Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/21 : Charente-Maritime : Cédric Tranquard, 44 ans, a été élu ce matin président de la Chambre d'agriculture départementale. Il succède à Luc Servant, élu en décembre à la présidence de la Chambre régionale.

22/01/21 : La Rochelle : le Centre de vaccination de l’Espace Encan sera ouvert à partir du 25 janvier. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur RDV, pour les résidents du territoire âgés de 75 ans ou plus.

21/01/21 : Charente-Maritime : Rémi Justinien, adjoint au maire de Tonnay-Charente, succède à Cyril Chappet, adjoint à Saint-Jean d'Angély, comme premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, à l'issue d'un conseil fédéral mardi.

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/01/21 | Aéronautique : - 4% des effectifs entre janvier et septembre 2020 dans le Sud-Ouest

    Lire

    Selon l'INSEE Nouvelle-Aquitaine sur les 9 premiers mois de 2020, les établissements du Grand Sud-Ouest de la filière aéronautique et spatiale perdent 5 800 salariés (hors intérim), soit -3,6% de leur effectif. Si chez les donneurs d’ordres les effectifs restent stables, les effectifs de la chaîne d'approvisionnement diminuent de plus de 5%. Les PME perdent 6,8% de leurs effectifs, les ETI 5,1%, et les grandes entreprises 2,3%. Métallurgie et activités tertiaires sont les secteurs les plus impactés, avec -8,7% et -5,0 %, soit 1 700 et 2 600 salariés de moins dans chacun de ces secteurs.

  • 25/01/21 | Les écoles de Charentes perdent des élèves

    Lire

    Selon l'Académie, il y aura moins d'élèves dans le 1er degré à la rentrée. Cette baisse amorcée dès 2014 s’accentue. La Charente-Maritime devrait perdre 984 élèves, avec 47 470 inscrits. Ils seraient 25 768 en Charente, soit 332 de moins. En 2023, les écoles publiques auraient perdus 12,3% de leurs effectifs. Cette baise coïnciderait avec celle de la natalité. Pas d'impact dans le 2cd degré pour l'instant, avec des effectifs stables en Charente (21 333) et en progression en Charente-Maritime (42 993, +273).

  • 25/01/21 | Haute-Vienne : des restaurants pour les salariés du BTP

    Lire

    A la demande de la CCI de la Haute-Vienne avec l’Umih 87, des contrats de restauration collective peuvent être passés avec les restaurateurs à destination des salariés du BTP. Un contrat de restauration collective provisoire peut être établi entre les entreprises et les restaurateurs. A ce jour, une trentaine de restaurants ont déjà répondu à l’appel. La CCI reste à disposition des entreprises qui souhaitent mettre en œuvre ces contrats dérogatoires de restauration collective.

  • 25/01/21 | Les travaux de la Bibliothèque Mériadeck se poursuivent en 2021

    Lire

    L'établissement va fêter ses 30 ans en 2021 et fait l'objet de travaux de modernisation depuis 2008. La troisième tranche de travaux nécessitera une fermeture progressive des étages entre le 15 février et le 26 juillet. Le chantier apportera à la bibliothèque un espace jeux vidéos et jeux de société, une facilitation de l'accueil aux personnes en situation de handicap et une mise à disposition des collections en braille ou encore l'installation de prises électriques pour les personnes souhaitant travailler avec leur ordinateur personnel.

  • 24/01/21 | Un projet de centre de recherche et de développement sur les spiritueux à Cognac

    Lire

    La filière cognac va créer un centre de recherche et développement, de collaboration et de formation dédié à l'innovation pour la compétitivité. Le projet s'inscrit dans un site d'environ 8 000 m2 en bord de Charente. L'objectif est de rassembler plusieurs branches de la filière pour l'aider à rester compétitive dans la société de demain. Le développement durable sera également au cœur des projets. Le bâtiment sera d'ailleurs pensé en ce sens.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Le lycée horticole du Haillan change de mains

09/06/2020 | Le lycée horticole du Haillan va devenir public : au 1er septembre, il sera rattaché au lycée agro-viticole de Blanquefort dont il deviendra une antenne pour les travaux pratiques.

lycée horticole Haillan

Ce lundi 8 juin était sans doute la dernière rentrée pour 45 élèves (sur 177) du lycée horticole du Haillan. Le 1er septembre prochain, à la suite de la parution d'un décret au Journal Officiel début juin, ils intègreront l'EPLEFPA Bordeaux-Gironde, premier lycée agricole de France en termes de budget annuel. Au moment de la reprise des cours dans des locaux voués à se transformer, on évoque avec les responsables de cette fusion les avantages qu'elle est censée apporter à ce site qui se cherche activement un avenir durable.

Les incertitudes du contexte n'ont visiblement pas signé le coup d'arrêt pour le projet d'intégration du lycée privé professionnel horticole Camille Godard, dont les 177 élèves intègreront bien à la rentrée de septembre le lycée agricole de Blanquefort. Ce mardi 9 juin, semaine de rentrée pour de nombreux lycées agricoles régionaux, la région, la métropole et la ville de Bordeaux sont venus signer une convention pour permettre à cet établissement, créé après le legs à la mairie de Bordeaux en 1893 d'un négociant en vin qui lui donna son nom, de s'intégrer au lycée agro-viticole de Blanquefort et de devenir, ainsi, un "plateau technique" pour les travaux pratiques des jeunes qu'il accueille, de la 3ème au BTS au travers de différentes formations (notamment un BTSA et un Bac Pro aménagements paysagers"). La directrice de l'établissement, Corinne Dupont, évoque une "rentrée plutôt sereine. Ça s'est fait de manière naturelle avec seulement 45 élèves pour le moment, mais sans aucun décrocheur pendant le confinement".

Plusieurs sites en un

Mais, concrètement, comment va se passer ce "transfert" du privé au public pour ce lycée horticole, dont la visite n'a fait que souligner des algecos qui ont pris racine ? Les 21 professeurs qui officiaient au sein de l'Établissement, rattachés au ministère de l'Agriculture, vont intégrer l'établissement de Blanquefort pour assurer les cours théoriques. Quatre agents des espaces verts de Bordeaux Métropole, eux, seront chargés de servir de "moniteurs" aux élèves sur ce lycée public, désormais multi-sites qui, à entendre Corinne Reulet, directrice de l'EPLEFPA (Établissement public local d’enseignement et de formation professionnelle agricole) de Bordeaux-Gironde, budgétairement le premier lycée agricole de France (20 millions d'euros de budget annuel, 120 hectares de vignes) et qui regroupe plusieurs sites dont les lycées agro-viticiles de Blanquefort et Libourne, l'école de viticulture et d'oenologie de La Tour Blanche. 

"Le but, c'était de réfléchir à comment on pouvait continuer à faire évoluer ce lycée. Petit à petit, (depuis 2016 et selon les souhaits conjoints de l'ancien maire de Bordeaux Alain Juppé et d'Alain Rousset), l'idée a fait son chemin pour qu'il soit intégré dans l'enseignement agricole public. On va donc garder sur le site actuel un maximum d'activités concernant la professionnalisation des jeunes, que ce soit les travaux pratiques, l'observation, les chantiers de mise en place de massifs ou les travaux de taille. La ville de Bordeaux s'est engagée à ce qu'il y ait toujours, sous forme de tutorats, des moniteurs (agents des espaces verts) qui vont continuer à encadrer les jeunes, ce qui vient compléter les apports des professeurs et donner cette dimension concrète et réelle dans ce type d'enseignement. En fonction du niveau d'enseignement et des projets qui pourront se faire, la venue des élèves sur ce site sera calibrée mais le site de Blanquefort se prête aussi, par sa taille, à pouvoir être un terrain de jeu pour la mise en place d'aménagements paysagers. On pourrait imaginer un concours, par exemple, et développer des liaisons entre les lycéens et les apprentis du CFA puisqu'on regroupe l'ensemble des trois voies que sont la formation scolaire, l'apprentissage et la formation continue". 

Travaux pratiques

Ce n'est pas le premier exemple d'une configuration particulière à intégrer l'EPL (on pense, par exemple, à la Tour Blanche, évoquée plus haut, à Bommes, lui aussi né d'un legs). "Au travers de la fusion, ce petit lycée a gardé son identité et sa singularité, son esprit très communautaire. On est volontariste pour dire qu'il faut à tout prix conserver cette culture particulière pour le lycée Camille Godard, au travers d'une pédagogie de projets, ce qui est souvent notre manière de faire dans l'enseignement agricole. Il faut la faire perdurer". Corinne Reulet, si elle est moins volubile dès lors qu'il s'agit de parler de l'avenir des stages professionnels des lycéens, souligne tout de même que le coup d'arrêt provoqué par le confinement n'a pas forcément fait du bien. "Dans notre enseignement agricole, le rôle essentiel des stages doit être rappelé et considéré comme une priorité. Il faut espérer que pour la rentrée prochaine, il n'y aura pas de telles restrictions, ce serait un manque incontestable. Même si les sites font des travaux pratiques ou nos exploitations, ça ne fait pas tout et il y a une dimension particulière dans une entreprise grandeur nature qui est importante à découvrir pour nos jeunes".

Le décrochage et l'absence de perspective pour des stages professionnels, pourtant, le président de la région ne cesse jamais, dès qu'il le peut, de s'en émouvoir. Ce mardi, il s'est dit encore une fois "très inquiet. On risque d'avoir des jeunes qui vont décrocher massivement, ce qui serait un drame humain mais aussi économique pour les entreprises. Nous avons écrit au ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer il y a quinze jours pour lui demander ce que devenaient les jeunes diplômés à la rentrée. Pour l'instant, cette lettre n'a reçu aucune réponse. On a l'impression que l'État, sur les grandes nécessités, a toujours entre quinze jours et un mois de retard", a-t-il souligné. Le gouvernement a toutefois annoncé récemment le renforcement de l'aide à l'embauche pour les entreprises qui recruteront un apprentis à partir du 1er juillet et l'extension de la durée (de trois à six mois) de la sécurisation des parcours des apprentis.

Ce mariage entre les deux sites, de l'aveu de Magalie Fronzes, adjointe à Bordeaux en charge de la nature et des espaces verts, devrait permettre au lycée public de Blanquefort de "devenir un plateau d'excellence en travaux pratiques en viticulture et en matière d'aménagements paysagers et donner des perspectives plus larges en matière de nouvelles formations". Du reste, ce transfert de rentrée n'est pas le seul chantier qui attend le lycée Camille Godard dans les mois qui viennent. Trois millions d'euros ont en effet été mis sur la table par la ville et la région pour réaliser d'importants travaux sur ce site aux locaux jugés "vêtustes" par sa directrice. Ils comprendront notamment le retrait des algeco et la création de trois nouvelles salles de cours, la destruction des vestiaires et la rénovation du laboratoire. Pour les internes, déjà accueillis à Blanquefort, la situation ne devrait pas beaucoup changer. Pour les autres, il va falloir attendre septembre pour pouvoir reprendre un peu racine.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
7492
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Luc Servant, Président de la Chambre régionale d'agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 21/01/2021

Agriculture néo-aquitaine : "Des signes qui permettent de sourire" pour 2021, selon Luc Servant

Michel Prugue, Alain Rousset et Xavier Fortinon à Haut-mauco dans les locuax du groupe coopératif Maïsadour Agriculture | 15/01/2021

Crise aviaire : Alain Rousset appelle à "sortir des certitudes"

Julien Denormandie dans les Landes Agriculture | 09/01/2021

Crise aviaire : déjà 600.000 canards abattus dans les Landes, bien d'autres à venir

Signature du Pacte alimentaire Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset et Fabienne Bucchio Agriculture | 07/01/2021

Agriculture, transformation et distribution s'engagent sur un Pacte régional de l'alimentation

Les représentants des syndicats Modef et Confédération paysanne en colère contre la gestion de la nouvelle crise Influenza aviaire 2020 Agriculture | 06/01/2021

Influenza aviaire : la fièvre de la colère monte dans les élevages landais

Denis Vicentini Comin Industrie Agriculture | 06/01/2021

Concours Agrinove : Que sont-ils devenus ? Denis Vicentini lauréat 2015 (épisode 1/4)

Luc Servant et Cédric Tranquard Agriculture | 20/12/2020

Cédric Tranquard prend l’interim de la Chambre d’agriculture 17

Luc Servant, président de la Chambre régionale de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 15/12/2020

Luc Servant élu président de la Chambre régionale d’agriculture

Christophe Congues et Philippe Saux, Président délégué et Directeur général du groupe coopératif Euralis Agriculture | 15/12/2020

Le groupe coopératif Euralis sauve 2020

Elevage de canards prêts-à-gaver dans les Landes Agriculture | 08/12/2020

Landes : la présence d’influenza aviaire confirmée

Elevage de canards prêts-à-gaver dans les Landes dans un bâtiments 900 m2 aux normes de la biosécurité Agriculture | 07/12/2020

Forte suspicion de grippe aviaire dans les Landes

Jonathan Lalondrelle et Gaëtan Bodin Agriculture | 30/11/2020

Installation et accès au foncier : Interview croisée de Gaëtan Bodin, Président Jeunes Agriculteurs Nouvelle-Aquitaine et Jonathan Lalondrelle, Secrétaire général JA Nouvelle-Aquitaine

Pierre Saint-Jean Agriculture | 20/11/2020

Les bénéfices possibles du confinement pour les agriculteurs

Antonio Marquès et son innovation Agriculture | 06/11/2020

Un process innovant pour protéger les cultures lauréat du concours Agrinove

Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA Agriculture | 04/11/2020

Interview d’Henri Bies-Péré, n°2 de la FNSEA : « Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse. »