aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Le chanvre, un pari sur l'avenir dans le Sud Ouest

14/06/2015 | Une conjonction d'éléments favorables apparait aujourd'hui dans le Sud Ouest pour dynamiser le développement de la culture du chanvre, avec des débouchés.

Récolte de chanvre en Dordogne

Depuis trois ans, la chambre d'agriculture de la Dordogne expérimente la culture du chanvre. Ces expérimentations ont permis de recueillir des références techniques et économiques, si bien qu'aujourd'hui, le chanvre connaît un regain d'intérêt. Cette culture intéresse plusieurs marchés : celui de la construction, l'alimentation et la cosmétique pour la graine et l'industrie textile. Le 5 juin, différents acteurs (agriculteurs, industriels textiles, professionnels du bâtiment) se sont retrouvés à Périgueux pour favoriser l'émergence d'une filière haut de gamme à l'échelle régionale.

Le temps est loin de la marine à voile où le chanvre était roi. Depuis quelques années, la culture du chanvre semble connaître un regain d'intérêt : des expérimentations sont menées en Dordogne depuis trois ans, le cluster Demain accompagne un  projet de redéploiement de la filière chanvre en Aquitaine avec le soutien du département du Lot-et-Garonne, des entreprises textiles sont à la recherche d'une matière première de grande qualité. Cette conjonction d'éléments favorables devrait développer cette culture, qui est en phase avec l'attente de la société. La culture de chanvre ne nécessite pas de traitements phytosanitaires et consomme peu d'eau. Différents acteurs économiques, exploitants agricoles, entreprises textiles, élus, professionnels du bâtiment se sont réunis le 5 juin au pôle interconsulaire de la Dordogne, pour faire émerger une filière chanvre haut de gamme à l'échelle du grand Sud Ouest

De nombreuses possibilités d'applications Après avoir décliné au fil des décennies, la culture du chanvre est à nouveau en progression, malgré une superficie encore limitée. Cette culture représente 10 500 hectares aujourd'hui en France, soit 75% de la production européenne. Par comparaison, le lin représente 52 000 hectares.

Dans le chanvre, tout est bon  Cette plante offre de nombreuses possiblités d'application : textile, construction, plasturgie, cosmétique. La fibre, entre autres usages, est particulièrement prisée sur le marché de l'isolation, où elle s'inscrit en concurrent de la laine de verre. Le bois de chanvre (la chènevotte), mélangé à de la chaux, peut être utilisé comme enduit dans les rénovations de façade. Mais la véritable révolution dans le bâtiment arrive avec le parpaing de chanvre, qui est utilisé dans la construction de murs porteurs. La graine est tout aussi porteuse : Elle intéresse trois marchés : l'oisellerie, les cosmétiques et l'alimentation.  Dès 2006, le groupe Euralis et sa filiale toulousaine, Coopéval, avait investi, à Cazères (31), 7,5 millions d'euros dans la création d'une usine de défibrage du chanvre, nommée Agrofibre, qui a fermé l'an passé. Certains professionnels, comme Thierry Bonhomme, de Couleur chanvre, entreprise située à Saint Jean de Luz (64), qui réalise  et commercialise du linge de maison en chanvre est à la recherche d'une matière première qualitative.

"Nous avons un positionnement haut de gamme. Nous travaillons beaucoup avec l'international. Nos clients apprécient nos produits. La demande est là, mais pour nous, cette matière première est chère. Nous avons besoin d'un chanvre de grande qualité et de nouvelles unités de défribrage de proximité pour faire diminuer les coûts de production."

Optimiser la transformation du chanvreAu cours de la réunion du 5 juin, Olivier Quenard, de l'ICam à Toulouse, a fait le bilan du programme Fibnatex 2. Soutenu par des financements européens, ce programme a réuni 5 partenaires implantés au Portugal, en Espagne et en France (ICAM à Toulouse). Le travail de recherche a porté sur l’optimisation de la transformation pour réaliser un produit technique, à base de fibres longues de chanvre (dissociées sans les traumatiser).  En filature, a été obtenu un fil le plus fin possible et de très bonne résistance mécanique. Une performance qui a permis de développer plusieurs produits d’équipement de protection individuelle et d’aménagement d’habitacle pour les transports (tableaux de bord pour l’automobile…).  Si les débouchés sont bien là, il faut organiser le sourcing car la filière nécessite des fibres de très bonne qualité en culture et au niveau de la transformation. La longueur des fibres et leur résistance sont déterminantes pour la fabrication de matériaux, du textile peigné. Actuellement, un nouveau programme appelé Fibnatex 3 est en phase de lancement.  Quelle plus-value pour l'agriculteur ?Les expérimentations menées en Dordogne jusqu'en 2014, ont permis de recueillir des références techniques et économiques. " Les premières données recueillies démontrent que cette production offre plusieurs intérêts pour l'agriculteur. "La plante est un cycle court de cinq mois, et présente l'intérêt agronomique d'être un désherbant naturel et d'être peu gourmande en eau. En termes de résultats économiques, c'est une culture intéressante : elle bénéficie toujours d'une aide Pac couplée à l'hectare pour un montant de 130 euros. Les rendements moyens se situent entre 6 et 8 tonnes  de paille par hectare, et 6 à 800 kilos de graines. La graine est commercialisée entre 0,60 euro et un euro le kilo. La marge brute par hectare est estimée à 480 euros, indique François Hirissou, de la Chambre d'agriculture de la Dordogne. Il n'y a pas eu de plantations cette année, en raison de l'arrêt d'activité d'Agrofibre mais le dossier reste plus que jamais d'actualité. Car les demandes sur les différents marchés existent.  

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : chambre d'agriculture de la Dordogne

Partager sur Facebook
Vu par vous
2303
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr