aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/09/16 | Prolongement de l'exposition « Gérard Fromanger annoncez la couleur ! » à Agen

    Lire

    Prolongement jusqu'au dimanche 16 octobre à l'église des Jacobins à Agen. L’artiste sera également présent à Agen les vendredi 14 octobre et samedi matin 15 octobre. Au programme notamment le vendredi 14, à 18h30, la projection du film "En suivant la piste Fromanger", au Studio Ferry. Et le samedi matin 15 octobre, ouverture exceptionnelle des Jacobins de 10h à 12h, car Gérard Fromanger sera présent aux Jacobins pour vous rencontrer et dédicacer les catalogues.

  • 23/09/16 | Solex de compétition à Saint-Léon

    Lire

    Dimanche 25 septembre, un rendez-vous atypique est organisé à Saint-Léon,dans l'Entre-deux-Mers: une course de Solex. Mais attention, ici on ne fait pas vraiment dans le «vintage», la performance doit être au rendez-vous. Le départ est donné à 11 h pour une épreuve d'endurance de 6 h (!!) sur le circuit de 3km concocté par le Saint-Léon Solex Club sur les petites routes de campagne. Les 25 Solex en lice s'affronteront par catégorie : Solex Origine, Origine Améliorée, Prototype et Super Prototype. S'il est parfois difficile de reconnaître «la bicyclette qui roule toute seule», le moteur à l'avant reste un impératif. A découvrir!

  • 22/09/16 | Ligne ferroviaire Pau-Canfranc : l'aide de l'Europe sollicitée

    Lire

    La région Nouvelle Aquitaine et le gouvernement d'Aragon vont déposer le 18 octobre à Bruxelles un dossier de candidature pour un appel à projet européen MIE (mécanisme pour l'interconnexion en Europe). Cela, afin d'amener l'Union européenne à financer en partie la réouverture de la ligne ferroviaire Pau-Canfranc. Le coût de ce chantier est estimé entre 350 et 450 millions d'euros. Selon Alain Rousset, l'Europe pourrait apporter jusqu'à 40% de cette somme. Un courrier a aussi été adressé aux ministres des transports français et espagnols pour souligner l'importance de ce dossier.

  • 16/09/16 | L'Aragon et la Nouvelle Aquitaine réunis sur la liaison Pau-Canfranc-Saragosse

    Lire

    Alain Rousset, le président du Conseil régional, et Javier Lambán Montañés, le président du gouvernement d'Aragon, se rencontreront le 21 septembre à Pau pour travailler à la réouverture de la liaison ferroviaire Pau-Canfranc-Saragosse. Dossier dont ils iront souligner l'urgence le 18 octobre à Bruxelles. Un groupe de travail réunissant l'Aragon et la Nouvelle Aquitaine sera constitué et dédié au dossier transeuropéen de transport RTE-T tandis qu'une structure permanente de coopération sera mise en place sur le sujet.

  • 15/09/16 | Eric Morvan nouveau préfet des Pyrénées Atlantiques

    Lire

    L'histoire se répète au Pays Basque: Eric Morvan, directeur de cabinet adjoint auprès du ministre de l'Intérieur va succèder à Pierre-André Durand à la préfecture des Pyrénées Atlantiques. En effet, les deux hommes ont tous deux été sous préfet de Bayonne, le second entre 2008 et 2010. Ce dernier va hériter du dossier d'intercommunalité unique Pays basque (EPCI) mis en place par son prédécesseur. Avec sur son bureau un recours -a priori suspensif- déposé par des maires opposants de l'intercommunalité Côte-Basque Adour.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Lac du Gabas et nord Béarn, reportage en terres irriguées

04/12/2014 | Si l'opportunité de la création de ressource en eau doit faire débat, les résultats sur les territoires ruraux ne peuvent être niés. Reportage en Béarn autour du lac du Gabas.

Le lac du Gabas, dont une moitié des volumes est destinée à l'irrigation agricole, l'autre à la gestion des étiages de l'Adour et trois de ses affluents

Avec ses 20M m3 et ses 213 ha d'emprise foncière le lac du Gabas (ou lac d'Eslourenties ou de Gardère, selon les habitudes locales) est l'une des plus grandes retenues d'eau réalisées de la main de l'homme en Aquitaine sur le bassin de l'Adour. Il est aussi une des plus récentes puisqu'il a été inauguré en 2007, après une première mise en eau partielle en 2005. Volontiers cité par la profession agricole comme "un exemple emblématique" de création de ressource en eau réussie, Aqui s'est rendu sur place pour mesurer les apports de cet ouvrage longtemps discuté et débattu. Originellement conçu pour le soutien d'étiage et l'irrigation agricole il est devenu, dans un bassin souffrant naturellement d'un déficit en eau chronique, un véritable outil d'aménagement du territoire, au delà même de son enjeu agricole.

A cheval sur quatre communes des départements des Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées (Lourenties, Eslourenties, Gardère et Luquet) le Lac du Gabas, est un des derniers ouvrages structurants réalisés dans la région. Le technicien vous dira qu'il permet, à part égale de son volume, le maintien du débit des cours d'eau (ou étiage), et l'irrigation agricole. En effet, sur un bassin de l'Adour où les besoins en eau, tous usages confondus, sont supérieurs aux ressources naturellement disponibles, c'était bien là l'objectif de ce barrage: créer une nouvelle ressource en eau, en réalisant sur la rivière Gabas, une réserve issue des pluies hivernales. Pour cela les grands moyens ont été déployés via la construction d'une digue d'argile de 27 m de haut par 550 m de long, retenant sur plus de 210 ha, 20M m3 d'eau. Un investissement de 33,7M€ pour les partenaires publics.

A la fois économique, environnemental, et touristiqueMais, à côté des chiffres impressionants, le visiteur du site vous parlera quant à lui, de la beauté de l'endroit, de ses tables de pic nique, des sentiers pédestres et VTT qui le contournent, des activités nautiques qui s'y sont développées ou encore de la réserve biologique (dont le niveau d'eau reste constant) de 30ha créée en amont du lac. Certains pourraient même vous raconter leur partie de pêche, avec remise à l'eau obligatoire des poissons, ou leur dernière visite à la Maison de la pêche et des milieux aquatiques toute proche qui accueille régulièrement des expositions sur ces thématiques. D'autres enfin évoqueraient les manifestations organisées dans la salle de réception construite sur le bord du lac avec vue imprenable sur les Pyrénées.
Ça n'est pas à remettre en cause, derrière les objectifs économiques d'irrigation qui ont au départ impulsé la construction de cette réserve, c'est bien un projet global d'aménagement du territoire qui a pris corps, à la fois économique, environnemental, et touristique. Un lieu d'agrément qui séduit aussi de nombreuses espèces d'oiseaux et de poissons, au delà même de la réserve créée. Jean-Marie Bucarel le garde du lac qui réalise le suivi de ces espèces en témoigne d'ailleurs bien volontiers aux promeneurs de passage.

Balade sur la digue qui retient l'eau du réservoir. A gauche, la station de pompage, à droite le lac.

Un souci d'insertion et d'acceptation locale qui a semble-t-il bien réussi son pari. Jean-Marie Bucarel et Julien Boyer, Responsable du pôle eau et environnement à la Chambre d'agriculture des Pyrénées Atlantiques le soulignent, ils sont nombreux, parmi les anciens opposants au lac, notamment voisins ou propriétaires dont le foncier a du être inondé pour la création de ce réservoir, à désormais reconnaître la qualité du projet. Celà dit, malgré le scepticisme de certains, les 99 propriétaires ou exploitants directement concernés qui ont du en passer par un remembrement foncier, ont à l'époque déjà tous libéré par accord amiable l'emprise nécessaire à la création de l'ouvrage.


Pas d'autorisation at libitumDésormais le foncier et le réservoir du Gabas, appartiennent à l'Institution Adour, qui regroupe les quatre départements concernés par la retenue d'eau. Quant à la gestion de cet équipement XXL, de l'eau qu'il contient et de ses usages, c'est la Compagnie d'Aménagement des Coteaux de Gascogne (CACG) qui en a la concession.  «Le lac a été créé pour développer un peu d'irrigation et sécuriser les systèmes d'irrigation agricole qui fonctionnaient déjà sur le débit naturel des rivières, et pour pouvoir soutenir l'Adour au travers de ses trois affluents le Gabas, et les Lees de Garlin et Lembeye» explique Julien Boyer.
Du point de vue de l'irrigation, la réserve permet de desservir un peu plus de 6000 ha. Une irrigation réglementée et pour laquelle chaque agriculteur souscrit un contrat avec la CACG, fixant à la fois la redevance qu'il devra verser, les quota et périodes d'autorisation de prélèvement d'eau, car bien sûr, l'autorisation d'irriguer n'est pas une autorisation at libitum.  En outre, précise Julien Boyer «des contrôles de débit sont effectués en aval du barrage, sur le Gabas et les Lees afin de vérifier, notamment en périodes sèches, le maintien d'un débit d'eau minimum dans ces rivières et l'Adour» afin notamment de maintenir l'écosystème de ces cours d'eau.

La rivière Gabas, à l'aval du réservoir


Sécuriser les productionsMais, au delà des irrigants utilisant directement l'eau du lac ou des rivières réalimentées par celui-ci, le lac du Gabas permet également de réalimenter d'autres retenues d'eau pré-existantes. Une manière ainsi de sécuriser voire de renforcer les capacités d'irrigation de ces réserves au bénéfice de la sécurisation des cultures sur le territoire. C'est le cas par exemple de la retanue collinaire de Boueilh Bouilho Lasque (BBL), gérée en direct par les agriculteurs irrigants membres de l'ASA (Association Syndicale Autorisée) du lac de Boueilh.
A l'inauguration de leur lac, en 1991, ce sont 795 ha qui ont été rendus irrigables, au profit à l'époque de 70 agriculteurs adhérents sur des cultures de maïs semence, maïs conso et maïs doux. Mais selon Francis Uchan, le Président de l'ASA, «la création du lac du Gabas a été une opportunité pour nous de souscrire des quotas d'eau supplémentaires en mettant en place une station de pompage à la sortie du barrage et ainsi transférer de l'eau de réalimentation de la rivière vers notre lac. Nous sommes alors passés à environ 1100 ha irrigués avec un volume d'eau autorisé d'un peu plus d'1 760 000 m3 dont 511 200 m3 venant de la réserve du Gabas. «Dès que le lac perd un mètre, on attaque le pompage», explique Francis Uchan.
Une volonté de renforcer la capacité du Lac de Boueilh justifiée par la nécessité de l'irrigation pour sécuriser les productions de ce coin de nord Béarn, parmis les plus "secs" du département. «Avant la création de notre lac, on plantait et on attendait de voir ce que ça donnait. Mais le contexte restait difficile et toujours incertain sur le résultat final des cultures. Désormais on est sécurisé et on garde la maîtrise de nos cultures».

«Un facteur d'attractivité de nos terres» 

Julien Boyer de la chambre d'agriculture des Pyrénées atlantiques et Francis Uchan, Préisdent de l'ASA du lac de Boueilh

  Mais, souligne l'agriculteur, au delà de ces éléments, l'irrigation est plus globalement «un facteur d'attractivité pour nos terres». A la fois pour les installations ou les reprises, mais aussi pour les coopératives et le développement de cultures contractuelles. «Aujourd'hui on arrose moins de maïs qu'avant, assure Francis Uchan. Mais nous avons ici tout le panel des cultures contractuelles, garden peace, haricot, orge d'hiver, maïs doux, colza de semence, tournesol de semence...».
Le lien maïs-irrigation reste donc important, mais n'est pas exclusif. Et pour cause, environ 40% des cultures des adhérents de l'ASA sont désormais des cultures contractuelles. Une irrigation dont bénéficie également l'agriculture biologique, puisque l'ASA compte quatre agriculteurs installés en bio. Pour le Président de l'ASA, qui est aussi éleveur, «l'irrigation permet également une sécurisation fourragère par rapport à l'élevage, ça permet de maximiser les rendements en évitant d'acheter du fourrage à l'extérieur».
Autant d'apports que l'ASA du lac de Boueilh a su renforcer en 2011 à l'occasion de la construction de l'A65, qui touchait 600 ha des terres de ses adhérents. La structure s'est ainsi fortement impliquée dans le processus de remembrement foncier. Objectif: bénéficier de surfaces pouvant être équipées de pivots, afin de permettre non seulement un plus grand confort de travail pour les agriculteurs mais aussi une meilleure maîtrise des apports en eau. En bref, «avec la trentaine de pivots installée nous avons une irrigation plus efficace et qui consomme moins d'eau». Aujourd'hui l'ASA de Boueilh, représente désormais 1261 ha irrigables et les exploitations de 77 agriculteurs en dépendent. A l'heure où la surface agricole utilisée recule, Francis Uchan l'a vécu et l'assure sans hésitation, «l'eau a permis de conserver des agriculteurs sur nos terres».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1255
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Jean-LuK | 04/12/2014

Beau travail, il fallait le faire. Bravo.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr