Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Le Concours de Bordeaux Vins d'Aquitaine aura bien lieu mais sous une nouvelle forme

05/06/2020 | Finie la foule pour le Concours de Bordeaux/Vins d'Aquitaine, cette année les dégustations se feront en petits groupes afin de respecter les consignes sanitaires.

Concours de Bordeaux - Vins d'Aquitaine se réinvente pour sa 64eme édition !

L’édition 2020 du Concours de Bordeaux / Vins d’Aquitaine aurait dû avoir lieu le samedi 18 avril au Palais des Congrès de Bordeaux. Malheureusement, la crise sanitaire et le confinement ont conduit à l’annulation de l’événement. Mais les organisateurs conscients de l’impact du Concours de Bordeaux sur la filière viticole ne pouvaient pas envisager une annulation, c’est pourquoi le concours se tiendra cette année du 31 août au 4 septembre dans un format inédit !

La filière viticole de Nouvelle-Aquitaine fait aujourd’hui face à des enjeux très importants, la période de confinement ne lui a pas permis d’écouler les stocks, notamment auprès des restaurateurs et la filière fait toujours face à une consommation en baisse. Il est donc primordial pour les viticulteurs de vendre leur production et la commercialisation des vins s’en trouve facilitée dès lors que le vin en question est médaillé. Dans cette optique d’aider les viticulteurs, le Concours de Bordeaux / Vins d’Aquitaine a toujours su garder sa place de vitrine de la viticulture et l’année 2020 ne devait pas être différente. « Nous avions décidé cette année d’avancer le concours et de sortir du cadre du Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine afin de faire le concours au mois d'avril. C'est malheureusement très mal tombé au vu de la crise sanitaire », constate François Harrewyn, responsable du Concours des vins pour la Chambre de l’agriculture de la Gironde. Pour Françoise Harrewyn et ses équipes pas question d’abandonner les viticulteurs cette année au regard des inquiétudes qui pèsent sur les épaules de beaucoup d’exploitants.

Des méthodes de prélèvement qui s’adaptent aux circonstances

Afin de permettre aux viticulteurs de valoriser leur production de l’année 2020, le Concours de Bordeaux aura donc lieu cette année du 31 août au 4 septembre, « ce concours en septembre est un nouveau concours avec de nouvelles bases de travail, mais en beaucoup moins de temps. Alors forcément c'est très compliqué, sachant aussi qu'une partie des vins n'avaient pas pu être prélevés, donc on est en train de mettre tout en œuvre pour que les vins qui n'ont pas pu être prélevés puissent nous être envoyés directement par les viticulteurs, exceptionnellement pour cette année. On ne pouvait pas faire autrement, car le temps nous manque et nous n'avons pas de préleveurs disponibles à cette période de l'année pour aller dans les propriétés. Pour la partie des vins qui ont déjà été prélevés, nous avons envoyé un message aux viticulteurs pour leur demander s’ils souhaitaient remplacer la référence déjà prélevée par une nouvelle référence. Avec cette nouvelle référence, ils seront rassurés, car cela fait maintenant 3 mois que les vins ont été prélevés » explique Françoise Harrewyn.

 Pourtant la conservation des vins déjà prélevés ne présente selon la responsable pas de risque d’altération puisque les conditions de conservation étaient optimales. Françoise Harrewyn et son équipe avaient anticipé que le confinement pourrait durer assez longtemps et donc quelques jours avant les annonces officielles la totalité des prélèvements avait été couchés pour une meilleure conservation. « Il n'y a pas de problème de conservation, mais les viticulteurs vont généralement prendre conseil auprès de leurs œnologues pour être sûrs de la qualité du vin qu’ils présentent. Pour beaucoup, ils vont me renvoyer une autre bouteille de manière à être assurés de la conservation », déclare la responsable du Concours de Bordeaux. 

Une organisation inédite

La période sur laquelle va se dérouler le concours n’est pas anodine puisqu’elle correspond au début des vendanges pour beaucoup d’exploitants; pourtant les professionnels vont répondre présent pour assurer le bon déroulement de cette semaine de dégustation, « on va se répartir sur trois sites Beychac-et-Caillau, la salle de dégustation de la chambre d'agriculture à Blanquefort et la salle de dégustation du lycée viticole de Blanquefort. Nous allons procéder par petits groupes de dégustateurs de 10 personnes maximum afin de nous assurer que cela ne pose pas de problèmes au niveau sanitaire » explique Françoise Harrewyn.
La responsable souhaite tout mettre en œuvre pour que le concours puisse se tenir et il était donc primordial de s’assurer que les mesures sanitaires soient respectées, « si l'on prévoit une organisation à plus grande échelle il se peut que du jour au lendemain on ne soit plus en mesure de tenir nos engagements. On peut annuler une première fois, mais on ne pourra pas reporter le concours une deuxième fois » assure Françoise Harrewyn consciente que l’organisation d’un événement public est inenvisageable. « Même s’il sera possible de faire la dégustation cela va être sûrement plus laborieux que les autres années puisqu'il y aura deux dégustations le matin et deux l'après-midi. Donc avec cette organisation on devrait arriver à la fin de la semaine à passer toutes nos tables. Heureusement, on connait bien le processus donc ça devrait faciliter cette dégustation. On contactera les professionnels de la dégustation courant juillet pour qu'ils puissent s'inscrire sur ces mini dégustations », annonce la responsable. 

L’organisation minutieuse et les garanties proposées par le Concours de Bordeaux poussent une majorité de viticulteurs à se réinscrire pour le concours, « la majorité souhaite encore participer, car tout le monde veut une médaille. On connait le problème viticole en ce moment sur la vente de vin et donc les viticulteurs ont besoin de commercialiser leurs vins et il faut donc des médailles pour valoriser ces produits. Après on espère que la consommation suivra. Les viticulteurs sont très accrochés aux médailles, car c'est à la fois une valorisation pour le vin, mais aussi pour l'ensemble de la propriété. Je sais qu'en tant qu’acheteuse lambda dans une région viticole inconnue je ferais mon choix de vin grâce aux médailles. L'impact de la médaille sur l'achat de vin est donc très important et les viticulteurs nous poussent absolument à continuer à proposer des concours », se félicite Françoise Harrewyn.

Clément  Bordenave
Par Clément Bordenave

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
14434
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Benoit Biteau dans son bureau à Le Gua Agriculture | 28/05/2021

Pourquoi le projet de nouvelle PAC ne convient pas aux écologistes

Une unité de méthanisation à Somain, dans le nord de la France Agriculture | 21/05/2021

La méthanisation, des atouts pour le monde agricole

L'élevage laitier souvent montré du doigt a fait beaucoup d'effort pour réduire l'impact carbone Agriculture | 20/05/2021

Un marché du carbone pour les agriculteurs est en train de naître

Capture d'écran du débat sur le bien-être animal du Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 19/05/2021

Bien-être animal : quels exemples en Nouvelle-Aquitaine ?

Débat dans le cadre de la Journée Installaiton - Transmission: Agriculteur, ça s'apprend ? Agriculture | 19/05/2021

Formation et professionnalisation : "donner les clefs pour la meilleure installation possible"

Louis et Alexis avec leurs porcs Agriculture | 17/05/2021

Louis Boutteaud et Alexis Bonnet développent leur ferme rêvée : "un nouveau modèle est possible"

La 4e édition de la Journée Installation Transmission se tiendra le 18 mai à partir de 10h sur agriweb.tv Agriculture | 14/05/2021

Journée Installation Transmission : " Agriculteur, ça s'apprend ? "

Amandine et Emmanuel Cantet se sont reconvertis ensemble à l'élevage caprin et ovin. Une nouvelle aventure professionnelle et familiale Agriculture | 14/05/2021

Amandine et Emmanuel Cantet : La reconversion agricole en couple, "être conscient de ce que l'on fait, y croire et foncer !"

Florian Derboule s’est formé dans eux lycées agricoles, il voulait »aller voir ailleurs » Agriculture | 13/05/2021

Florian Derboule : le bonheur de vivre et travailler sur la terre de son enfance

Maxime Kovalski est éleveur bovin allaitant à Marcillac-la-Croisille en Corrèze, suite à une reconversion Agriculture | 12/05/2021

Maxime Kovalski : Des TP à l’élevage bovin, un rêve de gosse devenu réalité

Rémy Ferret, installé en cultures végétales à Condezaygues en Lot-et-Garonne - La Ferme de Lamothe Agriculture | 11/05/2021

Rémy Ferret : le fils d'éleveur devenu maraîcher

Adeline Métayer 24 ans, viticultrice à Birac en AOC Cognac, cur petite champagne Agriculture | 07/05/2021

Adeline Métayer, viticultrice en AOC Cognac: "Fière d'être jeune, d'être une fille et de faire ce métier !"

L'équipe organisatrice du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine. Au centre le président Dominique Graciet Agriculture | 07/05/2021

Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine: maintenir le dialogue entre le monde agricole et le grand public

De la gelée royale dans les vergers de Limdor cet été Agriculture | 06/05/2021

De la gelée royale dans les vergers de Limdor cet été

La récolte de Golden du Limousin de Loïc Kammerer sauvée du gel grâce à l'aspersion Agriculture | 28/04/2021

La glace face au gel pour protéger les pommiers