 2018 à racheter une partie du terrain mis en vente par la SAFER à Mérignac pour monter un projet de maraîchage biologique. Un changement radical de mode vie, motivé par des valeurs et un attachement au territoire sur lequel il a grandi. « J’ai été très bien accompagné par la SAFER qui a organisé un appel à Manifestation d’intérêt (AMI) auquel j’ai répondu et que j’ai remporté » raconte François. Une réussite qui n’était pourtant pas gagné d’avance puisque la SAFER lui avait signalé après la venue d’un expert de la chambre d’agriculture de la Gironde qu’une grande partie de la parcelle sur laquelle il comptait installer son activité est hydromorphe et donc incompatible avec le maraîchage.

Un projet agricole qui respecte l’environnement tout en valorisant l’économie locale

Pourtant, loin de se décourager, François décide de tenter sa chance, « j’ai créé plusieurs buttes et des bassins d’irrigation, j’ai creusé des fossés et j’ai surtout appris à comprendre mon terrain qui était très plat et avec une mauvaise évacuation des eaux. J’ai cherché à comprendre ce que je pouvais faire pour l’améliorer » précise François. De son coté la SAFER a fait confiance à ce projet qui aujourd’hui montre des résultats impressionnants, « cette année j’ai fait 5 tonnes de légumes, je passe ensuite par des magasins bio qui sont à moins de cinq minutes de mon exploitation, pour vendre ma production » se félicite François. Un projet d'installation agricole qui respecte l’environnement tout en valorisant l’économie locale c’est l’accord parfait de toutes les ambitions de la SAFER lorsqu’elle étudie les dossiers d’installation.

Pourtant, il n’y a pas que des projets agricoles qui ont pu voir le jour sur ce grand terrain Sabatey. Dassault, dans le cadre de sa compensation écologique après l’agrandissement de ses locaux à Mérignac devait revaloriser un espace naturel s'engageant à protéger et réaménager un habitat pour les espèces vivant dans la zone. C’est dans ce cadre-là que les négociations avec la SAFER ont amené à l’achat d’un terrain de 17 ha dans lequel des transformations visant à recréer un lieu propice à une biodiversité locale ont été mises en oeuvre. Dassault s’est ainsi engagé à protéger la zone pour une durée minimum de 30 années.

Un terrain aux nombreux enjeux

Pour les autres dossiers sur ce foncier de 86 ha, les candidats sont aussi venus avec des projets forts et viables sur le long terme comme c’est le cas pour Vincent Dubourg, 30 ans, éleveur de porc noir de Bordeaux depuis 2018. Le terrain qu’il a acquis jouxtait celui de son père et il souhaitait pouvoir se servir de cette nouvelle parcelle pour créer un grand élevage de porcs noirs de Bordeaux. Sur son terrain, les porcs vivent entre les champs et un bois de chêne le tout sur une grande surface ou ils peuvent courir sans se sentir à l’étroit, « ce sont des porcs qui courent tout le temps, ici ils atteignent 100 kilos au bout de 1 an contre 6 mois dans d’autres exploitations où ils courent moins », confie Vincent.
Avec ce projet, la SAFER mise sur une valeur sûre puisque Vincent est fils d’agriculteur et connaît bien le terrain mis en vente, son projet est viable et il impacte positivement l’économie locale, autant de raison de lui laisser la possibilité de s’installer. Sur cette zone périurbaine, la localisation est un atout pour Vincent qui se réjouit de sa situation géographique, « c’est une force que j’ai d’être proche d’une grande métropole ». Pour ce producteur qui vend uniquement ses produits en vente directe, la métropole bordelaise constitue un vivier important de clients potentiels. C’est d’ailleurs la situation idéale de cette parcelle qui fait qu’elle génère de nombreux enjeux pour les futurs exploitants.

 

Projet Sabatey de la SAFER Nouvelle-Aquitaine

Ces enjeux, Benjamin Gapenne propriétaire du Haras de l’Artolie, les a bien compris et il a conscience du privilège d'avoir pu s’installer dans cette zone, « les gens qui veulent faire de l’équitation, ils ne veulent pas aller à plus de 20 minutes de chez eux, alors cette situation à la porte de la métropole c’était idéal » se félicite Benjamin. Le haras de l’Artolie compte aujourd’hui 50 chevaux et pratique plusieurs activités allant de l’élevage à la pension en passant par l’apprentissage de l’équitation. En plus de bénéficier à son propriétaire, l’ancrage du haras dans ce territoire amène à la création d’un premier emploi et surtout à la création d’un réel dynamisme dans cette zone de 86 ha, « j’ai des mamans qui pendant que leurs enfants prennent un cours d’équitation vont voir François pour lui acheter ses légumes, c’est un gain de temps pour elles ». Une zone attractive qui acceuille aussi un héliciculteur et bientot un élevage de poules.

Pour Alain Anziani, maire de Mérignac, c’était un réel enjeu que de « valoriser les ceintures vertes pour assurer une production alimentaire locale et bio ». Aujourd’hui, la mairie se dit satisfaite d’avoir pu installer cinq agriculteurs dont deux déjà en fermage sur place, mais surtout d’avoir pu apprendre à travailler avec la SAFER pour redynamiser un coin oublié de la commune tout en installant des agriculteurs. Objectif réussi donc pour la SAFER de Nouvelle-Aquitaine qui a cocréé un territoire à Mérignac où le dynamisme et l’entraide font bon ménage, avec l’aide de la mairie et surtout grâce à la volonté des acteurs de terrain qui aujourd’hui encore, et malgré les difficultés, cherchent à s’installer et à bâtir des projets d’agriculture durables.

Clément  Bordenave
Par Clément Bordenave

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
17386
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr