12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

09/08/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi. Les maximales attendues pourront atteindre 21° la nuit et 36 à 38° en journée.

09/08/22 : Le département du Lot-et-Garonne passe en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi, avec des températures maximales prévues de 36 à 38 °C, puis mercredi et jeudi, jusqu'à 40 °C. Fin de l'épisode attendue pour vendredi.

09/08/22 : Un décret au journal officiel du 4 août acte la création effective de la Chambre d'agriculture interdépartementale de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres au 1er octobre prochain. Un travail de rapprochement mené depuis plus de sept ans.

08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/08/22 | marchesdegironde.com : le nouveau répertoire des marchés girondins

    Lire

    La CCI Bordeaux-Gironde met en ligne le site internet marchesdegironde.com. Objectif : permettre aux internautes de trouver le marché girondin (permanent ou saisonnier) à proximité de leur domicile ou lieu de vacances. Près de 79 marchés, permanents ou saisonniers, de plein-air ou couverts, y sont déjà référencés. Pour les commerçants non sédentaires, actuels et à venir, les informations réglementaires et les contacts des gestionnaires des marchés sont également indiqués.

  • 12/08/22 | Reverredire sensibilise au réemploi du verre

    Lire

    A Bergerac, l'association Reverredire Nouvelle-Aquitaine regroupe trois acteurs associatifs du réemploi du verre du territoire régional : L'Attache Rapide à Bergerac (24), La Consigne Bordelaise à Bordeaux (33) et Les Retournées à Anglet (40 et 64). Elles proposent un modèle régional de réemploi du verre, en lien avec les filières productives et les acteurs de la chaîne qui s'appuiera sur des activités d'économie sociale et solidaire porteuses d'emplois de proximité. Des actions de sensibilisation sont déjà engagées pour 2022.

  • 11/08/22 | Les Mondiaux de boomerang à Gradignan dès le 16 août

    Lire

    Gradignan (Gironde)accueille les mondiaux de boomerang du 16 au 26 août. Une centaine de lanceurs issus de 14 nations s'affronteront au Domaine de Moulerens sur différentes épreuves spectaculaires en individuel et en équipe. 25 athlètes français participeront et les têtes d'affiche remettront leur titre en jeu à l'image de Marie Appriou, 23 ans, championne du Monde en titre et Matéo Guerrero, 15 ans, vice-champion du Monde Junior. Renseignements sur l'appli https://wbc2022.glideapp.io/dl/d0a5f4

  • 11/08/22 | La préfecture de la Haute-Vienne labellisée

    Lire

    Suite à un audit externe réalisé par SOCOTEC, la préfecture de la Haute-Vienne vient de se voir attribuer le label « Qual-e-pref ». Ce label témoigne de la volonté de répondre au quotidien aux attentes des usagers ainsi que la communication d'urgence en cas d'évènement majeur. La préfecture a obtenu cette labellisation pour trois ans.

  • 11/08/22 | Des maraîchers à Limoges Métropole

    Lire

    La Ceinture verte terroir de Limoges veut relocaliser l'agriculture au travers l'aide à l'installation de maraîchers en agriculture biologique ou Haute Valeur Environnementale. Elle propose pour cela un service d'installation clé en main sur des terres équipées, avec un accompagnement technico-économique et une aide à la recherche de logement sur site ou à proximité. L’ensemble des équipements seront mis à disposition de 5 maraîchers sur le territoire de Limoges Métropole.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | La Safer se penche sur le renouvellement des générations d’agriculteurs de la Gironde

25/07/2022 | Patrice Coutin, Président de la Safer Nouvelle-Aquitaine, Arnaud Courjaud, Président du comité technique départemental Safer33 et Michel Lachat directeur départemental Safer33 sont intervenus.

cdfr 2022

C'est sur le thème « Le renouvellement des générations d’agriculteurs de la Gironde : Jouons collectif ! » qu'a eu lieu, la Conférence Départementale du Foncier Rural 2022. Une rencontre qui fait suite au dernier recensement agricole 2020 et dont les chiffres présentés en décembre dernier, confirment la difficulté croissante à trouver de nouvelles générations d'agriculteurs. Alors pourquoi les jeunes ne peuvent-ils ou ne veulent-ils pas reprendre des terres agricoles ? Quels sont leurs freins et y a-t-il des solutions ? Analyse d'une situation qu'il est urgent de régler.

Après deux années d'interruption en raison de la crise covid, c'est au Lycée agro-viticole de Libourne-Montagne qu'a eu lieu, sous l'égide de la Société d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) Nouvelle-Aquitaine, la Conférence Départementale girondine du Foncier Rural 2022. Une rencontre consacrée cette année, à un problème récurent, le renouvellement des générations d'agriculteurs en Gironde, confirmé par les premiers chiffres du Recensement Agricole 2020. Ils constatent une baisse importante du nombre d’exploitations (-19 000 en 10 ans) en Nouvelle-Aquitaine. Par ailleurs 28% des chefs d’exploitations, co-exploitants et associés actifs de la Région ont désormais 60 ans ou plus. Un souci majeur quant on sait que les derniers baby boomers quitteront la vie active d'ici environ 5 ans, laissant, derrière eux, des terres qu'il faudra reprendre.

Selon les derniers chiffres récoltés par la Safer en Gironde durant l'année écoulée, le contexte est plutôt morose. Malgré une hausse de près de 16% des surfaces mises sur le marché foncier en 2021 (16 000 ha vendus contre 13000 à 14 000 ha normalement), 61% des surfaces ont été acquises par des gens qui n'ont pas la qualité d'agriculteur. Ces derniers n'acquérant que 37% du marché foncier rural. En cause ? Notamment l'engouement notable des citadins pour les résidences à la campagne suite aux confinements. Par ailleurs, l'année 2021 n'a pas été un grand cru pour la Safer en termes d'installation dans le département puisque sur les 2 209 ha acquis par l'organisme l'an dernier, seulement 474 hectares lui ont été directement consacré, soit 21% de la surface, et 1285 ha, soit 58% de la surface, pour la consolidation.

 

L'accès au foncier : le parcours du combattant ?

Du côté des cédants, la situation ne semble pas meilleure. Au niveau régional, « 1/3 des exploitants savent ce qu'ils vont faire (1/4 vont transmettre l'exploitation et 6% vont accepter de la céder à l'agrandissement) et les 2/3 qui restent sont, soit des gens qui vont rester dans les cinq ans qui viennent, soit des gens qui ne savent ce qu'ils vont faire, faute de repreneur », explique Philippe de Guénin, directeur régional de la DRAAF (Direction Régionale de L'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt).

« Vu le nombre encore important d'exploitations qui vont être cédées d'ici quelques années, il y aura du foncier disponible pour l'installation et des solutions devraient pouvoir être trouvées », poursuit-il. De nombreuses aides sont d'ailleurs déjà proposées aux jeunes qui souhaitent s'installer, tant par des outils de régulation du marché foncier via la Safer (portage foncier, veille foncière, réserve foncière, achat de foncier pour des montants très modiques...), le Département de la Gironde ou la Région Nouvelle-Aquitaine, ou encore, des aides financières.

Le renouvellement des actifs avant la course au repreneur

Un point de vue que nuance François Purseigle, sociologue, professeur à l'Institut Polytechnique de Toulouse et spécialiste des questions agricoles et foncières, pour qui le déficit dans le métier ne s'explique pas simplement par des difficultés d'accès au foncier. « Concernant les exploitations, la demande ne coïncide pas forcément avec l'offre. Un certain nombre de porteurs de projets ne se retrouvent pas dans les fermes qui sont à reprendre », explique-t-il, convaincu que la question du renouvellement des générations est mal posée, le vrai défi étant celui du renouvellement des actifs.

Des actifs qu'il faut maintenir et qui, pour lui, ne seront pas forcément des chefs d'exploitation puisque « l'essentiel du volume du travail réalisé dans les exploitations en Gironde est le fait de salariés. Seulement 30% de ce volume est le fait de chefs d'exploitations [...] Pour renouveler ces actifs, il faut faire prendre conscience que les exploitations ne sont pas simplement des lieux dans lesquels on va juste mettre ses pas dans ceux de ses parents ou du cédant. Il faut que les exploitations agricoles soient des lieux dans lesquels une multitude de projets soient susceptibles d'advenir. Car les nouvelles générations ne se projettent plus dans l'agriculture de la même manière. Elles mettent la valeur des produits, la valeur de l'organisation du travail ailleurs », précise l'universitaire.

Reste que la Gironde ne fait pas exception à la règle. Sur les 7000 exploitations, (viticoles à 74%) que compte encore le département (- 25% en dix ans selon le dernier recensement), beaucoup vont bientôt avoir à trouver repreneur. « En Gironde, 2200 chefs d'exploitation ont 60 ans ou plus et le nombre de nouveaux installés en 2021 est, comme les années précédentes, de 227 mais seulement 80 en viticulture, ce qui va poser problème », rajoute pour sa part, Vincent Bougès, Président du comité d'orientation installation-transmission de la Chambre d'agriculture de la Gironde.

 

L'important ? Un revenu décent et une viabilité de l'exploitation

« La transmission c'est un peu l'angle mort quand on parle d'installation et de renouvellement des générations. Le problème de la transmissibilité, c'est le revenu que peut dégager une exploitation pour que l'agriculteur puisse vivre. Quant on aura réglé cette question on pourra parler plus sereinement d'installation et trouver davantage de vocations », poursuit-il. « Il faut poser un diagnostic de l'installation. Mais aussi mieux repérer les cédants et savoir comment anticiper cette transmission », précise Vincent Bougès qui met l'accent sur la durabilité de l'exploitation dans le temps, quelle soit petite ou grande.

« Ça ne passe pas forcément par la course aux hectares. Ça dépend aussi et surtout des modèles de production que l'on peut retrouver sur toutes les filières confondues. Nous, ce qu'on défend en tant qu'acteurs de l'agriculture, c'est la diversité de nos modèles et c'est cette diversité qui répondra à ce grand enjeu du renouvellement des générations », explique-t-il.

 

Agriculture de proximité : le rôle des collectivités locales

Reprenant les propos de Serge Bergeon, Secrétaire général de la Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles (FDSEA) de la Gironde pour qui « le salut vient d'une nouvelle forme d'agriculture, de commercialisation, de transmission des exploitations » et surtout d'une agriculture de proximité, Philippe Tuzelet, Directeur général de la Safer Nouvelle-Aquitaine milite lui aussi pour une production locale. Production dans laquelle les collectivités, responsables de la restauration hors domicile, ont leur rôle à jouer, tant pour l'organisation de la demande, que pour la gestion des stocks. « Il faut des centrales de collecte, de redistribution, de réfrigération et ça, ce n'est pas un agriculteur seul qui peut le porter. C'est une démarche de projet alimentaire territorial », précise-t-il.

Parallèlement, la Safer Nouvelle-Aquitaine réfléchit au niveau national à la mise en place d'un fonds d'investissement géré par une société de gestion. « On travaille à ce fonds de portage pour lever dans un premier temps 80 millions d'euros grâce à des financeurs (Crédit Agricole, Crédit Mutuel...) », précise Philippe Tuzelet. Et à l’échelle régionale, un réseau de bailleurs privés se met en place.

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : ED

Partager sur Facebook
Vu par vous
4415
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr