Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | « La Ferme Fourcade », la ferme biologique de Jean-Denis Dubois, à Bruges, sort du lot

08/08/2015 | Rencontre à la « Ferme Fourcade » de Jean-Denis Dubois, adjoint à la mairie de Bruges et seul éleveur biologique de la commune.

Jean-Denis Dubois  et son élevage à la "Ferme Fourcade"

À 56 ans, Jean-Denis Dubois peut se targuer d’être l’un des précurseurs du bio girondin. Un fait d’armes qui a valu à son exploitation d’être, à deux reprises, la terre d’accueil de la Fête de l’élevage biologique. En une vingtaine d’années d’activité, cet acharné ne s’est jamais détourné des valeurs agricoles de ses débuts. Si, comme partout ailleurs dans cette difficile conjoncture, tout n’est pas rose pour l’éleveur, sa bonne implantation géographique et la finesse de ses produits lui permettent de mieux traverser la crise actuelle. Pour Aqui.fr, M.Dubois revient sur ses convictions, ses envies, ses inquiétudes.

Loin des usines, près de la ville « Un mal pour un bien », une expression qui prend tout son sens au regard des curieux débuts professionnels de Jean-Denis Dubois. À la fin des années 90, la grande confusion semée par la crise de la vache folle n’a fait que flouter les différences entre précurseurs du bio français et exploitants déjà engagés dans une logique industrielle. Contrarié par ce manque de reconnaissance qualitatif, ce passionné décide alors de se lancer dans l’élevage biologique de races à viande, à l’époque où l’idée même de rayons bio en grandes surfaces n’avait pas encore germé. Fidèle à la tradition familiale, il revient sur les terres de son père, à l’époque producteur laitier implanté parmi les 260 hectares que couvre la réserve naturelle des marais de Bruges. Aujourd’hui, le voici aux commandes d’une ferme de 140 hectares en prairie naturelle, destinée à l’élevage biologique de presque autant de bovins.

Tourner le dos à l’exploitation intensive tout en tendant les bras à Bordeaux et à ses milliers de clients potentiels, tel est l’équilibre à trouver pour Jean-Denis Dubois. Lorsque ses belles pièces de bœuf ou de veau rosé n’approvisionnent pas les marchés de la Métropole sur les étals de son boucher, elles alimentent son service de vente directe. Depuis une dizaine d’années, le bouche-à-oreille fonctionne : sans véritable support de promotion, M. Dubois a ainsi su profiter de son emplacement stratégique aux portes de la ville pour réaliser 30 à 40 % de sa production par circuit court, renforçant chaque semaine son carnet d’adresses.

Oubliez les produits de synthèse et les engrais chimiques ! Qu’il s’agisse du foin que Jean-Denis Dubois récolte dans ses prairies, ou des céréales qu’il importe des campagnes aquitaines et pyrénéennes, l’alimentation consommée par ses bêtes est certifiée biologique. « Une sécurité alimentaire » pour le consommateur, en même temps que la garantie d’une viande de qualité, bien engraissée.

« L’industrialisation de l’agriculture n’enrichit pas les agriculteurs, mais les industriels » Resté à l’écart des manifestations et de la colère montante, Jean-Denis Dubois dévoile ses sentiments à propos du malaise agricole actuel. Un malaise dans lequel les imposantes grandes surfaces, en tirant toujours plus leurs prix vers le bas, ont leur part de responsabilité : « Les supermarchés volent la viande, lors des promotions notamment. Je ne pourrai pas me permettre de pratiquer les mêmes prix qu’eux, sinon mon activité ne serait pas rentable » déplore-t-il. Les raisons de cette grande braderie tiennent peut-être en un chiffre : 15 %, c’est la part actuelle de l’alimentation dans le budget des ménages. Depuis un siècle, elle n’a fait que diminuer au profit de dépenses autres qu’alimentaires. Les agriculteurs des pays d’élevage, contraints de passer par de grosses coopératives pour espérer exister sur le marché, en sont les premières victimes.

Fermement converti à la philosophie agricole traditionnelle de son père, Jean-Denis Dubois ne voit pas en l’industrialisation du secteur une solution viable sur le long terme. « Pour moi, les histoires de performances, les fermes de milliers de vaches, c’est de la connerie » conteste-t-il durement. Principale entrave : la nécessaire protection de la planète, à l’heure où l’équivalent d’un département français en surface agricole disparaît tous les dix ans. Aussi, à l’importation excessive et coûteuse en énergie de viande bovine parfois qualitativement douteuse, cet amoureux de la nature répond par une production locale raisonnée, animée par des circuits courts, au cœur d’une indispensable « ceinture verte ». À la surproduction, Jean-Denis Dubois préfère la traditionnelle agriculture paysanne, dont la qualité des produits régionaux rayonnerait par delà les frontières françaises. Une conviction qu’il concrétise en élevant cinq femelles de race bordelaise, population vestige dont le nombre de représentants a longtemps été en forte régression, afin de participer à la conservation de la lignée.

Ces dernières années, l’abandon à répétition de terres maraîchères a morcelé une ceinture verte bordelaise aujourd’hui à bout de souffle. Depuis sa ferme Fourcade, protégée du grignotage urbain depuis toujours par la réserve naturelle, M.Dubois appelle les politiques à donner les moyens aux jeunes de s’installer par le biais d’aides directes ou indirectes : « Politiquement, c’est important de garder ces terres agricoles, en zone inondable et donc non constructible pour pouvoir produire plus local demain. » soutient-il.

Beau programme, dont la réussite ne tient pas seulement entre les mains des éleveurs : « Les consommateurs doivent changer leurs habitudes et devenir des consom'acteurs. Ils n’ont pas besoin de manger de la viande tous les jours. Du coup, autant se procurer de la qualité, certes un peu plus chère, auprès des bouchers de quartier ou d’exploitants en direct ». En quelques mots : privilégier la qualité à la quantité, encore et toujours. Décidément, les formules ne manquent pas pour qualifier le travail de M. Dubois.

Prenez contact avec Jean-Denis Dubois par mail ou par téléphone : Téléphone : 06 70 37 02 99 — Email : jddleplusbio@gmail.com (ventes le vendredi après-midi et le samedi matin)

 

Nicolas Leboeuf
Par Nicolas Leboeuf

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6739
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
agriculteurs Mercosur Agriculture | 21/02/2018

Les agriculteurs manifestent à Bordeaux

En bas à gauche, le président de la FD cuma de la Dordogne Jean François Gazard Maurel entouré de son vice président et de son trésorier Agriculture | 20/02/2018

La FD cuma de la Dordogne choisit l'humour pour prévenir le suicide des agriculteurs

filière laitière département 2018 Agriculture | 15/02/2018

La filière laitière fait le point en Gironde

Francis Massé, président de la Fondation Pour une Agriculture Durable entouré des lauréats Agriculture | 14/02/2018

Prix de l'agriculture durable: les candidatures sont ouvertes !

Alain Rousset, Président du Conseil régional Nouvelle-Aquitaine en visite au Salon régional de l'agriculture 2016 Agriculture | 12/02/2018

Zones défavorisées et réforme de l'apprentissage, la Région s'inquiète pour ses agriculteurs

Assemblée générale Euralis du 9 février 2017, table ronde sur le thème de la révolution numérique Agriculture | 09/02/2018

L'agriculture face à la grande inconnue de l'ère numérique

Les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques, devant la Chambre d'agricutlure de Pau, mobilisés contre la réforme des zones défavorisées Agriculture | 08/02/2018

Zones défavorisées: les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques montent au créneau

Sarah Sous et Emilie Moureu, deux jeunes agricultrices récemment installées dans les Landes sur la commune de Saint-Yaguen Agriculture | 08/02/2018

Quand la partition de propriété multiplie les opportunités agricoles et forestières

Rencontres Viticoles d'Aquitaine 2018 Agriculture | 01/02/2018

Rencontres Viticoles d'Aquitaine: la chasse aux intrants est ouverte, de la vigne à la vinification

Les représentants de la filière volaille au côté de Frédéric Piron de la DDSCP Agriculture | 26/01/2018

Un plan pour mieux anticiper l'influenza aviaire

14ème Comité de pilotage ''regroupement petite propriété'' le 23 janvier 2018 au Domaine d'Ognoas à Arthez-d'Armagnac Agriculture | 24/01/2018

Forêt landaise : Le regroupement des petites propriétés post Klaus, une dynamique à entretenir

Vache Prim'holstein SAA 2015 Agriculture | 17/01/2018

Compétitivité des coopératives agroalimentaires: l'Europe s'en mêle

Vignes dans le bordelais Agriculture | 15/01/2018

La région et ses partenaires viticoles "accélèrent" autour de la viticulture durable

Paysans Remarquables couv Agriculture | 14/01/2018

« Paysans remarquables », une plongée dans l’agriculture bio

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane, le 10 janvier 2018 : ''il faut que l'agriculture se transforme!'' Agriculture | 11/01/2018

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane: "il faut que l'agriculture se transforme!"