Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

07/04/20 : Un décret de la Ville de Biarritz a interdit aux promeneurs, la station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc ou sur un espace assimilable. Une disposition qui a tellement fait rire jaune et le buzz que le maire l'a annulée dans l'après-m

07/04/20 : Charente-Maritime : Le site internet de la ville de La Rochelle www.larochelle.fr a ouvert une page spéciale Entraide et solidarité dans la rubrique "Toutes les informations relatives au COVID-19" pour ceux qui veulent apporter leur aide.

07/04/20 : Suite à la demande du ministère de la Santé, le Département de Charente-Maritime s'est engagé à dépister "dans les meilleurs délais" ses 8 500 résidents et 5 000 employés d'EHPAD, en coordination avec l'ARS et le laboratoire Qualyse.

07/04/20 : Charente-Maritime : à la date du 6 avril, plus de 8 000 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, soit près de la moitié des entreprises du département. Plus de 57 000 salariés sont concernés. 14 agents travaillent sur les dossiers.

07/04/20 : Déjà présente sur Facebook et Twitter, l’Agence Régionale de Santé ouvre sa page LInked-In afin de relayer au monde professionnel ses communiqués de presse quotidien ainsi que des informations et actualités autour de la crise sanitaire coronavirus.

06/04/20 : Coronavirus : 833 décès en France en 24 heures, 8911 morts au total, selon le ministre de la santé ce soir. Soit 65 nouveaux cas confirmés recensés en Nouvelle-Aquitaine, ce qui porte le total à 2 426 cas confirmés depuis le début de la crise.

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 07/04/20 | En Dordogne, les collectes de sang sont suspendues

    Lire

    Les donneurs qui avaient pris rendez-vous ont déjà été prévenus. L'Etablissement français du sang de Nouvelle-Aquitaine suspend ses collectes dans le département de la Dordogne pour les deux prochaines semaines. Les collectes mobiles et à la maison du don du 14 rue-Victoria à Périgueux, devraient reprendre le lundi 20 avril. L'établissement utilisera ses réserves, et la collecte continue ailleurs en Nouvelle-Aquitaine. C'est le manque de personnel qui oblige l'EFS à prendre cette décision.

  • 07/04/20 | Des soignants de la Clinique des Cèdres de Brive en renfort à Paris

    Lire

    Le lundi 6 avril, ce ne sont pas moins de 10 soignants volontaires de la clinique privée les Cèdres à Brive, qui sont allés prêter main-forte à leurs collègues de région parisienne à l’hôpital Henri-Mondor. Isabelle Bielle-Nadeau, la directrice de l'établissement explique que « les équipes des Cèdres vont renforcer les services de réanimation de l’hôpital Henri-Mondor, où les soignants sont épuisés ou malades. Ils ont besoin d’être relevés ». La clinique des Cèdres de Brive dispose elle aussi d’un service Covid-19 qui oscille entre 75 et 100 % de taux d’occupation.

  • 07/04/20 | En Dordogne, une aide pour les entreprises qui ont besoin de main d'oeuvre

    Lire

    Certaines activités ont été contraintes de stopper leur activité avec le confinement, d’autres, considérées prioritaires doivent recruter pour faire face à une augmentation de production. Pour ce faire, Périgord développement met à la disposition des entrepreneurs périgourdins Resonne, sa bourse d’emploi inter-entreprises au sein de laquelle sont affichés les besoins identifiés de personnels avec les compétences recherchées. Contact au 05.53.35.80.24 ou au 05.53.35.80.87 et par mail: contact@perigorddeveloppement.com.

  • 07/04/20 | Réunis en visio, les élus régionaux attribuent plus de 350 000 000 € d'aides

    Lire

    A situation exceptionnelle, commission permanente exceptionnelle. En raison de la lutte contre la propagation du virus Covid 19, c'est en visioconférence que s'est tenue la Commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine ce lundi 6 avril à l'Hôtel de Région à Bordeaux. 233 délibérations, 2 932 dossiers d'aides et 40 opérations de travaux ont ainsi été votés par les élus régionaux, réunis sous la présidence d'Alain Rousset, masqué. Au total ce sont 358 558 032,09 euros de subventions qui ont ainsi pu être attribués.

  • 07/04/20 | Annulation des droits de place pour l’année 2020 à Perigueux

    Lire

    La Ville de Périgueux a décidé d’annuler les droits de place et d’occupation du domaine public pour 2020. Cette décision, qui aura un impact financier sur la collectivité à hauteur de 240 000 €, marque un soutien important de la collectivité envers le tissu économique local. Sont concernés les restaurants, bars, commerçants non sédentaires présents aux marchés alimentaires et non-alimentaires ainsi que les taxis. Les sommes déjà encaissées pour l’année 2020 feront l’objet d’un avoir pour l’année 2021.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Mérignac : le site en déprise a laissé place à 5 projets agricoles périurbains

19/03/2020 | Un terrain de 86 ha situé à Mérignac accueille cinq agriculteurs installés par la SAFER dans le cadre du projet Sabatey, initié en 2013.

