aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/08/16 | Luc Grislain nouveau président du GIPSO

    Lire

    Luc Grislain qui succède à Alexandrine Roubière est depuis 1993 Directeur de l'Institut de Pharmacie Industrielle à l'Université de Bordeaux. Son laboratoire spécialisé dans le développement pharmaceutique gère de nombreux projets dans le domaine de la mise au point de médicaments pour des maladies tropicales.Il est également co-fondateur avec le Groupe Bertin Technologies de Bertin Pharma, une spin off de l'Université de Bordeaux, société de R&D dans le domaine Pharmaceutique créée en 1999 et qui emploie à ce jour plus de 130 collaborateurs, dont la moitié est basée en Aquitaine.

  • 24/08/16 | Dernier concert des « Mercredis de la Cale » 2016 à Villeneuve/Lot

    Lire

    Soirée « Beatles » pour le dernier Mercredi de la Cale, le 24 août à 21h, à la Cale de la Marine à Villeneuve-sur-Lot. Rejoints par le chanteur-guitariste Michaël Jones, les Get Back ont conçu ce spectacle unique spécialement pour cet événement. En 1ère partie, les finalistes locaux du concours « Ma Ville a du Talent » se produiront sur scène. Aussi, So Sosax, grand gagnant de la catégorie « danse » de ce même concours fera une démonstration de hiphop. Soirée gratuite et en plein air.

  • 23/08/16 | A Anglet, les agriculteurs jouent la transparence

    Lire

    Pour la 9ème année, la FDSEA 64 et les Jeunes agriculteurs transforment, ce mercredi 23 août dès 10 h, une partie du parking de la Barre en vaste ferme. Éleveurs et producteurs présentent leurs animaux et leur savoir-faire. "Une opération vérité" revendique le syndicat qui d'ailleurs attire la foule des touristes et les locaux d'une ville qui a une longue tradition maraichère. Fabrication de fromage, expositions, démonstration de chiens de troupeaux sur le parking herbeux d'Izadia et déjeuner sur place sont au menu. Une opération de relations publiques bien utile

  • 23/08/16 | 180 panneaux de signalisation vandalisés en Béarn

    Lire

    Pour une raison inconnue, près de 180 panneaux de signalisation ont été recouverts de peinture noire dans les vallées d'Ossau et de l'Ouzom, dans les Pyrénées-Atlantiques. Ces dégradations qui n'ont pas été revendiquées se sont produites au cours de la nuit du jeudi 18 au vendredi 19 août. La remise en état des panneaux est évaluée à plusieurs centaines de milliers d'euros par le Conseil départemental. Son président et le préfet ont dénoncé des "actes irresponsables", préjudiciables à l'économie locale ainsi qu'à la sécurité routière. Un numéro d'appel à témoins a été diffusé (05 59 05 49 87)

  • 22/08/16 | La Rochelle : une grande parade pour fêter le retour des athlètes de Rio

    Lire

    Une parade nautique est prévue samedi 26 août entre 11h et midi, entre la maison de la Charente Maritime (Les Minimes) et le vieux port de La Rochelle, en présence des sportifs locaux de retour des Jeux Olympiques de Rio. Pour la Ville et le pôle Voile de La Rochelle, c'est l'occasion de saluer la performance de ces athlètes, qui prendront part à la parade en présence de nombreuses autres embarcations. Parmi eux, Charline Picon, qui a décroché l’or en planche à voile RS:X.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | « Faire du bio est une démarche économique non idéologique ! » Michel de Lapeyrière, président de la Chambre d'agriculture de Lot-et-Garonne

05/12/2012 | Avec plus de 15.000 hectares dédiés à l'agriculture biologique, le Lot-et-Garonne est le premier département d'Aquitaine en surface bio.

agriculture bio en lot-et-garonne

528 exploitations et 16.316 hectares dont 9.414 certifiés et 6.996 en conversion. Tels sont les chiffres de l'agriculture biologique en Lot-et-Garonne. Le Lot-et-Garonne qui est le premier département d’Aquitaine en surface bio et en nombre de poulets de chair et de poules pondeuses bio. Depuis 15 ans maintenant, la Chambre d'agriculture 47 a fait du développement de l'agriculture biologique une de ses priorités. Des conseillers agissent tous les jours sur le terrain auprès des exploitants pour les accompagner dans la conversion, l'expérimentation et l'appui à la structuration des filières...

« L'agriculture biologique est une agriculture à part entière, difficile, je serai même tenté de dire plus difficile que l'agriculture conventionnelle car nous n'avons pas le droit à l'erreur ! » Michel de Lapeyrière, le président de la Chambre d'agriculture 47, croit en l'agriculture biologique. D'ailleurs depuis une bonne dizaine d'années déjà, la Chambre s'est engagée à la valoriser en dédiant un poste d'animateur à cette cause. Pour lui, « c'est une agriculture d'observation qui valorise les agriculteurs performants. » Mais derrière cette agriculture, encore faut-il trouver des filières qui fonctionnent pour valoriser ces produits. « Il faut aussi des prix rémunérateurs car il ne s'agit pas de faire du bio pour faire du bio. Les agriculteurs ont besoin de vivre de leur métier ! »
« Produire en bio est un défi »Et cela, Jean-Philippe Laboulbène l'a bien compris ! Pruniculteur à Madaillan depuis 1986, il a décidé en 2010 de se convertir en bio, « car en agriculture conventionnelle je ne voyais pas une rentabilité possible sur le court terme. » Depuis deux ans maintenant, il s'est lancé dans l'aventure et pour l'instant « tout se déroule très bien, nous sommes bien suivis par la Chambre. Le seul souci aujourd'hui est de savoir si le marché va suivre par rapport à la production et au nombre de personnes qui se convertissent en bio. » Au début, donc, la conversion en bio était motivée par des raisons financières, mais, petit à petit, c'est devenu un défi et même plus aujourd'hui « en fait, pour nous, agriculteurs, amoureux de notre terre, le bio est intéressant car nous n'utilisons plus de produits phytosanitaires néfastes pour la santé. »
« Travailler en agriculture biologique est un vrai plaisir »Pour Jean-Christophe Chassaigne, agriculteur grandes cultures sur le plateau de Beauville et Moncrabeau, « c'est une vieille conviction de produire un aliment sain. » Aussi, il avait le désir « de ne pas tripoter de produits chimiques nocifs. » Lui, ne voit pas l'agriculture biologique comme une contrainte, au contraire « c'est un vrai plaisir, car je suis obligé de m'appuyer à 100% sur l'agronomie. C'est également un petit casse-tête de gérer son agriculture, son sol et la production avec les moyens du bord ! Aussi, ce qui est amusant, c'est de voir des agriculteurs en conventionnel venir nous questionner sur notre travail. Et lorsqu'ils voient que nos cultures poussent normalement, ils s'y intéressent de plus en plus ! »

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : XC/CG47

Partager sur Facebook
Vu par vous
301
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr