aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/05/16 : Alerte rouge pour le Biarritz Olympique: quand son voisin l'Aviron joue pour la montée, la DNACG, chargée du contrôle de gestion des clubs a décidé de rétrograder Narbonne, Bourgoin et Biarritz en Fédérale. Le club ferait appel face à ce coup fatal.

26/05/16 : Ce matin, prologue à la manifestation de protestation contre la loi El Khomri, une centaine de militants de la CGT ont bloqué le port de Bayonne avant de rejoindre la manifestation pour asphyxier le rond point Saint- Léon, axe stratégique de la ville

24/05/16 : Concerts, spectacles de danse, bal sévillan et toro de fuego figurent, entre autres animations, au programme du festival Flamenco y feria qui se déroulera à Pau du vendredi 24 au dimanche 26 juin+ d'info

21/05/16 : Avec la commune d'Amorots, canton Pays de Bidache, le cap des 100 (sur 158) favorables à l'établissement public de coopération intercommunale unique du Pays basque, EPCI,(contre 33), a été franchi.Le préfet Durand peut en préparer l'arrêté le 31 mai.

17/05/16 : Après, s'être installé à l'hôtel Regina de Biarritz,les dix-sept joueurs en stage de l'équipe de Didier Deschamps sont allés s'oxygéner à Anglet, sa ville voisine, dans la foret de Chiberta où ils ont effectué une virée de une heure à VTT.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 26/05/16 | Chômage ALPC: + 0,4% en avril , France:-0,6%

    Lire

    En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A s'établit à 301 961: +0,4 %/mars (+1 329 ) (- 0,4 % sur 3 mois et + 0,1 % sur un an). France métropolitaine:- 0,6 %/mars - 1,2 % sur trois mois et de 0,6 % sur un an. En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, en avril 2016, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A augmente de 0,4 % pour les moins de 25 ans (–0,2 % sur 3 mois et –6,7 % sur un an), de 0,5 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans (–0,6 % sur 3 mois et –0,3 % sur un an) et de 0,3 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus (–0,1 % sur 3 mois et +5,8 % sur un an).

  • 25/05/16 | Le Ceser de la Région ALPC : oui mais au budget

    Lire

    Le CESER d'ALPC tout en approuvant le projet de budget considère comme essentiel que le Conseil régional conserve son rôle d’animateur du développement économique et social sur son territoire, en maintenant son action auprès du secteur associatif dans les domaines culturels et sportifs. Par ailleurs, "le CESER attire l’attention sur l’annonce par la Région d’une baisse structurelle des dépenses de fonctionnement. Cette stratégie aura des conséquences sur les politiques économiques, sociales et environnementales alors que les dépenses d’intervention sont souvent créatrices de richesse et d’emploi."

  • 25/05/16 | Un prix pour développer la langue occitane

    Lire

    L'Office Public de la Langue Occitane lance le Prix Jan Moreu sur l’innovation linguistique. Celui-ci récompense un projet exemplaire et innovant en termes d'actions, de produits ou services sur le thème de la transmission ou de l’utilisation de la langue occitane (événementiel, produit numérique, action de sollicitation ou sensibilisation de la population, outil pédagogique etc.)La candidature est ouverte aux personnes morales ou physiques majeures. Ce prix est doté d'une récompense pouvant aller jusqu'à 5 000 €. Renseignements sur ofici.occitan@gmail.com

  • 25/05/16 | Le moustique tigre surveillé dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Une surveillance du moustique tigre a été mise en place jusqu'au 30 novembre dans les Pyrénées-Atlantiques qui sont classées au niveau 1 du plan national anti-dissémination des virus du chikungunya, de la dengue et du Zika. Ce niveau signifie que le moustique Aedes albopictus est implanté et actif dans le département. Le plan d'action mis en place par les pouvoirs publics comprend une veille citoyenne permettant à chacun de signaler la présence de ce moustique sur www.signalement-moustique.fr , ainsi qu'une surveillance entomologique et épidémiologique.

