Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

07/08/20 : C'est un adolescent de 16 ans qui a provoqué l'incendie du Pignada à Anglet; il a été mis en examen pour destruction volontaire de forêt et a été placé en détention à la maison d'arrêt de Pau

07/08/20 : Suite au décret du 30 juillet dernier, le préfet des Pyrénées-Atlantiques a décidé de rendre obligatoire le port du masque dans l'espace public dans les communes de Bidart, Espelette, Guéthary et Saint-Jean-Pied-de-Port.

05/08/20 : Dès aujourd'hui, le port du masque est obligatoire dans les secteurs piétonniers d'Hossegor.

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

05/08/20 : L'Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine, organise un dépistage COVID-19 à Biarritz, ce jeudi 6 août, de 9h à 13h sur l’Esplanade du Casino Municipal; un acte gratuit. Se présenter avec sa pièce d’identité, et carte vitale

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : Le maire d'Anglet Claude Olive, après entretien avec le préfet, a pris la même décision que Maïder Arosteguy et fermera ses 4,5km de plage de 22 h à 6 h à partir du 4 août. Une décision logique en raison de la proximité des deux stations balnéaires.

30/07/20 : En Dordogne, aucun record de température n'est tombé ce jeudi 30 juillet. Météo France a enregistré un maximal de 39 degrés aux Eyzies, dans la vallée de la Vézère. Le département est placé en vigilance jaune jusqu’au samedi 1er août à 12 heures.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

30/07/20 : Albin Chalandon,l'une des figures de la V° république et du gaullisme, qui occupa plusieurs postes ministériels dont celui de Garde des Sceaux mais fut aussi PDG du groupe Elf-Aquitaine est décédé à l'âge de cent ans.

30/07/20 : A Pau, le départ de la course cycliste féminine « Donnons des ailes au vélo » sera donné le 6 août à 8 heures au Tour des Géant Stade Tissié. Cette course reprend les 21 étapes du Tour de France parcourues par les cyclistes masculins.

30/07/20 : Ce jeudi, sur la Côte basque, Biarritz devrait battre ses records de chaleur avec 41°, soyons fous, selon les spécialistes, ressenti 47°. Bref la Côte basque flirtera avec sa concurrente d'Azur, voire en matière de culture assumée, sa cousine, la Corse.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 07/08/20 | Bordeaux Métropole soutient le Liban

    Lire

    Suite aux évènements qui viennent de se dérouler à Beyrouth, le président de Bordeaux Métropole, Alain Anziani, propose d’allouer une aide exceptionnelle à Médecins Sans Frontières, qui est actuellement dans la capitale libanaise pour assurer l’aide médicale d’urgence, de 50 000€. MSF depuis 25 ans a sa plus grande base logistique à Mérignac. Fin septembre lors du prochain Conseil de Bordeaux Métropole, une délibération formalisera ce soutien.

  • 07/08/20 | Lauak supprimerait 156 emplois au Pays basque

    Lire

    La sous-traitant aéronautique Lauak, de la famille Charritton, victime de la crise post-Covid, supprimerait 156 postes -sur 528- dans ses usines d'Ayherre-Hasparren. Le groupe qui possède également une usine à L'Isle Jourdain (Gers) verra cette dernière amputée de 60 salariés. La baisse d'activité des compagnies aériennes impacte sérieusement le carnet de commande du groupe basque en pleine expansion auparavant. La direction n'a pas commenté ce plan de sauvegarde de l'emploi et de l'entreprise par la même occasion.

  • 07/08/20 | Des chèques pour les Vélos à Assistance Electriques à Poitiers

    Lire

    Les habitants souhaitant acquérir un vélo à assistance électrique peuvent continuer de bénéficier d’une aide de Grand Poitiers grâce aux nouveaux chèques VAE. Il permet d’avoir une réduction de 25 % du coût d’achat TTC à hauteur de 250 euros. Pour en bénéficier, il suffit de se rendre sur le site de la Communauté Urbaine et d’avoir plus de 18 ans. Un seul chèque peut être distribué par ménage.

  • 07/08/20 | La restauration des vitraux de l’église Saint-Jacques de Pau touche à sa fin

    Lire

    L’église Saint-Jacques de Pau devrait bientôt voir le bout des travaux de restauration visant à remettre en état ses 28 verrières. Commencée en octobre 2019, la rénovation des vitraux menée par l’atelier Dupuy se terminera à l’été 2020. La souscription populaire visant à financer une partie des travaux a, pour l’instant, permis de récolter près de 35 000 euros.

  • 07/08/20 | Lac du Cébron : reprise des animations dominicales

    Lire

    Le lac du Cébron reprend ses animations hebdomadaires tous les dimanches à 14h30. Les visiteurs seront invités à découvrir la richesse du patrimoine ornithologique de ce refuge où évoluent une multitude d’oiseaux. Les animateurs des associations d'éducation à l'environnement du département proposeront plusieurs animations centrées sur une espèce.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | « Quand on veut on peut » en devise de l'assemblée générale de la Chambre d'agriculture de Gironde

28/11/2015 | C'est dans le décor des vignes urbaines du Château Luchey Halde à Mérignac que s'est réunie l'assemblée générale de la Chambre d'agriculture de Gironde

Hervé Servat et Hervé Brunelot (DDTM), Bernard Artigue et Pierre Got (Président et DG Chambre de l'agriculture de Gironde) et Bernard Castagnet (Vice président du Conseil départemental)

En ce 27 novembre, jour d'hommage national aux victimes des attentats du 13 novembre, c'est par une évidente minute de silence qu'a débuté la session de la Chambre d'agriculture de Gironde. Une assemblée générale à l'ordre du jour chargé entre vote du budget, bilan de campagne 2015, ou encore temps de réflexion et d'échange autour du sujet de l'agriculture et du réchauffement climatique. L'occasion également saisie par Bernard Artigue, président de la Chambre d'agriculture d'évoquer et d'interroger Bernard Castagnet, vice-président du Département, sur les conséquences de la loi NOTRe sur les compétences nouvelles du Conseil départemental au regard de l'agriculture girondine.

Si dans son discours, le président de la Chambre d'agriculture n'a pas manqué de souligner, « l'excellente nouvelle » de « la suspension définitive de la baisse de la ressource fiscale des Chambres », initialement prévue dans la loi de finances triennales, ce n'est pas sans inquiétude, qu'il est revenu sur les conséquences de la loi NOTRe. Redéfinissant les compétences des collectivités territoriales, elle pourrait être lourde de conséquences sur les subsides de la Chambres.

Incertitute sur les subventions des Conseils départementauxEn effet, jouant jusque-là de la clause de compétence générale, le Département de Gironde menait une action dynamique en faveur de l'agriculture départementale, par le biais notamment de subventions individuelles et collectives, ainsi que par l'attribution de subventions à la Chambre départementale elle-même. Mais, supprimant cette clause de compétence générale et donnant à la seule région la compétence du développement économique, au département, les solidarités sociales et territoriales, « la réforme créée une forte incertitude sur les conditions de financement de l'agriculture et des Chambres d'agriculture par les Conseils départementaux », estime Bernard Artigue.
Une inquiétude en partie calmée par Bernard Castagnet, Vice-président du Conseil départemental en charge de l'attractivité territoriale, du développement économique et du tourisme, qui a fait part de sa « détermination à ce que l'action du département au bénéfice des agriculteurs et des chambres d'agriculture se poursuive », soulignant qu'en matière agricole, « la loi NOTRe permet d'obtenir une délégation de compétence de la part de la Région ». Des négociations entre Département et Région qui auront lieu dès 2016, annonce le vice président du Conseil départemental... Mais il prévient déjà qu' « au 1 janvier 2017, la collectivité départementale subira une baisse de 80 M€ de ses ressources issues de la CVAO. » En d'autres termes synthétise t-il, « il existe des marges de manœuvres pour pouvoir pérenniser notre collaboration... à condition d'avoir les moyens financiers de les assurer ». De quoi rassurer les élus de la Chambre, au moins sur la volonté politique du Département... Et permettre à Bernard Artigue de conclure le sujet par un « quand on veut, on peut »...

"Anticiper les futurs possibles"L'affirmation d'une volonté d'agir, c'est aussi ce qu'ont démontré les intervenants de l'après-midi sur le thème de l'adaptation de l'agriculture au réchauffement climatique, en cette période de Cop21. Après l'intervention de Frédérique Levrault démontrant et analysant de 1001 manières le réchauffement planétaire en cours, et auquel notre département est particulièrement exposé, il a listé deux types de mesures à prendre pour que la viticulture girondine s'adapte au mieux à ces réchauffements. Une adaptation qui sous-tend deux préalables nécessaires selon lui : d'abord « prendre la mesure de ce qui s'est déjà passé », et « anticiper les futurs possibles » pour que les mesures d'adaptation soient les plus efficaces possibles.
Des mesures qui selon lui correspondent à deux grandes catégories d'actions, les adaptations à court terme, telles que, pour l'exemple de la viticulture, la maîtrise du volume de feuillage, les vendanges nocturnes, la désalcoolisation ou encore l'ombrage artificiel, et, les adaptions à moyens termes telles que la modification de l'orientation des rangs, la densité de peuplement, la modification des dates de plantation ou encore les clones variétaux et les porte-greffes. Enfin, en fonction de la réussite ou non de stabiliser le niveau de réchauffement climatique, aux alentours de 2030 à 2050 peuvent également être travaillés, d'autres axes de recherche sur de nouveaux cépages ou encore l'irrigation, malgré la sensibilité du sujet au regard d'une tension destinée à être de plus en plus forte sur cette ressource.

Vers "un système de production adaptatif"?Autant de pistes d'actions de court, moyen et long termes, d'ores et déjà travaillées par les services de la Chambre et le Vinopole, comme en ont témoigné les nombreux axes d recherches, expérimentations et initiatives décrits par Marie-Catherine Dufour, Directrice régionale de l'Institut Français de la Vigne et du Vin et Laurent Bernos, Directeur du Service Vigne et Vin de la Chambre d'agriculture. Que ce soit sur le matériel végétal, sur les itinéraires techniques, le contrôle des maladies et des ravageurs actuels et émergents, ou encore sur l'adaptation des pratiques oenologiques, la palette des actions envisagées est large. De quoi bel et bien démontrer une volonté forte, non seulement de recherche, mais aussi « de transfert de connaissances aux techniciens et aux viticulteurs », souligne Magalie Vérité vice présidente de la chambre consulaire, imaginant déjà des outils d'aide à la décision à développer. En point de mire : « un système de production adaptatif à notre milieu, pour continuer de produire un vin au rendement correct et toujours de qualité ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
9478
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr