18/12/17 : La Rochelle accueille son premier bus entièrement électrique. Il circulera les deux prochaines semaines sur la ligne Illico4, tranversant le centre historique de la ville. Ce bus silencieux et non polluant a été conçu dans les Deux-Sèvres par Heuliez

18/12/17 : L'assemblée régionale a adopté à l'unanimité ce 18 décembre la convention quinquennale ( 2018-2022) qui lie la Nouvelle Aquitaine et les Centres de Formation d'Apprentis.

18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/12/17 | Conseil régional: budget 2018 voté sur fond de grogne sociale

    Lire

    Malgré les votes "contre" des élus du Modem, UDI, LR et FN, le Conseil régional, réuni en plénière ce 18 décembre a voté son budget primitif pour 2018. "Rigoureux mais pas de rigueur", selon les termes d'Alain Rousset, il garde un niveau équivalent au BP 2017, soit 3,1 Mds€. Une plénière qui a été marquée par les manifestations de nombreux agents de la collectivité dans et hors l'Hôtel de Région, au regard d'une série de mesures votées par les élus ce même jour, sur l'harmonisation des régimes indemnitaires, des temps de travail et de la protection sociale.

  • 18/12/17 | ProFilBio, la revue sur l’agriculture biologique

    Lire

    Destinée à informer et faciliter l’appropriation des techniques et pratiques de l’agriculture biologique ou alternatives, la nouvelle revue trimestrielle ProFilBio est constituée d’articles de fond sur des techniques de production et de transformation utilisées en bio comme en conventionnel. Celle-ci disponible gratuitement sur abonnement, et exclusivement sous format numérique. A retrouver sur www.nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr

  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Le choix de la méthanisation comme option de diversification agricole !

29/06/2011 |

Les deux cuves de méthanisation de l'exploitation des frères Guériin en Dordogne

En Dordogne, à Nojals-et-Clottes, chez Bertrand, Patrice et Thierry Guérin, éleveurs laitiers, deux drôles de dômes en béton, bois et caoutchouc, presque esthétiques bien qu'étonnants dans le décor, trônent à quelques dizaine de mètres de l'étable qui abritent les quatre-vingt vaches de l'exploitation. Ces dômes, ce sont les deux digesteurs, gonflés de méthane de l'unité de méthanisation de la ferme. Une vue nouvelle pour les ruminantes, loin de se douter qu'elles participent, de par leur lisier et leur fumier, au succès de l'ambitieux projet de leur propriétaires : produire 250 kW/h d'énergie électrique.

La méthanisation, c'est la dégradation de matières organiques par des bactéries. Cette réaction produit du méthane, lui-même consommé dans un moteur à explosion pour la production d'électricité.
Si la contribution des vaches, permet d'apporter les bactéries nécessaires au phénomène de méthanisation, d'autres déchets, plus méthanogènes sont également apportés au digesteur. Dans cette ferme : des déchets de maïs doux mais aussi des boues et des graisses fromagères tout droit venues des fromageries voisines sont également versées dans les cuve du digesteur. De toute façon sur la question des gisements, Bertrand Guérin est loin d'être inquiet : les déchets organiques qu'ils soient agricoles ou agroalimentaires ne manquent pas. 

Vendre l'électricité et utiliser la chaleur... 
Ce projet de valorisation des déchets, Bertrand Guérin l'avait en tête plus ou moins depuis sa formation en lycée agricole, mais au regard du prix et du peu de soutien public au développement de cette technologie, le projet n'avait jamais pu voir le jour. Ce n'est qu'à partir de 2009, date du « lancement » officiel de la méthanisation en France avec le Plan de Performance Energétique (PPE) des exploitations agricoles, qu'il a pu réellement se lancer. Sur un investissement total de 1 200 000 euros, 40% ont, au final, pu être subventionnés via ce PPE et les fonds européens du Feder. Un investissement qui selon les premières simulations des exploitants devraient être amorti en 7 ans environ, dès que la station se mettra en route
Désormais les cuves sont quasiment pleines, et les raccordements sont faits; ne manque que la signature du contrat de rachat de l'électricité produite par EDF, pour réellement mettre en route le moteur de la station. Une signature qui a pris quelque retard du fait, et c'est tant mieux pour les frères Guérin, d'une réévaluation à la hausse du prix de rachat de ce type d'électricité par EDF. Cela dit, l'électricité ne représente que 38 à 40% de l'énergie primaire produite par le biogaz, le reste se dégageant sous forme de chaleur. Dans un souci d'économie et de rationalisation, cette chaleur sera également récupérée pour chauffer les cinq maisons de l'exploitation, chauffer le digesteur, et permettra également de sécher les fruits des noyers aussi présents sur l'exploitation... Rien ne se perd. 

...et transformer le digestat en engrais : rien ne se perd !
Mais le projet des frères Guérin ne s'arrête pas là. En effet à terme, ils comptent également valoriser le digestat issu de la méthanisation. Sa partie liquide sera épandue sur leurs propres prairies (75 ha) et la partie solide sera commercialisée sous forme d'engrais organique après séchage et mise en granulé par la coopérative de déshydratation Grasasa du village voisin... là encore rien ne se perd ! Autant dire que les espoirs sont grands pour la fratrie : « La motivation pour nous, c'est clairement la diversification économique et la sécurité économique. Sans même prendre en compte la vente du digestat le chiffre d'affaire apporté par l'unité de méthanisation devrait être de 300 000 euros, c'est-à-dire plus que celui de l'élevage à l'heure actuelle. Autre objectif de ce projet : aller vers beaucoup plus d'autonomie, en n'étant par exemple plus soumis aux fluctuations du prix des intrants, et moins dépendant des fluctuations du prix du lait. » Ou quand le facteur environnement vient à la rescousse de l'économie.

Photo: Aqui.fr

Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
624
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
La délégation d'éleveurs chiliens a visite le centre d'insémination de Verneuil sur Vienne Agriculture | 13/12/2017

L'élevage ovin haut de gamme du Limousin intéresse le Chili

Les exploitations en bovins peinent le plus a trouver des repreneurs Agriculture | 12/12/2017

La transmission agricole en Charente-Maritime, une problématique à résoudre d'urgence

Christian Pèes Président du groupe coopératif Euralis et son directeur général Pierre Couderc Agriculture | 12/12/2017

Euralis renoue avec la rentabilité

Patrick Neaume et Patrick Grizou Agriculture | 12/12/2017

« Aujourd’hui, nous devons remodeler le modèle de notre entreprise » Patrick Grizou président de Terres du Sud

Francis Massé, président de la Fondation Pour une Agriculture Durable entouré des lauréats Agriculture | 10/12/2017

La Fondation Pour une Agriculture Durable fête ses lauréats

Dominique Simoneau Agriculture | 08/12/2017

« Ce label incitera d’autres établissements à se joindre à l’aventure du bio » Dominique Simoneau, maire de Gentioux-Pigerolles

Les chiffres clés de l'agriculture biologique Agriculture | 07/12/2017

Agriculture biologique : importer pour faire face à la demande ?

Forum 100 Territoire Bio Engagé Agriculture | 07/12/2017

« Les collectivités ont un rôle à jouer dans la valorisation de l’agriculture biologique » Philippe Lassalle Saint-Jean président d’Interbio Nvelle-Aquitaine

Le bien être animal est l'une des préoccupations de l'association Zéro clivages Agriculture | 07/12/2017

Des agriculteurs périgourdins créent une association pour produire mieux

Philippe Carré, Directeur général du Groupe Coopératif Maïsadour et Michel Prugue, Président du Groupe coopératif Maïsadour Agriculture | 06/12/2017

Maïsadour à nouveau dans le vert

Salon régional de l'Agriculture d'Aquitaine, du 18 au 26 mai 2013 Agriculture | 29/11/2017

Coulisses et prémices du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine 2018

Michel Caillol, constructeur des Cabi Box, Jonathan Lalondrelle éleveur et Eric Pourcel, Responsable développement Euralis Agriculture | 23/11/2017

Pour Euralis tout est bon dans le poulet Label

Hubert Cazalis directeur de la technopole Agrinove Agriculture | 17/11/2017

« Nous voulons faire avancer l’agriculture du Lot-et-Garonne, l’agriculture du XXIème siècle » Hubert Cazalis, directeur de la technopole Agrinove

Frédéric Piron directeur de la DDCSPP Agriculture | 17/11/2017

Grippe aviaire en Dordogne : nouvelles mesures et vigilance accrue

Nettoyage des cages de transport au sein du site biosécurité de Mugron Agriculture | 11/11/2017

Biosécurité: un dispositif de 100 mesures pour Maïsadour