  • 25/05/16 | Feu vert pour la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax

    Lire

    La section travaux publics du Conseil d'État a donné ce mercredi son feu vert pour le projet de LGV entre Bordeaux, Toulouse et Dax. Le Secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies, a assuré que le projet allait être déclaré d'utilité publique avant le 8 juin prochain. Plusieurs études seront nécessaires avant que le chantier, qui est pour l'instant estimé à plus de 9 milliards d'euros (360 kilomètres de ligne nouvelle), ne démarre officiellement, pas avant 2020.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Le "drive fermier" ou le circuit court 2.0 expérimenté en Gironde

10/10/2012 | Semi virtuel, semi réel et petit frère des réseaux Bienvenue à la Ferme et Marchés de Producteurs de Pays, le premier «Drive fermier» ouvre en Gironde

Bernard Lafon et Bernard Artigue entourés des quelques uns des premiers producteurs du drive fermier

Que ce soit sur ses matériels de production, sur ses itinéraires techniques, ou encore sur ses modes de commercialisation, on ne cessera de le dire et de le répéter, l’agriculture innove ! Et le lancement en Gironde, du tout premier «drive fermier» au niveau national en est une preuve supplémentaire. Désormais, à compter du mardi 16 octobre les consommateurs de la CUB, pourront utiliser le principe du «drive» de leur grande surface préférée, pour leurs achats de fruits et légumes ou tout autre production issue de l’agriculture girondine : des viandes à la confiture en passant par le vin, le fromage ou les conserves.

Porté par la Chambre d’Agriculture de Gironde, avec le soutien du réseau national des Chambres d’agriculture, le projet de drive fermier, s’affiche comme l’expérimentation d’un nouveau mode de commercialisation en circuit court pour les producteurs. «On s’appuie sur la puissance d’internet pour renforcer les liens de proximité avec les consommateurs» analyse Bernard Artigue, Président de la Chambre d’agriculture de Gironde. Pour autant, il insiste, « le drive fermier ne suit pas une mode; on est dans la continuité de ce qui est porté depuis 20 ans par les réseaux Bienvenue à la ferme, mais avec l’utilisation de nouveaux outils virtuels». Un nouveau mode de commercialisation qui s’inscrit dans le projet global du Réseau des chambres d’agriculture de développer l’outil numérique pour faciliter la commercialisation des produits agricoles. La mise en place de ce drive fermier, est donc la première émanation d’un mouvement qui veut inscrire l’agriculture dans une nouvelle dimension, celle de l’e-commerce individuel et collectif sur le net.

Manger bon, sain et surtout local
En attendant de tels développements, c’est Bernard Lafon, Président du Relai Agriculture et tourisme Gironde qui explique en 3 temps, le mode d’emploi du Drive fermier qui permettra aux consommateurs de manger bon, sain et surtout local, car seulement approvisionné par des producteurs girondins.­ ­­D’abord, le consommateur s’inscrit sur le site internet www.drive-fermier.fr/33 où il trouvera, à compter du mardi midi, l’offre complète des produits disponibles. Ensuite, il commande et paie sur le site avant le mercredi minuit afin, qu’enfin, la livraison des produits soit assurée le vendredi après-midi dans le lieu de retrait de son choix.
Si à l’heure des premières livraisons (à partir du 19 octobre) le site de la SICA Maraîchère à Eysines sera le seul lieu de retrait, il devrait rapidement être rejoint par d’autres. A commencer dès novembre, par un deuxième lieu de retrait au Château des Iris à Lormont. Au total, 8 ou 9  lieux de retrait, tous situés à proximité immédiate de la rocade bordelaise, devraient être créés. Et à terme, c’est bien la généralisation à l’ensemble du département qui est visé.  A son ouverture le drive fermier proposera entre 150 et 200 catégories de produits fournis par 20 producteurs. Bientôt rejoints par une vingtaine d’autres producteurs, la structure devrait pouvoir proposer environ 300 produits à ses clients dès la période de Noël.

Des frais de gestion limités à 12%
Enfin côté prix, Bernard Lafon a assuré qu’ils sont fixés par les producteurs eux-mêmes, précisant que les frais de gestion retenu par le Relai Agriculture et tourisme à hauteur de 12% permet un système gagnant-gagnant, pour les consommateurs et les producteurs. En effet par comparaison, les frais de gestion d’une boutique collective s’élèvent selon lui à de 30 à 40% du produit, et de 20 à 25% dans le cadre de commercialisation sur une foire ou un Salon. Mais bien sûr, pour vous faire votre avis, le mieux est encore de visiter le site internet, et pourquoi pas adhérer aux différentes communautés créées sur les réseaux sociaux autour de cette initiative. L'agriculture 2.0 est en marche, on vous avait prévenus!

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
533
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires