Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

21/10/20 : La Cour de Cassation a rejeté ce mercredi le pourvoi de Monsanto dans le dossier l'opposant à un agriculteur charentais. La justice avait tranché en faveur de l'agriculteur en 2012, puis en appel en 2015.

21/10/20 : L’agglo Pau Béarn Pyrénées met en garde contre des individus se faisant passer pour des agents de collecte des déchets auprès des particuliers pour vendre des calendriers 2021. En effet tout démarchage de ce type est interdit de la part de ses agents.

20/10/20 : Le Maire de Lormont, Jean Touzeau, et l'équipe municipale, invitent la population, ce mercredi 21 octobre à 12h, à s'associer à leurs côtés à l'hommage national rendu à Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie victime du terrorisme.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

18/10/20 : Périgueux : Près d'un millier de personnes se sont rassemblées devant l'arbre de la liberté cet après-midi en hommage à Samuel Paty enseignant assassiné à Conflans-Sainte-Honorine, pour défendre la liberté d'expression et dire non à la terreur.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/10/20 | Bayonne : Un plan de formation pour les salariés de Staero

    Lire

    L’entreprise de mécanique de précision spécialisée dans l’usinage de pièces mécaniques et le montage de petits sous-ensembles, Staero, va mettre en œuvre des formation à la fois technique pour les opérateurs, mais dans le domaine de l’organisation industrielle et du management dans le cadre du plan de compétences 2020-2021. Ces formations vont avoir lieu avec le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine qui vient de leur attribuer une aide de 15 602,24 euros.

  • 26/10/20 | Benoît Biteau insatisfait par la nouvelle politique agricole commune

    Lire

    Pour l'Eurodéputé Benoît Biteau, "cette nouvelle PAC est une erreur historique". Votée en fin de semaine dernière, cette "PAC n'intègre même pas les objectifs du Green Deal", s'insurge Benoit Biteau, qui parle de greenwashing. "La Pac n'est pas contraignante pour atteindre nos objectifs climatiques et de biodiversité". Pour les Verts/ALE, "le combat continue, notamment pour la définition des stratégies "Biodiversité" et "de la ferme à la fourchette" ".

  • 26/10/20 | Talence : 4 entreprises associées autour de l'industrie du futur

    Lire

    Le projet Sabor 2 est une initiative du Cluster Digital Aquitaine pour fédérer les entreprises de la simulation numérique (ou Smart4D). Le projet implique la mise en place d'une plateforme de production collaborative orientée sur l'industrie du futur. Ainsi, Vitirover, ESI Group, LGM et Amvalor se sont associés dans Sabor 2, dont la vocation est de révolutionner l'industrie avec des solutions innovantes comme par exemple la maintenance par l'intelligence artificielle. Ce projet collaboratif est soutenu par la Nouvelle-Aquitaine à hauteur de 370 500 euros.

  • 26/10/20 | Covid-19 : Les CCI néo-aquitaines lauréates d'un prix européen

    Lire

    Les CCI de Nouvelle-Aquitaine et la Chambre d’économie Croate viennent d’obtenir le prix européen « Résilience » pour leur soutien pendant la crise sanitaire. Pour faire face au besoin du CHU de Poitiers en matière de sacs hydrosolubles permettant la manipulation du linge contaminée, le réseau Entreprise Europe via la CCI Limoges Haute-Vienne s’est mobilisée et a pu rapidement identifier grâce à la Chambre d'Economie Croate un fournisseur, Vuplast d.o.o., fabricant croate de produits plastiques qui a développé un sac innovant en plastique hydrosoluble.

  • 26/10/20 | De nouvelles mesures anti-covid en Charente-Maritime

    Lire

    Après avoir pris des arrêtés pour imposer le port du masque obligatoire dans 55 communes de Chatrente-Maritime, puis l'interdiction des buvettes et points de restauration temporaire (consommation debout incluse) dans les établissements sportifs, le préfet Nicolas Basselier a pris un arrêté vendredi pour imposer un cahier de rappel dans les restaurants de la Charente-Maritime à partir du samedi 24 octobre 2020. Ces cahiers sont détruits sous 15 jours si aucun cas de Covid n'est signalé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Landes: Exploitation céréalière cherche associé pour une transmission-passion réussie

28/11/2019 | Hervé Guichemerre cherche un associé à qui transmettre des parts de son EARL, et sa passion de l'agriculture. Il a participé à la Quinzaine de la Transmission agricole dans les Landes.

Hervé Guichemerre recherche un associé à qui transmettre des parts de son EARL, à Pomarez dans les Landes.

« Il faut toujours aller de l'avant, tester des choses. Il ne faut surtout pas figer l'agriculture ! », ces paroles volontaires, c'est Hervé Guichemerre agriculteur à Pomarez qui les prononce. Ces mots, on pourrait les croire sortie de la bouche d'un jeune exploitant, récemment installé. Mais ce n'est pourtant pas le profil de cet agriculteur céréalier de 56 ans. Inscrit depuis 3 ans au Répertoire Départ-Installation (RDI) de la Chambre d'agriculture des Landes, il est en recherche d'un associé, pour certes « faciliter l'organisation du travail et lancer de nouveaux projets » mais aussi et surtout pour préparer sa retraite. Il est ce que l'on appelle un (futur) cédant. Ce mercredi 27 novembre il faisait visiter son exploitation à des jeunes en formation, dans le cadre de la Quinzaine de la transmission coordonnée par les Chambres d'agriculture.

Hervé Guichemerre a deux enfants, mais la tradition familiale agricole s'arrêtera après lui. « Mes enfants ne vont pas vouloir reprendre, ils trouvent sans doute que je travaille trop... mais l'agriculture, c'est passionnant et intéressant ! Je serai heureux que quelqu'un poursuive ce que j'ai commencé ici avec mon père ; que l'exploitation continue et se développe ». La transmission dans le sens le plus noble du terme, voilà pourquoi il y a 3 ans déjà, il s'est inscrit sur le Répertoire Départ Installation de la Chambre d'agriculture des Landes, qui compile les exploitations recherchant un repreneur ou un associé dans le département.

"Je serai là pour aider mon associé"
Dans le cas d'Hervé Guichemerre, l'objectif, c'est bien la retraite, « dans 6 à 8 ans ». Mais « à 56 ans, seul sur mon exploitation, je commence à fatiguer, et ça n'est pas toujours bon pour le moral. J'ai besoin d'un jeune pour continuer, m'alléger le travail mais aussi préparer son installation, lui donner quelques clefs. » Un premier associé qu'il imagine être rejoint par un second qui le remplacerait lui, Hervé, au moment de son départ effectif. Avec cette petite, mais précieuse subtilité que l'arrivée des associés successif se fasse par le biais d'un stage de parrainage. "C'est à dire qu'avant l'association, le candidat à la reprise peut passer de 3 mois à un an chez le cédant, en étant rémunéré 650€ par mois, soit par l'Etat, soit par Pôle emploi", explique Isabelle Laffargue, responsable du Point Acceuil Instalation Transmission de la Chambre d'agriculture des Landes, présente lors de la visite. "C'est en quelque sorte une période d'essai pour voir si l'on se sent bien sur cette exploitation... mais qui est réservée aux candidats hors cadre familial de moins de 40 ans, et dipomé de lenseighnement agricole niveau bac minimun".
Autre précision que fait le chef d'exploitation: "je ne m'attends pas à ce que mon futur associé me verse un capital. Je sais que ça peut être difficile quand on s'installe. Moi j'imagine plutôt une sorte de rente viagère qui me permettra de compléter ma retraite qui ne sera sans doute pas très élevée".

"Lancer de nouveaux projets sur l'exploitation ne me fait pas peur"
Quant à l'exploitation de 130 ha de SAU ("peut-être un peu trop morcellée" reconnaît Hervé Guichemerre) dont 110 ha en maïs, doublée d'une activité de production de bois énergie : il y a du travail pour deux, et la possibilité d'accueillir un projet complémentaire. Pourquoi pas dans l'élevage, « ce pour quoi je me suis lancé dans l'agriculture »; dans le développement l'activité de bois énergie, « qui marche bien », ou tout autre projet de bio énergie, dans laquelle, il en est persuadé, l'agriculture française, « si on lui en donne les moyens », peut s'avérer très performante.
« Participer à lancer de nouveaux projets sur l'exploitation, avant de m'arrêter, ça ne me fait pas peur. Il faut avancer, ouvrir l'agriculture à de nouvelles productions, ne pas hésiter à tester des choses, voir si ça marche... Ce qui est sûr, c'est qu'il ne faut pas figer l'agriculture! Et quel que soit le projet, je serai là pour aider mon associé ». Le discours servi aux jeunes lycéens agricoles de Mugron et Dax Oeyereluy venus visiter son exploitation ce 27 novembre n'est pour le coup pas frileux... Mais on n'a sans doute peur de rien quand on est passionné.

Visite de l'exploitation d'un cédant dans les Landes

"Le vice de la Blonde"
Un entrain et une curiosité pour le monde agricole qui se fait jour lorsque Hervé Guichemerre revient sur sa carrière. En effet, tout en développant l'activité céréalière (de 10 ha et quelques bêtes du temps de son père à 45 ha lors son installation pour finir à 130 ha à l'heure actuelle... « j'étais motivé » dit-il), il aura tester plusieurs productions. L'élevage de Blonde d'Aquitaine d'abord. Après un stage, « j'ai pris le vice de la Blonde, et il m'a pris l'idée de vouloir faire des concours. J'ai gagné quelque prix, j'ai eu quelques bons taureaux que j'ai pu revendre à la station raciale, mais j'étais un peu seul dans le coin à travailler sur la génétique. Et quand mon père a pris sa retraite, c'est devenu vraiment dur ; je me suis donc essayé aux bovins viande avec le label Boeuf de Gascogne, mais c'était toujours beaucoup de travail pour un revenu qui n'était pas là. J'ai donc arrêté, avec quelques difficultés car j'étais très attaché à cette activité ».
Ne pas avoir pu la poursuivre, c'est le grand regret d'Hervé avoue-t-il, amer de constater que « les prix pratiqués aujourd'hui, si l'on fait la conversion du franc à l'euro, sont les mêmes que dans les années soixante, du temps de mon grand-père... J'ai retrouvé des documents de l'époque qui l'atteste... C'est effarent ! ». Sur le sujet de l'élevage, l'agriculteur, plutôt bonhomme, se rembrunit. « Le bon côté des choses, c'est que depuis que j'ai arrêté l'élevage j'ai le temps de partir en vacances », se rattrape-t-il.
Dans la liste des activités testées, il faut aussi ajouter l'élevage équin, des « anglo-arabes ». « Avec 4 pouliches, j'étais le plus important éleveur des Landes... » s'amuse-t-il. Curiosité aussi sur les cultures végétales pour lesquels il a aussi mis en œuvre diverses pratiques culturales innovante.

Bois énergie et séchage du maïs à domicile
Et finalement, c'est dans la bio-énergie, et plus précisément le bois énergie, qu'il a trouvé une autre source de satisfaction. Il est relativement incollable sur le sujet. La ressource, il la trouve sur sa plantation de taillis de 3ha, mais aussi dans la taille de ses 24 km de haie ou encore par l'achat ou la récupération de bois « lors des coups de vents et de tempêtes, et chez les gens du coin qui m'appellent pour les débarrasser, hors bois forestier ». Il fait ensuite broyer cette récolte, la stocke sous ses hangars et la fait sécher selon la demande sur deux types de qualité. « Les petites chaufferies demandent des plaquettes très sèches, et les grosses chaufferies, comme celle du quartier du Hameau à Pau, qui sert aussi l'hôpital, demandent des plaquettes un peu humide, parce que ça chauffe mieux... L'eau contient de l'hydrogène, donc ça dégage plus d'énergie... », glisse-t-il à ses jeunes visiteurs. Des plaquettes qu'il utilise aussi pour son propre séchoir à maïs. Une connaissance sur la bio énergie qu'il a acquise lors d'une formation en Allemagne. L'occasion de glisser aux lycéens qui l'écoute, un conseil d'expérience : « il faudra toujours se former, et avancer ! »

« La production de bois énergie marche très bien », confie-t-il. Une idée à creuser peut-être pour son futur associé... Car un des élementS essentiels à l'affaire c'est bien la rencontre de deux projets: celui du cédant et celui du repreneur. Deux projets qui auront su prendre le temps de se construire", insiste François Darbo, vice président de la Chambre d'agriculture, présent sur la visite au côté des agents du Point Accueil Installation Transmission de la Chambre.
Si l'idée a donc encore le temps de se faire son chemin, il semble pourtant que le candidat à la reprise partielle de l'EARL Guichemrre ne soit pas dans le groupe du jour, plutôt parti sur du salariat ou de l'installation dans le cadre familial. Mais élèves et formateurs présents ont promis de se faire le relais de ce projet de transmission auprès de leur réseau dans et autour de leurs établissements.


L'info en plus :

A l'occasion de la Quinzaine de la transmission agricole, la Chambre d'agriculture des Landes organise ces 26, 27 et 28 novembre, trois visites d'exploitations cherchant des repreneurs ou des associés. Outre l'exploitation d'Hervé Guichemerre était ouverte à la visite une exploitation maraîchère à Saint-Geours-de-Maremne mardi et, ce jeudi, un élevage en bovin lait, à Souprosse. 3 exploitations sélectionnées pour l'évènement car « ce sont des projets de transmission ou d'association particulièrement aboutis. Les chefs d'exploitation savent ce qu'il veulent tout en restant ouvert au projet du futur associé ou repreneur », explique Isabelle Laffargue du Point Accueil Installation Transmission des Landes. « En Nouvelle-Aquitaine , dans dix ans, 30 000 agriculteurs seront à la retraite et face à cela, seulement 6000 à 7000 installations nouvelles sont attendues. C'est un défi pour nous d'aller chercher des agriculteurs. C'est vrai que ça peut-être un métier difficile mais c'est passionnant et il y a moyen d'en vivre. », insiste François Darbo. Dans ce département, le Répertoire Départ Installation compte pour l'heure 48 offres d'exploitations. Elles sont un peu plus de 660 au niveau régional.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
10427
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Illustration installation - transmission en maraîchage Agriculture | 23/10/2020

Transmission agricole : Safer, collectivités et chambre d'agriculture 64 alliées au plus proche du terrain

Une partie du coteau bordant les vignes de Pierre Tourré s'est effondrée suites à la pluie du 11 mai Agriculture | 21/10/2020

Les pluies du mois de mai mettent en danger des vignerons de Loupiac

La famille Massé, installée à Rouillac, fait partie des 150 exploitations certifiées par l’interprofession Agriculture | 15/10/2020

Charente : vers un cognac 100% durable en 2030

Roland de Lary, directeur du CRPF Agriculture | 05/10/2020

Filière bois : trois questions à Roland de Lary, directeur du Centre Régional de la Propriété Forestière

Danièle Marcon, présidente de la section tomate de l'AIFLG Agriculture | 04/10/2020

L'IGP, une urgence pour la survie pour la Tomate de Marmande

Marché de producteurs Agriculture | 02/10/2020

Les circuits courts au menu du 6ème Agrinovembre

Bernard Layre, Présidnt de la Chmabre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques et Eric Spitz Préfet du département Agriculture | 01/10/2020

Un nouveau tournant vers la transition environnementale pour l'agriculture des Pyrénées-Atlantiques

Le Palso est une association représentant les acteurs de la filère palmipède du grand Sud-Ouest Agriculture | 30/09/2020

Un vingtième anniversaire particulier pour l’IGP Foie Gras du Sud-Ouest

Pierre Courdurié en train de travailler le raisin en fermentation Agriculture | 25/09/2020

Vendanges : rencontre avec Pierre Courdurié, vigneron à Saint-Christophe-des-Bardes

Le périgourdin Didier Gouraud à la tête d'Interbev Nouvelle Aquitaine Agriculture | 20/09/2020

Le périgourdin, Didier Gouraud, à la tête de la filière viande en Nouvelle-Aquitaine

Safer Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 17/09/2020

La Safer tire son bilan régional

Anthony Brun dans sonexploitation de Saint-Bonnet sur Gironde Agriculture | 17/09/2020

Vendanges : le terroir de cognac sauve les meubles

Anne Fichet au milieu de ses fleurs Agriculture | 11/09/2020

De la plante à l'hydrolat, l'agriculture dans le respect du vivant chez Anne Fichet à Saint-Savinien (17)

Quelques unes des génisses que Joël Sillac présentera lors du Concours national Bazadais 2020 à Vieux Boucau Agriculture | 08/09/2020

Retour en terres landaises pour le concours national Bazadais !

La maison de retraite pour poules pondeuses de Coussac-Bonneval va s’agrandir en 2021. Agriculture | 07/09/2020

La Safer a accompagné l’installation d’une maison de retraite pour poules en Haute-Vienne!