Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Innov'action: Le binage, l'avenir du désherbage... mais pas sans GPS!

11/06/2015 | Depuis ce 9 juin, l'opération Innov'action est lancée sur l'impulsion des Chambres d'Agriculture. Premier rendez-vous avec l'innovation à Belhade, dans les Landes.

Démonstration en cours dans le champ de maïs bio de Jean-Christophe Juste à Belhade

Durant un mois des agriculteurs aquitains ouvrent les portes de leur exploitation à d'autres professionnels de l'agriculture. Objectif : promouvoir les bonnes pratiques et outils innovants pour leur plus large développement dans les fermes d'Aquitaine. Le landais Jean-Christophe Juste a été un des premiers à recevoir une cinquantaine de ses confrères et partenaires sur ses terres à Belhade. Son « plus » innovation à lui : le désherbage mécanique de ses champs de maïs. Au programme de cette chaude journée de juin, explications et démonstrations sur le terrain de matériels innovants qui cumulent précision, confort de travail pour l'agriculteur, et moindre utilisation des intrants chimiques.

Sur une SAU totale de plus de 300 ha, Jean-Christophe Juste et son épouse cultivent 200 ha en bio dont du soja, des céréales paille, des carottes et 100 ha de maïs (doux et consommation). Installé en 1993 en maïs conventionnel, « avec un désherbage 100% chimique », l'agriculteur a fait évoluer ses pratiques. « Depuis 1995, je ne désherbais chimiquement plus que sur la ligne de semis et je binais l'entre-rang. En 2000, je suis passée en bio sur 50% de ma production de maïs, soit 100 ha ».
Des surfaces en maïs bio, qui à défaut d'être traitées chimiquement pour lutter contre les indésirables adventices, « nécessitent beaucoup de technicité et de nombreux passages de tracteurs », prévient Pierre Jouglain, conseiller agricole biologique de la Chambre d'agriculture des Landes. Et de fait, Jean-Christophe Juste a 5 chauffeurs permanents sur son exploitation. « Un travail technique qui représente de nombreuses heures de tracteurs » admet-il. Et beaucoup de matériels également... Une herse étrille, une houe rotative, une bineuse à dent qu'il équipe selon ses besoins de « doigts Kress » ou de disques butteurs, et un nombre de passages qui peut être répété tant avant les semis (l'exploitant effectue par exemple en moyenne 4 faux-semis chaque année), qu'en début de levée, jusqu'au stade 7 à 8 feuilles. « Ces nombreux passages ont un coût, en main d'oeuvre notamment, mais il est compensé par l'économie sur le désherbant... et grâce aux prix élevé du maïs bio » admet-il volontiers. Et avec un tel niveau technique, « les rendements en bio peuvent être comparables aux conventionnels » appuie Pierre Jouglain.

Techniques et technologies nouvellesSi revenir au binage plutôt qu'utiliser des intrants chimiques est mis en valeur comme une pratique innovante c'est parce que chaque matériel met en œuvre des techniques et technologies nouvelles qui rendent ce travail de désherbage particulièrement précis et adaptable à la parcelle à biner.
La herse étrille présentée, par exemple ce 9 juin à Belhade, est équipée de dents vibrantes, dont la pression est réglable de 200g à 5kg en fonction du degré d'agressivité nécessaire par rapport à la nature du sol, à la fragilité des cultures, ou encore au stade des adventices que l'agriculteur souhaite éliminer. Autre exemple d'innovation forte : les systèmes de guidages de ces différents matériels, qui se font désormais par caméra ou GPS. Dans le premier cas la caméra détecte le rang de culture, transfert l'information à un système hydraulique et guide la machine pour que celle-ci élimine les adventices au plus près de la culture, sans toucher cette dernière. « C'est une précision à 2 cm près », constatent les professionnels présents. Et un véritable confort pour les conducteurs, qui n'ont plus besoin de se retourner sans cesse pour vérifier leur travail.

Une autre bineuse, également présentée ce 9 juin, peut, après un premier passage en visionique, effectuer un second passage avec les coordonnées GPS qui auront été laissées lors du premier passage. En effet, un système de recueil de données enregistre la position et la taille de chaque plant dans une base de données datée. Celle-ci permet ainsi d'effectuer un suivi de la vivacité des plants, de cartographier et zoner les parcelles tout en effectuant des travaux de binage. Une technologie, pour le coup innovante, développée par la marque Razor, qui a été récompensée lors du Salon mondial des fournisseurs de l'agriculture et de l'élevage. Au total, des innovations "high tech" qui ont tout de même un prix, les interfaces présentées allant à elles seules, de 15 000 à 25 000 €... Considérant que des aides peuvent être accordées pour l'investissement dans ce type de matériels, et notamment dans le cadre de conversion en bio.

Explications techniques autour du matériel de Jean-Christophe Juste avant le début des démonstrations

Faire avancer la réflexionPour autant, et malgré le profil bio de l'agriculteur hôte de cette journée, la majorité des agriculteurs en visite à Belhade ce 9 juin sont bel et bien des agriculteurs en conventionnel. En effet, avec une législation et demande sociétale de plus en plus tendue vers une diminution des intrants dans les cultures, les techniques de binages ont vocation à s'étendre au delà de l'agriculture biologique ou en conversion. C'est dans cette logique de « s'instruire, avant qu'on nous oblige à arrêter les intrants », que Gaël Casiez, et son père Claude, à la retraite, sont venus chez Jean-Christophe Juste, depuis Pontonx-sur-l'Adour. Une visite qui « leur donne des idées » assurent-t-ils ; « de toute façon, la législation pousse à passer en bio, et les matériels innovants que l'on voit ici, qu'on le veuille ou non, c'est sûr c'est l'avenir. » Un avenir, qui, quand même, mérite réflexion. « Des agriculteurs bio qui repassent en conventionnel faute de réussite, ça arrive ! On en connaît. On ne peut pas tout changer du jour au lendemain. D'ailleurs ce n'est pas ce qu'a fait Jean-Christophe Juste», tempère Gaël qui, en la matière, ne souhaite pas du jour au lendemain "tout risqué "en bio.
Pour autant, l'Innov'action menée ce 9 juin aura sans doute contribué à faire avancer la réflexion dans la tête de nombreux participants, tous en admiration devant les matériels exposés ou en démonstration.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
7154
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr