aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/09/16 : Alain Rousset:"je l'ai demandée depuis longtemps" après l'annonce de M.Valls qu'à compter du 1er janvier 2018, les régions au lieu de la DGF bénéficieront d'une "fraction de TVA dont l’effet dynamique garantira et pérennisera leurs moyens d’actions"

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 29/09/16 | Une belle reconnaissance pour les Vignerons de Buzet!

    Lire

    Ils viennent d'obtenir le label Diversité. Un premier pas vers la double certification « égalité & diversité », proposée par la Région Aquitaine et le groupe AFNOR. Cette certification veille à la gestion équitable et impartiale de la richesse humaine, sans discrimination aucune. Les Vignerons de Buzet s'inscrivent là dans un projet pilote pour les PME, porté par la Région Aquitaine. Une démarche expérimentale et innovante qui évoluera au sein de la démarche RSE globale.

  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | « La Ferme Fourcade », la ferme biologique de Jean-Denis Dubois, à Bruges, sort du lot

08/08/2015 | Rencontre à la « Ferme Fourcade » de Jean-Denis Dubois, adjoint à la mairie de Bruges et seul éleveur biologique de la commune.

Jean-Denis Dubois  et son élevage à la "Ferme Fourcade"

À 56 ans, Jean-Denis Dubois peut se targuer d’être l’un des précurseurs du bio girondin. Un fait d’armes qui a valu à son exploitation d’être, à deux reprises, la terre d’accueil de la Fête de l’élevage biologique. En une vingtaine d’années d’activité, cet acharné ne s’est jamais détourné des valeurs agricoles de ses débuts. Si, comme partout ailleurs dans cette difficile conjoncture, tout n’est pas rose pour l’éleveur, sa bonne implantation géographique et la finesse de ses produits lui permettent de mieux traverser la crise actuelle. Pour Aqui.fr, M.Dubois revient sur ses convictions, ses envies, ses inquiétudes.

Loin des usines, près de la ville « Un mal pour un bien », une expression qui prend tout son sens au regard des curieux débuts professionnels de Jean-Denis Dubois. À la fin des années 90, la grande confusion semée par la crise de la vache folle n’a fait que flouter les différences entre précurseurs du bio français et exploitants déjà engagés dans une logique industrielle. Contrarié par ce manque de reconnaissance qualitatif, ce passionné décide alors de se lancer dans l’élevage biologique de races à viande, à l’époque où l’idée même de rayons bio en grandes surfaces n’avait pas encore germé. Fidèle à la tradition familiale, il revient sur les terres de son père, à l’époque producteur laitier implanté parmi les 260 hectares que couvre la réserve naturelle des marais de Bruges. Aujourd’hui, le voici aux commandes d’une ferme de 140 hectares en prairie naturelle, destinée à l’élevage biologique de presque autant de bovins.

Tourner le dos à l’exploitation intensive tout en tendant les bras à Bordeaux et à ses milliers de clients potentiels, tel est l’équilibre à trouver pour Jean-Denis Dubois. Lorsque ses belles pièces de bœuf ou de veau rosé n’approvisionnent pas les marchés de la Métropole sur les étals de son boucher, elles alimentent son service de vente directe. Depuis une dizaine d’années, le bouche-à-oreille fonctionne : sans véritable support de promotion, M. Dubois a ainsi su profiter de son emplacement stratégique aux portes de la ville pour réaliser 30 à 40 % de sa production par circuit court, renforçant chaque semaine son carnet d’adresses.

Oubliez les produits de synthèse et les engrais chimiques ! Qu’il s’agisse du foin que Jean-Denis Dubois récolte dans ses prairies, ou des céréales qu’il importe des campagnes aquitaines et pyrénéennes, l’alimentation consommée par ses bêtes est certifiée biologique. « Une sécurité alimentaire » pour le consommateur, en même temps que la garantie d’une viande de qualité, bien engraissée.

« L’industrialisation de l’agriculture n’enrichit pas les agriculteurs, mais les industriels » Resté à l’écart des manifestations et de la colère montante, Jean-Denis Dubois dévoile ses sentiments à propos du malaise agricole actuel. Un malaise dans lequel les imposantes grandes surfaces, en tirant toujours plus leurs prix vers le bas, ont leur part de responsabilité : « Les supermarchés volent la viande, lors des promotions notamment. Je ne pourrai pas me permettre de pratiquer les mêmes prix qu’eux, sinon mon activité ne serait pas rentable » déplore-t-il. Les raisons de cette grande braderie tiennent peut-être en un chiffre : 15 %, c’est la part actuelle de l’alimentation dans le budget des ménages. Depuis un siècle, elle n’a fait que diminuer au profit de dépenses autres qu’alimentaires. Les agriculteurs des pays d’élevage, contraints de passer par de grosses coopératives pour espérer exister sur le marché, en sont les premières victimes.

Fermement converti à la philosophie agricole traditionnelle de son père, Jean-Denis Dubois ne voit pas en l’industrialisation du secteur une solution viable sur le long terme. « Pour moi, les histoires de performances, les fermes de milliers de vaches, c’est de la connerie » conteste-t-il durement. Principale entrave : la nécessaire protection de la planète, à l’heure où l’équivalent d’un département français en surface agricole disparaît tous les dix ans. Aussi, à l’importation excessive et coûteuse en énergie de viande bovine parfois qualitativement douteuse, cet amoureux de la nature répond par une production locale raisonnée, animée par des circuits courts, au cœur d’une indispensable « ceinture verte ». À la surproduction, Jean-Denis Dubois préfère la traditionnelle agriculture paysanne, dont la qualité des produits régionaux rayonnerait par delà les frontières françaises. Une conviction qu’il concrétise en élevant cinq femelles de race bordelaise, population vestige dont le nombre de représentants a longtemps été en forte régression, afin de participer à la conservation de la lignée.

Ces dernières années, l’abandon à répétition de terres maraîchères a morcelé une ceinture verte bordelaise aujourd’hui à bout de souffle. Depuis sa ferme Fourcade, protégée du grignotage urbain depuis toujours par la réserve naturelle, M.Dubois appelle les politiques à donner les moyens aux jeunes de s’installer par le biais d’aides directes ou indirectes : « Politiquement, c’est important de garder ces terres agricoles, en zone inondable et donc non constructible pour pouvoir produire plus local demain. » soutient-il.

Beau programme, dont la réussite ne tient pas seulement entre les mains des éleveurs : « Les consommateurs doivent changer leurs habitudes et devenir des consom'acteurs. Ils n’ont pas besoin de manger de la viande tous les jours. Du coup, autant se procurer de la qualité, certes un peu plus chère, auprès des bouchers de quartier ou d’exploitants en direct ». En quelques mots : privilégier la qualité à la quantité, encore et toujours. Décidément, les formules ne manquent pas pour qualifier le travail de M. Dubois.

Prenez contact avec Jean-Denis Dubois par mail ou par téléphone : Téléphone : 06 70 37 02 99 — Email : jddleplusbio@gmail.com (ventes le vendredi après-midi et le samedi matin)

 

Nicolas Leboeuf
Par Nicolas Leboeuf

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4082
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr