Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Innov'action: Le binage, l'avenir du désherbage... mais pas sans GPS!

11/06/2015 | Depuis ce 9 juin, l'opération Innov'action est lancée sur l'impulsion des Chambres d'Agriculture. Premier rendez-vous avec l'innovation à Belhade, dans les Landes.

Démonstration en cours dans le champ de maïs bio de Jean-Christophe Juste à Belhade

Durant un mois des agriculteurs aquitains ouvrent les portes de leur exploitation à d'autres professionnels de l'agriculture. Objectif : promouvoir les bonnes pratiques et outils innovants pour leur plus large développement dans les fermes d'Aquitaine. Le landais Jean-Christophe Juste a été un des premiers à recevoir une cinquantaine de ses confrères et partenaires sur ses terres à Belhade. Son « plus » innovation à lui : le désherbage mécanique de ses champs de maïs. Au programme de cette chaude journée de juin, explications et démonstrations sur le terrain de matériels innovants qui cumulent précision, confort de travail pour l'agriculteur, et moindre utilisation des intrants chimiques.

Sur une SAU totale de plus de 300 ha, Jean-Christophe Juste et son épouse cultivent 200 ha en bio dont du soja, des céréales paille, des carottes et 100 ha de maïs (doux et consommation). Installé en 1993 en maïs conventionnel, « avec un désherbage 100% chimique », l'agriculteur a fait évoluer ses pratiques. « Depuis 1995, je ne désherbais chimiquement plus que sur la ligne de semis et je binais l'entre-rang. En 2000, je suis passée en bio sur 50% de ma production de maïs, soit 100 ha ».
Des surfaces en maïs bio, qui à défaut d'être traitées chimiquement pour lutter contre les indésirables adventices, « nécessitent beaucoup de technicité et de nombreux passages de tracteurs », prévient Pierre Jouglain, conseiller agricole biologique de la Chambre d'agriculture des Landes. Et de fait, Jean-Christophe Juste a 5 chauffeurs permanents sur son exploitation. « Un travail technique qui représente de nombreuses heures de tracteurs » admet-il. Et beaucoup de matériels également... Une herse étrille, une houe rotative, une bineuse à dent qu'il équipe selon ses besoins de « doigts Kress » ou de disques butteurs, et un nombre de passages qui peut être répété tant avant les semis (l'exploitant effectue par exemple en moyenne 4 faux-semis chaque année), qu'en début de levée, jusqu'au stade 7 à 8 feuilles. « Ces nombreux passages ont un coût, en main d'oeuvre notamment, mais il est compensé par l'économie sur le désherbant... et grâce aux prix élevé du maïs bio » admet-il volontiers. Et avec un tel niveau technique, « les rendements en bio peuvent être comparables aux conventionnels » appuie Pierre Jouglain.

Techniques et technologies nouvellesSi revenir au binage plutôt qu'utiliser des intrants chimiques est mis en valeur comme une pratique innovante c'est parce que chaque matériel met en œuvre des techniques et technologies nouvelles qui rendent ce travail de désherbage particulièrement précis et adaptable à la parcelle à biner.
La herse étrille présentée, par exemple ce 9 juin à Belhade, est équipée de dents vibrantes, dont la pression est réglable de 200g à 5kg en fonction du degré d'agressivité nécessaire par rapport à la nature du sol, à la fragilité des cultures, ou encore au stade des adventices que l'agriculteur souhaite éliminer. Autre exemple d'innovation forte : les systèmes de guidages de ces différents matériels, qui se font désormais par caméra ou GPS. Dans le premier cas la caméra détecte le rang de culture, transfert l'information à un système hydraulique et guide la machine pour que celle-ci élimine les adventices au plus près de la culture, sans toucher cette dernière. « C'est une précision à 2 cm près », constatent les professionnels présents. Et un véritable confort pour les conducteurs, qui n'ont plus besoin de se retourner sans cesse pour vérifier leur travail.

Une autre bineuse, également présentée ce 9 juin, peut, après un premier passage en visionique, effectuer un second passage avec les coordonnées GPS qui auront été laissées lors du premier passage. En effet, un système de recueil de données enregistre la position et la taille de chaque plant dans une base de données datée. Celle-ci permet ainsi d'effectuer un suivi de la vivacité des plants, de cartographier et zoner les parcelles tout en effectuant des travaux de binage. Une technologie, pour le coup innovante, développée par la marque Razor, qui a été récompensée lors du Salon mondial des fournisseurs de l'agriculture et de l'élevage. Au total, des innovations "high tech" qui ont tout de même un prix, les interfaces présentées allant à elles seules, de 15 000 à 25 000 €... Considérant que des aides peuvent être accordées pour l'investissement dans ce type de matériels, et notamment dans le cadre de conversion en bio.

Explications techniques autour du matériel de Jean-Christophe Juste avant le début des démonstrations

Faire avancer la réflexionPour autant, et malgré le profil bio de l'agriculteur hôte de cette journée, la majorité des agriculteurs en visite à Belhade ce 9 juin sont bel et bien des agriculteurs en conventionnel. En effet, avec une législation et demande sociétale de plus en plus tendue vers une diminution des intrants dans les cultures, les techniques de binages ont vocation à s'étendre au delà de l'agriculture biologique ou en conversion. C'est dans cette logique de « s'instruire, avant qu'on nous oblige à arrêter les intrants », que Gaël Casiez, et son père Claude, à la retraite, sont venus chez Jean-Christophe Juste, depuis Pontonx-sur-l'Adour. Une visite qui « leur donne des idées » assurent-t-ils ; « de toute façon, la législation pousse à passer en bio, et les matériels innovants que l'on voit ici, qu'on le veuille ou non, c'est sûr c'est l'avenir. » Un avenir, qui, quand même, mérite réflexion. « Des agriculteurs bio qui repassent en conventionnel faute de réussite, ça arrive ! On en connaît. On ne peut pas tout changer du jour au lendemain. D'ailleurs ce n'est pas ce qu'a fait Jean-Christophe Juste», tempère Gaël qui, en la matière, ne souhaite pas du jour au lendemain "tout risqué "en bio.
Pour autant, l'Innov'action menée ce 9 juin aura sans doute contribué à faire avancer la réflexion dans la tête de nombreux participants, tous en admiration devant les matériels exposés ou en démonstration.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
5849
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
agriculteurs Mercosur Agriculture | 21/02/2018

Les agriculteurs manifestent à Bordeaux

En bas à gauche, le président de la FD cuma de la Dordogne Jean François Gazard Maurel entouré de son vice président et de son trésorier Agriculture | 20/02/2018

La FD cuma de la Dordogne choisit l'humour pour prévenir le suicide des agriculteurs

filière laitière département 2018 Agriculture | 15/02/2018

La filière laitière fait le point en Gironde

Francis Massé, président de la Fondation Pour une Agriculture Durable entouré des lauréats Agriculture | 14/02/2018

Prix de l'agriculture durable: les candidatures sont ouvertes !

Alain Rousset, Président du Conseil régional Nouvelle-Aquitaine en visite au Salon régional de l'agriculture 2016 Agriculture | 12/02/2018

Zones défavorisées et réforme de l'apprentissage, la Région s'inquiète pour ses agriculteurs

Assemblée générale Euralis du 9 février 2017, table ronde sur le thème de la révolution numérique Agriculture | 09/02/2018

L'agriculture face à la grande inconnue de l'ère numérique

Les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques, devant la Chambre d'agricutlure de Pau, mobilisés contre la réforme des zones défavorisées Agriculture | 08/02/2018

Zones défavorisées: les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques montent au créneau

Sarah Sous et Emilie Moureu, deux jeunes agricultrices récemment installées dans les Landes sur la commune de Saint-Yaguen Agriculture | 08/02/2018

Quand la partition de propriété multiplie les opportunités agricoles et forestières

Rencontres Viticoles d'Aquitaine 2018 Agriculture | 01/02/2018

Rencontres Viticoles d'Aquitaine: la chasse aux intrants est ouverte, de la vigne à la vinification

Les représentants de la filière volaille au côté de Frédéric Piron de la DDSCP Agriculture | 26/01/2018

Un plan pour mieux anticiper l'influenza aviaire

14ème Comité de pilotage ''regroupement petite propriété'' le 23 janvier 2018 au Domaine d'Ognoas à Arthez-d'Armagnac Agriculture | 24/01/2018

Forêt landaise : Le regroupement des petites propriétés post Klaus, une dynamique à entretenir

Vache Prim'holstein SAA 2015 Agriculture | 17/01/2018

Compétitivité des coopératives agroalimentaires: l'Europe s'en mêle

Vignes dans le bordelais Agriculture | 15/01/2018

La région et ses partenaires viticoles "accélèrent" autour de la viticulture durable

Paysans Remarquables couv Agriculture | 14/01/2018

« Paysans remarquables », une plongée dans l’agriculture bio

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane, le 10 janvier 2018 : ''il faut que l'agriculture se transforme!'' Agriculture | 11/01/2018

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane: "il faut que l'agriculture se transforme!"