Projet Sabatey de la SAFER Nouvelle-Aquitaine

Le chemin de Sabatey à Mérignac, était un espace en déprise qui reprend vie petit à petit depuis 2013 grâce à l’action conjointe de la SAFER et de la mairie de Mérignac. A cette époque, la SAFER montre un intérêt pour l’acquisition d’un ensemble de prés et de bois d’un total de 86 ha devant devenir « le Projet Sabatey ». 7 ans plus tard, cinq agriculteurs se sont installés sur cette surface et une partie a été vendue à Dassault pour sa compensation écologique suite à une extension de ses locaux à Mérignac. Des projets qui rentrent parfaitement dans les missions et valeurs de la SAFER qui privilégie l’agriculture et les projets environnementaux, tout en valorisant l’économie locale.

« Je me suis lancé dans ce projet de maraîchage parce que j’avais besoin de donner du sens à mon travail » explique François Driot, maraicher de 32 ans à la ferme du Mas foret. D’abord formé au droit, François se décide en janvier 2018 à racheter une partie du terrain mis en vente par la SAFER à Mérignac pour monter un projet de maraîchage biologique. Un changement radical de mode vie, motivé par des valeurs et un attachement au territoire sur lequel il a grandi. « J’ai été très bien accompagné par la SAFER qui a organisé un appel à Manifestation d’intérêt (AMI) auquel j’ai répondu et que j’ai remporté » raconte François. Une réussite qui n’était pourtant pas gagné d’avance puisque la SAFER lui avait signalé après la venue d’un expert de la chambre d’agriculture de la Gironde qu’une grande partie de la parcelle sur laquelle il comptait installer son activité est hydromorphe et donc incompatible avec le maraîchage.

Un projet agricole qui respecte l’environnement tout en valorisant l’économie locale

Pourtant, loin de se décourager, François décide de tenter sa chance, « j’ai créé plusieurs buttes et des bassins d’irrigation, j’ai creusé des fossés et j’ai surtout appris à comprendre mon terrain qui était très plat et avec une mauvaise évacuation des eaux. J’ai cherché à comprendre ce que je pouvais faire pour l’améliorer » précise François. De son coté la SAFER a fait confiance à ce projet qui aujourd’hui montre des résultats impressionnants, « cette année j’ai fait 5 tonnes de légumes, je passe ensuite par des magasins bio qui sont à moins de cinq minutes de mon exploitation, pour vendre ma production » se félicite François. Un projet d'installation agricole qui respecte l’environnement tout en valorisant l’économie locale c’est l’accord parfait de toutes les ambitions de la SAFER lorsqu’elle étudie les dossiers d’installation.

Pourtant, il n’y a pas que des projets agricoles qui ont pu voir le jour sur ce grand terrain Sabatey. Dassault, dans le cadre de sa compensation écologique après l’agrandissement de ses locaux à Mérignac devait revaloriser un espace naturel s'engageant à protéger et réaménager un habitat pour les espèces vivant dans la zone. C’est dans ce cadre-là que les négociations avec la SAFER ont amené à l’achat d’un terrain de 17 ha dans lequel des transformations visant à recréer un lieu propice à une biodiversité locale ont été mises en oeuvre. Dassault s’est ainsi engagé à protéger la zone pour une durée minimum de 30 années.

Un terrain aux nombreux enjeux

Pour les autres dossiers sur ce foncier de 86 ha, les candidats sont aussi venus avec des projets forts et viables sur le long terme comme c’est le cas pour Vincent Dubourg, 30 ans, éleveur de porc noir de Bordeaux depuis 2018. Le terrain qu’il a acquis jouxtait celui de son père et il souhaitait pouvoir se servir de cette nouvelle parcelle pour créer un grand élevage de porcs noirs de Bordeaux. Sur son terrain, les porcs vivent entre les champs et un bois de chêne le tout sur une grande surface ou ils peuvent courir sans se sentir à l’étroit, « ce sont des porcs qui courent tout le temps, ici ils atteignent 100 kilos au bout de 1 an contre 6 mois dans d’autres exploitations où ils courent moins », confie Vincent.
Avec ce projet, la SAFER mise sur une valeur sûre puisque Vincent est fils d’agriculteur et connaît bien le terrain mis en vente, son projet est viable et il impacte positivement l’économie locale, autant de raison de lui laisser la possibilité de s’installer. Sur cette zone périurbaine, la localisation est un atout pour Vincent qui se réjouit de sa situation géographique, « c’est une force que j’ai d’être proche d’une grande métropole ». Pour ce producteur qui vend uniquement ses produits en vente directe, la métropole bordelaise constitue un vivier important de clients potentiels. C’est d’ailleurs la situation idéale de cette parcelle qui fait qu’elle génère de nombreux enjeux pour les futurs exploitants.

 

Projet Sabatey de la SAFER Nouvelle-Aquitaine

Ces enjeux, Benjamin Gapenne propriétaire du Haras de l’Artolie, les a bien compris et il a conscience du privilège d'avoir pu s’installer dans cette zone, « les gens qui veulent faire de l’équitation, ils ne veulent pas aller à plus de 20 minutes de chez eux, alors cette situation à la porte de la métropole c’était idéal » se félicite Benjamin. Le haras de l’Artolie compte aujourd’hui 50 chevaux et pratique plusieurs activités allant de l’élevage à la pension en passant par l’apprentissage de l’équitation. En plus de bénéficier à son propriétaire, l’ancrage du haras dans ce territoire amène à la création d’un premier emploi et surtout à la création d’un réel dynamisme dans cette zone de 86 ha, « j’ai des mamans qui pendant que leurs enfants prennent un cours d’équitation vont voir François pour lui acheter ses légumes, c’est un gain de temps pour elles ». Une zone attractive qui acceuille aussi un héliciculteur et bientot un élevage de poules.

Pour Alain Anziani, maire de Mérignac, c’était un réel enjeu que de « valoriser les ceintures vertes pour assurer une production alimentaire locale et bio ». Aujourd’hui, la mairie se dit satisfaite d’avoir pu installer cinq agriculteurs dont deux déjà en fermage sur place, mais surtout d’avoir pu apprendre à travailler avec la SAFER pour redynamiser un coin oublié de la commune tout en installant des agriculteurs. Objectif réussi donc pour la SAFER de Nouvelle-Aquitaine qui a cocréé un territoire à Mérignac où le dynamisme et l’entraide font bon ménage, avec l’aide de la mairie et surtout grâce à la volonté des acteurs de terrain qui aujourd’hui encore, et malgré les difficultés, cherchent à s’installer et à bâtir des projets d’agriculture durables.

Clément  Bordenave
Par Clément Bordenave

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
14354
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
asperges vertes Agriculture | 02/04/2020

En Nouvelle-Aquitaine, les producteurs d'asperges "au jour le jour"

Fraises du Lot-et-Garonne Agriculture | 26/03/2020

Maraîchage : la fraisiculture recrute 2000 saisonniers en Nouvelle-Aquitaine

Légumes BIO Agriculture | 25/03/2020

Covid-19: Une plate-forme pour faire son marché local à domicile

Salon agriculture 2020 Agriculture | 24/03/2020

Nouvelle-Aquitaine : annulé, le salon de l'agriculture se trouve une nouvelle formule

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs Agriculture | 23/03/2020

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs

Marie Mongin à l'aérodrome de Jonzac Agriculture | 23/03/2020

L'aérodrome de Jonzac, un projet de développement économique arbitré par la SAFER de Nouvelle-Aquitaine

Alice Lerondel et Yves Lidove Agriculture | 18/03/2020

Installation-transmission : la Corrèze, pays merveilleux pour Alice et Yves

A Macaye, au Pays basque, Céline Jorajuria est arboricultrice qui transforme ses fruits en confiture, compotes, sirop et coulis Agriculture | 11/03/2020

Entre arboriculture et confitures, Céline Jorajuria, savoure les fruits de l'audace et sa liberté

Actuellement 60 000 bovins ont subi le dépistage de la tuberculose bovine en Dordogne Agriculture | 08/03/2020

La Dordogne doit poursuivre ses efforts en matière de lutte contre la tuberculose bovine

Les éleveurs sont venus au SIA de Paris accompagnés de leur bête. Ici, Ibiza, blonde d'Aquitaine, de l'élevage Arsicaud situé à Marans en Charente-Maritime. Agriculture | 04/03/2020

[Vidéos] Rencontre avec des éleveurs néo-aquitains au salon de l’agriculture de Paris

Frédéric Coiffé, chef bordelais, a préparé tout au long du salon de l'agriculture de Paris des produits régionaux de la Nouvelle-Aquitaine. Les visiteurs se sont régalés. Agriculture | 02/03/2020

[Vidéos] Un stand de la Nouvelle-Aquitaine animé au Salon de l’agriculture de Paris

Alain Rousset était en visite sur le Salon de l'agriculture ce mercredi 26 février Agriculture | 27/02/2020

Une école vétérinaire à Limoges d'ici quatre à cinq ans

Distributeurs de produits locaux Agriculture | 26/02/2020

L’humain au centre du programme « Du 47 dans nos assiettes »

Entre 2 500 et 3 000 plaques remportées par l’élevage Pimpin. Agriculture | 25/02/2020

SIA : Le GAEC Pimpin a remporté 41 Prix de Championnat depuis 1951

INRA Bordeaux, conférence sur l'agroforesterie Agriculture | 23/02/2020

L'agroforesterie, un pas de plus vers la transition écologique