Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet de Gironde. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines lipophiles a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/18 | Le kaolin au secours de la vigne contre la cicadelle des grillures

    Lire

    Agri Synergie, spécialiste des solutions alternatives dans les domaines de la fertilisation et du bio contrôle, annonce au-côté de la société Soka (productrice de kaolin) la création d'un produit homologué par l'ANSES, pouvant remplacer les produits phytos sur la cicadelle des grillures de la vigne. Créant une barrière minérale physique blanche, l’action est à la fois visuelle, modifiant la teinte du végétal rendant l’identification par le ravageur difficile, et mécanique, gênant les arrêts des parasites. Naturel et utilisable en Bio, ce produit est présenté aux viticulteurs lors d'une conférence le 27 juin au Château Olivier à Léognan (18h30).

  • 21/06/18 | L'Orchestre de Pau fête la musique à Paris

    Lire

    A l'invitation de la Philharmonie de Paris, c'est dans ce site prestigieux dédié à la musique, que l'Orchestre de Pau se produira ce 21 juin pour la Fête de la musique. Une reconnaissance rare à laquelle l'OPPB associe les 130 jeunes musiciens de El Camino : ils ouvriront le concert en interprétant « Oye como va » de Tito Puente. L'OPPB donnera ensuite un concert festif aux accents hispaniques et accompagnera Lucero Tena, virtuoses des castagnettes. Le Maire de Pau F. Bayrou, et ses adjoints J. Lacoste, C. Johnson Le Loher et J. Poueyto, assisteront à l'évènement.

  • 20/06/18 | Carte judiciaire : échappée Paloise

    Lire

    La Cour d'appel de Pau échappera visiblement au recalibrage de la carte des cours d'appel sur celles des régions administratives prévues dans le projet de loi de programmation pour la justice, examiné au Sénat en octobre, selon une information délivrée par une délégation du ministère de la Justice. Traduction : elle continuera à traiter les affaires des Hautes-Pyrénées, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques. Le tribunal d'instance d'Oloron, lui, fusionnera et deviendra une chambre délocalisée de Pau, perdant ainsi l'autonomie de sa juridiction.

  • 20/06/18 | Marché et pique-nique de producteurs à Lormont

    Lire

    Dimanche 24 juin de 10h à 17h les producteurs du Drive Fermier Gironde organisent leur 2ème marché au Château de Valmont: vente directe de produits fermiers locaux, restauration dans un esprit pique-nique, baptêmes de poneys (10h-12h) et animaux de la ferme (14h-16h)! Au menu : canard ou burgers de la Ferme Gauvry, assiettes de légumes et samoussas du Jardin des Demoiselles, salades de pâtes et sandwiches de la Ferme de Fontaud, pâtisseries de la Ferme de Martineaux, cerises et jus de fruits des Coteaux des Fargues, bières et limonades de la Brasserie Saint-Léon et les vins du Château Marceaux.

  • 20/06/18 | Un nouveau topoguide de randonnée pour la Charente-Maritime

    Lire

    Charente Maritime Tourisme vient d'éditer une nouvelle version de son topoguide de randonnée. Avec la Fédération française de randonnée, elle a sélectionné 37 chemins les plus emblématiques du département, sur les 350 circuits existants (soit 3500 km balisés). Le territoire est notamment traversé par 5 itinéraires de Grandes Randonnées (GR), les GR36, 360, 4 et 655, ce dernier étant une chemin de Compostelle. Le GR8, de l'Estonie au Portugal, y sera bientôt prolongé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Le Château Amanieu d'Albret, d'un rêve à l'autre en appelation Bordeaux Supérieur

22/02/2014 | Propriétaire de son exploitation, Jean-Marie Faure n'en est aujourd'hui que le gestionnaire. Le Château est à un autre, mais le rêve d'un vin de qualité est désormais partagé

Jean-Marie Faure, ancien propriétaire du Chateau Amanieu d'Albret à Cardan, aujourd'hui Chef d'exploitation "libre" et heureux

En 2012, lorsque Jean-Marie Faure, viticulteur à Cardan, a compris qu'il ne s'en sortirait pas, il a opté pour le choix difficile de vendre son exploitation. Dégouté, il a voulu tout arrêter, malgré sa passion pour le travail de la vigne et du vin. Une cession a priori douloureuse, mais qui cache en vérité une bien plus belle histoire. Jean-Marie Faure est aujourd'hui le chef d'exploitation heureux de son ancienne propriété: le Chateau Amanieu d'Albret, appartenant depuis un an à un couple franco anglais qui a une totale confiance en lui.

Lorsqu'en 2008-2009, Jean-Marie Faure revend sa propriété de 37 ha à Saint-Laurent-du-Plan «pour sortir du carcan du négoce, repartir sur une petite exploitation et travailler un vin de qualité», c'est à Cardan, sur l'exploitation de 10 ha du Château Amanieu d'Albret qu'il choisit de s'installer. Et la masse de travail qui l'attend, construction d'un nouveau chai, restructuration du vignoble et réhabilitation de la belle demeure girondine qui trône sur la propriété ne lui font pas peur. Il se lance dans l'aventure avec passion et envie, comme tous ceux qui croient en la force de leurs rêves. Un nouveau départ en quelque sorte pour le viticulteur et sa famille.

Mais le rêve d'«une viticulture de haute qualité et sans trop de traitements» sur cette exploitation en Côtes de Bordeaux et Bordeaux Supérieur, est venu se briser sur la dure réalité des règles subtiles de la commercialisation en vente directe. Pourtant, la qualité était bel et bien au rendez-vous. Reconnu par quelques célébrités du showbiz et de la gastronomie dont le Chef Grégory Coutanceau à la Rochelle, le Château Amanieu d'Albret est cité dans le guide Hachette en 2011 et a remporté quelques médailles, dont le Concours des vins de Bordeaux pour son Bordeaux Blanc Sauvignon 2009. Une qualité qui vient récompenser un travail appliqué et acharné, mais une qualité qui a un un prix. Ce prix, «beaucoup ne veulent pas s'y risquer quand ils ne connaissent pas l'étiquette», regrette Jean-Marie Faure. Et le rêve vire à «l'échec personnel» pour le viticulteur bien décidé alors à tout arrêter.

Les vignes du Château Amanieu d'Albret


Un moment difficile«Quand j'ai compris qu'on ne vendait pas assez pour pouvoir assurer, j'ai contacté la Safer pour qu'ils s'occupent de la vente. Je savais que je pouvais leur faire confiance. Ils ont trouvé l'acquéreur et se sont occupés des différentes expertises à réaliser avant la vente, que ce soit sur le matériel, le chai ou le respect des règles de l'ODG... La Safer a très bien joué son jeu», insiste-t-il. Une prestation qui a apporté un peu de sérénité dans un moment difficile pour l'homme et sa famille.
«Pour trouver l'acquéreur, j'ai pris contact avec une agence immobilière avec laquelle nous avions déjà travaillé, A2Z Agency.», explique Michel Lachat, en charge du dossier à la Safer. L'agence immobilière est en effet spécialisée dans les transactions de propriétés viticoles et a su développer un réseau de partenaires à l'étranger.

C'est par ce biais que Daniel Carmagnat, le directeur de l'agence, a proposé à Tim Richardson, lui-même en contact avec une agence britannique, de visiter l'exploitation et de rencontrer le vendeur. Un acquéreur atypique. «C'est un anglais qui a un poste à responsabilité dans l'industrie automobile. Il est passionné par la France, il a toujours rêver d'y vivre et d'y fonder sa famille, et il est en train de réaliser son rêve. C'est quelqu'un de très bien, il adore la région et le vin de Bordeaux.», raconte, un peu admiratif, Jean-Marie Faure.
Entre ces deux-là le courant est bien passé, et si la propriété n'a pu exhausser le rêve de l'un, elle saura certainement réaliser celui de l'autre, sans pour autant laisser son ancien propriétaire sur le carreau. «Au départ je ne voulais vendre que le chai et le vignoble, mais l'acquéreur m'a aussi demandé de lui céder la maison, et puis il m'a proposé de rester pour gérer l'exploitation.»

Les bouteilles du Château d'Amanieu d'Albret


"Une vraie relation de confiance"Malgré un temps d'hésitation, le nouvel arrivant a su convaincre le viticulteur, lui promettant «carte blanche dans sa manière de travailler». Une liberté chère à Jean-Marie Faure. Une seule condition, « faire un vin de qualité vendu à la bouteille », autrement dit, continuer à faire ce pour quoi il avait acheté et restructuré l'exploitation... «J'ai dit banco, et signé un CDD!». D'ailleurs, «ce contrat contient une clause de transmission de savoirs», explique assez fièrement Jean-Marie Faure. «Quand M. Richardson vient, je lui montre comment je travaille, dans les vignes et au chai. Et je fais réellement ce que je veux, comme si c'était mes vignes. Il y a une vraie relation de confiance entre nous, c'est assez rare pour le souligner».

«Sur le potentiel de production de 60 000 bouteilles, on en fait 20 000 et on vend le reste au vrac, mais l'objectif est de tout vendre en vente directe», insiste Jean-Marie Faure.
Cela fait tout juste un an que la transaction a été réalisée, mais Tim Richardson, qui a commencé à faire les Salons, est plein de projets pour soutenir la commercialisation du vin produit par Jean-Marie Faure: aménager un gîte et construire près du chai flambant neuf, des bureaux et un espace de vente et de dégustation. Des projets qui pourraient bien pousser Jean-Marie Faure à accepter le CDI que lui propose aujourd'hui son employeur... Une manière un peu détournée de réaliser ses ambitions.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3357
Aimé par vous
5 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr