Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/01/21 | Rive droite bordelaise : les élus demandent un deuxième centre de vaccination

    Lire

    Les maires du Grand Projet des Villes rive droite - Bassens, Cenon, Floirac et Lormont - estiment que « le centre de vaccination de la clinique Bordeaux Tondu à Floirac ne suffira pas si on veut proposer un service efficace ». Selon eux, la problématique des transports pourrait dissuader les habitants de Bassens, Carbon-Blanc, Ambès ou encore Ambarès-et-Lagrave. Ainsi, les élus demandent l'ouverture d'un centre de vaccination à Lormont, « permettant aussi de soulager les soignants ».

  • 20/01/21 | La MONA change de gouvernance

    Lire

    Après son directeur pendant l'été 2020, la Mission des Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine (MONA) change de président. En effet, Nicolas Martin, directeur de l'office de tourisme du Pays Basque a pris cette fonction ce mardi 19 janvier. Il succède à la landaise Frédérique Dugény, présidente de la Mona dix-sept ans durant. Mona est un réseau de 171 organismes de tourisme, représentant plus de 1 400 salariés.

  • 20/01/21 | Gironde : le Département a lancé sa campagne de vaccination

    Lire

    Elle a débuté le 18 janvier. Le Conseil départemental de Gironde commence à vacciner les personnels soignants et les publics prioritaires à la Maison du Département de la Promotion de la Santé (2 Rue du Moulin Rouge, à Bordeaux). Ainsi, les personnels soignants de plus de 50 ans, ceux présentant des signes de comorbidité et les personnes de 75 ans et plus peuvent s'inscrire sur Doctolib pour se faire vacciner dans l'établissement public, « dans l'attente de la mise en place d'autres centres de vaccination sur la Métropole et le département », indique la collectivité.

  • 19/01/21 | L'UIMM Adour organise une semaine de l'apprentissage dans l'industrie

    Lire

    Du 25 au 30 janvier, les pôles formations de l'Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie ouvrent leurs portes du 25 au 30 janvier pour inviter à découvrir les métiers de l'industrie. L'UIMM Adour met ainsi ses métiers en valeur, alors même que l'État a lancé le programme 1 jeune 1 solution dans le cadre de France Relance pour aider les entreprises à recruter des apprentis. Au Pôle formation Adour, 580 apprentis ont choisi la filière industrie pour un taux d'insertion de 86%.

  • 19/01/21 | Cognac : la filière attend des arbitrages de l'Etat

    Lire

    Ils ne lâcheront rien! C'est en substance ce qu'on fait savoir au gouvernement les représentants de l'interprofession du cognac, le BNIC, suite aux dernières annonces. D'une part, ils réitèrent leur demande que l'Etat négocie pour obtenir la suspension immédiate des nouveaux droits de douanes américains sur les vins et spiritueux. D'autre part, ils seront attentifs au "détail" des aides annoncées le 14 janvier à destination de la filière, "impactée par la pandémie", et pas seulement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | La Safer tire son bilan régional

17/09/2020 | La dernière assemblée générale de la Safer Nouvelle-Aquitaine s'est tenue ce mercredi 16 septembre à Bruges. Elle a été l'occasion de présenter un bilan du marché foncier rural en 2019.

Safer Nouvelle-Aquitaine

C'est dans ses locaux de Bruges que la Safer Nouvelle-Aquitaine (Société d'Aménagement Foncier et d'Établissement Rural) a dressé ce mercredi 16 septembre un bilan d'activité sur l'année 2019 alors que le monde agricole avait exprimé le souhait d'une nouvelle loi foncière en France en février dernier. Retour sur l'essentiel des chiffres de la Safer, devenue néo-aquitaine en 2019.

Ce mercredi 16 septembre dans ses locaux de Bruges, la Safer Nouvelle-Aquitaine (régionalisée en 2019) a dressé le bilan du marché foncier rural pour l'année 2019. On y découvre un foncier rural globalement stable mais qui progresse en valeurs échangées (+8%) par rapport à 2018. Le marché foncier agricole représente 61% du marché en surfaces vendues et 22% en valeurs. Il progresse lui aussi fortement en valeur (+16%), moins fortement en surfaces (+2%). Les valeurs du non-agricole progressent de +8%. Le marché forestier, en revanche, accuse le coup avec une baisse de 6% en surface et de 28% en valeurs par rapport à 2018. 

Un bilan contrasté

Au niveau du marché foncier rural, 61% des surfaces mises sur le marché par la Safer en 2019 étaient agricoles, 20% forestières, 9% des maisons à la campagne. Pourtant, ces dernières représentent 60% du montant total des ventes (4,974 milliards) contre 22% pour le marché agricole. Ce dernier a représenté un total de 15 596 transactions (sur un total de 55 081), en hausse de 4%, soit 75 086 hectares (+2%) et un montant total de 1093 millions (+16%). "Il y a des disparités sur le prix moyen à l'hectare. Ça varie de 2600 euros en Creuse, Corrèze, Haute-Vienne à jusqu'à 9000 euros dans des départements à vocation céréalières comme le Lot-et-Garonne ou les Landes", ont notamment observé les experts de la Safer. De plus en plus de projets sont en vente, en grande majorité des terres et des prés. "On reste sur un marché ouvert. 50% exploitants ont plus de 55 ans, on devrait rester sur une évolution favorable dans les années à venir", a ajouté le directeur général Philippe Tuzelet. 

Les prix des terres et des prés libres non bâtis divergent en fonction des départements. En Charente, par exemple, le prix moyen se stabilise (4310 euros l'hectare). En Charente-Maritime, "la hausse des prix reste forte dans certains secteurs" alors qu'ils se sont stablisés dans d'autres, ce qui fait stagner le prix moyen à 5240 euros l'hectare (-1%), tout comme en Corrèze (3400 euros) et en Creuse (2780 euros). La Dordogne, à l'inverse, est le département où la hausse des prix est la plus forte (+9%) à 5260 euros l'hectare. Ce sont les Landes qui ont le prix moyen le plus élevé (8720 euros/ha), suivi d'assez près par le Lot-et-Garonne (8350 euros/ha). Certains territoires sont plus fragiles : c'est le cas des Pyrénées-Atlantiques dont la baisse des prix s'accentue (-6%, 7280 euros/ha). Du côté des terres et des prés loués, on observe "des hausses notables dans presque tous les départements" : +5% en Charente, +7% en Charente-Maritime, +4% en Creuse, +6% dans les Deux-Sèvres, +4% dans la Vienne, +3% en Haute-Vienne. Seule la Corrèze affiche une baisse de 6% (2960 euros/ha).

Vigilance sur la vigne

Concernant plus particulièrement le prix des vignes, on constate en Gironde une forte baisse des surfaces échangées en 2019 (2600 hectares, -13% par rapport à 2018) après avoir été à la hausse ces deux dernières années. Les difficultés de commercialisation des vins au second semestre 2019 expliquent en grande partie ce ralentissement. Le montant global (180 millions d'euros) est aussi en repli. En Bordeaux et Côtes de Bordraux, les prix à l'hectare sont en baisse de 10% en moyenne, tout comme les appellations Médoc et Haut-Médoc (-6 à -7%). Du côté de Pauillac, en revanche, la progression est notable : 2,3 millions d'euros l'hectare (2,6 millions au maximum) contre 2,2 millions en moyenne en 2018. Dans le Libournais, la valeur à l'hectare de l'AOC Saint-Émilion augmente de 7%. À Pomerol, où les offres sont rares, "la valeur moyenne peut dépasser 4 millions d'euros à l'hectare, mais elle se situe en moyenne à 1,9 millions d'euros (contre 1,8 en 2018). Si le dernier millésime a globalement réussi à se sortir des aléas climatiques tout en restant marqué par les crises sanitaires et commerciales, les derniers mots du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux prônaient d'"oser parler d'arrachage des vignes". Une solution que Philippe Tuzelet redoute. "On a plus de 5 millions de projets viticoles sur les 15 millions en portage foncier. Si on ne trouve pas de repreneurs, on va se retrouver avec des biens à 40 000 euros l'hectare et des vignes qu'il faudra arracher. C'est un point de vigilance, compte-tenu du contexte".

Installations, environnement et loi foncière

Concernant l'activité de la Safer en 2019, le rapport d'activité détaille que sur les 1723 acquisitions réalisées, 33% des surfaces ont été attribuées à l'installation agricole. 78% de ces acquisitions sont des lots inférieurs à 10 hectares et 74% portent sur des biens inférieurs à 75 000 euros. Près de 5000 hectares ont été attribués à de jeunes agriculteurs (383 en tout) pour leur installation. 168 premières installations ont eu lieu en 2019, légèrement en dessous de l'objectif (189) alors qu'on en comptait 268 en 2017. En revanche, 31 dossiers de première installation en agriculture biologique ont été dénombrés, au dessus de l'objectif (20) mais en dessous du nombre d'installations en 2017 (47) et quasiment similaire à celui de 2018 (32).

Enfin, sur le volet environnement, 120 hectares ont été attribués à 33 porteurs de projet pour des intérêts environnementaux et 707 hectares stockés par la Safer pour "protéger des sites à forts enjeux environnementaux" (zones humides, landes sèches...). En février dernier, cinq syndicats agricoles et trois ONG environnementales demandaient une nouvelle loi foncière en France. Dans son rapport d'activité la Safer indique que "l'actualité de ce printemps 2020 amène l'opinion publique, les élus nationaux et locaux à prendre conscience de l'importance notamment de son agriculture, de pa production locale. Si rien ne se passe, les campagnes ne seront pas les mêmes dans dix ans. Interrogé sur le sujet en juin dernier, le ministre de l'Agriculture de l'époque Didier Guillaume a cependant douché les espoirs, en affirmant que la loi foncière en préparation ne verrait "probablement" pas le jour avant la fin du quinquennat, des suites du décalage engendré par l'arrêt du parlement. 20 à 30 000 hectares sont toujours artificialisés chaque année en France.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
12061
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Michel Prugue, Alain Rousset et Xavier Fortinon à Haut-mauco dans les locuax du groupe coopératif Maïsadour Agriculture | 15/01/2021

Crise aviaire : Alain Rousset appelle à "sortir des certitudes"

Julien Denormandie dans les Landes Agriculture | 09/01/2021

Crise aviaire : déjà 600.000 canards abattus dans les Landes, bien d'autres à venir

Signature du Pacte alimentaire Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset et Fabienne Bucchio Agriculture | 07/01/2021

Agriculture, transformation et distribution s'engagent sur un Pacte régional de l'alimentation

Les représentants des syndicats Modef et Confédération paysanne en colère contre la gestion de la nouvelle crise Influenza aviaire 2020 Agriculture | 06/01/2021

Influenza aviaire : la fièvre de la colère monte dans les élevages landais

Denis Vicentini Comin Industrie Agriculture | 06/01/2021

Concours Agrinove : Que sont-ils devenus ? Denis Vicentini lauréat 2015 (épisode 1/4)

Luc Servant et Cédric Tranquard Agriculture | 20/12/2020

Cédric Tranquard prend l’interim de la Chambre d’agriculture 17

Luc Servant, président de la Chambre régionale de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 15/12/2020

Luc Servant élu président de la Chambre régionale d’agriculture

Christophe Congues et Philippe Saux, Président délégué et Directeur général du groupe coopératif Euralis Agriculture | 15/12/2020

Le groupe coopératif Euralis sauve 2020

Elevage de canards prêts-à-gaver dans les Landes Agriculture | 08/12/2020

Landes : la présence d’influenza aviaire confirmée

Elevage de canards prêts-à-gaver dans les Landes dans un bâtiments 900 m2 aux normes de la biosécurité Agriculture | 07/12/2020

Forte suspicion de grippe aviaire dans les Landes

Jonathan Lalondrelle et Gaëtan Bodin Agriculture | 30/11/2020

Installation et accès au foncier : Interview croisée de Gaëtan Bodin, Président Jeunes Agriculteurs Nouvelle-Aquitaine et Jonathan Lalondrelle, Secrétaire général JA Nouvelle-Aquitaine

Pierre Saint-Jean Agriculture | 20/11/2020

Les bénéfices possibles du confinement pour les agriculteurs

Antonio Marquès et son innovation Agriculture | 06/11/2020

Un process innovant pour protéger les cultures lauréat du concours Agrinove

Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA Agriculture | 04/11/2020

Interview d’Henri Bies-Péré, n°2 de la FNSEA : « Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse. »

Lurrama 2020 Agriculture | 04/11/2020

L'annulation de Lurrama 2020, un crève-cœur pour le monde agricole basque