Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/03/19 : La Rochelle: sur le net circulent des appels à manifester ce samedi en centre-ville. Aucune déclaration de manifestation n’a été déposée, rappelle la préfecture, qui s'attend à "des actions délibérée de troubles à l’ordre public au Vieux Port".

22/03/19 : En visite à La Rochelle, le ministre de l'écologie François de Rugy a annoncé un soutien financier supplémentaire de 100 000 € à l'observatoire Pelagis, qui recense et étudie les dauphins - 1100 cétacés morts ont été recensés depuis janvier.

22/03/19 : A l'occasion de la journée mondiale de l'autisme le 2 avril prochain, l'association la Banda Marius et Cap Soins 17 organisent à l'hôpital Marius Lacroix un après-midi festif sur le thème "Ensemble nous chantons, dansons, créons...Ensemble nous vivons".

21/03/19 : Charente-Maritime : le festival Jazz au Phare, qui se déroulera du 4 au 8 août au Phare des Baleines, vient de dévoiler ses têtes d'affiches : Melody Gardot pour l’ouverture sur la grande scène le 4 août et Christophe le 5 août.

20/03/19 : Le Pont de l'île de Ré ne sera pas fermé à la circulation dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 mars 2019 comme annoncé le 22 février dernier.

20/03/19 : Un séisme de magnitude 4,9 s'est produit ce matin peu avant 11h dans le secteur de Montendre. Il aurait été ressenti dans un rayon de 200 km, à Bordeaux et à Angoulême notamment.

20/03/19 : A Périgueux, la journée de l'audition se concrétise ce mercredi 20 mars, par le spectacle "yes ouie can", au Sans réserve à partir de 18 h 30. Cette soirée est organisée par le service de santé au travail. Gratuit dans la mesure des places disponibles.

19/03/19 : Dordogne : Ce 19 mars, l'appel à la grève des organisations syndicales CGT, FO et FSU, a été suivi par un petit millier de personnes à Périgueux qui revendiquent une hausse du SMIC, la réindexation des pensions et de retraites sur le coût de la vie.

19/03/19 : Jean-Frédéric Laurent, économiste de formation et spécialiste du transport maritime international est depuis le 13 mars dernier, le nouveau Président du Directoire du Grand Port Maritime de Bordeaux.

18/03/19 : Le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement est nommé préfet de police de Paris en remplacement de Michel Delpuech, après les violences sur les Champs-Élysées.

17/03/19 : Grande America : les "boues" observées par l'association Sea Shepherd hier à Hourtin en Gironde, ne sont en fait qu'un phénomène naturel de décomposions de déchets organiques bien connus des habitants, et non du mazout, relate ce matin la préfecture.

16/03/19 : Naufrage du Grande America : l'association Sea Shepherd rapporte que des plages de Gironde auraient été touchées. La préfecture maritime ne confirme pas et demande de "ne pas se fier aux photos alarmiste", et promet des prélèvements sur zone.

15/03/19 : Naufrage du Grande America : une nappe d’hydrocarbures d’une longueur de 4.5 km et d’une largeur de 500 mètres, d’aspect compact, a été observée à proximité de la zone de naufrage, à environ 175 nautiques (environ 325 km) des côtes françaises.

12/03/19 : Prévoyant une trentaine de recrutements en 2019, la Sobeval, spécialisée dans le veau de boucherie, organise un forum pour l’emploi, le 20 mars de 13 h à 17 h dans ses locaux de Boulazac (Dordogne). Un test par simulation sera proposé par Pôle emploi.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/03/19 | Grande America : la toxicité des produits à bord se confirme

    Lire

    La préfecture maritime a publié hier soir la liste des produits contenus à bord du Grande America, confirmant que la pollution ne sera pas liée qu'aux hydrocarbures. Le navire contenait à son départ 365 conteneurs dont 45 de matières dangereuses: de l'Hydrogénosulfure de sodium, du White Spirit, du phosphate de zinc, du polyéthersiloxane, du prothioconazole, du chloro-méthyl, de l'acide sulfurique, de l'acide chlorhydrique et divers aérosols.

  • 22/03/19 | Ecoles : fermeture de 31 classes à la rentrée en Charente-Maritime

    Lire

    L'inspection académique fermera 31 classes dont une école (Saint-Exupéry à Saintes) à la rentrée prochaine. Le sort de 7 classes reste en suspens d'ici juin. La Charente-Maritime devrait perdre en septembre 644 inscriptions sur les 4937 enfants actuellement en école publique. Une chute démographique observée depuis plusieurs années qui impacte aujourd'hui les effectifs scolaires, selon l'Académie. Le doublement des classes de CP-CE1 en zone prioritaire devrait permettre l'ouverture de 12 classes.

  • 22/03/19 | Job dating à Pau

    Lire

    Le 26 mars prochain, le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne et Wizbii organisent un job dating à destination des jeunes. Cette initiative « 1er stage, 1er job » a pour but de permettre aux jeunes de développer leur réseau professionnel mais aussi de pouvoir décrocher leurs futurs stages, alternances ou emplois. Une dizaine d’entreprises seront présentes dont le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne et Square Habitat notamment. Inscription obligatoire

  • 22/03/19 | Trélisssac, ville étape du 52e Tour du Limousin-Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Trélissac sera ville étape du Tour du Limousin - Nouvelle-Aquitaine pour la cinquième fois. Après avoir accueilli deux départs en 1999 et en 2014, ainsi que les arrivées de deux étapes en 1999 et en 2012, cette commune aux portes de Périgueux accueillera la deuxième étape du 52ème Tour du Limousin - Nouvelle-Aquitaine le jeudi 22 août, étape tracée en intégralité sur les routes du département de la Dordogne. Le départ s'effectue depuis la base départementale de Rouffiac.

  • 22/03/19 | Limoges : une convention pour loger les jeunes

    Lire

    Le CCAS de la Ville de Limoges et l'Association Varlin Pont-Neuf s'engagent à mettre à disposition des logements pour les jeunes en insertion. Limoges poursuit ainsi sa démarche d'aide aux jeunes en difficulté dans le cadre du dispositif Allocation Logement Temporaire (ALT) conduit par l'Accueil Social des Jeunes. Grâce à ce partenariat, les deux parties pourront profiter pleinement des compétences de chacune, tout en permettant un meilleur accompagnement et logement des jeunes en insertion.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | « Quand on veut on peut » en devise de l'assemblée générale de la Chambre d'agriculture de Gironde

28/11/2015 | C'est dans le décor des vignes urbaines du Château Luchey Halde à Mérignac que s'est réunie l'assemblée générale de la Chambre d'agriculture de Gironde

Hervé Servat et Hervé Brunelot (DDTM), Bernard Artigue et Pierre Got (Président et DG Chambre de l'agriculture de Gironde) et Bernard Castagnet (Vice président du Conseil départemental)

En ce 27 novembre, jour d'hommage national aux victimes des attentats du 13 novembre, c'est par une évidente minute de silence qu'a débuté la session de la Chambre d'agriculture de Gironde. Une assemblée générale à l'ordre du jour chargé entre vote du budget, bilan de campagne 2015, ou encore temps de réflexion et d'échange autour du sujet de l'agriculture et du réchauffement climatique. L'occasion également saisie par Bernard Artigue, président de la Chambre d'agriculture d'évoquer et d'interroger Bernard Castagnet, vice-président du Département, sur les conséquences de la loi NOTRe sur les compétences nouvelles du Conseil départemental au regard de l'agriculture girondine.

Si dans son discours, le président de la Chambre d'agriculture n'a pas manqué de souligner, « l'excellente nouvelle » de « la suspension définitive de la baisse de la ressource fiscale des Chambres », initialement prévue dans la loi de finances triennales, ce n'est pas sans inquiétude, qu'il est revenu sur les conséquences de la loi NOTRe. Redéfinissant les compétences des collectivités territoriales, elle pourrait être lourde de conséquences sur les subsides de la Chambres.

Incertitute sur les subventions des Conseils départementauxEn effet, jouant jusque-là de la clause de compétence générale, le Département de Gironde menait une action dynamique en faveur de l'agriculture départementale, par le biais notamment de subventions individuelles et collectives, ainsi que par l'attribution de subventions à la Chambre départementale elle-même. Mais, supprimant cette clause de compétence générale et donnant à la seule région la compétence du développement économique, au département, les solidarités sociales et territoriales, « la réforme créée une forte incertitude sur les conditions de financement de l'agriculture et des Chambres d'agriculture par les Conseils départementaux », estime Bernard Artigue.
Une inquiétude en partie calmée par Bernard Castagnet, Vice-président du Conseil départemental en charge de l'attractivité territoriale, du développement économique et du tourisme, qui a fait part de sa « détermination à ce que l'action du département au bénéfice des agriculteurs et des chambres d'agriculture se poursuive », soulignant qu'en matière agricole, « la loi NOTRe permet d'obtenir une délégation de compétence de la part de la Région ». Des négociations entre Département et Région qui auront lieu dès 2016, annonce le vice président du Conseil départemental... Mais il prévient déjà qu' « au 1 janvier 2017, la collectivité départementale subira une baisse de 80 M€ de ses ressources issues de la CVAO. » En d'autres termes synthétise t-il, « il existe des marges de manœuvres pour pouvoir pérenniser notre collaboration... à condition d'avoir les moyens financiers de les assurer ». De quoi rassurer les élus de la Chambre, au moins sur la volonté politique du Département... Et permettre à Bernard Artigue de conclure le sujet par un « quand on veut, on peut »...

"Anticiper les futurs possibles"L'affirmation d'une volonté d'agir, c'est aussi ce qu'ont démontré les intervenants de l'après-midi sur le thème de l'adaptation de l'agriculture au réchauffement climatique, en cette période de Cop21. Après l'intervention de Frédérique Levrault démontrant et analysant de 1001 manières le réchauffement planétaire en cours, et auquel notre département est particulièrement exposé, il a listé deux types de mesures à prendre pour que la viticulture girondine s'adapte au mieux à ces réchauffements. Une adaptation qui sous-tend deux préalables nécessaires selon lui : d'abord « prendre la mesure de ce qui s'est déjà passé », et « anticiper les futurs possibles » pour que les mesures d'adaptation soient les plus efficaces possibles.
Des mesures qui selon lui correspondent à deux grandes catégories d'actions, les adaptations à court terme, telles que, pour l'exemple de la viticulture, la maîtrise du volume de feuillage, les vendanges nocturnes, la désalcoolisation ou encore l'ombrage artificiel, et, les adaptions à moyens termes telles que la modification de l'orientation des rangs, la densité de peuplement, la modification des dates de plantation ou encore les clones variétaux et les porte-greffes. Enfin, en fonction de la réussite ou non de stabiliser le niveau de réchauffement climatique, aux alentours de 2030 à 2050 peuvent également être travaillés, d'autres axes de recherche sur de nouveaux cépages ou encore l'irrigation, malgré la sensibilité du sujet au regard d'une tension destinée à être de plus en plus forte sur cette ressource.

Vers "un système de production adaptatif"?Autant de pistes d'actions de court, moyen et long termes, d'ores et déjà travaillées par les services de la Chambre et le Vinopole, comme en ont témoigné les nombreux axes d recherches, expérimentations et initiatives décrits par Marie-Catherine Dufour, Directrice régionale de l'Institut Français de la Vigne et du Vin et Laurent Bernos, Directeur du Service Vigne et Vin de la Chambre d'agriculture. Que ce soit sur le matériel végétal, sur les itinéraires techniques, le contrôle des maladies et des ravageurs actuels et émergents, ou encore sur l'adaptation des pratiques oenologiques, la palette des actions envisagées est large. De quoi bel et bien démontrer une volonté forte, non seulement de recherche, mais aussi « de transfert de connaissances aux techniciens et aux viticulteurs », souligne Magalie Vérité vice présidente de la chambre consulaire, imaginant déjà des outils d'aide à la décision à développer. En point de mire : « un système de production adaptatif à notre milieu, pour continuer de produire un vin au rendement correct et toujours de qualité ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
8282
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr